• Raphaël Zacharie de Izarra - Présentation de l'auteur

     
    Oisif mélancolique, oiseau unique, ange joliment plumé, ainsi se présente l’auteur de ces lignes (une sorte de Peter Pan cruel et joyeux, mais parfois aussi un rat taciturne). Au-delà de cette façade mondaine, loin de certaines noirceurs facétieuses j’ai gardé en moi une part de très grande pureté. Dans mon coeur, un diamant indestructible d’un éclat indescriptible. Cette flamme, vous en aurez un aperçu à travers mes modestes oeuvres. Est-ce une grâce de me lire, pensez-vous ? Osons le croire.

    Raphaël Zacharie de Izarra


    =======

    Modestement à travers mes quelques 811 textes actuels j'ai embrassé de près ou de loin tous les aspects du monde -des choses comme des hommes- dans toutes les directions imaginables, du gouffre le plus bas au sommet le plus glorieux, de l'anodin au sublime, de la bête au divin, du simple caillou à qui j'ai donné la parole jusqu'aux feux galactiques que j'ai fait taire devant un battement d'aile.

    Sur le plan du palpable je suis parti du microcosme pour me hisser jusqu'au macrocosme, sans omettre de poser mon regard à hauteur des boutons de chemise de mes semblables. Du point de vue des choses de l'esprit j'ai exploré les vices les plus baroques autant que les vertus les moins partagées, je suis allé sonder les petits ruisseaux mentaux de mes frères humains mais aussi les fleuves nocturnes de mes chats énigmatiques.

    Je suis allé chercher le feu olympien à droite et à gauche, m'attardant à l'occasion sur mes doigts de pied.

    J'ai fait tout un fromage de vos mesquineries de mortels, une montagne de mots des fumées de ce monde, un pâté de sable de vos trésors.

    J'ai abordé de près ou de loin tous les thèmes : l'amour, la laideur, la solitude, la vie, la mort, les fraises des bois, les rêves, les cauchemars, l'excrément, la lumière, le houblon, la pourriture, l'encens, l'insignifiance, le grain de sable, les poubelles de mon voisin, les relents gastriques de Jules César, l'encre de Chine, le plaisir, le vinaigre, la douleur, la mer... Tout, absolument tout ce que contient notre pauvre monde et même au-delà a été intégré à mes textes.

    J'ai embrassé l'Univers d'un regard à la fois grave et loufoque, limpide et fulgurant, lucide et léger, aérien et "enclumier" : celui de ma plume.

    A travers ce blog je vous invite à faire un tour relativement rapide de l'humanité et de l'Univers, de prendre la mesure de tout ce qui existe et n'existe pas en quelques centaines de textes futiles et mémorables, éloquents et sarcastiques, répugnants et délectables, pleins de grains de sel et de justesse.

    Raphaël Zacharie de Izarra

    votre commentaire
  • 701 - Tout service ne mérite pas salaire

    De plus en plus, l'homme devient une source de profit pour l'homme.<o:p></o:p>

    Personnellement je supporte de moins en moins d'être considéré uniquement sous l'angle économique. Ainsi je viens encore de recevoir un appel téléphonique (mon correspondant adoptant ce ton commercial lénifiant, impersonnel si caractéristique...) de la part d'une énième grosse société s'informant sur mon mode de vie et mes habitudes de consommation... Ce genre d'appels téléphoniques brefs et efficaces à la courtoisie en carton-pâte et traités à la chaîne, irrespectueux de mon individualité, est une agression vénale de l'homme par l'homme, une atteinte profonde à la personne humaine conçue exclusivement comme source potentielle de profit. <o:p></o:p>

    Les puissants industriels qui entreprennent de telles enquêtes par voies téléphoniques ont même fini, à force de stratégies en marketing éprouvées, par s'imposer dans l'opinion publique comme une agréable, inoffensive, bienveillante efflorescence mercantile faisant partie du "paysage des télécommunications". Aujourd'hui tout le monde trouve cela normal. Pas moi.<o:p></o:p>

    Avec les nouvelles lois de protection des symboles commerciaux, le renforcement des droits divers protégeant les intérêts strictement économiques des citoyens, des professionnels ou des industriels (COPYRIGHT sur INTERNET pour la moindre insignifiance, utilisation réglementée des logos, port et détention prohibés de produits imités ou falsifiés qui ne sont pas dangereux, interdiction de citer publiquement les marques), avec également les récentes lois sur le droit à l'image impliquant la possibilité d'intenter des procès aux "fautifs" et de leur réclamer des dommages et intérêts substantiels, la société devient obsédée par les rapports économiques qui relient - ou plutôt divisent, montent les uns contre les autres, voire en certains cas déchirent - ses membres.<o:p></o:p>

    La notion de gratuité, de service désintéressé par amour du prochain, par fraternité envers l'humanité perd de sa valeur dans notre société déstabilisée par le chômage, la vie chère, hantée par le besoin impérieux de stabilité professionnelle (ou purement et simplement par les gains matériels), au profit d'une conception des rapports humains basée sur le profit, le gain, le commerce. La publicité envahit tout. Douce ou agressive, subtile ou triviale, elle est omniprésente. Tout se vend, s'achète, se fait fructifier, prend une valeur économique. Sauf la gratuité du geste, évidemment.<o:p></o:p>

    La moindre image d'actualité, la plus petite idée issue de la rue, la dernière lessive, la prochaine rentrée littéraire : tout est appréhendé sous l'aspect mercantile. Tous acceptent le jeu du bénéfice financier, de la spéculation, de la rentabilité. Pas moi.<o:p></o:p>

    Aujourd'hui la notion de "providence", l'idée de s'abandonner "à la grâce de Dieu", ou le choix de prendre le large au gré des vents de la vie passent pour des folies, de l'inconscience, voire de l'héroïsme...<o:p></o:p>

    De nos jours tout ce qui a rapport à l'argent est scrupuleusement calculé (par exemple, la moindre heure de travail, chaque impôt, le plus petit dû, les bénéfices professionnels : tout est soigneusement consigné au centime près, enregistré par des machines officielles pour la vie entière du citoyen), et cette approche économique de l'existence a banni de nos mentalités l'esprit bohème, ce panache, cette hauteur de vue qu'adoptaient fréquemment nos aïeux marqués pendant des siècles par l'esprit paysan. Eux n'étaient pas aussi torturés que nous par le confort matériel, les signes de réussite sociale, l'avidité pour la consommation, beaucoup plus conscients de leur mortalité que nous, aveuglés que nous sommes par les mirages matériels qui nous entourent et excitent nos appétits temporels.<o:p></o:p>

    Comble du comble : même le bénévolat est aujourd'hui remit en question dans le principe de son fonctionnement. Il est en effet question de le rémunérer. Si cette idée aberrante aboutit, les bénévoles vont peut-être devenir des bénévoles rémunérés, voire dûment salariés... <o:p></o:p>

    En refusant d'adopter ces valeurs dominantes consistant à considérer presque tous les aspects de la vie par rapport à des rémunérations, gains et bénéfices divers (du pourboire obligatoire des lieux huppés que je refuse systématiquement jusqu'au sourire commercial de base que je méprise profondément en passant par les vendeurs de rêves frelatés que je boycotte résolument, sans oublier ma répulsion extrême pour la publicité et tous ses proxénètes et prostitués de la pensée, de la culture, de la sensibilité), je fais le choix de la dignité, de la liberté, de la hauteur.<o:p></o:p>

    702 - Pesanteur du coeur, légèreté de l'âme

    Les vicissitudes de l'amour (texte autobiographique).<o:p></o:p>

    A Sillé-le-Guillaume vers la fin de l'été je montais en direction de la pierre pieusement érigée -l'église- à la rencontre d'une illuminée aux allures de vestale. Qui devinerait que Sillé-le-Guillaume avec ses torpeurs provinciales abrite mes secrets d'esthète ? Des souvenirs intimes et éblouissants, mélancoliques et fulgurants m'ont rendu chère cette cité... Jadis dans cette ville j'expérimentais prouesses amoureuses et éprouvais feux de l'esprit. Une fois encore je voulus faire se croiser ces deux sommets du coeur et de l'âme. Une jonction de la terre et du ciel, du temporel et de l'infini : amour terrestre et élévation spirituelle. <o:p></o:p>

    Ce jour-là c'est en compagnie d'un charmant oiseau que je souhaitai accéder à l'ivresse sacrée, désireux d'oublier les tourments d'une existence agitée : la légitime amante qui partageait mes jours, en effet, venait de fuir. <o:p></o:p>

    Cela dit, ma solitude devenait synonyme de liberté.<o:p></o:p>

    Messager céleste et femme glorieusement incarnée, cette créature que j'étreignis bientôt s'était manifestée à moi comme un mystère, une interrogation (un songe brillant fut à l'origine de notre rencontre, que l'on me permette de garder secrète cette partie intime de l'histoire). <o:p></o:p>

    Au fond de moi-même je cherchais bien évidemment à rendre jalouse l'inconstante, à la faire revenir. A travers cette amoureuse officieuse le Ciel m'avait exaucé puisque trois jours après nos baisers échangés à l'ombre du clocher, le miracle eut lieu : émue par le serment de nos lèvres, la fugitive revint à moi. Le tremblement de nos coeurs sous l'église avait réveillé ses ardeurs. J'avais pris soin, en effet, de mettre au courant celle qui m'avait quitté de mon rendez-vous avec sa rivale. <o:p></o:p>

    La rebelle devint repentante, son affection pour moi se raviva.<o:p></o:p>

    Mais, ironie du sort, à ce jeu complexe et périlleux les cartes s'embrouillèrent si bien que celle qui, par ses tendresses ostensibles, devait me faire revenir la fuyarde avait finalement pris sa place... A peine conçue, je devais étouffer ma flamme car l'aimée, celle dont j'avais tant pleuré l'absence, m'était revenue. Même si mes sentiments pour cette dernière n'étaient plus aussi ardents, sa rivale ayant involontairement détourné à son profit mes feux, la volonté céleste exigeait que je retournasse vers l'amante prodigue. <o:p></o:p>

    Ce que je fis avec une joie amère au coeur. Je retrouvais l'ancienne compagne certes, mais en même temps je perdais la nouvelle. <o:p></o:p>

    Au contact de ma nouvelle conquête, l'autre avait perdu un peu de prix dans mon coeur décidément changeant... Désemparé, tiraillé entre les tourments exquis de l'amour naissant et le désir de sauver un hyménée de longue date, devais-je écouter ses battements et faire offense au Ciel qui m'avait fait revenir l'amante de toujours, ou devais-je le faire taire et acquiescer avec reconnaissance à la grâce qu'Il m'avait accordé ? A force de prières j'étais parvenu à Le faire fléchir, et voilà que j'étais tenté de détourner les yeux du cadeau divin ! <o:p></o:p>

    Le temps, me dis-je alors, apporterait la réponse à mes hésitations. <o:p></o:p>

    703 - A Sillé-le-Guillaume

    Rencontre tendre et féroce avec une amante (texte autobiographique).<o:p></o:p>

    Je vous emmenais sur les hauteurs pies de la cité. L'ombre vespérale gagnait la nue, vous frissonniez sous le vent, je vous enlaçais. Mes lèvres croisèrent les vôtres.

    Les cloches s'ébranlèrent.
    <o:p></o:p>

    La pierre nous entourait comme une troisième présence. L'église, telle une tombe vive, nous ensevelissait de sa lumière : le monde d'en bas disparaissait, il n'y avait plus que le Ciel et ses hôtes. Mon baiser devenait une prière. Belle vous étiez, telle ce crépuscule, belle ainsi que le vent, belle comme l'airain sonnant dans le soir. <o:p></o:p>

    Cruels, mes mots sifflaient bientôt comme des ricanements. L'épreuve des apparences... Alliez-vous renier cet ange aux ailes cachées ? Je raillais, cynique, insolent, blessant... Votre regard cependant demeurait plein d'amour : vous étiez digne de mes feux. <o:p></o:p>

    Avec ce sacre informel, j'étais entré dans votre âme par la porte royale. Je vous raccompagnais plus bas, le coeur apaisé, un éclat neuf dans le regard. <o:p></o:p>

    704 - Ma vie d'avare

    Je souffre d'une avarice phénoménale. <o:p></o:p>

    Obsédé par l'économie, hanté à l'idée de la moindre dépense, tourmenté pour des histoires de centimes, je vis très largement en dessous de mes moyens.

    L'hiver je me chauffe à mes illusions, au printemps je puise mes forces dans la brise, l'été je songe à l'hiver pour me consoler de la touffeur, à la saison des récoltes je traîne dans les potagers de mes voisins en quête de fruits pourris. Ainsi toute l'année je me nourris de peu, bois le vin sans goût mais gratuit du ciel, passe mon temps à regarder les autres gaspiller leur bien.
    <o:p></o:p>

    Rebelle à la consommation, farouchement opposé au luxe comme au nécessaire, je fuis les marchands quels qu'ils soient.<o:p></o:p>

    Les poubelles sont mes seuls paradis. L'ordure m'agrée par-dessus tout en cela que son prix est égal à zéro. Là où rien ne peut s'acheter, je me précipite, affamé mais digne car en effet, j'estime qu'alléger ma bourse est indigne de ma condition d'avare convaincu. <o:p></o:p>

    Ladre je le suis par goût, par intérêt, par vocation. <o:p></o:p>

    Il m'importe de réduire à l'extrême mon niveau de vie plus par haine des frais, par refus de mettre en circulation mes finances, par horreur de la dilapidation de mon bien, par crainte du gaspillage de mes sous que par désir de m'enrichir. Je considère ma vraie richesse en termes de gains par rétention d'argent, par non-dépenses. Me séparer d'une seule piécette me coûte assez pour que je commette trop souvent ce crime que je ne parviens jamais à me pardonner. Rares sont mes achats.<o:p></o:p>

    Plus rares sont mes dons. <o:p></o:p>

    Je ne fais de cadeau à personne, à moi encore moins qu'aux autres. Je me prive de tout, même d'être pauvre. Mon idéal est de réussir à atteindre la misère pour n'avoir enfin plus rien à dépenser. La simple pauvreté à laquelle je me soumets depuis toujours me semble un luxe honteux. Je suis un fou de la cause. Fanatique dans mon avarice, je poursuis un absolu : retenir tout l'argent que je possède, ne rien laisser échapper de ma bourse.<o:p></o:p>

    Depuis plus de trente ans je consigne dans un méchant carnet mes plus petites dépenses. Du matin au soir je calcule, recalcule, estime ce que j'aurais pu économiser tel jour, tel mois, telle année de ma vie, regrettant tel achat scrupuleusement noté en langage codé (une manie de radin je suppose), lisant et relisant inlassablement mes minuscules colonnes de chiffres dans le petit carnet tout corné...<o:p></o:p>

    Ma passion pour l'économie est telle que je n'aspire qu'à vivre le plus longtemps possible afin de glorieusement mourir sur un amas de sous et de billets soigneusement accumulés toute mon existence durant.<o:p></o:p>

    705 - Un grand timide

    Certains s'imaginent que j'ai un caractère bien trempé, des moeurs étranges, des exigences supérieures. C'est vrai en ce qui concerne la deuxième et la troisième chose... Pour ce qui est de mon tempérament, on ne conçoit pas que je sois timide, effacé, discret.<o:p></o:p>

    En vérité je fais tout pour passer inaperçu dans la plupart des cas : au contact de la roture, lorsque je me mêle au commun, quand je suis entouré du tout-venant. Et plus particulièrement avec les minables. Je ne montre mon éclat qu'en flatteuse compagnie : beaux esprits de mon envergure et aristocrates de mon niveau.

    Me montrer tel que je suis à l'engeance crapuleuse (tout ce qui ne porte pas de particule en général), c'est nécessairement me compromettre à ses yeux. Incompris de mes semblables, je n'agrée qu'aux demi-dieux.
    <o:p></o:p>

    Mes positions intolérables sur la vie, mes opinions outrancières sur mes semblables, ma sensibilité hautaine, mes goûts austères et contradictoires pour les joies et singularités de l'existence font de moi un être invivable, haïssable, odieux.

    Ou adorable, selon la qualité de l'esprit de celui qui porte sur moi son regard.
    <o:p></o:p>

    Mais dans la plupart des cas je suis totalement détesté de mes contemporains. Montré du doigt non pour mes vices mais pour mes vertus, méprisé pour mon éclat plus que pour mes ténèbres absentes, réputé pour mes mystères et méconnu pour mes légèretés, on me soupçonne à raison de côtoyer des hauteurs grandioses.<o:p></o:p>

    Je laisse dire ce qui se dit, écoute chanter tous ces bardes sans lyre, n'empêche pas les messies de mauvais augure de me servir leur soupe froide. <o:p></o:p>

    Seule compte la gloire de mon chapeau.<o:p></o:p>

    706 - L'Univers et l'esprit

    On estime le nombre d'étoiles peuplant l'Univers égal au nombre de grains de sable que contiendrait une couche aréneuse de 1 mètre de hauteur et recouvrant la France entière. Combien d'êtres vivants dans cet Univers sans limite ? Au delà du vertige humain, le pur émerveillement, la divine révélation... Même en augurant avec la plus grande mauvaise foi qu'un seul monde pourrait abriter des hôtes -doués de raison ou non- pour 100 milliard d'autres qui seraient stériles -proportion infime au regard du nombre d'objets célestes existants- l'Univers serait encore un vivier sans mesure ! <o:p></o:p>

    En effet, n'admettre l'existence possible que d'une seule planète vivante par galaxie, cela ferait déjà 100 milliards de planètes semblables à la Terre... C'est exactement comme si l'on estimait que dans nos mers en moyenne une seule bactérie était susceptible d'être contenue dans chaque 10 mètres cubes d'eau... Un seul être monocellulaire pour 10 tonnes d'eau, cela ne ferait-il déjà pas des milliards de microscopiques miracles dans la mer ? Or en réalité il y a des milliers, des millions, parfois des milliards de bactéries dans chaque once d'eau de mer ou de la moindre flaque fangeuse de nos mares, sans compter tous les autres êtres bien plus complexes ayant colonisé les plus ténus espaces océaniques et terrestres...<o:p></o:p>

    Le rapport est le même entre le grouillement de vie sur notre planète dans chaque parcelle imperceptible de terre, d'eau, d'humus, et le nombre incalculable d'étoiles autour de nous : chaque étoile est comme une entité dans l'Univers -un univers dans l'Univers- et correspond à chaque fois à une bactérie dans l'océan, une cellule de vie dans la terre, un cristal de neige sur la montagne, un brin d'herbe dans la jungle, un grain de sable dans le désert. Qu'elles soient vives, inertes ou sur le point d'éclore, toutes ces étoiles sont comme autant de mystères macroscopiques.

    A toutes les échelles et dans chaque recoin de notre monde la vie crève la matière, perce la nuit, remonte à la lumière. Alors pourquoi pas ailleurs, là où grouillent tant de feux stellaires ? Et même si seulement une étoile sur 100 milliards abritait la vie... Le moindre papillon, le plus mince moucheron, le plus humble atome de poussière rivalisent de génie avec l'orange, la baleine, les vents tropicaux, les cristaux de glace, le photon, la plume du moineau, la goutte d'eau, le grain de sel.
    <o:p></o:p>

    Astre ou particule, le miracle est le même. <o:p></o:p>

    Face à ces 10 000 milliards de milliard de soleils ou bien face à un seul de ces soleils, à un cheval, à une brise, à l'ombre d'une feuille d'arbre, à la pensée d'un souffle, au souvenir de cette pensée, je crois n'être plus rien du tout alors que je suis dans le Tout. <o:p></o:p>

    Ces immensités galactiques, en effet, n'ôtent rien au prix des plus modestes actions humaines, des plus humbles sentiments de nos coeurs, des moindres mouvements de nos âmes. L'Homme dépasse d'une tête la matière... Ce qui fait la souveraineté, la grandeur, la noblesse de l'Homme dans l'Univers, aussi incalculable soit cet Asile cosmique et si petit que ce bipède pensant se sente dans cet océan, c'est qu'il est capable de "loger" cet Univers sans limite dans le volume infime de sa boîte crânienne, d'appréhender la totalité des galaxies dans cette tête d'épingle cérébrale, bref d'embrasser cette incommensurable réalité d'un seul regard.<o:p></o:p>

    Ce regard, c'est celui de son Intelligence.<o:p></o:p>

    707 - L'art du kitsch

    Le poste de télévision trône dans le salon du couple de retraités, impérial. Toute l'autorité de la demeure... L'écran parfaitement astiqué reflète avec gravité l'image déformée des hôtes de la maisonnée. Dessus, une Vierge en plastique vous regarde placidement avec des yeux de poupée maquillée. Un napperon sévère isole la "statue" mariale du téléviseur. Tout semble bien à sa place sous ce toit. La niche du chien casée dans le coin de la pièce avec la gamelle gravée à son nom "Sultan" et un joujou en forme d'os sifflant annonce des après-midis dominicaux paisibles à coudre ou à jouer aux cartes après des semaines sans histoire.

    Midi sonne en ce jour de Pâques. Un plat de sages quenelles fume sur la table recouverte d'une nappe en formica. Au mur, un souvenir du Mont-Saint-Michel en authentique coquillages de la côte normande. Plus de doute, nous sommes bien chez des crétins... Pardon ! chez des chrétiens fervents et disciplinés.
    <o:p></o:p>

    Ô saint, pieux, honnête foyer où jamais rien de mauvais ne se produit ! <o:p></o:p>

    Les assiettes-Jean-Paul II sorties pour l'occasion, les deux "seniors" dégustent leurs quenelles avec la tête du pape au fond de leur couvert, ravis de pouvoir côtoyer leur héros de manière si intime, à portée de fourchette.<o:p></o:p>

    Le repas réglé sur l'heure des jeux télévisés, l'écran diffuse sa lumière rassurante sur les fronts des deux mangeurs, telle une chandelle éclairant une scène virgilienne. Parfois les couleurs criardes d'une page de publicité jettent des reflets irréels sur les visages absorbés autant par les quenelles que par la face pontificale au fond de leur assiette.<o:p></o:p>

    Heureux couple d'abrut... d'aboutis ! Ha ! le bonheur de l'existence calme et rangée, avec ses petits riens essentiels qui meublent délicieusement des journées toutes semblables, égales dans le déroulement, sans heurts ni déceptions ! <o:p></o:p>

    Mais laissons à leur bonheur sans ombre ce couple de sénil... de seniors, souhaitons à ces charmants retraités de vivre longtemps entre le poste de télévision et l'assiette-souvenir en coquillages accrochée au mur.<o:p></o:p>

    Retirons-nous sur la pointe des pieds, non sans jeter un dernier regard plein de tendresse vers ces deux vieux imbéci... vers ces deux pieux impénitents, éternels tourtereaux.<o:p></o:p>

    708 - Présence dans la plaine

    Il ne sait plus quand il est né. Au-dessus de lui, l'azur, les nuages, des trous immenses de clarté et d'ombre dans le ciel. En bas, le sol, la poussière, le bruit de ses propres pas dans les herbes sèches. Dans sa tête, des mirages, une idée vague de bonheur. Une flamme aussi. Un joyau mal défini. L'amour ? Le vent, peut-être... L'effet des éléments sur son âme insatisfaite, fébrile.<o:p></o:p>

    L'amour, peut-être l'amour... Ou l'appel de la poésie. L'horizon, l'avenir, la mort. Comment savoir ? Il marche, ivre, le coeur tourmenté, la tête pleine de rêves étranges et suprêmes. <o:p></o:p>

    A présent il presse le pas, hanté par ses feux. Et de plus en plus résolu, se dirige vers les brumes dans le lointain. Le vent autour de lui est comme un silence grandiose, une caresse descendue de ces hauteurs radieuses dont il a l'intuition. Perdu dans sa mélancolie, il ne sent pas la fatigue. Des ailes l'emportent, son regard doux et effaré plonge dans d'invisibles profondeurs. Il vole plus qu'il ne marche, insensible aux lourdeurs de la pesanteur.<o:p></o:p>

    Une lumière l'attend.<o:p></o:p>

    Lui aussi attend la lumière. Depuis toujours, depuis un instant, il ne sait plus. Il a tout oublié, sauf le goût de l'infini, la saveur de l'éther, l'appel de l'esprit, l'éclat de la beauté, la vérité de la poésie. Tout s'embrouille en lui, tout s'éclaire aussi. Il chemine, se hâte, monte, trébuche, se relève, reprend sa course folle. L'horizon s'efface, la lumière s'amplifie. L'image se précise. <o:p></o:p>

    Il est mort, il est vivant, il est ici, il est là-bas, il est le ciel, les nuages, l'herbe, le vent, la poussière. Il se souvient maintenant. Devenu lumière lui-même, il irradie.<o:p></o:p>

    Il est mort, enseveli depuis un siècle, vivant depuis mille ans, tombé en marchant, mort de douleur, rendu à la poussière, mort en solitaire avec un secret d'amour dans le coeur, un secret inachevé qu'il poursuit sans cesse depuis un siècle, depuis mille ans.

    709 - J'accorde une interview à Marie-Joséphine Hautelain

    La célèbre et très séduisante journaliste belge Marie-Joséphine Hautelain est venue me poser quelques questions. Une interview qui fera date dans sa carrière !<o:p></o:p>

    Bonjour Maître, je ne vous cacherai pas l'admiration que je vous porte ni la joie extrême que j'éprouve en ce moment de pouvoir enfin vous interviewer, vous le phénomène radieux, l'astre qui domine le petit monde des lettrés et des vrais beaux esprits que compte l'actuelle francophonie. Quand avez-vous commencé à écrire et d'où vous viennent ces idées profondes, cette écriture originale, ce verbe éclatant que vous étalez sur le site FOXOO ?<o:p></o:p>

    - Bonjour Marie-Joséphine. Je comprends votre émotion, en toute modestie... Pour répondre à votre question, je dirai que je suis attentif à mes chats, voyez-vous. En outre je ne suis guère attiré par la saison estivale. En ce qui concerne les giboulées de mars, je serai plus nuancé...<o:p></o:p>

    Maître, je ne pense pas avoir saisi toute la pertinence de votre réponse... Pouvez-vous développer ?<o:p></o:p>

    - Ha ! quel beau métier faites-vous là ! Je disais, m'entendez-vous ?, que je comprenais votre émotion de pouvoir m'interviewer et que j'étais proche de mes petits félins. Je disais également que la saison estivale avec sa touffeur m'indisposait particulièrement. Quant aux averses glacées de la fin de l'hiver, je disais encore que mes sentiments à leur sujet étaient plus ambigus.

    Je n'insisterai donc pas. Frasque intellectuelle d'un grand esprit, n'en doutons pas... Maître, on vous pardonnera votre excentricité. Passons à la seconde question. Que pensez-vous de la littérature contemporaine ?
    <o:p></o:p>

    Je n'en pense pas grand-chose. En fait si, j'en pense beaucoup de choses.<o:p></o:p>

    En bien ou en mal Maître ?<o:p></o:p>

    - En mal.<o:p></o:p>

    Que voulez-vous dire ?<o:p></o:p>

    - Je veux dire que je n'en pense pas de bien, en règle générale.<o:p></o:p>

    Bien sûr ! Mais encore ?<o:p></o:p>

     - Etant donné que je suis nécessairement LA littérature, les autres auteurs ne sont par conséquent que des petits canards qui aboient derrière mes grandes pattes "hippotéiformes"... Inévitablement. "Coin-coin ! Coin-coin !", qu'ils font.<o:p></o:p>

     Vos pattes hippo quoi ?<o:p></o:p>

    - Hippotéiformes. C'est un mot que je viens d'inventer.<o:p></o:p>

    C'est très joli Maître. Et que signifie ce néologisme spontané ?<o:p></o:p>

    - Rien de vraiment particulier. Cela a juste un rapport éloigné avec le cheval, c'est tout ce que je sais.<o:p></o:p>

    Soit. Changeons de sujet. Vous possédez le secret des mots, êtes initié aux mystères du verbe, côtoyez les hauteurs littéraires et poétiques inaccessibles au commun. Et côté coeur ?<o:p></o:p>

    - Mon coeur est bon. Je ne fume pas et pratique des activités physiques quotidiennes.

    Certes, certes... Mais les femmes ? Elles vous admirent n'est-ce pas ? Et la plupart sont parmi les plus belles, même si vous êtes également désiré par d'authentiques laiderons. N'êtes-vous pas la plus chanceuse de toutes les  plumes ?
    <o:p></o:p>

    - Je suis loin d'appartenir à l'espèce sodomite, en effet.<o:p></o:p>

    Pouvez-vous raconter plus en détails pour nos lecteurs ? C'est ce qu'ils attendent surtout de cette interview, vous savez...<o:p></o:p>

     - Je ne m'adonne au commerce charnel qu'avec mes muses. Elles seules méritent l'hommage de ma virilité "plumesque". Et encore, pas toujours.

    Maître, vous seriez donc d'essence supérieure ?
    <o:p></o:p>

    - Effectivement. Je ne me frotte point aux trivialités de ce monde qui pue le caca, l'essence et l'artichaut.<o:p></o:p>

    L'artichaut ?<o:p></o:p>

    - L'artichaut, oui. Ne savez-vous pas ce qu'est l'artichaut ? C'est une plante d'aspect assez baroque mais de couleur terne cultivée essentiellement en Bretagne et qui, après cuisson, se mange avec une sauce. Je déteste ce monde qui sent l'artichaut, disais-je. Mais qui sent également l'excrément, le vil excrément de mes semblables qui chient tous les jours de leur vie. Ce monde qui sent l'essence aussi, le pétrole, le fuel. Le mazout. L'huile de roche. Ca pue le fuel, et en plus c'est un mot qu'est pas vraiment français, qui s'écrit mal.<o:p></o:p>

    Comme je vous comprends cher Maître ! Vos muses, vous devez les approcher souvent pour être si dur avec vos frères humains, non ? <o:p></o:p>

    - C'est vrai. Et je les malmène elles aussi... Invivable avec les hommes, intransigeant avec les déesses, je ne ménage pas ma plume.<o:p></o:p>

     Une dernière question Maître. Que prenez-vous le soir avant de vous endormir sous votre firmament izarrien qui vous inspire tant de textes immortels ?<o:p></o:p>

    - Je ne prends aucune substance nocive. Le soir c'est un tilleul et au lit ! La Poésie seule me donne assez de souffle pour vivre et résister aux attaques de la laideur, de la bêtise et de l'insignifiance...<o:p></o:p>

    Maître, cette interview est le couronnement de ma carrière. Je ne sais comment vous remercier. Tant de gentillesse, de grandeur d'âme, de simplicité... Permettez-vous que je vous fasse la bise ?<o:p></o:p>

    - Non je ne vous le permets pas. Baisez-moi la main plutôt, voulez-vous ? Je déteste les "bisous". Je vous remercie pour vos questions Marie-Joséphine, elles m'ont donné soif.<o:p></o:p>

    710 - L'homme qui vole

    La Beauté me donne des ailes. <o:p></o:p>

    Les muses sont ma force, les astres ma source, la pluie ma braise. La neige m'enflamme, la vase m'enivre, le brin d'herbe me donne le vertige. Le monde est codé, au-delà de toute compréhension je le contemple et me tais. <o:p></o:p>

    Et la beauté n'est plus un problème. <o:p></o:p>

    Les étoiles paissent dans l'empyrée et les champs de foin parfument le  firmament : le beau est complexe, le sublime est simple. Quand la voile est profonde, le voile épais, prendre le large devient facile.<o:p></o:p>

    L'alchimie qui donne son éclat au monde est hors de portée humaine : tout mystère s'appréhende avec des yeux candides. Un oiseau, un arbre, un visage, une montagne ? L'adulte est interrogateur, l'enfant est ébloui.<o:p></o:p>

    Je suis habité par des feux plus grands que moi. Une lumière me porte plus haut que l'aile de ma plume, une force me pousse loin de mon terrestre horizon, une voix d'un silence éclatant m'enchante mieux que les violons de bois. <o:p></o:p>

    Un rayon de la Lune suffit à embraser une âme, un grain de sable est comme une montagne, un cristal de givre vaut un iceberg. A l'échelle de la Beauté tout est égal. Ce qui est beau n'a pas de limite. Les reflets de la lumière partent dans tous les sens, rien ne borne l'immatériel. L'infini n'ayant pas d'aune, il ne fait rien de mesquin et tout de splendide. <o:p></o:p>

    A chaque frisson de mon esprit devant le galet, l'écume, l'aube, la mouche, la nue ou l'humble feuille du buisson, je file un peu plus vite vers l'immensité, emporté par le vent de la Poésie.<o:p></o:p>

    711 - La justice des ânes

    Un chanteur populaire vient d'être condamné par la Justice pour avoir payé 10 000 euros d'impôts au lieu de 3 millions qu'il devait réellement et risque pour cela 10 mois de prison ferme.<o:p></o:p>

    Ainsi aux fraudeurs fiscaux l'on réserve la prison, laquelle non seulement forme une atteinte à la dignité humaine du condamné à qui l'on reproche des impôts impayés (délit pour le moins relatif), broie certains -et parfois définitivement-, ne règle rien sur le plan financier, mais en plus fait supporter des dépenses supplémentaires à la société ! Chaque jour de prison en effet coûte au contribuable une centaine d'euro par prisonnier.<o:p></o:p>

    Laisser en liberté le fraudeur serait un meilleur calcul pour tous. <o:p></o:p>

    Cela permettrait déjà au fraudeur de s'amender, s'il le peut. La liberté lui est au moins nécessaire afin qu'il puisse s'engager à régler les impayés s'il est solvable. S'il ne l'est pas, la société pourrait lui demander d'effectuer des travaux civiques afin qu'il paye ses dettes sous une autre forme. Les deux parties seraient ainsi gagnantes, au lieu d'être perdantes en optant pour la prison. En faisant le choix de la prison le condamné est perdant, la société est perdante, le FISC est perdant.

    Mais la Justice - allez savoir pourquoi - préfère les pires solutions, destructrices, négatives, inhumaines et parfaitement stupides : l'emprisonnement coûteux, stérile, facteur de ressentiment, de perturbations et dérèglements moraux, mentaux, sociaux. Même si le fraudeur laissé en liberté ne peut pas réparer sa faute, la prison ne règlera de toute manière pas le problème. Elle ne fera que l'empirer. Pourquoi en ce cas ne laisserait-on pas le temps aux fraudeurs de se racheter au lieu de les enfermer ? Les priver de liberté ne contribuera jamais à remplir les caisses du FISC, mais au contraire à les vider encore un peu plus. L'homme y perd, l'économie y perd... Quelle cause sert-on en jetant des mauvais payeurs en prison ?
    <o:p></o:p>

    Emprisonné, le fraudeur fiscal risque de perdre travail, réputation, belles idées sur la république, sans compter les dégâts psychologiques à long terme. <o:p></o:p>

    Un fraudeur fiscal ne représente pas un danger pour la société. La prison en ce cas me semble être une pure vengeance de la société contre le citoyen mauvais payeur. La coupable incohérence, la parfaite irresponsabilité de la réponse judicaire face au fraudeur fiscal saute aux yeux : on enferme comme de vulgaires assassins les tricheurs fiscaux, avec l'argent du fisc précisément, les prisonniers étant encadrés et entretenus avec l'argent des impôts... Ne serait-il pas plus pédagogique, intelligent, constructif de laisser en liberté le condamné afin qu'il s'en serve pour réparer, du moins essayer de réparer sa faute ? 10 mois de prison ne régleront strictement rien et ne feront que retarder, compliquer, voire rendre définitivement impossibles les remboursements au FISC !<o:p></o:p>

    Les juges parfois sont de sinistres incompétents, de tristes clowns d'une république inique, des petits serviteurs d'un État sans hauteur, de vils rendeurs de justice servant des intérêts qui n'en sont pas. <o:p></o:p>

    712 - Nos magistrats ripoux

    Certains juges français (je dis bien certains -donc une minorité- et non pas tous) sont des âmes abjectes, de sinistres personnalités au service de leur propre cause... Authentiques incarnations de l'immoralité ou infâmes bandits oeuvrant en toute impunité dans le secret de leur conscience noire et sous la protection de leur blanche hermine, êtres malfaisants au-dessus de tout soupçon se livrant sans remords à leurs criminels dérapages professionnels ou privés avec dans la plupart des cas la complicité d'autres notables fortunés et puissants qui profitent de leur statut privilégié pour échapper aux foudres de la société, ces grands magistrats intouchables sont les dernières des crapules.<o:p></o:p>

    Ha ! Si l'on pouvait déchirer le voile de l'hypocrisie sociale, s'il nous était loisible de voir ce qui se trame derrière les apparences les plus honorables !<o:p></o:p>

    Le vice se développe plus souvent chez les mandarins de la société que chez le peuple simple.<o:p></o:p>

    Ce que je dis est une évidence. Il ne reste plus qu'à donner des noms. Personne ne les a mais nous avons tous l'idée de la chose, de sa réalité, aussi rare, exceptionnelle soit-elle. Cela existe et c'est assez pour que cela soit inacceptable. Une seule pomme pourrie sous les ors de la Justice suffit pour décrédibiliser, désacraliser, démystifier toute le reste de la magistrature de notre pays, les membres composant ce corps formant un bloc, une entité républicaine indivisible.

    J'invite donc les esprit libres épris de hauteurs trans-républicaines à cracher sur notre Justice française.
    <o:p></o:p>

    C'est gratuit, c'est simple, c'est courageux et c'est JUSTE.<o:p></o:p>

    713 - L'état de notre police

    J'ai remarqué que pour faire un bon policier, au moins en France, il fallait correspondre à un certain type d'individus, presque caricaturaux. <o:p></o:p>

    L'État recrute des abrutis pour la sécurité intérieure du pays, je le confirme par l'expérience que je commence à avoir au contact de notre police. Pas dans cent pour cent des cas bien sûr. Quelques éléments de la police, en effet, sortent du lot. En général les chefs et quelques rares subalternes et officiers de base. Eux sont réellement plus subtils, cultivés et courtois. Ils n'ont rien à voir avec les éléments communs de ce corps étatique.<o:p></o:p>

    Je suis bien obligé de me rendre à l'évidence : les policiers sont presque tous de loyaux imbéciles, d'honnêtes brutes, des canailles disciplinées. Pas tous, mais une certaine majorité.<o:p></o:p>

    Jusqu'alors je m'étais toujours refusé d'émettre des jugements primaires, à l'emporte-pièce sur la police française. La plupart du temps, seuls les esprits épais, les êtres vulgaires et sans éducation éprouvent ce genre d'opinion sotte et tranchée envers la police. Ceux-là pensent ainsi par ignorance, haine stérile ou simplement par indigence, voire alcoolisme chronique. <o:p></o:p>

    Je ne connaissais la police que de loin, sous ses apparences les plus flatteuses, officielles. J'étais alors au contact d'une police bien vêtue, polie, aimable, serviable dans la rue avec les citoyens. Je n'étais jamais entré dans les commissariats.

    Aujourd'hui, en toute connaissance de cause, je peux avoir un avis à peu près juste, sain et authentiquement impartial sur les hommes qui composent notre police.

    Racisme, analphabétisme, agressivité, violence, bêtise, pauvreté intellectuelle, immoralité : tels sont les vices et tares partagés par la majorité des membres composant la police française. Bref, tout ce qu'il faut éviter pour faire un policier digne de ce nom. A croire que l'État recrute dans les prisons, les maisons de corrections, à la sortie des plus sordides discothèques de province, au bois de Boulogne la nuit ou bien sur les trottoirs les plus mal famés de la capitale...
    <o:p></o:p>

    Je n'ôte pas pour autant à ces policiers que je critique le droit d'être ce qu'ils sont, avec leurs tares et outrances. Je respecte les êtres comme ils sont. Chacun son caractère, ses qualités et défauts, chacun son rythme et son niveau sur le lent chemin de la vie et du progrès. Simplement j'affirme avec vigueur que ces individus certes grands et musclés mais humainement peu évolués n'ont pas leur place dans les rangs de la police. <o:p></o:p>

    Je pensais que la jeune génération de policiers allait régénérer la vieille maison, donner un lustre définitif à ce corps en perpétuelle perdition... Las ! Les mauvaises moeurs policières semblent se transmettre entre générations. Cependant je reconnais que certains des jeunes policiers sont irréprochables et ce dans une plus grande proportion que chez les plus anciennes générations. Il y a eu un réel progrès depuis une vingtaine d'années et c'est d'ailleurs très rassurant. Mais les autres, les autres qui forment la grande majorité de la police ne sont encore que le triste écho de leurs prédécesseurs... <o:p></o:p>

    Une seule explication à cela, selon moi (et cette explication vaut ce qu'elle vaut) : la police a surtout besoin d'éléments physiquement imposants, au caractère trempé et à l'esprit docile. Or ces critères très stricts ne se trouvent que chez une certaine catégorie d'individus, en général assez primaires sur le plan humain, limités quant aux capacités intellectuelles. Bien sûr la culture, la finesse et l'ouverture d'esprit seraient des qualités supplémentaires pour l'État qui recrute des policiers. Seulement rares sont les postulants répondant à tous ces critères. Alors les recruteurs prennent ce qu'ils trouvent, à défaut de mieux.<o:p></o:p>

    Résultat : nous sommes protégés par une majorité d'abrutis finis en uniformes. Et armés. Mais Dieu merci ! sous les ordres de gens plus éclairés qu'eux.<o:p></o:p>

    714 - Les bécasses osseuses

    Aberrations esthétiques de notre société obsédée par la minceur féminine : la mode des mannequins anorexiques.<o:p></o:p>

    Elles se prennent pour des créatures, des vestales, des hétaïres, ces grandes Camardes exhibant leurs os saillants sur les podiums de défilés de mode...<o:p></o:p>

    Ne sont-elles pas repoussantes avec leur long corps décharné, leur tête de mortes, leur poitrine de cadavres desséchés, leurs mains de sorcières ? Belles à faire peur !<o:p></o:p>

    Franchement affreuses comme des squelettes ambulants qu'elles sont, elles s'imaginent faire rêver le peuple des mâles... Seule la gent "bécassière" écervelée est éprise de ces mantes mondaines et tente d'ailleurs de lui ressembler : jeunes filles complexées parce qu'elles pèsent quarante deux kilos pour 1 mètre 70 et qu'elles se trouvent encore trop grosses. Ou pas assez maigres. Victimes de l'abrutissement du petit monde parisien s'étalant sur les pages glacées des revues aseptisées de la mode.<o:p></o:p>

    Ces longues connes de 1 mètre 72 et de moins de quarante kilos s'imaginent vraiment éveiller les viriles ardeurs avec leur corps comme un linceul ?<o:p></o:p>

    Mais qu'est-ce qu'elles ont donc dans la tête ces pintades à face de laitue ? Maigres et crétines. Comment des gens au goût esthétique aussi sûr que les créateurs de mode peuvent-ils faire appel à ces poupées macabres pour mettre en valeur leurs créations vestimentaires ?<o:p></o:p>

    Mystère total auquel je ne peux donner d'explication mais qui prouve en tout cas que la bêtise généralisée de cette société de bovins a atteint aujourd'hui les cercles les plus choisis !<o:p></o:p>

    715 - La marche sur le feu

    Dans le domaine indigeste des mystères éculés, des naïfs s'imaginent encore avoir affaire à l'inexpliqué à propos des fakirs du dimanche et de leurs dupes disciples marchant pieds nus sur le feu...<o:p></o:p>

    Sujet de questionnements abyssaux pour les cadres américains moyens en quête de "challenge" (dans le but d'améliorer la cohésion et la performance des employés de leurs entreprises) ou simplement pour les gros ploucs de la France profonde, la marche sur le feu n'a pas fini d'ébahir les gogos de tous poils et les pigeons de peu de plumes...<o:p></o:p>

    Nul besoin d'être grand gourou des "Adorateurs de la Connerie Humaine" ou même scientifique confirmé pour se rendre compte de l'extrême banalité du phénomène. Un minimum de bon sens suffit pour faire voler en éclat ce mystère de concierges, cette "énigme surnaturelle" des ménagères impressionnables : marcher sur le feu est à la portée de n'importe quel bipède venu. <o:p></o:p>

    Aucune force mentale, aucun don particulier n'est nécessaire pour poser le pied sur la braise sans grand dommage. Les lois les plus élémentaires de la physique permettent tout simplement ce "prodige", à condition bien entendu de ne pas s'attarder bêtement sur les cendres brûlantes... <o:p></o:p>

    Les lois physiques et mécaniques sur les échanges de chaleur entre les corps qui sont en action ici n'interdisent pas de marcher sur le feu avec le sourire. Sans traumatisme physique, donc. Dans une certaine mesure bien entendu : selon certaines conditions de sécurité. Pour peu que vous n'enduisiez pas sottement vos pieds d'essence ou d'huile avant de vous balader sur les braises et que vous alliez d'un bon pas, vous ne vous enflammerez pas, n'aurez aucune grosse brûlure, n'endurerez nulle douleur insupportable. <o:p></o:p>

    Le délai d'entrée en action dangereuse de ces lois sur les échanges de chaleur à partir du premier contact entre la braise et la plante des pieds étant d'une dizaine de secondes (variable à quelques secondes près selon l'épaisseur de la corne de la plante des pieds, la température de la braise, le temps de contact du pied contre la braise, la pression du pied sur le brasier -donc le poids du corps du marcheur-, la surface du pied et le mode de la marche), vous pourrez marcher 10 mètres sans aucun dommage majeur. <o:p></o:p>

    Mais essayez de marcher 50 mètres, 100 mètres sur la braise... Vous vous apercevrez alors que, appliqué à ces jeux, le prétendu défi aux lois physiques ne fonctionne plus ! L'expérience a ses limites et si vous insistez un petit peu, la braise commencera par vous brûler la plante des pieds, "force mentale" ou pas. D'ailleurs aucun gourou paradant sur la braise, très curieusement, n'a jamais dépassé le nombre de mètres nécessaires qui risqueraient d'anéantir son "supra-pouvoir paranormal" et ainsi de l'exposer au ridicule, fatalement accompagné de brûlures, fort normales quant à elles...<o:p></o:p>

    Des imbéciles payent cher des escrocs pour effectuer ce genre de stage : juste pour marcher une dizaine de mètres sur le feu et se croire extraordinaires, s'imaginer dotés de pouvoir paranormaux ou bien se persuader être doués d'une force intérieure peu commune... <o:p></o:p>

    Comment peut-on être sot, crédule, décérébré à ce point ?<o:p></o:p>

    716 - Courageux comme un chien féroce

    Certes SADDAM HUSSEIN est mort avec dignité, courage et même avec un réel panache au bord de la corde. Une gifle pour BUSH devant qui il n'a pas perdu la face, au moins dans son attitude personnelle. <o:p></o:p>

    Il y avait même un certain comique qui se mêlait au tragique et au sordide, à travers les échanges du condamné avec l'entourage : SADDAM apparaissait comme un diablotin monté sur ressort, ne perdant pas son sens de la répartie à deux doigts du baiser de la Camarde. <o:p></o:p>

    SADDAM restait imperturbable, semblant prendre son exécution comme un acte banal.

    Tout cela n'empêche pas qu'il fut aussi l'incarnation du Mal.
    <o:p></o:p>

    Responsable d'une guerre ayant coûté la vie à un million d'êtres humains, sans parler des tortures et diverses autres injustices pratiquées sur son peuple, SADDAM HUSSEIN était un être malfaisant. Jugerait-on à présent un homme sur sa capacité à mourir avec courage ou lâcheté et non sur ses actes ? N'oublions pas que SADDAM massacrait et torturait aussi avec "courage"... Les grands oiseaux de son espèce en général ont un rapport particulier à la mort.<o:p></o:p>

    Côtoyant depuis toujours le Mal, la souffrance, la ruine, ils ont appris à étendre avec gravité et panache leurs grandes ailes noires. Prêts à affronter toutes les tempêtes, ils ne s'effraient pas plus de leur propre mort que de celle des autres, qu'ils provoquent en masses et au quotidien. Alors, courageux SADDAM ? Je dirais tout simplement mauvais. Fort dans l'orage. Digne dans le drame. Noble dans la hideur. C'était un homme de la nuit, il en avait les funestes éclats. Les verseurs de sang ont toujours le courage du mal, jamais celui du bien. <o:p></o:p>

    Ce qui n'empêche pas que BUSH soit malfaisant lui aussi. L'un a le chapeau de l'emploi, l'autre porte un masque d'honorabilité. Tous deux répandent mort, larmes, misères.<o:p></o:p>

    Ainsi les choses en ce monde sont nuancées, contradictoires, déroutantes. Tout ne s'accorde pas toujours ou alors tout peut être fait d'un bloc, comme les bouteilles sont à moitié pleines, à moitié vides, les arbres dissimulent des mulets, les forêts sont vierges et les vierges collectionnent des timbres. Un nazi peut passer pour un saint aux yeux de certains à la suite d'actes humanistes de sa part sans rapport avec ses convictions et actes nazis, une bonne soeur peut faire des casses sanglants à la mitraillette (c'est un exemple certes improbable mais non absolument impossible) ou bien un héros à la barbe d'airain peut se fracasser le crâne en glissant sur un escargot de Bourgogne.<o:p></o:p>

    Oui SADDAM HUSSEIN est mort avec éclat et il a sinon forcé l'admiration, du moins étonné le monde entier.<o:p></o:p>

    Il n'en reste pas moins vrai qu'il fut un grand criminel, le fait de mourir le regard clair n'empêchant pas d'avoir les mains sales.<o:p></o:p>

    717 - De la confiture d'Abbé Pierre

    Les journalistes ne sont que de vulgaires arroseurs de potagers mouillés, des chasseurs de moucherons armés de gros calibres, des messies de l'insignifiance.<o:p></o:p>

    Récemment ils nous ont servi de l'Abbé Pierre froid à la pelle, au quintal, à la tonne, du parfumé aux cinq épices, du laqué accompagné de ses carottes, du sous forme de sirop épais, du lubrique, du chaste, du bien sucré, du plus croustillant, du beurré au sel de Guérande, du gros sec, du qui sent bon, du qui pue, du qui fait pisser, du qui constipe, du qui fait dégueuler...<o:p></o:p>

    Abbé Pierre labellisé vendu par paquet de trois pour le prix d'un seul, Abbé Pierre à droite, Abbé Pierre à gauche, en haut, en bas, au travers de la gorge, au fond du trou...<o:p></o:p>

    Over-dose ? C'est précisément ce que recherchent ces vendeurs de lessive : vous carrer de l'Abbé Pierre dans les tripes jusqu'à vous en faire péter la panse ! Jusqu'à ce que se déclenche dans votre tête reformatée selon leurs normes ce réflexe libérateur qui fera de vous un citoyen laineux heureux d'appartenir à l'espèce bêlante, obèse d'informations stériles, engraissée à la pensée médiatique du moment. Abrutis par le matraquage incessant de ces journalistes à la solde du dieu des bovins, vous allez enfin vous précipiter sur leur camelote : éditions spéciales sur papier glacé, babioles-souvenirs à tête d'Abbé Pierre en authentique plastique pas recyclable, biographies complètes dégoulinantes de photos inédites, DVD sur la vie du défunt, et même lessive qui lave vos péchés de mauvais acheteurs, qui vous ôte la crasse anti-journalistes que vous avez dans la tête.<o:p></o:p>

    Un journaliste (de la télévision surtout), ça vit sur l'air du temps, les ronds de carottes, sur le vent, la fumée, l'illusion, le rien du tout.<o:p></o:p>

    Un journaliste, c'est fait pour nous dire qu'il pleut quand il pleut, qu'il fait beau quand il fait beau, qu'il fait nuit quand le soleil se couche, qu'il fait jour quand il se lève. Bref, un journaliste c'est fait pour vous raconter de cent manières différentes ce que vous savez déjà depuis toujours : la lune est ronde, un carré a quatre côtés, les roues tournent sur elles-mêmes, vous êtes des imbéciles, l'Abbé Pierre est mort... Toutes ces vérités vérifiées mille fois, les journalistes s'ingénient à vous les rappeler chaque matin, chaque midi et chaque soir de vos vies de ruminants.

    Mais la dernière pelletée de terre a déjà recouvert la dépouille de l'Abbé Pierre, les journalistes passeront bientôt à un autre gueuleton médiatique.
    <o:p></o:p>

    Je pressens une très prochaine indigestion de "Ségolène-patates-poireaux" accompagnée de sa sauce Sarko... <o:p></o:p>

    718 - Les nuisances de la publicité

    La publicité est un déchet culturel hautement nocif.<o:p></o:p>

    Les publicitaires en mettant en scène leurs produits vous font croire que vous êtes tous des héros, de braves gens ou de beaux esprits alors qu'en réalité vous êtes tous des minables, des lâches, des crétins finis. <o:p></o:p>

    Ils vous montrent la vie et le monde selon des critères flatteurs, mensongers, outranciers, dans le seul but de leur mise en vente. Ils vous assurent, images et discours percutants à l'appui, que vous êtes des hommes dignes de ce nom. Mais moi je sais bien que vous n'êtes que des chiens. De misérables toutous même pas méchants : juste mis sous les somnifères de la pensée que vous avez vous-mêmes achetés. Et au prix fort encore. <o:p></o:p>

    Vous ne bronchez pas quand on viole votre cerveau à grands coups de matraques télévisuelles, radiophoniques. Les maquereaux de la pensée parviennent même à vous faire rire. Manière habile de vous rallier à leur cause. <o:p></o:p>

    La publicité, par son caractère trivial, populaire, faussement artistique heurte ma sensibilité d'aristocrate en particulier, offense le goût en général par son aspect clinquant, par ses artifices vulgaires, par ses éclats mensonger, ses bassesses de vue, de forme et de fond. Elle est une atteinte parfaite à la Beauté.<o:p></o:p>

    Mon rôle est de dénoncer l'abrutissement ambiant, de détourner les humains-bovins de leurs passions vulgaires, ineptes, de leur désigner des sommets et non des insignifiances.<o:p></o:p>

    J'ai pour la publicité un mépris définitif. Si c'est un art, alors c'est l'art de vendre du vent, l'art de tisser le mensonge, l'art de faire rêver les moutons afin de les faire mieux bêler. Il n'y a aucun rapport entre l'Art et la publicité, deux choses résolument incompatibles. L'esthète ne peut éprouver que mépris pour la publicité, oeuvre béotienne par définition.<o:p></o:p>

    Je ne fais qu'enfoncer des portes ouvertes ici. Il est bon cependant de rappeler la nocivité de la publicité, expression la plus achevée de la vulgarité, de l'ineptie, de l'abrutissement de masse que certains esprits contaminés par les médias assimilent à l'Art.

    719 - Anti-pédophilie : excès et chasse aux sorcières

    Il y a vingt ans la pédophilie passait quasi inaperçue. La preuve : Conh-Bendit a avoué sa pédophilie (que je crois réelle, sinon c'est un menteur et je ne fais plus confiance aux écrivains qui s'épanchent dans leurs livres) devant les caméras de la télévision dans une célèbre émission présentée par Bernard Pivot et personne n'avait réagi à l'époque. N'est-ce pas la preuve flagrante qu'il y a des scandales à la mode et des révoltes conditionnées par les médias ?<o:p></o:p>

    Il y a trois siècles la torture ne révoltait personne. Aujourd'hui les révoltes sont savamment choisies selon la sensibilité et les besoins du moment. Qui de nos jours est outragé par l'Armée, institution légale où l'on apprend à tuer son prochain avec méthode et adresse, par les abattoirs où l'on assassine encore des chevaux au nom de la gastronomie, etc. ? Qui s'offusque de tout cela ?<o:p></o:p>

    Lecteurs, il y a vingt ans vous ne vous seriez pas offusqués de la pédophilie comme vous le faites aujourd'hui, car aujourd'hui vous êtes dans le courant de la pensée ambiante. Et vous le suivez, tout simplement. <o:p></o:p>

    Ce qui est grave, car cela signifie que si la dénonciation de la pédophilie n'était pas à la mode aujourd'hui, vous ne dénonceriez pas la pédophilie : elle ne vous gênerait nullement comme elle ne gênait pas grand-monde dans les années soixante-dix.

    Comme la plupart des contemporains, votre humanisme ne découle pas de la qualité de votre coeur ni de la beauté de votre esprit, mais du courant de pensée qui vous emporte. En effet, si tel n'était pas le cas vous auriez dénoncé (à contre-courant) les abattoirs ou les boucheries par exemple.
    <o:p></o:p>

    Vous dénoncez la pédophilie comme d'autres défoncent des portes ouvertes. Moi je dénonce l'ineptie de la pensée ordinaire qui consiste à régler la morale universelle sur les textes de loi. Comme si les textes de loi avaient valeur universelle... N'oubliez pas que les textes de loi changent au gré de l'évolution des moeurs, des progrès de la civilisation. Hier la question de la torture ne se posait pas. On appelait cela la "question". Ces pratiques barbares légales étaient admises par tous. Seuls les êtres évolués dénonçaient la torture. Il en est de même aujourd'hui à propos d'affaires qui vous paraissent anodines. Les vrais humanistes ne sont pas toujours ceux qu'on croit. Vous êtes anti-pédophiles parce que les textes de loi vous demandent de l'être.<o:p></o:p>

    Par la seule qualité de votre conscience personnelle vous serez d'authentiques anti-pédophiles, et non par obéissance à la loi qui vous demande de l'être ou parce que c'est à la mode, socialement valorisant d'être anti-pédophile et de le montrer.

    Et si demain la loi vous demandait d'être de véritable enragés contre les détracteurs de mon espèce ? Vous le seriez.
    <o:p></o:p>

    Rappelons-nous que la pédophilie en elle-même n'a jamais été un crime. Le fait d'être sujet à des pulsions heurtant la morale, à contre-courant des moeurs, et même franchement contre-nature n'est en soi pas répréhensible. Etre né avec la peau blanche ou noire ne constitue pas une offense à la loi, ni à la morale. Il en est de même pour les orientations sexuelles des individus. <o:p></o:p>

    Etre pédophile, c'est-à-dire se sentir sexuellement attiré par les enfants, n'est en soi pas une chose illégale ni même immorale, je le répète. Un prêtre peut se sentir profondément pédophile, cela n'a jamais constitué un péché, encore moins un délit. Le pape lui-même peut être foncièrement pédophile (il l'est d'ailleurs peut-être, qui peut vraiment savoir ?), cela ne pose nullement de problème.<o:p></o:p>

    Nul n'est responsable de sa sensibilité sexuelle.<o:p></o:p>

    Le seul mal n'est que dans le passage à l'acte, et exclusivement dans le passage à l'acte sous quelque forme que ce soit. La loi et la morale ne reprochent pas aux pédophiles d'être des pédophiles, c'est-à-dire d'être nés ainsi, mais seulement le fait de passer à l'acte. La nuance est capitale. Tant qu'il n'y a pas passage à l'acte, n'importe qui peut revendiquer être un pédophile irrécupérable. Personne ne peut reprocher à quelqu'un de se sentir sexuellement attiré par les enfants, de même que personne ne peut reprocher à son semblable de préférer le chocolat à la fraise des bois.<o:p></o:p>

    Les prêtres pédophiles, tant qu'ils ne commettent pas de passage à l'acte, demeureront des gens fort recommandables. Leur pédophilie patente, tant qu'elle est contenue sur le plan social et personnel ne me gêne d'aucune manière.<o:p></o:p>

    Ne confondons pas pédophilie latente (ou pédophilie contenue) et passage à l'acte, deux choses fondamentalement différentes. Sinon, c'est comme si l'on confondait simple envie de tuer son voisin avec assassinat effectif. Ne lynchons pas la catégorie des pédophiles honnêtes qui, conscients du problème, ne passent jamais l'acte avec l'autre catégorie, les pédophiles sans conscience qui donnent corps à leurs pulsions.<o:p></o:p>

    La pédophilie congénitale répétons-le n'est pas un crime. Sinon le fait d'être né bossu, invalide ou attardé mental serait également un crime, et cela justifierait le racisme.<o:p></o:p>

    720 - Souffrir pour être laide

    Jennifer est un produit.<o:p></o:p>

    Dix-huit ans, jolie, vulgaire, sotte, inculte, elle a décidé de s'épiler, devenir blonde, se faire réduire le volume mammaire, remodeler les pommettes et gonfler les lèvres.

    Banal.

    Après six mois de travaux forcés mais nécessaires sur son corps juvénile et sa face de "dindonnette" caquetante, Jennifer est enfin devenue comme elle le souhaitait, c'est-à-dire uniforme, incolore, aseptisée, insipide, "poulaillère".
    <o:p></o:p>

    Bref, sans intérêt. Cela dit sa cervelle n'a pas bougé.<o:p></o:p>

    Jennifer est très fière : elle a accédé à une forme contemporaine de laideur populaire, certes démocratique mais qui n'est pas pour autant à la portée de toutes les finances...<o:p></o:p>

    Depuis ses multiples passages sous le scalpel de son "artisan esthéticien" et après s'être durablement endettée, Jennifer est donc devenue blonde, moche, maigre, malade.

    Mais heureuse.
    <o:p></o:p>

    D'autant plus heureuse que son bonheur est contrefait lui aussi, dans les règles de l'art...

    Enfin presque heureuse... En effet, il ne lui reste plus qu'à se faire sculpter les fesses en forme de coeur retourné et que sur ce nouveau cul charcuté son string soit bien visible derrière son jean-taille-basse afin de ressembler encore plus à sa chanteuse préférée du moment pour que son bonheur soit vraiment parfait.
    <o:p></o:p>

    721 - Leçon de séduction

    LES BELLES ET LES LAIDES<o:p></o:p>

    Amis blancs gantés, apprenez qu'une femme désirable est la première ennemie de l'esthète en tant qu'elle représente un danger pour sa crédibilité. Ce qui fait la grandeur du bel esprit, c'est que les femelles beautés s'inclinent devant lui et non l'inverse. La beauté des femmes leur confère un pouvoir immense, jusque dans les chapeaux de nos empereurs, aussi faut-il dès le premier regard contrer cette supériorité naturelle qui les rend si invincibles et je vais m'employer à vous expliquer la manière de procéder dans ce difficile exercice de domination. J'évoquerai brièvement le cas des laides, beaucoup moins fâcheux.<o:p></o:p>

    Ne flattez jamais la beauté d'une femme. Même pauvre, sotte, méchante, sans éducation, une femme qui se sait belle triomphera de tout. Partout, toujours. La plus grande force d'une femme consistant dans son éclat, la meilleure façon de rester le dominant est encore de le lui contester. Tout en finesse. <o:p></o:p>

    Plus la femme que vous désirez sera belle, moins il faudra vous intéresser à elle. Le prix de son hymen étant très élevé, vous agirez avec dissimulation, patience, perfidie, voire franche cruauté. Ne craignez pas d'être odieux avec les femmes de grande beauté. Accoutumées à exercer leurs charmes venimeux sur la gent masculine, les créatures sont loin d'ignorer les rouages de la férocité... Dans cette situation inédite, c'est contre elles que s'aiguiseront les crocs de la séduction et vous qui tirerez les fils du pantin. <o:p></o:p>

    Les belles femmes n'ayant pas l'habitude d'être traitées avec dédain, surprenez-les ! Sur vous elles lèveront les yeux. L'indifférence pour une belle femme étant la pire des offenses, vous en abuserez jusqu'à ce que, excédée par votre mépris, elle vienne vous manger dans la main. Dès cet instant vous deviendrez le maître du jeu : elle la mouche, vous le lion. <o:p></o:p>

    Le secret de votre succès ? Les belles femmes, nécessairement orgueilleuses, ne supportent pas de ne pas séduire... C'est sur ce point sensible qu'il faut influer. A votre injurieuse indifférence, elles réagiront avec une sorte de panache suicidaire en se jetant à vos pieds, folles non pas de vous mais de leur propre image.

    La beauté et ses poisons constituant leur mode d'action et de pensée privilégié (le fonctionnement psychologique de ces femmes étant essentiellement basé sur l'aspect avantageux de leur personne), osez remettre en cause leurs plus chères certitudes. Elles s'en émouvront, bien qu'elles feindront ne point en être touchées.
    <o:p></o:p>

    La grande règle avec les belles femmes, c'est de ne jamais ramper à leurs pieds. Succomber à cette faiblesse, c'est déchoir de son statut de seigneur.<o:p></o:p>

    Quant aux laides, vous leur ferez croire qu'elles sont belles. Ces jouets de chiffon, beaucoup plus malléables il est vrai que les poupées mondaines, ne vous en seront que plus dévouées. Toutefois soyez subtils si vous voulez qu'on vous croie : ornements de langage (sans en abuser), savantes amabilités et charmants détours seront vos meilleurs alliés lors de ces piètres conquêtes. <o:p></o:p>

    Bien entendu votre ton sera posé, sage, voire grave. Solennel même (votre pompe ne sera jamais ridicule aux yeux d'une femme laide, au contraire). Et vos mots, choisis mais non excessifs, parleront de choses vraies, à portée de vue. Ne soyez ni légers ni irréalistes avec les laides. Les femmes sans charme affectionnent plus que tout autres les séducteurs rassurants, les discours proches. Avec des artifices somptueux vous ferez rêver une créature, mais avec des leurres simples vous mettrez un laideron en extase.<o:p></o:p>

    Jamais un laideron ne méprisera un flatteur, pourvu qu'il sache simuler les accents chastes de la sincérité. Une femme même très laide restera toujours une femme : sensible aux mots veloutés de l'amour. Elle sera éveillée, attentionnée, séduite par vos mots sucrés, surtout s'ils sont banals et attendus : le tout est de porter un masque de grande sincérité. Renforcez ainsi le sol de son propre terrain, son éducation fera le reste : conditionnée comme toutes les femmes par certains schémas mentaux primaires mais efficaces, la femme laide y cèdera plus facilement que les autres, n'ayant pas de plus impérieuse exigence que de se sentir aimée. <o:p></o:p>

    Ainsi aucun cheveu de femme ne doit dépasser le front de l'authentique esthète. Cela dit, seules les belles femmes resteront les vraies adversaires de la canne et du chapeau. Les sujets plus communs, voire les vrais laiderons, auront droit à l'indulgence du bel esprit qui daignera leur cracher à la face non pour l'honneur mais pour la forme.<o:p></o:p>

    722 - Un trait de lucidité

    Je viens d'avoir un éclair de lucidité.<o:p></o:p>

    En passant dans la rue en voiture tantôt, je vois un clochard dormir sous un abri-bus. Un vrai clochard à l'ancienne : barbu, puant, alcoolisé, en guenilles. Plus loin je passe devant l'église du quartier du Pré, petite enclave bourgeoise dans la ville mancelle. Dans cette église plutôt huppée (mobilier soigneusement encaustiqué et oeuvres d'arts de prix accrochées aux murs) se réunit chaque dimanche la chrétienté locale.<o:p></o:p>

    Subitement me vient une pensée d'une simplicité confondante, éclatante de bon sens : comment le curé d'une paroisse aussi rutilante peut-il continuer à s'occuper à astiquer le mobilier de son église quand dehors à deux pas de chez lui son frère se gèle les pieds à dormir sous un abri-bus, imbibé d'alcool, désespéré, méprisé de tous ? La religion me dis-je, est-ce donc d'abord une affaire de messes le dimanche, d'entretien du mobilier des églises, ou bien est-ce quand il le faut une affaire d'hommes, de fraternité vécue, concrète, une affaire de rencontre avec le miséreux du coin, et sans prendre de gants ?<o:p></o:p>

    Je ne suis pas allé plus loin dans ma réflexion. Je me suis simplement arrêté à l'évidence. Volontairement.<o:p></o:p>

    A présent je commence à douter de la valeur des vocations de certains prêtres à cheval sur la qualité des plis de leur soutane, à douter de la pureté des intentions de l'Église officielle pleine de faste... Je me trompe peut-être cela dit, n'étant pas dans le secret des coeurs. Je ne fais qu'interpréter à ma manière une chose vue. Si la religion, les religieux et le sommet des églises qui tous, humains et cloches, prêchent la fraternité et la justice en ce monde ne font que s'organiser entre eux chaque dimanche de jolies messes avec de beaux chants et de rondes hosties, dédaignant cet homme dans la rue, alors à quoi servent les curés, les fidèles, bref tous ces croyants qui prônent un monde meilleur plein d'altruisme ? Je me pencherai donc sur le sort de cet homme en guenilles la prochaine fois que je passerai près de lui, si la honte du regard des autres ne me rend pas lâche. Et je serai à pied, donc à sa hauteur. Et non en voiture (la voiture est bien commode, elle permet de déculpabiliser les consciences). Non pas au nom de la religion mais au nom de la loi universelle et inaliénable décrétée par le coeur, aucune religion n'ayant le monopole de la fraternité.<o:p></o:p>

    D'où j'en conclus que la vraie religion des hommes de coeur, ceux qui ont une âme vibrante et non gelée, ne consiste pas en l'érection de belles églises ni en la régularité de la fréquentation des messes dominicales, mais dans le fait d'aller à la rencontre de ce déshérité qui souffre, et ceci bien entendu non pour la vanité de son petit ego mais pour l'amour de l'humanité.<o:p></o:p>

    L'élévation de l'esprit passe, que je sache, par la considération de son semblable dans sa souffrance. Chanter les hauteurs célestes tout en considérant comme secondaire la détresse de son voisin n'a pas de sens. En ce cas l'élévation n'a pas d'ancrage dans le concret. Elle n'est que pure théorie pour religieux frileux, humanisme de salon, légèreté mystique, voire franche foutaise. L'indifférence à l'égard du sort de son prochain est incompatible avec le désir d'ivresse de l'âme. L'on ne peut dignement s'enivrer, à mon sens, que de hauteurs basées sur le sol tangible de nos terrestres misères. S'élancer dans les airs oui, à condition de prendre appui sur la terre de nos réalités, c'est à dire sur des actes constructifs, humanistes et non sur d'inconsistantes, stériles rêveries sans rapport avec le monde réel qui nous entoure. Du moins la vue de ce déshérité dormant sous l'abri-bus m'a-t-elle fait intimement prendre conscience de la chose aujourd'hui.<o:p></o:p>

    On peut certes fonder une société et baser une culture sur des oeuvres tangibles et durables tels des cathédrales, des châteaux, des pyramides, mais on peut tout aussi bien baser des sociétés, des cultures sur l'immatériel, l'esprit, l'acte altruiste et non l'objet stérile. L'Art, la culture, l'Histoire ont bon dos pour excuser les injustices millénaires, comme si la pierre était indispensable à la hauteur, la permanence de notre pensée... Je ne crois pas au prétexte de la grandeur d'une société basée sur ses monuments ou oeuvres d'art. N'existe-t-il pas des cultures sans écriture exclusivement basées sur l'oral ? Ce sont pourtant des cultures à part entière, ni plus ni moins éclatantes que les autres.<o:p></o:p>

    Je ne dis pas que les églises de pierres sont vaines, je dis que les églises sans le coeur, cela ne vaut rien.<o:p></o:p>

    723 - Le germe divin

    Le sujet est aussi vieux que le monde, vaste comme le ciel et la terre, abyssal, sombre, tragique et agité à l'image des océans, mystérieux, serein et solennel -voire extatique-, ainsi que la voûte étoilée, tout cela à la fois puisqu'il s'agit de l'univers intime qui gronde dans le coeur de l'homme, quand il ne murmure pas pour faire place à un chant, une prière, un rire d'enfant... Aldéhy peint l'humanité entière. Mieux : il raconte l'histoire de chacun d'entre nous. Adam et Ève, c'est vous, c'est moi, c'est l'autre. Ses tableaux sont nos miroirs : ils affirment notre condition humaine, de la naissance à la mort.<o:p></o:p>

    Au fil de l'eau, omniprésente dans les tableaux, la quête du couple originel n'a pas de fin. Étape par étape, tantôt radieuse, tantôt méditative, Adam et Ève ouvrent la route à leur descendance. Aldéhy, à travers des sortes "d'interludes" -ou instantanées-, nous suggère l'éternel cheminement de l'homme dans sa marche vers son destin, que l'on devine certes pénible mais non funeste : rien de désespérant, en effet, sous le pinceau de l'artiste. Si parfois chez Aldéhy la lumière côtoie l'ombre, la première prend largement le pas sur la seconde. L'éclat de ses peintures, procédant à l'évidence d'autre chose que la simple virtuosité de coloriste, semble remonter des profondeurs de son âme. <o:p></o:p>

    Ses personnages évoluent dans un espace physique, onirique et poétique où l'eau rythme leur progression. Le chemin, interminable, âpre mais rédempteur, durera aussi longtemps que l'humanité sera debout. Le monde en plein essor où sont condamnés à vivre Adam, Ève, Abel et Caïn n'est-il pas l'écho vif, bruissant et tempétueux, mais aussi calme et radieux de leur nouveau destin d'hommes où tout commence, tout se joue ? Ses tableaux sont des aires de repos où l'on s'attarde sur l'homme -figé dans des scènes immortelles- pour mieux le contempler dans ses attitudes fondamentales, de la gravité à la légèreté en passant par des nuances plus tranquilles. <o:p></o:p>

    L'on s'émeut devant des paysages de genèse du monde où Abel et Caïn, ingénus, si fragiles et si grands à la fois -eux les petits d'hommes-, arborent ces visages presque connus avec leurs traits qui nous sont si proches... Ces tableaux s'adressent à nous-mêmes, collectivement mais aussi individuellement. Ils s'adressent à notre époque. Universels, intemporels, les visages, les éléments demeurent par conséquent interchangeables. C'est que le peintre, en effet, prenant modèle sur ses propres enfants, produit un raccourci fulgurant : en peignant ces visages actuels, il échappe aux contraintes conventionnelles, s'ouvrant à nous tous sans restriction. Sa peinture va bien au-delà des simples limites esthétiques du genre : l'auteur s'affranchit des grandeurs académiques pour se mettre à notre portée. Et c'est bien pour cela précisément que son oeuvre nous touche. Elle parle, simplement, non pas de pontife à disciple mais de mortel à mortel.<o:p></o:p>

    C'est toute l'originalité, mais surtout l'humanité de l'oeuvre d'Aldéhy.<o:p></o:p>

    724 - Les miroirs de Mourre

    Quand on se regarde dans un miroir de Daniel Mourre, on réfléchit : l'art est une grande affaire qui pose les vraies questions. Que dire de ces glaces aux parures ouvragées comme des écrins ? Avec de telles oeuvres, le cadre vaut le contenu, l'essentiel étant moins le reflet que l'ornement. Ici le cadre est objet d'art à part entière : c'est lui que l'on contemple. On admirera les sculptures élégantes et voluptueuses qui confèrent aux objets un certain académisme. Narcisse en oublierait son propre éclat. <o:p></o:p>

    Fenêtres ouvertes sur bien des perspectives, les miroirs de Daniel Mourre nous interrogent sur la place de notre image lorsque celle-ci se combine à l'art. Rôle secondaire ou prolongement insaisissable de l'oeuvre ? Objet central du cadre ou accessoire superflu ? La question mérite au moins d'être posée. Quoi qu'il en soit, l'effet est saisissant. <o:p></o:p>

    Le reflet est fuyant, l'art persiste. Les oeuvres de Daniel Mourre valent que l'on y regarde de près. De tout près. Éternels jeux de miroirs où le spectateur se pâme sans jamais se perdre de vue... <o:p></o:p>

    725 - De l'oeuf à l'art

    Etranges sculptures que celles de Daniel MOURRE. Formes verniennes, ovoïdales se parachevant dans des figures imaginaires qui ne manquent pas de style, ces conceptions évocatrices s'imposent avec vigueur comme autant d'objets de curiosité. <o:p></o:p>

    A la fois inédits et familiers. <o:p></o:p>

    A travers ces gros oeufs daliens on assiste à la rencontre surprenante de la courbe formelle avec l'angle fantaisiste. L'inconscient n'est pas loin, qui semble prêter ses mots à l'artiste : oeufs de l'esprit qui sont des sortes de songes... <o:p></o:p>

    Le sculpteur a pondu, sans le savoir peut-être, ce qui gît au fond de chacun. Ovule accompli ? Ventre maternel en éternelle gestation ? Coquille qui s'ouvre sur le monde des rêves ? Porte entrebâillée à mi-chemin entre onirisme et   réalité ? <o:p></o:p>

    Mais plus qu'un simple retour sur soi, les oeufs de MOURRE avec leurs tiroirs mystérieux, leurs jaillissements insolites, leurs excroissances baroques ne seraient-ils pas en définitive le commencement de tout ? L'auteur nous plonge d'emblée dans la perplexité : qui de l'artiste ou de son oeuvre mène la danse ? Est-ce le maître d'oeuvre qui naît à lui-même à travers ses créations ou est-ce l'oeuf qui accouche de son auteur, qui l'inspire au fil de ses propres pontes, comme s'il était lui-même fasciné par ces formes suggestives, exalté par ces ovoïdes sortis de ses mains et qu'il faudrait personnaliser, tordre, remodeler jusqu'à leur donner "forme humaine" ? Ici l'éternelle "rivalité" entre l'oeuf et la poule prend tout son sens. <o:p></o:p>

    Comme tous les oeufs fécondés par leurs créateurs, ceux-ci recèlent nécessairement leur part de mystère. Laissons-les achever leur lente éclosion au soleil de l'Art. <o:p></o:p>

    726 - Au fond des couleurs

    Dans les conceptions linéales de Colette Cotte, scènes, animaux, personnages entre allégorie et fantasmagorie -rêve et raison diront certains-, pas de place pour l'ombre. Toute obscurité est chassée de l'oeuvre. Partout, l'éclat, l'or, l'azur, la lumière.

    La couleur n'est pas qu'au centre de ses tableaux, elle est aussi autour, elle déborde de ses sujets pour venir caresser notre imagination. Ces peintures apaisantes ont une place de choix dans les coins familiers de notre mémoire collective : ces scènes sans heurt qui en disent plus long qu'elles voudraient nous le faire croire, n'évoquent-elles pas les grands tableaux sages et silencieux qui nous tenaient compagnies dans les salles d'attente feutrées de notre enfance ?
    <o:p></o:p>

    Rappelons-nous : de semblables scènes accrochées aux murs, à la fois proches et mystérieuses, intimes et énigmatiques, peuplaient autrefois nos têtes rêveuses...

    Enfants songeurs, nous le sommes redevenus devant les tableaux de Colette Cotte : les chevaux, cavaliers et mages traversant les décors oniriques de nos premières années, et qui nous berçaient vaguement, continuent de nous poursuivre à travers son pinceau.
    <o:p></o:p>

    727 - L'or du peintre

    Afin de mieux faire connaître son oeuvre, j'ai proposé à Aldéhy de rédiger un texte de présentation qui soit à la hauteur de son art.<o:p></o:p>

    L'exercice a d'autant plus de mérite qu'il m'est par principe difficile de parler des oeuvres des autres (aussi bien celles de mes proches que de mes "détracteurs", pour ne pas dire mes "ennemis") avec cette coutumière et prétendue "impartialité" des critiques du genre. Étrange "objectivité" pleine d'indulgence qui semble, en effet, être la règle dans le milieu... Ce qui dans pareils cas fausse bien évidemment les avis qui se prétendent être au service de l'Art. Les analyses de ces "spécialistes" plus ou moins dévoyés à des causes peu avouables (amitié, copinage, rémunération, échange de services) ont-elles un réel intérêt dans le contexte actuel de l'Art où la diversité, la multiplicité, l'excès, l'inflation des productions picturales rendent leur promotion si difficile et par là même oblige à la rigueur la plus élémentaire, à la vigilance la plus extrême au lieu de ces suspects, systématiques panégyriques ?<o:p></o:p>

    En outre, et on verra peut-être la chose comme une singularité, voire comme une de ces belles contradictions qui font parfois l'exception, donc le prix (ou la nullité, l'affaire étant à double tranchant...) de tel ou tel art, je ne suis personnellement pas (ou peu) versé dans la peinture... Ce qui ajoutera à ma sincérité et à la spontanéité de mon analyse.<o:p></o:p>

    Pour parler des peintures de Aldéhy, je n'aurai par conséquent ni complaisance ni dureté. Juste ma sensibilité, rien que ma plume d'auteur honnête, sain, posé que seules animent la vérité, l'honnêteté, la simplicité. Qualités légendaires qui rendront mes sentences fiables, claires, crédibles. C'est en tout cas ma prétention, et je souhaite que tout artiste prenne comme un égal privilège mes piques et mes caresses, qu'il soit honoré autant par mes soufflets que par mes éloges. Là sont mes marques d'amitié vraie, sans aucun arrangement avec l'Art. <o:p></o:p>

    Mais entrons dans le sujet.<o:p></o:p>

    Voilà, Aldéhy a fait le choix -et pris le risque- des thèmes bibliques, pastoraux, pour ne pas dire virgiliens. Ou plus quotidiens. Ce qui est une façon comme une autre d'asseoir son art. Entre tradition et originalité, le peintre embrasse "large" donc... Que ce soient vues historiques ou individuelles, sujets académiques ou personnels, les thèmes abordés sont ouverts. <o:p></o:p>

    On s'embarque l'âme légère, l'esprit curieux, le coeur joyeux, ou parfois lourd, dans ces paysages aux horizons clairs traversés par des marcheurs prenant des destinations ultimes et graves (comme ce couple chassé de l'éden), dans ces vues citadines contemporaines, ces lieux parfois étranges ou familiers, ces scènes vivantes des cités avec leurs lumières ou leurs ombres, leurs passants ou leurs statues... Malice, ingénuité, proximité, complicité avec ces portraits de petits garçons grimaçant et souriant. Entre l'éphémère et l'intemporel, la spontanéité et l'universalité.

    Devant quelques autres conceptions baroques ou certaines scènes inattendues, surprenantes, on pourra certes être surpris. Ou heurté, selon la réceptivité de chacun. N'est-ce pas ce qui fait précisément le charme, le piquant d'un auteur ? Une chose est sûre : le pinceau est riche de ses tons acryliques avec lesquels l'auteur semble s'amuser, usant de toutes leurs possibilités, peu avare d'effets, imaginatif, prompt à faire jaillir lumière, couleurs, interrogations.
    <o:p></o:p>

    C'est, en effet, sur ce dernier point que vaut surtout la peinture de Aldéhy. Le spectateur n'est pas simplement charmé, étonné ou même figé dans un prudent, frileux retrait, il demeure également en questionnement devant ces formes vives, ces scènes oniriques, ces lieux énigmatiques, ces portraits bruts qui vous regardent en face ou bien de travers... Un point d'interrogation pour résumer l'oeuvre de Aldéhy, c'est peut être un peu bref me diront certains.<o:p></o:p>

     A ceux-là je répondrai qu'un questionnement en guise de récapitulation n'est-ce pas non plus un avenir royal pour une peinture, une voie ouverte sur l'infini ?<o:p></o:p>

    728 - Les notes perdues

    "Où sont les jouets cassés" est une perle de la chanson enfantine joliment accompagnée par le violon, un petit chef-d'oeuvre fleurant un XIXème siècle littéraire délicieusement obsolète, évocateur et charmant.<o:p></o:p>

    Avec son air nostalgique et immortel, tel "Lettre à Elise", cette chanson nous plonge dès les premières notes dans l'univers riche de nos souvenirs d'enfance. Par-delà l'évocation des jouets cassés, c'est le monde enchanteur et mélancolique propre aux enfants qui a été mis en paroles et musique : doux malaise des longs dimanches d'ennui, rêves tristes des siestes d'été et heures perdues à compter des petits riens...<o:p></o:p>

    729 - L'esprit de la loi

    Hans Schmitt est un brave, jovial et gras bavarois de 58 ans. Marié, quatre enfants géants tous grands buveurs de bière teutonne comme lui, il pratique avec assiduité le tourisme sexuel infantile. Mais exclusivement dans les pays où n'existe aucune réglementation pour la protection de l'enfance. Monsieur Schmitt a de la morale : il ne consomme que des enfants "autorisés".<o:p></o:p>

    Notre imposant citoyen germanique bouffe également de la saucisse pur porc matins, midis et soirs, accompagnée de bonnes grosses pâtisseries industrielles. Il s'impose ce régime fortifiant afin de soutenir l'économie triomphante de son pays où meurent de misère cybernétique quelques millions de déshérités n'ayant pas encore l'accès gratuit à Internet : monsieur Schmitt est un révolté sensible.<o:p></o:p>

    Mais notre homme décidément délicat se mit subitement à dégueuler à gorge déployée ses bonnes grosses saucisses de porc : la loi de son pays du jour au lendemain venait de changer. Il fut décrété que la saucisse de porc ne représenterait plus le produit national. <o:p></o:p>

    Monsieur Schmitt se mit aussitôt à la choucroute garnie, en conformité avec la nouvelle loi.<o:p></o:p>

    Il continua ainsi à vivre très heureux, assis sur son cul, sa gueule de boeuf bien en face de sa télévision, la conscience tranquille, le ventre débordant de bonne bière de Bavière.<o:p></o:p>

    730 - Pillage glorieux de mes textes

    Monsieur le Masque Rouge, <o:p></o:p>

    Je vous félicite pour ce pillage de mes textes hautement pédagogique ! La beauté du geste me touche. Merci de mettre en pratique mon idéal de partage universel et de gratuité des oeuvres intellectuelles ! Pillez, copiez, plagiez, signez de votre nom mes textes, je ne demande pas mieux ! <o:p></o:p>

    Certes pour être honnête j'avoue que je préférerais que l'on reconnaisse le véritable auteur de ces textes au lieu de voir un quidam être applaudi à ma place, cela dit je ne me fais guère de souci à ce propos : mes textes et mon style sont uniques, spécifiquement izarriens et par conséquent recèlent assez de force pour faire éclater mon nom à chaque paragraphe, même lorsque mon identité est masquée. Le lecteur perspicace ne s'y trompera pas...<o:p></o:p>

    Vous m'offensez en me signifiant que sur un mot de moi vous cesseriez ce glorieux pillage ! N'ai-je pas dit que je demandais à être pillé ? Pour qui me prenez-vous donc ? Pensez-vous que je n'aie pas de parole ? Pourquoi me contredirais-je ? Je souhaite que vous continuiez à utiliser mes textes pour votre gloire, la mienne et celle de la Littérature ! <o:p></o:p>

    Il y a des centaines de textes actuellement en ligne sur mon site, alors bon courage ! Profitez sans restriction de cette liberté qui devrait être la règle dans le monde idéal que depuis tout temps je conçois et que j'aime à imaginer proche. Si tous les amoureux de la littérature pouvaient apprécier mes textes comme vous le faites au point de les utiliser pour leurs propres comptes, je serais le plus heureux des internautes de la planète ! Répandez partout autour de vous la bonne nouvelle : mes textes sont gratuits, peuvent et DOIVENT être pillés, plagiés, utilisés sans nulle restriction ! Que mes textes soient ainsi pillés prouve qu'ils plaisent aux beaux esprits. En effet, mes écrits ne peuvent plaire qu'aux esthètes. Vous appartenez par conséquent à cette belle espèce et cela m'agrée singulièrement. <o:p></o:p>

    Merci encore de me rendre gloire par votre démarche qui m'honore. <o:p></o:p>

    731 - Le chantre de la pierre

    La mine est précise, le dessin ciselé, l'observation scrupuleuse. Rien n'échappe à l'oeil scrutateur du dessinateur, et surtout pas les signes tangibles des siècles chargés de légendes qui charment tant notre époque : le Luzéen s'est, en effet, spécialisé dans le dessin des monuments historiques. <o:p></o:p>

    Avec son souci du détail poussé à l'extrême, le Luzéen nous offre un travail soigné, net, fidèle, quasi photographique, sans pour autant tomber dans la stricte, froide illustration technique de l'architecte. Non, car il y a aussi l'âme de l'artiste dans ces relevés qui tiennent autant de la topographie que de l'art et de l'archéologie. A la fois ample et minutieuse, l'oeuvre est élaborée avec une patience toute monacale. Ainsi la "Tour Saint-Jacques" à Paris, érigée à la pointe de son crayon avec des traits d'orfèvre, est un exemple magistral de la maîtrise de son art. L'amour du travail bien fait exige de prendre son temps et le Luzéen le sait bien qui, en travaillant à révéler la patine, à nous raconter l'éclat des siècles révolus, à illustrer le visible et l'invisible, bref à transcrire l'essentiel de la pierre, nous initie aux mystères de l'Histoire.<o:p></o:p>

    C'est ainsi que, chose rare, ce technicien du crayon nous fait rêver. <o:p></o:p>

    Véritable géographe des mythes, le Luzéen met en relief le lustre des temps historiques. Il ne prend pas seulement l'empreinte de la pierre séculaire, il la fait bruire d'échos intimes et lointains... Avec lui l'Histoire se présente en habits d'apparat et robes longues, écussons et cottes de mailles, mais aussi en sabots et chemises de lin : pour nous, il convoque les princes et les gueux, les châtelains et le petit peuple qui hantent encore les vieux monuments. Ces ombres sans âge qui courent sur la pierre, il les capte sur son papier. Et les rend lumineuses. Le Luzéen côtoie les fantômes de granit et d'airain : cloches ou gargouilles, il les interroge, les sonde, tente de nous livrer leurs secrets.<o:p></o:p>

    Et nous écoutons... Et nous voyons sortir de la pierre qu'il dessine toutes ces âmes du passé, nous les sentons vivre à travers ses dessins en noir et blanc. N'en doutons plus : le Luzéen a l'art de faire revivre la pierre. <o:p></o:p>

    Et ressusciter les morts.<o:p></o:p>

    732 - Pantin public

    A propos de la chanteuse Britney Spears, voici un exemple de ce qu'est l'ineptie à l'état pur. <o:p></o:p>

    Cette femme d'une vulgarité inouïe à la solde de marchands de produits de discothèques à destination d'abrutis hormonés est une caricature de petite volaille nerveuse débitrice de musique à usage "commercial-chiottique" et de chorégraphie "gallinacétique". <o:p></o:p>

    Ce qu'elle chante est laid, insipide, affligeant, vide, creux, indigent. Aux antipodes du bon goût, de la mesure, des règles les plus élémentaires de ce que devrait être la musique. <o:p></o:p>

    Bien entendu, tout le monde est d'accord avec moi là-dessus. J'enfonce une porte ouverte ici. Alors pourquoi tant de degénérés indécrottables achètent encore ses disques, donnent leur argent chèrement gagné pour aller voir bouger sur scène son cul infiniment insignifiant de "dindonnette emplumée" élevée en batterie ?<o:p></o:p>

    Il faut que les foules soient complètement atteintes d'authentique crétinerie, écervelées, manipulées jusqu'à la moelle épinière par les marchands de disques pour aller écouter une putain de telle envergure qui chante des inepties que je crois inégalées, à ma connaissance...<o:p></o:p>

    Cette poulette yankee imberbe, piercée, "scalpelisée", reformatée incarne la déchéance de la jeunesse actuelle et même de certains adultes immatures. Une face chargée d'artifices douteux, un air d'une vulgarité extrême, une toilette à vomir, des moeurs béotiennes parfaitement insupportables.<o:p></o:p>

    Britney Spears est une offense même à la femme, la vraie. Une offense aux artistes aussi, aux vrais.<o:p></o:p>

    Cette poupée de latex est la honte de l'Occident, l'antithèse de la classe, un vivant outrage à la féminité, le symbole de la nullité féminine. Après cela, allez vous étonner que des femmes de fer fondent des mouvements féministes ultra radicaux...

    Je ne considère pas aussi sévèrement les individus pris à part, je m'en prends à l'état d'esprit de l'ensemble des personnes complices de l'abrutissement ambiant (une certaine catégorie de l'humanité : en général la populace, le tout-venant, le garagiste du coin, le téléspectateur de TF1, le petit esprit qui part en vacances de ski en hiver, bref le français moyen, le consommateur de base) victimes d'un affaiblissement temporaire -ou permanent- du ciboulot. Je raille ceux qui par leur conduite, leurs choix, leurs goûts infâmes, leur paresse intellectuelle, leur manque de discernement abaissent le niveau musical en cautionnant ce genre de chanteuse fabriquée sur mesure par les gros maquereaux à la tête de certaines maisons de disques, sûr que je suis de mon bon droit, de la supériorité de ma sensibilité musicale.
    <o:p></o:p>

    Ce genre de chanteuse yankee interchangeable m'est particulièrement insupportable. Quand je vois que des internautes publient sur DAILYMOTION les clips ineptes de cette créature triviale et sans talent, j'ai envie de leur dire ce que j'en pense, ce que je fais d'ailleurs ouvertement. Ces pauvres gens ne s'interdisent pas d'étaler publiquement leur indigence musicale sur DAILYMOTION, je ne vais pas me gêner pour leur dire ce que je pense de leur Bretney Spears, DAILYMOTION est fait pour cela précisément. <o:p></o:p>

    S'ils ne veulent prendre aucun risque de recevoir mes railleries sur leur espace personnel, ils ont la possibilité de ne pas poster les clips vidéos de cette putain américaine qui nous braille des nullités musicales jusque dans nos ascenceurs, nos kermesses, nos magasins de cabinets d'aisance.<o:p></o:p>

    Les abrutis sont partout, pullulent dans notre pays, sont présents sur les mers, dans les terres lointaines, envahissent tous les domaines de l'existence, allant jusqu'à piétiner les plates-bandes des beaux esprits de mon espèce. Les abrutis idolâtrent la nullité, l'ineptie, l'insignifiance, allant jusqu'à payer pour se gaver d'âneries. Ne méritent-ils pas de bons coups de pieds au cul izarriens ?<o:p></o:p>

    A ceux que ce discours déplairait, qu'ils sachent qu'il n'est nullement question de faire preuve de modestie ici mais de LUCIDITE. Je prétends que sur ce point les autres (ceux qui payent pour écouter brailler une imbécile "dindée" dans un micro) ont tort et que moi j'ai raison. Cela ne se discute pas, cette affaire subjective n'atteint pas la populace. Le Beau regarde les belles gens de mon espèce, je me dois de défendre la beauté, de dénoncer la vulgarité. Un bel esprit comme moi ne peut qu'avoir raison sur cette question essentielle et la populace tort puisque par nature, par réflexe, par infirmité de l'âme elle fait le choix de la laideur, de la vulgarité, de la bêtise. La preuve chez les disquaires, sur le NET, dans la rue.<o:p></o:p>

    Le Beau est constitutif du bel esprit qui raille, critique, toise, professe, pérore doctement, tandis que la laideur, la bassesse, la vulgarité caractérisent l'homme de la rue, l'automobiliste moyen, l'adepte de football, le pousseur de caddie, le payeur de place de parking, le possesseur de tondeuse à gazon, le propriétaire de maison Phénix, l'acheteur de CD de Britney Spears.<o:p></o:p>

    733 - La pierre pulvérisée

    Bien avant l'ère chrétienne les menhirs, les arbres et même les étoiles à travers d'abstraites constellations en formes d'animaux fabuleux remplaçaient nos églises. La croyance était dans l'air, l'autel était déjà en germe (et même plus élaboré qu'on ne le croit) dans l'oeil du berger, de l'analphabète, du cueilleur de baies sauvages qui s'interrogeaient sur les nuages, la lune, la tombe où gisaient leurs défunts. La pierre était habitée par des fées, des lutins animaient l'eau vive. Il y a eu des mystiques depuis la nuit des temps. Leur vue télescopique se manifestait sous d'autres formes que celles de notre ère. De même, des Hugo ont existé avant l'écriture. Ils n'écrivaient pas mais n'en possédaient pas moins des mondes intérieurs riches qui s'extériorisaient par d'autres moyens que l'écriture : oraux, picturaux, oniriques par exemples. Le fait que la plume et l'ordinateur étaient inconnus aux temps anciens n'a jamais rien ôté aux potentialités de l'esprit humain. Mais surtout, le mysticisme n'est nullement lié à la religion catholique dogmatique officielle. Le mysticisme est une sensibilité de la conscience éveillée aux réalités supérieures relatives à l'esprit et affranchie de toute chaîne dogmatique aliénante, une réceptivité aiguë de cette conscience au monde invisible et lumineux où évolue, progresse, se perfectionne l'être.<o:p></o:p>

    Les vrais mystiques se passent des églises, des dogmes religieux, des signes sacrés : la nature pour eux surpasse en beauté et vérité toutes les cathédrales qui ne sont que de pâles copies des oeuvres naturelles.<o:p></o:p>

    Cela dit, les églises, les autels, les rites pieux sont la syntaxe nécessaire au "discours démocratique et populaire" de la Vie. Sans cette structure grammaticale basique, qui est en fait une organisation de l'esprit comme les mathématiques sont une organisation du monde abstrait des chiffres, l'oeuvre du grand Architecte serait incompréhensible, inintelligible à l'homme de la rue. Les rites religieux, les églises, les chapelets ont leur utilité : ils permettent d'initier les âmes grossières aux richesses impalpables de l'esprit.<o:p></o:p>

    La lentille qui nous révèle l'existence des galaxies lointaines est tout humblement contenue dans une poignée de sable, à l'état brut. A travers ce sable brut le mystique voit directement le cosmos. Le profane quant à lui, pour percevoir la lumière des corps célestes invisibles à l'oeil nu aura besoin de faire fondre la silice contenue dans ce sable, puis patiemment la polir avant de la monter sur un tube télescopique. Grâce à sa vue intuitive extra-lucide le mystique fait l'économie de la fonte, du polissage, du montage de la lentille : pour voir les beautés de l'Univers il se contente d'une simple poignée de sable. Pour lui le mystère commence sous ses pieds, dans les grains aréneux. <o:p></o:p>

    A ses yeux une particule de poussière contient assez de miracles pour qu'il croie au reste de l'Univers et en perçoive les secrets éclats. La cathédrale, le missel, l'église sont le télescope du profane.<o:p></o:p>

    Seuls les êtres très évolués tels les mystiques peuvent se passer de ces intermédiaires palpables que constituent le mobilier sacré, les messes, l'organisation religieuse. A travers l'oiseau, le caillou, l'asticot, l'astre, les mystiques voient l'infini. Une molécule d'eau, un grain se sable, une mouche suffisent à l'esprit éveillé pour s'émerveiller et soupçonner le Ciel d'être l'auteur de ces prodiges que nous foulons du pied. Nul besoin au bel esprit de lui construire des édifices vertigineux. Il comprend vite, sans détour ni artifice. <o:p></o:p>

    Le peuple quant à lui, pour accéder aux hauteurs invisibles a besoin de diriger l'oeil vers la pierre sculptée, de caresser des missels, d'entendre des contes de fée religieux, de poser le genou sur le marbre. Cela est compréhensible, légitime, nécessaire. Tout comme la pyramide, la constellation ou le menhir, la cathédrale n'est que la forme. L'essentiel est ailleurs. Mais la forme est nécessaire pour la plus grande majorité des hommes. La pierre est secondaire certes, cependant elle est utile pour soutenir l'Esprit et le rendre visible afin qu'il se manifeste au vulgaire sous des aspects pompeux, spectaculaires plutôt qu'à travers l'évidence des miracles quotidiens qui l'entoure (qui entoure le vulgaire, je veux dire le peuple). Un brin d'herbe, une poussière, un chat, une étoile sont des réalités trop connues, trop quotidiennes, trop proches pour qu'elles puissent encore émerveiller l'homme du commun qui trouvera tout cela bien banal. <o:p></o:p>

    Il faut éblouir les abrutis pour les sensibiliser aux causes supérieures. Les églises sont faites pour cela, précisément.<o:p></o:p>

    734 - Les feux interdits

    A l'époque je venais d'entrer au séminaire : longue était ma soutane, brève ma vue.

    Mais bientôt troublé par la beauté d'un éphèbe de mon âge, je dus admettre l'inavouable évidence. Ma nature chavira : des flammes inédites s'éveillèrent dans ma chair, des séductions folles incendièrent mon âme. A l'inexpérience, l'ignorance, la mollesse de ma pieuse condition succéda une ivresse infernale. Mon coeur candide en proie à ces passions sulfureuses se mit à battre -pour la première fois de ma vie-, et de l'attente de voir se réaliser les abstraites et lénifiantes promesses faites par un clergé parfaitement dogmatique, promesses certes honorables mais qui me laissaient insensible, je passai aux tourments délicieux d'une réalité magistrale, immédiate, saisi par de plus vifs, plus ardents frémissements.

    Ces tremblements me firent pressentir les véritables sommets de l'existence, loin de mes studieux cours de théologie. L'Amour, le vrai, le tangible, le secret, l'impérieux, le brûlant, le honteux, le beau, le mystérieux, je le vivais dans ma chair, au fond de mon coeur, jusque dans mes songes, à chaque seconde du jour, le dédiant même à tous les astres de la nuit.
    <o:p></o:p>

    Aux antipodes de mes missels.<o:p></o:p>

    Je ne reniai point les hauteurs célestes pour autant, bien au contraire. Enchaîné à une cause aussi éclatante, je ne pouvais que louer l'Auteur de ces affres exquises. Auparavant la sagesse du livre saint, même avec ses ternes agréments, suffisait à me faire désirer porter la robe noire. Mais depuis que l'Amour était entré dans ma vie, depuis qu'à travers cette pédéraste alliance des corps et des âmes je venais de faire l'expérience divine, des ailes claires semblaient percer l'habit sombre que je convoitais tant. Je souhaitai plus que jamais endosser la bure sévère du prêtre, signe de mon appartenance à l'Eglise de l'Amour. Ce cruel paradoxe de l'amour constitué à travers cette tendresse sodomite que j'étais en train de vivre, n'est-ce pas précisément le grand paradoxe de Dieu ?<o:p></o:p>

    J'acceptais mon inversion sexuelle non comme une épreuve mais comme une bénédiction car c'est grâce à cette liaison que l'on dit éhontée qu'au séminaire l'excitation spirituelle la plus pure s'empara de mon être.<o:p></o:p>

    Gardant secret toute ma vie cet amour d'inverti, je fis un excellent prêtre que Dieu s'apprête à recevoir, maintenant que j'approche du grand Sommeil.<o:p></o:p>

    735 - Dieu n'est pas bête du tout !

    Dieu est un type bien, un être contradictoire mais très créatif possédant une personnalité tout de même assez complexe. Étonnamment doué pour les arts, la physique, le 100 mètres en natation, la mécanique automobile, il est imbattable aux échecs, incollable en Histoire. <o:p></o:p>

    C'est un poète qui a la bosse des maths.<o:p></o:p>

    Pas si sot, Dieu a choisi de se cacher pour mieux asseoir sa puissance. Cet animal est particulièrement susceptible : si on veut être dans ses faveurs il y a intérêt à croire à son entreprise multinationale. J'ai bien essayé de le mettre à l'épreuve, mais il est plus malin que l'on croit. Ainsi un jour au casino, alors que je venais de mettre mes derniers jetons dans une machine à sous, je me suis mis à le prier très fort : "si tu existes fais cracher le pactole à cette foutue machine qui m'a bouffé tous mes jetons, et là je croirai en toi, promis-juré !" Retenant mon souffle je mis mes derniers jetons, actionnai la manette, yeux fermés, doigts croisés... "Dieu si tu existes, fais que les rouleaux s'alignent sur les bons numéros " me répétai-je...<o:p></o:p>

    Les rouleaux n'en finissaient pas de tourner dans des cliquetis hystériques... Enfin ils s'immobilisèrent. Fébrile, j'ouvris les yeux.<o:p></o:p>

    Des chiffres apparurent, éclatants de promesses : je venais de décrocher le pactole !<o:p></o:p>

    Mais après une brève réflexion je me dis qu'en fait dans cet enfer du jeu, tirant les ficelles depuis les abîmes, c'est le diable qui venait de se manifester à moi, ce prince du mensonge et du hasard ! <o:p></o:p>

    C'est là que je dis que Dieu est une personnalité complexe, un être contradictoire, un sacré bougre de renard : la preuve que Dieu venait de me donner qu'il était bien derrière cette trouble affaire tout en ne l'étant pas, donc qu'il existait, était que je venais de gagner le pactole au casino. Ma prière avait été exaucée, bien sûr mais par qui ? <o:p></o:p>

    "Si le démon du jeu existe, c'est que Dieu l'a créé" pensai-je, perplexe.<o:p></o:p>

    Je fis don de mes gains à un pauvre diable qui tendait la sébile au sortir de l'établissement impie et ne remis plus jamais les pieds au casino.<o:p></o:p>

    Ainsi Dieu m’avait prouvé son existence en me dégoûtant des casinos. En creux il s'était manifesté : en me faisant gagner puis perdre aussitôt mes gains.<o:p></o:p>

    Il est fort Dieu, non ?<o:p></o:p>

    736 - Interview d'un damné

    Afin d'édifier les immoraux, assassins et autres odieux personnages se vautrant dans le vice, le Ciel m'a chargé d'une mission peu banale. <o:p></o:p>

    On m'a, en effet, présenté le pire des hommes qui vécut sur terre afin de le questionner, sorti du fin fond de l'enfer pour l'occasion. Ce n'était pas Hitler ni Gensin-Khan non, juste un anonyme, un homme du commun, simple, sans histoire si l'on peut dire... Un homme plein d'ordures qui toute sa vie s'adonna au crime, se rendant coupable d'horreurs, d'indignités, de bêtise et de bassesse. Le pire des hommes, disions-nous. Cette étrange affaire s'est passée lors d'un songe qui fut profond et troublant. Mais allons à l'essentiel sans plus tarder. Interview d'outre-flammes.<o:p></o:p>

    - Bonjour, parlez-moi un peu de vous. Qui êtes-vous, que faites-vous dans la géhenne ?<o:p></o:p>

    - Bonjour. Je m'appelle... En fait je n'ai plus de nom, je suis un damné. On me reproche mes actions. Il paraît que je suis le plus mauvais de tous les hommes ayant vécu sur terre. Je suis d'ailleurs resté fort longtemps sur terre où j'ai pu accumuler mes méfaits.<o:p></o:p>

    - Et quels sont ces méfaits qui vous valent d'être exclus des hauteurs paradisiaques ?<o:p></o:p>

    - J'ai tué, égorgé, éventré, brûlé, mis au supplice hommes, femmes, enfants. Je me suis amusé à mettre à mort mes semblables par les moyens les plus ignobles qui soient. Par milliers j'ai vu se tordre dans des souffrances inimaginables des enfants, des vieillards, des femmes. J'ai prolongé par tous les moyens leurs affres aux suppliciés, j'ai ri en entendant hurler et supplier mes victimes. C'était en temps de guerre, moi j'étais une bête. J'aimais ça tuer, répandre sang, désespoir, excrément. J'étais soldat dans une armée royale dans des temps où les Droit de l'Homme n'existaient pas encore, ivre de gains, assoiffé de guerre, je voulais m'amuser, m'enrichir, vivre. Il y avait de l'or a gagner lors de ces expéditions martiales, vous comprenez... J'avais le droit de tout faire alors j'en ai profité. J'étais le plus fort, le plus lâche, le plus atroce. Je ne vivais que pour le plaisir, que pour moi-même, que pour les biens matériels, n'hésitant pas à mentir, trahir, tromper, incendier, violer, étriper, tourmenter le premier venu afin obtenir l'argent, les femmes, la gloire, les vins. J'ai fait énormément souffrir les gens, surtout les enfants car c'était encore plus facile, plus amusant de m'attaquer à eux. J'ai fait cela en temps de guerre comme en temps de paix. J'étais ce qu'on appelle un abominable, un monstre, un démon. Le pire de tous les hommes qui ait jamais vécu sur terre.<o:p></o:p>

    - Vous n'aviez donc aucune pitié ? <o:p></o:p>

     - Aucune. Seuls comptaient mes profits personnels. <o:p></o:p>

    - Aviez-vous une femme, des enfants ?<o:p></o:p>

    - J'avais une femme et des enfants, oui.<o:p></o:p>

    - Et cela ne vous dérangeait pas de vous attaquer à des femmes et à des enfants qui auraient pu être les vôtres ? <o:p></o:p>

    - Ceux que j'ai mis à mort dans d'abominables souffrances n'étaient ni ma femme ni mes enfants. Pourquoi aurais-je eu pitié d'eux ?<o:p></o:p>

    - Comment un tel homme put-il vivre dans de telles immondices, sans aucune morale, insensible aux souffrances d'autrui, animé de desseins aussi vils ?<o:p></o:p>

    - Si je n'avais pas de morale, c'est parce que Dieu ne m'en a jamais donné. C'est de sa faute ! Moi je ne réfléchissais pas : l'or me rendait fou. Pourquoi Dieu a-t-il mis de l'or sur la terre ? C'est bien pour nous faire perdre la tête, non ? C'est Dieu le responsable de mes malheurs, maintenant que je suis en enfer ! Sur terre j'étais capable de tout pour obtenir de l'or. Je suis allé jusqu'au bout de mes désirs. Je suis devenu riche. J'ai joui de la vie, j'étais saoul tous les jours du matin au soir, m'adonnant à tous les excès sans le moindre scrupule ni retenue. Je vivais dans une époque barbare où l'idée des Droits de l'Homme était une totale hérésie. Que me reproche-t-on ? Je ne suis pas responsable de ce que j'ai fait. C'est la faute à mon époque, la faute à Dieu, la faute aux autres.<o:p></o:p>

    - Certes mais d'autres hommes qui vivaient à votre époque dans le même contexte de barbarie ambiante ne s'adonnaient point au crime pour autant... Certes les Droit de l'Homme n'existaient pas, cela empêchait-il aux hommes de faire preuve d'humanité ?Vous aviez bien des exemples de douceur autour de vous. Vous aviez la notion du bien et du mal. Pourquoi n'avoir pas fait le choix du bien ?<o:p></o:p>

    - Parce que le mal, ça rapportait plus d'or que le bien, parce que les autres, ce n'était pas moi. Moi je vivais pour moi, pas pour les autres. Quand j'embrochais un enfant, que j'ouvrais le ventre d'une femme enceinte, que je rompais les membres d'un homme, moi je ne ressentais pas de douleur et en plus cela me faisait vraiment rire. Alors pourquoi me serais-je privé du plaisir de voir souffrir les autres ? Je n'avais aucune raison de ne pas faire souffrir et tuer les autres. Au contraire j'avais toutes les raisons de le faire puisque cela me distrayait beaucoup et me rapportait des biens matériels, en temps de guerre comme en temps de paix. J'ai toujours aimé faire mal aux autres, voler, mentir, m'enivrer, me bagarrer, manger, violer, m'enrichir. Ma vie était belle ainsi.<o:p></o:p>

    - Et si c'était à refaire ?<o:p></o:p>

    - Si c'était à refaire je recommencerais car je préfère être sur terre en train de m'enrichir et m'amuser à supplicier et voir agoniser des enfants plutôt qu'être ici à croupir dans les flammes où je ne m'amuse pas du tout !<o:p></o:p>

    - Vous êtes à ce point mauvais, incorrigible, irrécupérable ? Je commence à comprendre le bien-fondé de votre présence ici ! Ne souhaitez-vous donc pas vous repentir et sortir de ces lieux, commencer à devenir humain ?<o:p></o:p>

    - Me repentir de quoi ? De mes plaisirs terrestres ? Au contraire, j'aimerais bien recommencer moi ! Je n'ai qu'un désir, qu'un seul : partir d'ici et me retrouver comme par le passé à jouir de la vie. Vous croyez que j'aime ça être en enfer ? Qu'est-ce que ça me rapporte d'être ici ? Ici je suis malheureux, sur terre j'étais heureux. Au moins dans le monde matériel où je suis né j'avais de l'or, des femmes, des victimes, plein de plaisirs.<o:p></o:p>

    - Mais alors pour vous c'est quoi la vie ?<o:p></o:p>

    - La vie pour moi, c'est MOI. Moi, c'est tout ce qui compte. C'est moi qui vit, qui me sens vivre. Les autres, ce n'est pas moi. Les autres n'existent pas pour moi. Je ne suis pas les autres, je suis moi. De toute façon en enfer ce n'est pas la vie. Ici ce n'est pas la vie non, ici c'est la souffrance car enfin l'enfer, l'enfer c'est également MOI.<o:p></o:p>

    C'est sur ces mots à la fois pleins de sens et de dérision que je pris congé de l'hôte de la géhenne, n'omettant pas toutefois de lui souhaiter ardemment d'accéder à la rédemption un jour. Ainsi après cette interview exceptionnelle du plus mauvais des hommes ayant vécu sur terre, dans un interminable soupir de lassitude ce dernier était reparti dans ses fonds remplis de ténèbres. Que ces mots vous soient ici rapportés fidèlement et qu'ils vous fassent réfléchir sur vos actions, vous les ignobles individus qui vivez sans aucune morale et agissez en votre nom et en votre nom seul.<o:p></o:p>

    737 - La femme de cinquante ans

    A vingt ans la femme est légère, voire insignifiante. A trente elle est désirable, à quarante elle est resplendissante, mais dès quarante-cinq ans elle devient douteuse.

    A cinquante ans, elle est devenue un fruit en voie de putréfaction.
    <o:p></o:p>

    Je les vois bien ces visages en fin d'épanouissement qui traversent les rues à l'heure de sortie des bureaux, ces corps femelles qui commencent à faner... Je les vois chanceler sur leurs souliers un peu plus épais, ces chandelles presque éteintes. Je les vois peser de plus en plus, ces traits empâtés qui sous le fard inutile annoncent déjà la décrépitude... Ce fard qui souligne la disgrâce naissante de la femme, trahit sa beauté dégradée, ce fard sans joie qui n'est que le dernier artifice de l'amour avant la tombe, l'illusion qui ne trompe plus personne.<o:p></o:p>

    Tandis que l'homme vieillit comme un vin exquis, grave et serein, comme un chêne, tout en force et hauteur, tout en charme et légèreté, beau et solennel qu'il est, la femme avec les ans hérite du masque de la pourriture.<o:p></o:p>

    En avançant en âge elle doit apprendre à regarder en face sa laideur. Les plus belles ne sont point épargnées (voir le cas douloureux de Brigitte Bardot).

    Rares, très rares sont les femmes qui gardent intact leur éclat jusqu'aux portes de la soixantaine.
    <o:p></o:p>

    L'originelle flamme qui fait d'elles le centre du monde les quitte en général avant cinquante ans..<o:p></o:p>

    La femme de cinquante ans est morte au monde, sur le plan des charmes. Et plus elle vieillira, moins elle sera désirée, et souvent sera méprisée.<o:p></o:p>

    Chez l'homme on constatera exactement l'inverse.<o:p></o:p>

    738 - La puissance de la beauté

    Le spectacle de la beauté me rend meilleur, plus sensible, plus grand, moins médiocre, quelle qu'elle soit, de la moins évidente à la plus éclatante.<o:p></o:p>

    Du simple caillou -humble et parfait avec ses formes sommaires- au visage de la femme née avec les grâces de sa nature, la beauté me subjugue.<o:p></o:p>

    Alors que la laideur seule m'inspire pitié, dégoût, voire haine, la beauté qui s'affiche aux côtés de la laideur me rend indulgent envers cette dernière : ainsi la femme aux traits méprisables ne sera plus raillée si une créature l'accompagne. Certes je n'aurai d'yeux que pour le cygne, mais dans son ombre l'oiseau déplumé bénéficiera de ma clémence. En effet, je ne crache point au visage des laiderons lorsque dans leur proximité la vision d'un astre retient mon regard : la beauté adoucit mes moeurs.<o:p></o:p>

    La beauté me fait croire à des sommets, elle agit comme un coupe-faim : sous son empire j'oublie les trivialités de ce monde. Je ne songe plus aux soucis du lendemain mais prends conscience de mes ailes.<o:p></o:p>

    La preuve que la beauté est supérieure à la laideur, c'est qu'une femme sans attrait sera toujours moins courtisée qu'une femme vénusiaque. Sur l'échiquier de la Vérité, les dindes seront toujours rattrapées par les gazelles.<o:p></o:p>

    Mes frères les esthètes, toujours chérissez la beauté. Vous les beaux esprits voués aux causes supérieures, sachez chaque jour rendre hommage à la beauté et n'omettez jamais de durement châtier la laideur lorsque celle-ci vous offense. Giflez les laiderons qui à votre vue exposent leur misère sans pudeur ni remords, mais soyez moins sévères envers elles lorsqu'une beauté les accompagne, de la même manière que l'on est plus complaisant face aux grognements de la truie qui allaite : le spectacle touchant des porcelets fait un peu oublier la grossièreté de la génitrice.

    Bref sachez que c'est la beauté et la beauté seule qui sauvera le monde, et non l'infirmité, la bêtise, la bassesse et la hideur.
    <o:p></o:p>

    739 - Un petit

    Monsieur Dupont est petit. Monsieur Dupont est médiocre. Monsieur Dupont porte en lui des rêves à la mesure de ses dimanches de minable : cannes à pêche et canettes de bières incarnent pour lui les sommets de la félicité dominicale.

    Maurice Dupont côtoie des minus qui lui ressemblent, d'ailleurs il appelle affectueusement ses amis "Ducon", preuve de l'estime faussement ironique qu'il porte à ses pairs... Ce Dupont serait-il conscient de sa petitesse, du caractère lamentablement "dupontesque" de sa personne ? Notre héros a un petit zizi et, assez sot pour en rougir, assure à qui veut le croire qu'il possède un "zobinard" digne d'un éphèbe qu'il n'est pas. Ce séducteur de caissières de supermarchés aime en outre épater amis et inconnus avec ses histoires insignifiantes. Dans ses aventures peu épiques mais terriblement pathétiques il affronte avec vaillance des dangers imaginaires à travers des jeux télévisés parfaitement débiles. Ainsi il sue avec les candidats auxquels il s'identifie furieusement (des minus habens de son espèce) en essayant de répondre à des questions ineptes du genre "Combien faut-il de grammes de lessive pour laver cinq kilogrammes de linge blanc à la température de 60 degrés Celsius ?" L'enjeu est de taille, il y a un téléviseur à écran plasma à gagner. Dupont a une existence vraiment trépidante devant ses programmes de télévision...
    <o:p></o:p>

    Dupont collectionne les bouchons de bouteilles de champagne, persuadé d'être un sacré original. Il n'hésite pas dans ses accès d'orgueil à revendiquer haut et fort sa passion pour les cylindres de liège.<o:p></o:p>

    Monsieur Dupont est petit. Monsieur Dupont est médiocre. Monsieur Dupont porte en lui des aspirations à la mesure des trésors proposés dans ses programmes de télévision. Monsieur Dupont a un secret. Un rêve à sa portée, un grand, un douloureux, un beau rêve : passer à la télévision afin de participer à son jeu favori et devant les caméras gagner le fameux téléviseur à écran plasma. Avoir la France entière pour témoin de son effroyable petitesse, tel est son plus grand rêve de minable.<o:p></o:p>

    Monsieur Dupont est petit. Monsieur Dupont est médiocre. Monsieur Dupont est heureux.

    Monsieur Dupont porte en lui la petitesse et marche d'ailleurs à petits pas, écrasé par le poids de son incommensurable médiocrité.

    740 - TF1, petit père du peuple<o:p></o:p>


    J’ai regardé avec hargne une émission populacière sur TF1. J’ai consciencieusement passé la tête à travers la lucarne donnant sur l’étable à vaches humaines pour mieux entendre meugler le troupeau hilare que sont mes semblables “TFunisés”.

    Qu’ai-je vu, entendu ? Des animateurs prostitués à la cause AUDIMAT caquetant à n’en plus finir. Emissions au concept simple, efficace, parfaitement aliénant : de la lessive et des jeux. Un format soigneusement conçu par les patrons-proxénètes de TF1 pour rassembler un maximum d’abrutis moyens.

    Le bavardage bouche-trous est la spécialité des émissions de TF1 : des femelles stéréotypées au sourire perpétuel blatèrent infatigablement sur des sujets ineptes entre deux interminables séquences de réclames. Plus c’est vulgaire, lourd, saturé de couleurs (remarquons la richesse de coloris des chemises portées sur TF1), plus la lessive se vend.

    Dans ces émissions la pauvreté cérébrale, l’insignifiance du propos, l’indigence de l’esprit sont chaudement applaudies par un public complice qui ne demande qu’à être bêtifié. Les têtes vides des animateurs, des invités, du public résonnent dans la nuit jusque dans les chaumières les plus reculées. Et la lessive n’en finit pas de se vendre. De Paris aux confins du pays, ça rumine, beugle, chie en cadence dans les familles : TF1 pacifie les masses.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    741 - Pour combattre l’infamie télévisuelle de TF1<o:p></o:p>


    Je m’adresse à tous les détracteurs de TF1 pour leur faire partager mes opinions et éventuellement m’allier à eux dans le but de combattre l’entreprise TF1 (par tous les moyens pourvu qu’ils ne soient pas illégaux) qui répand impunément dans la société française le venin d’une culture basée sur les jeux du cirque et la consommation insatiable de biens temporels. Et qui par des méthodes dignes des mouvements sectaires les plus ineptes tente d’introduire dans notre société traditionnellement lettrée le culte impie des lessives.
    <o:p></o:p>


    Je suis sorti mercredi 26 août 2004 à 16 heures d’une garde à vue qui aura duré six heures de temps. La Police Judiciaire de ma ville (le Mans) est venue mercredi 26 août 2004 à 10 heures perquisitionner chez moi au sujet d’un coup de fil que j’ai passé chez TF1 le 14 août 2004 et où mes propos ont été déformés (volontairement ou pas, je l’ignore) par la standardiste.
    <o:p></o:p>


    Détail d’importance : entre 12 h 45 et 14 heures j’ai eu droit à la cellule provisoire ainsi qu’au tirage de mon portrait de face et de profil avec prise de mes empreintes digitales. Cela satisfera certainement la curiosité de ceux qui s’interrogent sur la destination d’une partie de l’argent public.
    <o:p></o:p>


    Le 14 août 2004 j’avais effectivement appelé TF1 depuis mon téléphone fixe et sous ma véritable identité (n’ayant rien à dissimuler de mes desseins hautement revendiqués) pour menacer l’entreprise d’une manifestation certes outrancière mais toute symbolique au pied de sa tour. Manifestation informelle, précisons la chose.
    <o:p></o:p>


    On m’a accusé d’avoir émis des menaces plus matérielles. J’ai dû m’expliquer lors de deux auditions éprouvantes que je n’étais pas du genre à menacer de la sorte les gens, que je ne m’adonnais pas à ces pratiques immorales et illégales, moi qui ne prône ordinairement que la poésie, le rêve et l’amour… La standardiste en question soutient que j’ai prononcé les termes “BOMBE A LA GUEULE” lors de ce coup de fil, ce qui est évidemment aussi infamant que mensonger. Je n’ai pas pour habitude, en effet, de baisser mon niveau de langage pour m’adresser à des inconnues, fussent-elles simples standardistes.
    <o:p></o:p>


    L’audition prit un tour franchement clownesque lorsque l’on m’interrogea sur mes prétendues alliances avec des organisations basques terroristes ou avec d’autres groupuscules politiques extrêmes et dangereux. J’ai pu constater que la république des zélés dûment diplômés n’était pas à une arlequinade près…
    <o:p></o:p>


    Les pontifes de TF1, en retrouvant l’enregistrement de ce coup de fil qui était (prétendument) recherché toute la durée de ma garde à vue auront souhaité éviter le ridicule, on le comprend. Dés lors, mieux valait pour ces bandits manipulateurs de foules ne pas déclarer officiellement avoir retrouvé cet enregistrement qui me disculpait superbement, et enfonçait lamentablement TF1 dans la fange du mensonge. Il faut savoir qu’en cas de “perte inopinée” de l’enregistrement de cette conversation téléphonique, c’était ma parole contre celle de la standardiste, avec présomption d’innocence en ma faveur en l’absence de preuve. La première chaîne de télévision française ne peut tout de même pas faire illusion en permanence… Je soupçonne tout naturellement TF1 d’avoir eu intérêt à ne pas retrouver ce fameux enregistrement tournant en ridicule les hôtes de la tour du premier au dernier étage…
    <o:p></o:p>


    La farce policière a cessé assez tôt pour que j’en rie, et non que je m’en afflige.
    <o:p></o:p>


    Je n’en veux pas à la pauvre standardiste, victime j’en suis persuadé d’une excessive émotivité. Pas plus aux responsables de TF1 qui n’ont pas porté plainte contre moi. Reconnaissons au moins la magnanimité inattendue de ces proxénètes de l’esprit qui dans un autre ordre d’idée n’hésitent pas à exercer un terrorisme culturel outrancier à l’échelle nationale, et ce au nom des grandes marques de lessive.
    <o:p></o:p>

    742 - Télédégénérée<o:p></o:p>

    Penchons-nous sur la cérémonie des 7 d’or à la télévision. Dans ce royaume de la futilité la plus achevée, de vieilles morues de journalistes disputent le titre suprême à d’épais présentateurs porcins en mal de reconnaissance populaire.<o:p></o:p>

    De foutues femelles de présentatrices hilares et mielleuses comme des gâteaux d’anniversaire dégoisent inepties sur inepties, applaudies par des célébrités de paillettes à la cervelle déchue.<o:p></o:p>

    Désignons-les d'un index pourfendeur, ces professionnelles décaties du caquetage pénétrées de leur minuscule importance, dénonçons-les, ces petits crétins prétentieux sans plume qui se donnent des allures d’écrivains mais qui ne sont finalement que de minables, de vulgaires présentateurs d’émissions de télévision, raillons-les, ces arrivistes plébéiens, petits journalistes et autres oiseaux sans envergure, sans talent, sans intérêt, sans consistance...<o:p></o:p>

    Tous de pauvres “ramollisseurs” patentés de cerveaux, héros des masses populacières, égéries de tous les minus habens que compte notre pays d’abrutis passant leurs soirées devant la télévision.<o:p></o:p>

    743 - Écran plat

    Si la télévision de TF1 est le reflet fidèle d’un des nombreux aspects de notre société contemporaine, je peux en déduire que nous vivons dans un monde d’abrutis finis où les journalistes qui nous montrent régulièrement leur belle dentition ne sont que des pauvres types, des ratés, des minables en cravate aux mains pleines de sucre à gaver les masses et de mélasse “ketchupisée” destinée à oindre le front plastifié de nos nouveaux-nés, où règnent partout des mangeurs insatiables aux ventres pleins et aux esprits vides dont les âmes sont depuis longtemps corrompues par le beurre de cacahouète et les jeux du cirque. <o:p></o:p>

    Dans ce monde l’ignorance, la vulgarité, l’excrément liquéfié, l’urine issue des asperges, le toc, la bêtise et l’avilissement sont des valeurs sûres. <o:p></o:p>

    Dans ce monde les femmes sont devenues des pondeuses de germes humains dûment “markrétinisés”, les mères de petits singes sans poil d’une nouvelle humanité qui se résume de plus en plus à de la chair à canon tendre, imperturbablement hilare, pour les marchands de lessives, de sièges de WC, de boîtes de conserve. <o:p></o:p>

    Dans cet univers tragique et irresponsable ces femmes sont toutes invariablement heureuses et se laissent volontiers décerveler, “désovairiser”, désodoriser jusqu’au dernier degré par des hommes non moins idiots, dûment écouillés quant à eux. Dans ce monde que me montre la télévision de TF1, l’humanité est certes déchue mais elle garde un sourire à toute épreuve. <o:p></o:p>

    A travers l’écran de télévision la société n’est qu’un énorme, monstrueux, insatiable conduit digestif, les écoles, les médias, les publicités, les productions artistiques ne sont qu’un interminable écoulement anal. Au bout de cette ouverture infâme, pestilentielle, épouvantable, une bouche géante s’ouvre, prête à recevoir sa fange quotidienne. <o:p></o:p>

    Cette gueule ouverte grande comme le monde, c’est celle des millions de petits vers de terre humains qui avalent avec délectation et dans des applaudissements assourdissants les fruits odieux de leurs propres digestions. Ainsi la boucle est bouclée. On ne sort pas ainsi d’un tel cercle d’initiés. <o:p></o:p>

    Bienvenue chez TF1, Disneyland merveilleux pour castrés de l’esprit.<o:p></o:p>

    744 - Farrebique face à TF1<o:p></o:p>

    Après avoir vu en cassette à la bibliothèque de ma ville “Farrebique”, chef-d’oeuvre de poésie pastorale tourné en 1946, je me demande comment les proxénètes de TF1 peuvent continuer à diffuser impunément à l’adresse de leurs troupeaux dénaturés (pudiquement nommés “téléspectateurs”) des films américains imprégnés de vulgarité, imbibés de violence, trempés de vices, complètement vides de sens, aux antipodes de la beauté, de la délicatesse, de la bienséance, de la poésie…<o:p></o:p>

    Après avoir vu “Farrebique”, je crache souverainement sur la tête des maquereaux de TF1, je les juge du haut de mon socle incorruptible, j’écrase ces vers de mes fers comme la charrue pulvérise le chiendent ! De mon talon de bois j’ensevelis leur face de prédateur dans la boue où ils veulent nous faire patauger, je brise contre le roc de la poésie leurs crocs de loup, et je les piétine encore, profondément. Je les châtie de ma semelle rédemptrice, j’étouffe bibliquement leur langue de serpent, martèle leur front de mes coups de sabot afin d’y ensemencer avec douleur quelque graine de vertu. <o:p></o:p>

    Leur crâne est dur, mais le diamant de la Beauté l’est plus encore.<o:p></o:p>

    745 - Rimbaud à l’examen<o:p></o:p>


    (Critique argumentée de la présentation par Jacques Rivière et Verlaine des "ILLUMINATIONS" de RIMBAUD ou procès des exégètes rimbaldiens.)
    <o:p></o:p>


    Voici ce qu’un spécialiste de RIMBAUD a pondu sur ce plaisantin de Charleville, discours applicable à n’importe quel texte "charabiatisant" :
    <o:p></o:p>


    "Ces poèmes sont complètement dépourvus d’égards, c’est à dire qu’en aucun point ils ne s’inclinent, ils ne se dérangent vers nous. Aucun effort pour faire passer dans notre esprit les spectacles qu’ils recèlent ; ils sont écrits au mépris de toute sociabilité ; ils sont le contraire même de la conversation. On y sent quelque chose de fidèle à on ne sait quoi. Ce sont des témoins. Ils sont disposés comme des bornes qui auraient servi à quelque repérage astronomique. Il faut prendre le petit livre des Illuminations comme un carnet échappé de la poche d’un savant et qu’on trouverait plein de notations mystérieuses sur un ordre de phénomènes inconnus. Nous n’étions pas là. Nous passons par hasard. Nous ramassons ces reliques inestimables qui ne nous étaient pas destinées." (Jacques Rivière)
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il suffit qu’un recueil de baragouinages soit signé "RIMBAUD" pour que d’éminents spécialistes se persuadent de sa très haute valeur littéraire. L’auto-suggestion fonctionne à merveille. N’ayant rien à dire sur le fond, ils rédigent d’élogieuses pirouettes contribuant à donner encore plus de lustre aux "pages immortelles" qui décidément, ne les inspirent pas plus que ça... Au vide rimbaldien ils répondent par le vide de l’exégète. Remarquons que l’auteur Jacques Rivière s’en sort ici assez grossièrement. Il ne dit rien, n’éclaire pas, ne sait rien lui-même sur le texte de Rimbaud. Il se contente de justifier les vers rimbaldiens par des phrases oiseuses qui en disent long sur son habileté à retourner les situations les plus improbables. Ou l’art d’interpréter un texte absurde pour en faire un phénomène littéraire... Admirons ce déploiement de vent au sujet de Rimbaud.<o:p></o:p>


    Verlaine quant à lui n’est pas plus inspiré, cautionnant la sottise de son ami en ces mots immortels :

     <o:p></o:p>

    « Le mot Illuminations est anglais et veut dire gravures coloriées, - colored plates : c’est même le sous-titre que M. Rimbaud avait donné à son manuscrit. Comme on va voir, celui-ci se compose de courtes pièces, prose exquise ou vers délicieusement faux exprès. D’idée principale il n’y en a ou du moins nous n’y en trouvons pas. De la joie évidente d’être un grand poète, tels paysages féeriques, d’adorables vagues amours esquissées et la plus haute ambition (arrivée) de style : tel est le résumé que nous croyons pouvoir oser donner de l’ouvrage ci-après. Au lecteur d’admirer en détail. » (Verlaine)<o:p></o:p>


    On n’en saura pas plus. Verlaine nous demande de lire, d’admirer... Certes. Suivre ce sage conseil suffira-t-il pour emporter l’adhésion des beaux esprits ? Je rétorquerai à Monsieur Verlaine qu’il ne suffit pas de nous proposer d’admirer, encore faut-il que nous les recevions en plein coeur ces fameux mots rimbaldiens, et non pas que nous les adoptions sottement les yeux fermés, ébranlés que nous serions par tant de subtilités poétiques, insaisissables pour les non initiés... Comment un auteur comme Verlaine peut-il se fourvoyer à ce point, se ridiculiser de la sorte, s’exposer avec une telle légèreté au jugement des générations futures de plus en plus aptes à la critique ? Votre statut de grand poète ne vous garantit pas de vos propres âneries, Monsieur Verlaine !
    <o:p></o:p>


    Notons le trouble de Verlaine quand, prudent dans la sottise, il précise : "tel est le résumé que nous croyons pouvoir oser donner de l’ouvrage ci-après". Il se ménage tout de même une commode issue. On ne sait jamais, des fois qu’on se serait trompé sur ce prétendu génie nommé Rimbaud... Sot mais avisé, Verlaine !
    <o:p></o:p>


    Ces deux exemples pris au hasard suffiront-ils pour commencer à semer le doute chez mes détracteurs quant à la vanité des textes sibyllins du sieur Rimbaud ? La mauvaise foi il est vrai aveugle plus durablement les faux envoûtés amoureux des arabesques verbales de Rimbaud que la vérité qui, se révélant dans un seul éclair, éblouit les vrais initiés une seule seconde, ce qui a le don de leur redonner la vue pour la vie entière...
    <o:p></o:p>


    C’est que l’illumination, la vraie, est fugitive. Et la bêtise profonde comme les puits d’ignorance.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    746 - La balle<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le bonheur semble parfait dans le parc, sous la lumière de juin.<o:p></o:p>


    Un cygne glisse sur l'onde, des enfants pleurent, d'autres rient, un mendiant devise seul, des amoureux s'étreignent sur les bancs, quelques laiderons légèrement vêtus musardent dans les allées.
    <o:p></o:p>

    Mais là-bas sur la pelouse au pied d'un grand arbre un vieillard agonise à l'insu de tous. A le voir, il dort. En réalité il est en train de rendre l'âme. Ses soupirs rasent l'herbe, ne faisant même pas dévier l'aile du papillon. A vrai dire seules les mouches dansent au-dessus de la face immobile du moribond, attirées par l'odeur du sucre : un reste de confiture séchée lui fait une moustache couleur sang sur la lèvre supérieure.

    Un ballon s'égare jusqu'au gisant, rebondit sur son crâne inerte pour venir se loger sous son aisselle. Le presque cadavre esquisse un imperceptible mouvement au contact de la balle. Le bambin ignorant tout du sort funeste des êtres réclame son joujou à l'octogénaire étendu dont les paupières ne daignent pas bouger d'un cil devant les suppliques de l'enfant.
    <o:p></o:p>

    Quatre-vingts années se sont écoulées depuis cette scène. L'enfant au ballon a aujourd'hui quatre-vingt-sept ans. Il prend le soleil dans un parc, le même que celui de son enfance. Endormi dans son fauteuil roulant électrique, il ne sent pas la balle rebondir sur sa tempe, tomber sur le sol, rebondir encore pour finir sa course sur ses genoux. Sa lèvre supérieure barrée par une trace brune a attiré une abeille en quête de nectar. Une boîte vide de coca-cola gît par terre. <o:p></o:p>


    L'enfant s'approche du retraité assoupi.
    <o:p></o:p>


    Il reprend sa balle délicatement et repart sur la pointe des pieds, de crainte de le réveiller.

    Mais l'invalide jamais ne se réveillera.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    747 - La beauté est un silex

     <o:p></o:p>

    J'aime me brûler au contact de la beauté. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'éclat vénéneux de certaines femelles désarme le sybarite que je suis. Je perds pied sous leurs regards cinglants et leurs sourires de crotales sont un onguent mortel et exquis qui me déplume : ma lyre chaste se transforme en trompette de feu... Leurs paroles douces claquent comme des talons, leurs yeux sont des diamants opaques, leurs lignes rappellent les courbes du serpent. De leurs lèvres minces sortent des vérités féroces : leur langue ressemble à des badines qui sifflent dans l'air. Hautaines et vulnérables, ces petites pestes à la voix aiguë sont en réalité des tempêtes cachées capables d'ébranler tout esthète de mon envergure. De toutes petites choses qui détiennent le plus grand pouvoir au monde. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Et qui le savent.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ces femmes comme des flammes me séduisent, me ravissent, m'effraient. Venimeuse, terrible, dure et cassante à l'image du cristal, l'esthétique incarnation est mon plus cher enfer.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sveltes, menues, redoutables, les femmes désirables sont le poison vital de l'homme de goût. Leur beauté acérée me tourmente, me caresse et me gifle, me vide de mes mots et me remplit de voluptueuse colère.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La beauté qui joue de ses toxines procède d'un principe supérieur : c'est grâce à ses effets que se perpétue le bel esprit. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    De la toxicité des charmes de la créature tentatrice dépend la qualité de la descendance de l'homme de goût qui lui aura déchiré l'hymen. 

    748 – La femme du mort<o:p></o:p>

    La veuve était magnifique.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Son regard posé sur le cercueil conférait à son visage un charme mélancolique qu'on ne lui connaissait guère. L'éplorée sur le défunt avait le chagrin sincère mais lucide : c'était la fin de son époux certes, mais non la fin du monde. Et puis, ne soupçonnait-elle point un royaume d'éternité pour le gisant, lui qui fut si droit en affaires, si loyal avec la religion ?<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le mari inhumé, son sort était entendu. Quant à elle, il lui fallait songer aux lendemains.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C'est là que j'intervins.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    - Madame, vous étiez radieuse aux funérailles. Je vous offre et ma fortune et ma renommée. Je suis le conte de Hauteterre, connu pour mes qualités artistiques, esthétiques, verveuses et, accessoirement, en tant que plume de choix. Acordez-moi votre main, et ma gloire sera aussi la vôtre. Et si par malheur vous trépassez avant moi, je vous composerai une ode et la ferai chanter par un barde car je chante faux. Mais si vous me survivez, vous vous consolerez de votre solitude par une existence remplie de mon souvenir éclatant.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Je reçus sa main.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les médisants penseront qu'elle la destina à ma joue... <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Erreur ! La belle -qui avait un reste de beau sang- fut sensible à mes arguments hautains, sa fibre aristocratique réveillée par le son aigu de ma lyre...<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A ce jour elle vit toujours, et moi aussi grâce à Dieu. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Notre bonheur ostentatoire en ennuie plus d'un dans notre cercle d'amis, et nous comptons fleurir durant de nombreuses années encore la sépulture de celui qui me précéda dans l'hymen de ma légitime épouse.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    749 - Le travail sarkozien, l'allié des masses bêlantes<o:p></o:p>


    Sarkozi veut rétablir et récompenser la "valeur travail" comme référence absolue dans la société française actuellement sous son régime, critère de vertu individuelle et collective, mais aussi plus traditionnellement, il est vrai, gage de bon fonctionnement de l'économie. Soit. Pourquoi pas ? Il faut bien de toute façon jeter les bases d'un système donné, celles-là ou d'autres... Le modèle sarkozien est une conception honorable de la bonne marche de la société.


    A quelques aberrations près.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Comme si la pénibilité du travail était une valeur en soi et devait être respectée et rétribuée pour ce qu'elle est, indépendamment des bénéfices objectifs que produit cette pénibilité...<o:p></o:p>


    On peut fort bien se lever tôt, travailler dur et longtemps sur un projet parfaitement inutile à la communauté humaine et inversement se lever tard, travailler peu pour produire d'excellents fruits utiles à la société...
    <o:p></o:p>


    Selon ces nouvelles normes sarkoziennes un jardinier qui se lèvera tôt pour trimer dur mais finalement ne produire que des légumes de mauvaise qualité devrait être plus récompensé qu'un jardinier qui se lèvera à midi et s'épanouira dans son travail, le vivant comme un jeu et non comme une corvée professionnelle pour en fin de compte faire pousser d'excellents produits ?
    <o:p></o:p>


    L'essentiel, est-ce vraiment la sueur fournie par l'ouvrier lors de son labeur, le nombre d'heures passées courbées vers le sol à le cultiver, le fait que le travailleur se lève tôt, qu'il se prive, qu'il fasse preuve de courage, de sobriété, d'humilité dans son travail ou bien n'est-ce pas plutôt la qualité des fruits qu'il produit, indépendamment des conditions dans lesquelles il les aura produits ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    De même selon ces nouveaux critères un travailleur sobre et courageux qui s'échinera 12 heures par jour à repeindre les routes de France en rose ou à former des élèves astrologues-voyants devrait être plus considéré qu'un travailleur modéré qui fera pousser des patates de qualité supérieure ? En d'autres termes n'est-ce pas plutôt la qualité, l'utilité, la noblesse des fruits du travail qui devraient être récompensées et non pas la masse musculaire ou le nombre de neurones mis bêtement en action tant d'heures par jour ?<o:p></o:p>


    Travailler certes. Mais travailler pour être utile objectivement, effectivement, et non pour asseoir une légitimité de citoyen dont la vertu principale consisterait en sa capacité à se lever tôt pour aller mêler sa sueur à celle de ses semblables dans les grandes étables humaines de l'industrie de l'inutile.
    <o:p></o:p>


    En somme Sarkozi aimerait que chacun tire sa fierté non pas de sa réelle utilité pour soi-même, sa famille ou la collectivité mais d'une vitrine d'honorabilité que conférerait l'exercice en soi du travail rémunéré. C'est oublier que l'on peut être utile, indispensable à autrui sans nécessairement passer par le travail. De même, on peut être totalement inutile, voire nuisible aux autres tout en travaillant comme un nègre... Le plus bel exemple de cette infamie se trouve chez les travailleurs qui transpirent dans les usines d'armement militaire, courageux maillons rémunérés de l'industrie de mort et de destruction.
    <o:p></o:p>


    Comme si le fait de se consacrer à autre chose qu'au travail rémunéré était nécessairement un signe d'inutilité, une preuve de déchéance, une dévalorisation du citoyen... Ce que craint Sarkozi, ne serait-ce pas plutôt le danger que représente pour le système actuel (que je qualifierais de "pensée tout-économique") l'inactivité professionnelle, source de prétendue oisiveté débouchant en fait sur la très subversive et très anti-sarkozienne REFLEXION du citoyen ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    750 - Abattoirs : lettre à Sarkozi<o:p></o:p>


    Monsieur le Président de la République,


    J’attire votre attention sur le sort cruel réservé aux animaux de boucherie au sein de nos abattoirs. Les conditions d’abattage de ces animaux sont indignes de notre société moderne traditionnellement soucieuse d’humanité et de plus en plus éprise d’idéaux à caractère universel.


    Il n’est pas rare que ces abattages soient accompagnés de maltraitances inouïes de la part du personnel insensibilisé à la souffrance du bétail dont il a la charge.


    Allant de la simple décharge électrique réglementaire à la brutalité gratuite pure et simple en passant par l’horreur indicible dans les cas où, affolés, incontrôlables, certains d'entre eux sont victimes d’accidents ou de négligences lors de leurs transfert et parcage dans le processus d’abattage, les conditions épouvantables auxquelles sont soumis ces animaux ne sont plus acceptables aujourd’hui.


    L’atroce n’est pas compatible avec nos critères humanistes. Le citoyen français de 2007 ne peut plus s’accommoder de l’abomination, d’autant qu’elle s’exprime de manière flagrante, sanglante, assourdissante derrière les murs de nos abattoirs.


    Nul n’ignore que les mammifères -mais également les oiseaux- sont des êtres doués de sensibilité et par conséquent réceptifs au stress, à la peur, à la souffrance, et particulièrement l’espèce porcine. Prendre en considération cette donnée essentielle devrait faire partie des priorités lors de l’abattage des animaux de boucherie.


    Tout citoyen responsable se sentant concerné par les grandes questions de son époque ne peut que réagir face au scandale des abattoirs.


    Au nom de tous ceux qui en France n’acceptent plus la barbarie exercée envers la gent animale, citoyens de plus en plus nombreux révoltés par les méthodes inhumaines d’une industrie implacable (certes extrêmement respectueuse des normes d’hygiène, très professionnelle quant aux techniques employées mais parfaitement inattentive, voire franchement abjecte sur le plan humain) je souhaite, Monsieur le président, que le gouvernement prenne ses responsabilités.


    Il est urgent que les conditions de transfert et d’abattage des animaux de boucherie soient réglementées selon des critères plus stricts que ceux actuellement en vigueur, dans le sens du respect de l’animal et, sinon de l’assurance de son bien être, du moins de la garantie qu’il ne sera plus exposé à des souffrances aussi inutiles qu’odieuses. Bref, assurer sa protection absolue contre les maltraitances ignobles dont il est victime depuis trop longtemps dans le contexte que j’ai évoqué. Cela, avec la certitude que l’application de ces normes « animalitaires » soit soumise à des contrôles sévères et réguliers.


    Je vous prie de croire, Monsieur le président, à ma parfaite considération.

     <o:p></o:p>

    751 - La magistrature<o:p></o:p>


    L'actualité nous montre fréquemment les aberrations de notre système judiciaire, plus particulièrement le manque de dignité, de pénétration, d'humanité de ceux qui exercent la fonction de magistrat.


    Attention, je n'affirme pas que tous les magistrats sont d'odieux imbéciles qui déshonorent la fonction. Il y a dans le corps de la magistrature un nombre important d'hommes pétris d'humanité, authentiquement justes, patients, humbles, consciencieux, soucieux d'autrui, voire magnanimes. Hélas ! Un nombre semble-t-il tout aussi important de juges incapables et vaniteux à l'esprit étriqué instruisent des dossiers graves dans lesquels la liberté d'innocents est mise en jeu...


    La première des choses que l'on est en droit d'exiger de la part d'un juge qui d'une signature peut envoyer un citoyen sous les verrous, c'est qu'il possède de grandes qualités humaines, prenne le temps d'écouter, soit capable de ressentir la souffrance de son prochain. Bref, qu'il fasse preuve d'humilité, de compassion, de scrupule. Or chez un certain nombre de théoriciens de la loi sans hauteur, purs légalistes pressés de monter en grade, les plus basses motivations les ont placés sur leur trône indu : assise sociale, éclat de la fonction, succès dans leur cercle mondain, revanche sur leur destin familial ou leur origine sociale...


    Rien que la vanité ! Sans omettre l'aspect lucratif de leur situation.


    Plus sensibles aux honneurs, à leur avancement, à leur salaire revu à la hausse qu'au sort des citoyens-pantins (parfois sans défense psychologique ou intellectuelle) broyés entre leurs mains, ces bandits sous hermine ont trouvé dans les textes de la loi de quoi se tailler une place en or dans la société.


    Une place dans l'ignominie des gens bien vêtus.


    La gloire et la gloire seule motive ces opportunistes haut placés. Orgueilleux à l'extrême, bêtes, vicieux, ces juges insolents refusent de reconnaître leurs erreurs. L'orgueil constituant leur inébranlable pilier, la soif de succès leur plus chère alliée, il leur est intolérable de regarder la vérité en face.


    La vérité qu'ils sont censés faire triompher envers et contre tout, ils préfèrent la couvrir d'un voile de pudeur professionnelle et faire éclater à la place leur révoltante bêtise.

    C'est que leur ascension sociale est incompatible avec la conscience... Ces businessmen du code civil n'ont pas de temps à perdre avec la vérité : l'iniquité est plus efficace et gratifiante pour leur carrière.


    Honte à ces magistrats coupables, mais honte également à notre système faussement égalitaire et en réalité pervers qui permet de placer des gens malfaisants aux sommets d'une institution aussi noble que la Justice !

    752 - Les mystères de l’infortune<o:p></o:p>

    J'ai remarqué que certains êtres tout au long de leur existence étaient malmenés par le sort. <o:p></o:p>

    Malchanceux-nés, ces "damnés à durée déterminée" nous offrent le spectacle navrant -et drôle pourtant- de leur vie vouée à l'échec, à la misère, à la souffrance.<o:p></o:p>

    De la naissance à la mort ces gens semblent attirer à eux les malheurs les plus divers, des plus insignifiants aux plus tragiques. Combien de ces tristes cas ai-je déjà rencontré ? Ils se ressemblent à peu près tous : abandonnés dès leurs premiers jours, élevés par l'Assistance Publique, on dirait que dès leur venue au monde ils signent un pacte avec l'Adversité à partir duquel leur vie ne sera qu'une succession de tragédies, de douleurs, d'épreuves insurmontables. Comme si l'enfer les avait désigné pour cible. <o:p></o:p>

    Quel étrange démon les poursuit ainsi ? <o:p></o:p>

    Expient-ils pour des fautes graves commises en autre autre vie ? Ou bien au contraire sont-ils les jouets innocents de forces maléfiques ? Toujours est-il que quoi qu'on fasse pour les aider, les soustraire à leur sort, inévitablement ils retombent dans leur fosse à misères, définitivement mariés au malheur. On dirait qu'ils ne sont sur terre que pour pleurer, recevoir coups et blessures, déceptions, punitions.<o:p></o:p>

    Sinistre et comique répétition de grandes et petites douleurs... Porteurs de destins maudits, proies du hasard (funeste autant que possible), ces éternelles victimes m'étonnent toujours. La foudre tombe-t-elle en un lieu ? C'est leur tête qu'elle frappera, qu'ils soient dans le désert ou dans une foule. Vous pourrez placer un paratonnerre sur leur toit -quand ils en ont un-, le feu du ciel roussira leur front. Vous aurez beau les mettre à l'abri de toutes chutes ou accidents imaginables, le sort leur en inventera des bien tordus, des bien féroces, des inattendus, des inédits... On en rit tellement c'est tragique, répétitif, anormal.<o:p></o:p>

    On se dit qu'ils doivent le mériter pour être aussi persécutés, harcelés par les événements...

    Ces gens pour moi sont un mystère. Ils traînent leur cancer incurable depuis des années -ou quelque maladie invalidante rarissime-, ne parviennent jamais à toucher leurs allocations de grands accidentés auxquelles ils ont pourtant droit (avec eux ça ne marche jamais, l'administration envers eux bloque toujours), se font cambrioler le peu de biens qu'ils possèdent, pour des raisons compliquées n'obtiennent aucun remboursement pour leur maison qui a brûlé alors qu'ils étaient dûment assurés, se font escroquer comme des naïfs par des banquiers, vont en prison pour des crimes qu'ils n'ont pas commis, en ressortent sans indemnité, trouvent encore le moyen de s'endetter avec des amendes pour mauvais stationnement alors qu'ils ne possèdent pas d'automobile (ni d'ailleurs de permis, ayant échoué à toutes les épreuves et examens, quand ils ont eu l'occasion de tenter leur "chance") vu qu'ils marchent avec des béquilles depuis des lustres... Etc. Etc...
    <o:p></o:p>

    L'accumulation de toutes ces calamités paradoxalement leur donne une force spirituelle proportionnelle à leur infortune. Désabusés, meurtris, déchirés corps et âme mais pleins d'espoir et d'humanité, conscients de leur malédiction et cependant inébranlables dans leur foi en un monde meilleur, ces hères foncent sans frémir vers la mort avec leurs haillons, certes persuadés de rendre l'âme dans d'affreux râles d'agonie, leur centième et dernier malheur, mais heureux de quitter cette terre de misères pour un Ciel cent fois mérité.<o:p></o:p>

    753 - Le poison de la publicité<o:p></o:p>

    La publicité omniprésente dans notre société d'opulence prend des formes de plus en plus vulgaires…<o:p></o:p>

    Agressive, lourde, laide, elle viole les esprits les plus faibles. Autant dire la majorité des citoyens. A travers les spots télévisés et les affiches publiques, les "héros" mis en scène censés incarner le consommateur moyen sont en fait les parfaits archétypes de ce qu'on pourrait appeler les minables, les pauvres types, les abrutis. Qui s'en rend compte ? Certainement pas les intéressés... <o:p></o:p>

    Le consommateur de base s'identifie ainsi à ces modèles d'inepties, heureux d'être "reconnu" dans sa misère, son insignifiance, son vide. La publicité édifie des autels à sa bêtise, glorifie sa docilité, cultive sa stérile avidité, flatte son goût pour la médiocrité. L'âne bipède, enivré par ces carottes agitées sous son nez ne songe plus qu'à se vautrer dans l'ornière.<o:p></o:p>

    Authentique pornographie culturelle, véritable obscénité esthétique, les boîtes de conserve, les aliments pour chiens et les paquets de lessives s'étalent en gros plans, impudiques, aux coins de nos rues, sur nos frontons, jusqu'au fond de nos consciences.

    Les minus affectionnent la bassesse. Ils appellent "liberté d'expression" les oeuvres insanes de ces odieux publicistes. Dans leur paresse intellectuelle savamment entretenue par ces publicistes qui les manipulent de la naissance à la mort, ils confondent la tolérance avec la criminelle bêtise consistant à accepter cette atteinte à la beauté, à l'intelligence, à la noblesse que représente la publicité... Les fabricants de rêves frelatés leur proposent de la bouillie pour bébés jusqu'aux services mortuaires, et entre les deux ils les font bêler au maximum de manière à pouvoir les gaver de bagnoles, de saucissons, de pots de fleurs...
    <o:p></o:p>

    "Braillez, chiez, mourez, on vous fournira les couches-culottes, le torchecul, le cercueil. Payez, on s'occupe de tout !", tel est le message de la publicité.<o:p></o:p>

    Aux minables la publicité propose vraiment tout et n'importe quoi pour les accompagner tout au long de leur existence : le réceptacle à excréments pour leurs bambins, la charcuterie pur porc qui les rendra heureux jusqu'au fond de leurs artères, le papier-toilette ultra-absorbant pour rafraîchir tout anus digne de ce nom...

    Et pour finir en beauté, les publicistes proposent même du marbre bon marché pour le jour où ces crétins de vivants sortiront du circuit des consommateurs !
    <o:p></o:p>

    Et tout cela en gros plans sur les affiches géantes.<o:p></o:p>

    La publicité est décidément la pire arme de destruction massive de l'intelligence.<o:p></o:p>

    754 – Le talent<o:p></o:p>

    Le talent est peu de chose. Le talent est mince. Le talent est étouffant. C'est un bois sec : il se casse, on le brûle, il s'évapore.<o:p></o:p>

    Le talent est une fumée qui sort des cheminées à mirages, un souffle bref qui fait siffler les moulins à vent, une vapeur qui fait résonner les violons creux, une bagatelle qui fait chanter les imbéciles, un costume amidonné qui fait braire l'Académie.

    La tare se distingue avantageusement du talent par son caractère universel, sage, serein. Humble, accessible, répandue, la tare est un air rafraîchissant qui met tout le monde d'accord. Si tare et talent élisent leurs sujets à la naissance, à l'heure de la mort seule la tare n'oublie personne en se rappelant à tous les autres, tarés et talentueux. Le talent est fait pour certains vivants et la tare pour tous les morts car enfin gésir c'est non seulement être définitivement privé de talent, mais encore plein de tares étant donné que nul n'a jamais vu un poète talentueux continuer à chanter une fois trépassé.... Dans les cimetières la parole est aux muets, par définition tarés.
    <o:p></o:p>

    Le talent est royal, traître, passager. La tare est républicaine, honnête, durable.<o:p></o:p>

    Le talent est funeste, la tare salutaire. L'un est un venin, l'autre une eau claire. Le premier prend racine chez la corneille, la seconde est issue de la foule des menus moineaux. Le talent jaillit comme une fontaine, c'est un monstre haut-perché enchaîné à ses bois hautains et qui croasse entre ses propres branches tout en s'attardant dans les ténébreuses profondeurs où plongent ses orteils, les plumes engluées dans du fromage qui pue... Tandis que la tare est telle une délicieuse tarte à la crème reçue en pleine poire. Le talent est une prison étroite de pierres où court et croît sur les murs le mot "LIERRE" qui à force de grandir devient molle liane autour de laquelle le plus rusé des renards finit par se prendre la queue, alors que la tare est une volière sans mesure où s'ébattent les oiseaux heureux de lustrer leurs courtes ailes.<o:p></o:p>

    Le talent est bourré d'artifices, la tare riche de sa graisse.<o:p></o:p>

    Le talent fait cligner les étoiles, alors que la tare ouvre les yeux aux hommes.<o:p></o:p>

    755 - Le discours autour de l'art<o:p></o:p>


    Le discours sur l'Art est en grande partie composé d'approximations oiseuses. De prétendues références historiques. De considérations générales ou au contraire extrêmement pointues. Bref, un ramdam érudit parfaitement arbitraire mais authentiquement verbeux plus ou moins consciemment fait pour impressionner le profane et suggérer une initiation au vaniteux.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Moi-même je me suis essayé à maintes reprises aux discours traitant de l'art. Textes aux apparences sérieuses faits de doctes allusions, construits sur de savantes fumées, tissés de phrases creuses tonnant comme des mirages pleins d'autorité conventionnelle, voire avant-gardiste... On l'aura compris, ce genre n'est qu'imposture. Le plus fort, c'est que ça marche !<o:p></o:p>


    Nul ne comprend rien ou presque, tous acquiescent. Personne au fond de lui-même n'est d'accord avec le critique d'art, et pourtant même l'esprit le plus indépendant adhère. C'est que dans le domaine de l'Art officiel le poids de l'autorité des "initiés" est si grand, l'impact psychologique de l'artifice verbal si puissant qu'ils annihilent tout esprit critique.
    <o:p></o:p>


    On a applaudi à mes textes sur l'Art, ce n'était pourtant que de purs exercices de style à la "Christie's". Il suffit de lire les brochures distribuées dans les galeries d'Art pour se rendre compte de la grande farce académique que constitue la critique d'Art. Personne n'ose contredire ces solennelles âneries écrites autour de la plupart des oeuvres d'art. Il y a beaucoup de vent dans la critique d'Art, peu de propos réellement pertinent, et c'est d'ailleurs ainsi que le système fonctionne : une bonne dose d'imposture (faite d'hypocrisie culturelle, d'effets linguistiques brillants et d'artifices phraséologiques recherchés) est nécessaire à l'élaboration du mythe des oeuvres d'art.
    <o:p></o:p>


    Certaines oeuvres d'art parmi les plus vides doivent d'ailleurs leur célébrité à tous les discours creux inventés pour leur servir de projecteurs. Discours longs, denses, difficiles d'accès émis par d'éminents clowns diplômés des grandes écoles des Beaux-Arts. Le vent est la composante la plus importante dans le domaine de l'Art. L'on s'extasie sur des pots de chambre, sur des toiles couvertes d'un blanc uniforme, sur des tableaux peints avec de l'excrément, sur des sculptures prétendument abstraites et qui en fait représentent le vide difforme et monstrueusement boursouflé de leurs auteurs...
    <o:p></o:p>


    Qui aujourd'hui est encore capable de se dresser contre ces statues de sable qui éblouissent autant les imbéciles que les esthètes ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    756 - Les mâles honnêtes<o:p></o:p>

    Le NET est le terrain d'action privilégié des marchands d'illusions et d'amour frelaté pour mâles esseulés de tous horizons. Ainsi l'imbécillité de ces hères en quête de femelles stéréotypées est largement exploitée par les profiteurs en ligne très bien organisés. Ces derniers, sans la coupable et active complicité de tous les mâles crédules de la toile à qui ils s'adressent, ne pourraient pas prospérer comme ils le font. La sottise des hommes excités en quête "d'amour" est bien évidemment la clé du succès de tous ces vendeurs de mirages.

    Comment un homme normal, raisonnable, sensé peut-il devenir subitement crétin au point de s'inscrire -moyennant finance- chez MEETIC et autres sites de rencontres du même genre ? Soit-dit en passant, sites dit "génériques" formatés à l'image de TF1 dans le but de ratisser large.

    Dans la rue des panneaux publicitaires vantent les mérites de MEETIC en montrant la photo d'une femelle (très sûre d'elle et semblant sortir tout droit d'un concours de mannequinat) censée tomber potentiellement dans les bras de ces mâles insignifiants qui s'inscriront sur le site...

    Des ficelles aussi énormes parviennent donc à tromper des gens à priori structurés, à duper des êtres pensants, à anéantir le sens critique de citoyens responsables ?

    Des hommes sans imagination sont ainsi persuadés que grâce à MEETIC leur petite personnalité, leurs aspirations minables, leur calvitie fièrement assumée, leur paresse cérébrale, leur misère sexuelle et leur indigence amoureuse intéresseront des jeunes femmes de grande classe, exigeantes et superbes... Et ils s'inscrivent. Et ils payent.

    Et ils trouvent cela normal.

    Les seuls vrais gagnants sont les responsables de ces célèbres et honorables sites de rencontres ayant "pignon sur WEB" comme MEETIC, la référence en matière d'exploitation de la bêtise du mâle moyen.

    En s'adressant à des mâles communs, au tout venant du sexe fort, à des hommes de la rue gavés de stéréotypes sur la relation amoureuse, à la réflexion sommaire et peu exigeants quant à la manière de se faire séduire par les publicistes, enclins à se faire plumer pourvu que cela se fasse avec le soutien de grands panneaux publicitaires très officiels, publics, reconnus, ces nouveaux entremetteurs industriels -véritables brasseurs de masses et de vent- ont trouvé un filon à grande échelle, LE filon inépuisable par excellence : la bêtise masculine.
    <o:p></o:p>

    757 - Le baiser de la lune<o:p></o:p>

    La lune me tira du lit. <o:p></o:p>

    Dans mon sommeil agité, je ne cessai de lui jeter des regards troubles. Il fallait bien que je succombe... C'était l'été, je fus bientôt sous les étoiles en pleine campagne, ahuri. Je m'égarai vers la sylve. Quelque volatile de nuit frôla ma tempe, mais je ne vis rien dans la nue. Rêveur, j'imaginai alors la caresse triste de Séléné sur mon front. Tout en songeant de la sorte, j'errais vers les bois. Autour de moi, un grand silence. Et moi, hagard, hanté par une présence astrale irradiante, douce et vénéneuse, je cheminais le regard divaguant entre sol et zénith, le pas alangui.<o:p></o:p>

    Étendant dans les airs son grand voile d'éther, le spectre semblait projeter sur le monde ses songes silencieux et blafards. L'ordre cosmique s'ébranla dans ma raison ensorcelée par l'astre : je me demandai si je ne faisais pas partie des fantasmes sidéraux imaginés par ce globe luisant... Dans mon demi sommeil je le crus un instant. Tel une silhouette née des rêves de la lune, un pantin d'ombre et de nuée issu de ce crâne argenté errant au firmament, j'eus l'impression d'appartenir à cette tête pâle glissant dans l'empyrée... <o:p></o:p>

    Puis, dans un grand vertige où je vis tournoyer les constellations, je perdis connaissance. Ou plutôt je m'endormis d'un sommeil brutal et étrange. Je me réveillai avant l'aube, frissonnant parmi les herbes imprégnées de rosée. <o:p></o:p>

    Machinalement je passai la main sur mon front engourdi. J'eus la sensation d'y essuyer un sang funeste ou quelque écume mystérieuse. Retournant ma main d'un geste fébrile, je vérifiai.<o:p></o:p>

    Une cendre dorée fit luire ma paume, furtivement, avant de se désagréger quasi instantanément en des milliers de particules étincelantes.<o:p></o:p>

    758 - Le journalisme sans envergure<o:p></o:p>

    Le paradoxe de la caméra médiatique consiste à mettre un cache imbécile sur l'objectif, à consciencieusement dissimuler ce qu'elle est censée montrer.<o:p></o:p>

    Ainsi à la télévision cette pratique réglementaire, quasi systématique du floutage des enfants, des marques, des témoins et même de certains passants est révélatrice de l'état de total abrutissement de notre société incapable d'assumer la diffusion des différents visages de la vérité. <o:p></o:p>

    Ou du mensonge.<o:p></o:p>

    La mollesse des journalistes, l'inanité de leur prétendue étique, leurs minables concessions à des causes bassement mercantiles, leur frilosité, leur lâcheté confèrent à leur corporation une envergure guignolesque absolument méprisable.<o:p></o:p>

    Ainsi dans le moindre reportage télévisé pour justifier le floutage de la célèbre bouteille de soda à base de coca nommée COCA-COLA, ces vendus parlent de morale, de respect dû à l'entreprise multinationale qui fabrique cette merde liquide... Ils invoquent le respect de la loi relative à l'interdiction de la mention publique des marques pour justifier leurs odieux -et inutiles- floutages, ils osent même parler de déontologie professionnelle dans le fait de ne pas citer nommément le Coca-Cola ! Comment voulez-vous dénoncer -voire encenser- quand vous vous imposez le devoir de ne pas nommer ? Un journaliste n'est-il pas payé justement pour tenir ce rôle ? Si le journaliste s'interdit de dire ce qu'il pense, à quoi peut-il bien servir ? Si sous couvert de morale professionnelle il se croit obligé de faire le jeu de ceux dont il est censé ne subir aucune influence ni pression, où est son indépendance ? Ainsi de nos jours les marques, les juges, l'air du temps dictent au journaliste ce qu'il doit ou ne doit pas écrire, montrer, citer.<o:p></o:p>

    Insidieusement, à force de faire preuve de scrupules envers les entreprises connues pour leur réussite commerciale, célèbres pour leur logo ou leur puissance, et ceci grâce aux lois relatives à la protection de l'image des marques et à la pratique des journalistes relayant cette iniquité, les marques semblent jouir de plus de respect médiatique, de protections légales que les êtres humains. Sur le plan juridique il sera en effet plus périlleux pour un journaliste de salir l'image d'une grande marque de boisson ou de lessive que de s'en prendre à un individu anonyme ! Ce qui est révélateur de la déférence médiatique éhontée faite aux marques et prouve que les journalistes de nos jours se sont prostitués à l'éthique du marché imposée par les grand manitous du matérialisme occidental (qui va jusqu'à investir le code pénal), qu'ils se sont laissés acheter par les mirages dominants du siècle.<o:p></o:p>

    Ces journalistes à la solde des puissants ne citent aucune marque, comme si les dépositaires de ces marques n'avaient pas les moyens de se défendre d'eux-mêmes... La critique médiatique des marques est interdite en France. Mais si un produit est de qualité, la marque ne devrait-elle pas pouvoir se défendre d'elle-même sans autre réponse que le produit en lui-même, et ainsi voir la critique s'effondrer face à la "vérité" du produit ? Cela tombe sous le sens. Mais non, les grandes marques non contentes d'asseoir leur pouvoir quasi subliminal dans les esprits faibles ont encore besoin d'une protection juridique sévère ainsi que de la complicité des journalistes pour renforcer leur statut de tyrans industriels.<o:p></o:p>

    Les journalistes sont de moins en moins des inquisiteurs, des questionneurs impertinents et de plus en plus des publicistes, des protecteurs d'intérêts économiques. Au moins par omission : la marque n'est pas critiquée, pas citée, à peine suggérée, jamais montrée en images, ce qui contribue à la sacraliser encore un peu plus. Ce sont également des poules mouillées : le coupable qu'il faudrait montrer est au contraire protégé par leur "silence déontologique", le notable s'il est suspecté de quelque faute mineure est évoqué en biais, avec prudence, le magistrat chez eux ne s'affronte que par textes de lois interposés, jamais directement dans leurs lignes ou à travers leur objectif. <o:p></o:p>

    Dans ce contexte un journaliste est par définition un poltron, un menteur, un complice de l'immoralité, un esprit sous le joug des valeurs mercantiles.<o:p></o:p>

    Bref, un "flouteur" de vérités.<o:p></o:p>

    759 - Vue sur les étoiles<o:p></o:p>

    Je contemplais depuis des heures le ciel étoilé de septembre, étendu dans un près en quelque lieu reculé de la campagne sarthoise. La nuit était sereine, la brise douce.

    Je m'endormis sous le firmament.
    <o:p></o:p>

    Je fis un rêve dans ce champ d'herbe. Un rêve mystérieux et pénétrant, puissant et profond. Un songe à la fois étrange et réel, un mirage comme une vision. Une sorte de fantasmagorie faisant naître en moi des sensations étrangères et familières où je vis ce qui se trame dans les profondeurs des galaxies, ce qui s'y passe à l'échelle humaine... Comme si le temps d'un somme j'avais eu dans la tête les pensées du dieu Jupiter ou que des flammes divines avaient éclairé subitement le ciel devant moi. Bref, ma conscience s'ouvrit sur le cosmos, sonda les espaces infinis pour aller observer jusqu'au moindre insecte, jusqu'au plus petit grain de sable, jusqu'à la plus quelconque peuplade d'hommes vivant là-bas sur des planètes aux confins de l'espace... Par quel prodige eus-je accès au grand théâtre sidéral ? Peu importe. Toujours est-il que là, endormi par une nuit de septembre en pleine campagne, je vis couler au-dessus de moi l'incommensurable fleuve cosmique. Composé d'une infinité d'étoiles, ce flot que l'on nomme Univers charriant la vie à gros bouillons, sans fin, sous des millions de formes, je l'ai rêvé. <o:p></o:p>

    Et ce songe était palpable. <o:p></o:p>

    Voilà ce que je vis :<o:p></o:p>

    Des humanités par milliards peuplant l'Univers, des mondes minuscules ou gigantesques, certains aussi isolés dans l'espace qu'une coquille de noix en pleine mer, d'autres rassemblés en bouquets formés de millions d'étoiles. Partout, des peuples, des civilisations, des océans humains. Des races d'hommes variées, étonnantes, magnifiques, laides, effilées, trapues... De la vie même là où c'est inimaginable, des espèces animales par milliards répandues à travers autant de mondes. Ces mondes multipliés eux-mêmes par cent milliards : autant qu'il y a de galaxies, abritant chacune cent milliards d'autres formes de créatures ! Des contrées grandes comme des planètes et des planètes aussi vastes que des petits soleils. Il n'est pas rare que mille Chine puissent ne former qu'une province d'une partie plus étendue encore. Deux-cent milliards d'individus s'agitent sur certains globes. Dix milliards de sosies parfaits vivront et mourront simultanément sans jamais soupçonner que leurs doubles pussent exister à dix milliards d'exemplaires, dispersés à travers l'océan sidéral.... Moi, je les ai vus. <o:p></o:p>

    J'ai vu bien des choses encore : des empires paisibles de plus de 100 000 ans, des bâtiments étranges, des grandes villes silencieuses et mystérieuses, habitées par quelques personnes seulement. Et sur cet autre monde, qu'étaient ces déserts semés de cubes de verre oranges hauts comme des maisons ? Des cités endormies ou des champs de batteries solaires ? Ailleurs, par millions des habitants primitifs sortaient de leurs forêts et s'alignaient pour former des signes magiques. Il y avait des processions de toutes sortes, sur beaucoup de mondes très différents les uns des autres. On brandissait des espèces de noix géantes en pleurant dans les rues tortueuses d'une cité sombre sur tel monde. Sur un autre des voix à l'unisson scandaient des mots aigus le long d'une route étroite (cette route était creuse et faites d'un assemblage de plusieurs bandes de couleurs différentes) tout en faisant jaillir de la fumée bicolore dans lesquelles se formaient des images de paysages (des genres d'hologrammes ?) à partir de cônes géants translucides posés sur leur tête... Qu'était-ce donc ? Une manifestation de revendications sociales, des opposants politiques, des réjouissances profanes, des ingénieurs établissant des mesures lors de travaux publics ? Il m'a été permis de voir, non de comprendre.<o:p></o:p>

    Ailleurs il y avait un homme qui marchait dans une prairie vêtu d'une multitude de cercles -d'un rouge vif- très minces superposés, comme suspendus en l'air par je ne sais quel effet magnétique tout en épousant sa silhouette et ses membres (un peu comme le bonhomme Michelin). Ces cercles tournaient sur eux-mêmes lentement tout en flottant autour du corps de l'homme qui marchait. Je me dis : voilà une espèce de farfelu qui, comme chez nous, entreprend quelque exploit courageux et inutile. A l'image de nos "traverseurs" d'océans à la rame, de ces sauteurs de tours en parachute, de ces excentriques allant se perdre volontairement dans le désert munis de casques à pointe ou de ces funambules habillés en clown qui font du vélo en équilibre sur une corde suspendue au-dessus de quelconques chutes d'eau... A moins qu'il ne s'agît d'un citoyen banal d'une république utopiste ou d'un royaume complexe en train de vaquer à des occupations fort ordinaires échappant à mon regard profane... Comment aurais-je pu interpréter avec justesse ce que je voyais ? Des gouffres psychologiques, des abîmes philosophiques me séparaient de ces mondes. Je me contentais d'observer, émerveillé, étonné, amusé.<o:p></o:p>

    J'ai pu voir mille autres choses que je suis incapable de nommer, des merveilles impossible à relater, des phénomènes que je percevais comme extraordinaires et qui semblaient naturels à des milliards d'individus...<o:p></o:p>

    Lorsque je me réveillai l'herbe était humide, les constellations avaient changé de place. La vision avait duré deux heures... Je sais intimement que ce songe n'était point un mirage mais un voyage fulgurant vers des mondes disséminés à travers le cosmos, un voyage qu'il m'a été permis d'effectuer comme une grâce, emporté par les ailes de Séléné. <o:p></o:p>

    +++++++

    PRECISION DE L'AUTEUR
    <o:p></o:p>

    A ceux qui à travers ce texte me reprocheront de m'égarer sur les sentiers d'une imagination à leurs yeux peu réaliste :<o:p></o:p>

    Ne serait-ce pas plutôt le manque d'imagination qui paralyse les petits esprits et les empêche de projeter leurs pensées plus haut que leur friteuse électrique, plus loin que leur programme télévisé du samedi soir ? La réalité dépasse de toute façon tout ce que l'on peut imaginer et ce dans tous les domaines, la preuve à chaque instant sous nos yeux que ce soit à travers le mystère mille milliards de fois reproduits du brin d'herbe, du moucheron, à travers l'incroyable complexité du cerveau humain ou bien tout humblement à travers les atomes de l'air qui nous entourent... Tout procède d'une imagination infiniment plus fertile, plus folle que la simple imagination humaine qui elle ne prend qu'une infime mesure de la réalité des choses.<o:p></o:p>


    Qu'aurait donc pensé un laboureur du Moyen-Âge s'il lui avait été donné de voir son descendant taper sur un ordinateur dans son exploitation agricole ? Il aurait dit :
    <o:p></o:p>

    - J'ai vu un paysan s'entretenir avec un carré plein de lumière et le carré lui répondait avec des signes magiques qui apparaissaient, disparaissaient. Puis naissaient des images fulgurantes qui s'agrandissaient, rétrécissaient... Et même des bruits étranges sortaient du carré lumineux. Ensuite le paysan est sorti de sa maison et un énorme animal de fer l'a avalé. Et je vis l'homme dans la tête du monstre qui rugissait, il se maintenait accroché à une roue derrière les yeux du dragon, il était vivant mais ne bougeait pas, tournant juste la roue devant lui, et la créature avançait pour emporter sa proie jusque dans un immense champ de blé dans un grondement de tonnerre.... Un oeil orange clignait au-dessus du démon d'acier et cet oeil éclairait le champ de blé comme une torche qui s'allumait et s'éteignait cent fois par minute !<o:p></o:p>

    Le paysan du Moyen-Âge viendrait juste de décrire avec ses yeux médiévaux un paysan contemporain faire ses comptes sur son ordinateur avant de monter sur sa moissonneuse-batteuse surmontée d'un gyrophare. Un fait qui nous semble à nous parfaitement banal peut être observé avec effarement, incrédulité par un témoin d'une autre époque ou d'une différente mentalité.<o:p></o:p>

    Je ne fais rien d'autre à travers mon "rapport de voyage" à travers les étoiles : je raconte avec mes mots de terrien du XXième siècle ce que j'y ai vu. Je n'ai pas affirmé que je comprenais ce que je voyais, je n'ai fait que raconter ce que j'ai perçu du haut de mon esprit non initié, de la même manière qu'un citoyen de la Rome antique raconterait à ses contemporains le métropolitain de TOKYO du XXIème siècle ou notre aviation de transport de masse...<o:p></o:p>

    Soyez persuadés que des habitants d'autres planètes observant certains de nos comportements seraient aussi incrédules que vous face à ce que je rapporte de mon voyage onirique. Marco Polo racontant certaines scènes orientales n'avait pas été cru de ses contemporains qui l'accusaient d'affabulation (même si certains historiens prétendent qu'il ne fit jamais son voyage en Chine).<o:p></o:p>

    On pourrait ainsi multiplier les exemples.<o:p></o:p>

    Ce n'est pas parce que je raconte des faits avec mes mots que ces faits n'existent pas. Qu'on me laisse au moins la liberté de proposer à mes lecteurs l'évocation de ces autres mondes. Libre à eux de ne pas y porter crédit, de restreindre leur vue à leurs clochers, leur LOTO, leurs vacances en Normandie et leurs croquettes pour chiens<o:p></o:p>

    760 - Le cirque<o:p></o:p>


    Novembre 1880, juste avant la tombée du jour.
    <o:p></o:p>


    Le petit cirque s'installe dans un pauvre village du nord de la France. Avec la pluie, le convoi s'est embourbé aux abords de la commune. Et, arrivés sur la place, hommes et bêtes -fatigués- doivent encore patauger dans une terre trempée. Sur la carriole une affiche crasseuse annonce les "numéros incroyables" et autres "tours de magicien".

    Prodiges misérables qui éblouiront les ignares de ces lieux...
    <o:p></o:p>


    La venue des forains a déjà attiré laboureurs, enfants et commères. La pluie est glaciale, l'ambiance solennelle : tous observent ces "troubadours" aux têtes sinistres censés divertir les villageois, crottés eux aussi... Le glas n'en finit pas de se lamenter : une âme dans le village s'est éteinte vers la fin de l'après-midi. Mais le cirque est l'évènement exceptionnel du bourg, plus rare que la mort. Même le curé s'en émeut. Pensez : un cirque au village !
    <o:p></o:p>


    Après le souper les habitants, fébriles, s'agglutinent autour de la charrette des forains. La pluie s'est mêlée de neige fondue. Les plus pauvres n'ont pas eu droit aux places sous la bâche rapiécée. Qu'importe.
    <o:p></o:p>


    Que le spectacle commence !
    <o:p></o:p>


    Contre quelques sous on y voit une chèvre savante et famélique trembler de terreur sous la baguette d'un clown ombrageux à faire peur. Devant trente paires d'yeux écarquillés on sort un singe récalcitrant de sa cage pouilleuse pour une exhibition des plus exotiques. Le clou du spectacle. Quelques coups de bâton lui font réintégrer sa prison puante sans trop d'histoire. Un trompettiste lugubre joue un air connu des campagnes. La démonstration sonore fait pleurer deux ou trois enfants impressionnables. Un jongleur vêtu de haillons raconte des vieilles blagues. Personne ne rit vraiment mais tout le monde est fasciné par les trois balles passant d'une main à l'autre dans un "tourbillon céleste effarant" ! Une jeune enfant chante l'hymne patriotique, le regard triste, le ton blasé. Lorsque, la lèvre marquée par l'habitude de la chique, la mine crapuleuse, l'équilibriste se lance sur la corde tendue pour y gesticuler avec fausse maladresse, il répand sur l'assistance une odeur aigre de vinasse. La soirée s'achève sur un tour de passe-passe anodin exécuté par un magicien à l'air patibulaire. Tour raté d'ailleurs.
    <o:p></o:p>


    Le troupeau d'illettrés s'en retourne à ses masures, les sabots boueux, les têtes pleines de sons inconnus et de lumières inédites.
    <o:p></o:p>


    Le lendemain, sous de grosses flaques éclaboussant les bas de pantalons, la troupe d'artistes repart émerveiller d'autres villageois, là-bas au loin à trois kilomètres d'ici.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    761 - La déchéance du beau sexe


    De nos jours la femme occidentale a beaucoup perdu les qualités de sa nature.


    Sous prétexte d'indépendance, de libération, et même de liberté tout court, elle a succombé aux moeurs infâmes du siècle.
    <o:p></o:p>


    Sous le règne actuel de la "femelle vulgaire" les bassesses d'hier sont devenues normes. Ainsi ce qu'elle appelle "force de caractère" ou "fierté de femme" n'est en vérité qu'odieuse licence consistant à cracher son fiel en direction des gentlemen, à hausser le ton devant la mâle autorité, affichant sans rougir sa détestable éducation...

    <o:p></o:p>

    Impertinente, impolie, immodeste et dévoyée, elle injurie, outrage, blasphème à la moindre contrariété. D'un geste ou d'un mot, elle signe sa définitive déchéance. Ayant perdu le sens du commerce galant, elle foule de ses talons hauts toute bienséance, n'hésitant pas à publiquement user des termes les plus vils pour qualifier plus beau, plus noble, plus honorable qu'elle. Qu'un bel esprit accorde sa charmante attention à l'une de ces femmes en termes chastes et choisis, pour peu que la chose lui semble incompréhensiblement surannée et lui fasse l'impression d'une délicatesse étrangère à ses us, elle répondra au compliment par l'offense la plus crue. <o:p></o:p>


    Un baise-main ? Une formule exquisément courtoise ? Un geste de raffinement ? Une allusion à ses charmes galamment codifiée ? Elle réagira avec la brutalité d'une femme ayant perdu toute décence. Dans les circonstances ordinaires de la vie (métro, rue, établissements d'agrément, lieux de proximités), certaines se permettent même de tutoyer directement leur interlocuteur sous prétexte d'incompatibilité sociale, culturelle, vestimentaire ou d'humeur. Ou tout simplement par pur relâchement.

    <o:p></o:p>

    Et même, comble du comble, de s'octroyer le droit de l'insulter !<o:p></o:p>


    La plupart des femmes occidentales aujourd'hui n'ont plus de tenue. Déplaisantes, provocantes, agressives, en accédant à l'argent, au pouvoir, à l'invincibilité, elles ont perdu cette fragilité qui faisait leur gloire, jadis.
    <o:p></o:p>


    Les femmes de classe sont de plus de plus rares. Celles qui au milieu de cette plèbe ont su garder intacts les codes de la séduction et des relations humaines traditionnellement en usage dans le monde -et même plus simplement les codes de la courtoisie élémentaire- n'en sont que plus estimables aux yeux des beaux esprits.
    <o:p></o:p>


    Au contraire des femmes asiatiques et des femmes nord-africaines qui sous le poids de leur culture ont su rester décentes, polies, soumises, respectueuses, aimables, les femmes européennes ayant rompu les liens de la grâce sont de plus en plus haïssables, viles et vulgaires.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    762 - Les Beaux Assassins<o:p></o:p>


    Bien sûr ils sont beaucoup plus intelligents que les autres. Nécessairement.


    Fortunés, instruits, bottés, coiffés de leurs parures de chefs et bien à l'abri dans leurs salons feutrés en train de déguster thé et biscuits fins, ils devisent avec science et gravité sur la situation, causant économie martiale, tactique et stratégie. Marcel Constantin dans son trou à Verdun vient de recevoir un éclat d'obus à la face. Son corps patauge dans la boue. Le sang de ce qui est à présent un cadavre chaud fait des bulles rouges sur la terre mouillée. Le thé de ces beaux messieurs à cent lieues de là est trop chaud. Léger mouvement de moustaches.


    Il y a là le ministre de la guerre, deux ou trois généraux, un grand industriel automobile recyclé dans l'artillerie lourde, quelques personnages importants joliment costumés de cuir et de soie. Marcel est exsangue. Peu importe, il est mort. Son visage mutilé qui fait face au ciel est vite recouvert par une épaisse couche de terre déplacée par un obus ennemi. L'industriel est préoccupé... Le ministre de la guerre exige des garanties de livraison, par conséquent il lui faudra restructurer tout son système de production. Pas simple. La signature est retardée. Il faut trouver un accord rapidement. Le thé est un peu moins chaud, les moustaches se relèvent. Tout s'arrangera bien... Entre gens éduqués, intelligents et bien vêtus, tout s'arrange toujours. D'un sourire courtois on conclut un accord tacite, de principe. La signature se fera le jour-même. De Marcel Constantin il ne reste plus grand-chose. Enfoui dans la terre, enseveli sous le fer et le Mal, on ne retrouvera plus rien de lui, il fait déjà partie de ces milliers de disparus de la Grande Guerre, pulvérisés, détruits, broyés, effacés de la surface du globe par la mitraille et dont pas un seul ossement ne témoignera de leur existence sur cette terre. A cet instant tout est fini pour Marcel. En haut lieu, à cet instant, à cet instant-là, à cette même minute où Marcel vient d'avaler sa dose de boue par la gorge, les orbites, les oreilles et le cul, on ressert du thé aux grands décideurs de ce monde aux moustaches décidément bien frétillantes.


    Ils sont beaux, ils sont aimables, ils sont respectables ces personnages importants à la tête des affaires de l'État, de l'industrie, de l'économie... Marcel quelque part sous la boue de Verdun ne les connaissait pas, tous ces beaux messieurs pleins de hauteur et de gravité. C'est normal puisqu'ils sont plus intelligents, plus fortunés, plus instruits et mieux placés que lui.


    Eux sous les lambris de la République courroucée contre le Boche, lui dans sa fosse à charognes de Verdun.


    763 - L'écologie en question
    <o:p></o:p>


    Après avoir vu à la télévision une intervention argumentée d'un fervent représentant de la cause écologique, Nicolas Hulot, qui dans son discours général particulièrement hystérique prétend que si nous ne changeons rien nous courons à la catastrophe planétaire, de saines, sages, sereines réflexions ont fusé de ma cervelle impartiale. Dans mon esprit clair, critique, apte à la réflexion et pas encore contaminé par l'exaltation collective, des éclatantes évidences se sont opposées aux obscures, approximatives constructions intellectuelles de Nicolas Hulot.


    Je commence à me demander si le problème de la pollution de la planète ne serait finalement pas une vaste chimère, une énorme psychose mondiale, un fantasme planétaire comme il y eut en d'autres époques des fantasmes cosmiques (par exemple avec les passages de comètes), religieux, astrologiques, magiques, ainsi que moult autres terreurs irrationnelles... Bref, une pollution universelle des esprits par des fumées médiatico-scientifico-politiques.


    L'obsession écologique me semble avoir des point communs avec certains mythes obscurantistes. Hier les sorcières, aujourd'hui la pollution.


    Que dit l'adepte de la verdure à tout prix ?


    Que nos rivières polluées vont répandre mort, maladie, désastre, que nos pots d'échappement vont provoquer des raz-de-marées, faire fondre la banquise, empoisonner l'atmosphère, que nos activités économiques vont déclencher des cataclysmes, faire gronder le ciel, la terre et encore ébranler les océans...


    Et pourquoi pas déclencher l'écroulement des montagnes, faire pâlir le soleil, éteindre -ou raviver- les volcans, provoquer la chute des étoiles ? Soyons sérieux. Cessons d'adhérer à la sottise ambiante, redevenons sensés.

     <o:p></o:p>

    Les rivières françaises sont polluées, je ne le nie pas. Et alors ? Cela fait belle lurette que nous ne mangeons plus de poissons péchés dans les rivières ! Il y a les piscicultures pour satisfaire nos exigences : des truites toujours bien dodues, saines, disponibles à profusion. Dieu merci, l'homme civilisé a su depuis longtemps imiter et même améliorer les bienfaits de la nature. Il n'a pas attendu que les rivières soient polluées pour produire des fruits de la nature encore plus savoureux que la nature jamais ne le fera elle-même... Par conséquent je ne vois pas en quoi la pollution de nos rivières est si catastrophique. Certes cela n'est guère réjouissant et même assez ennuyeux que nos rivières soient ainsi polluées. Je l'admets. Et j'aimerais mieux qu'elles ne le soient point, cela s'entend. Mais c'est ainsi, nos rivières sont polluées et ce n'est pas une raison pour ajouter à cette pollution chimique une inutile bêtise à notre réflexion.


    Le problème de la pollution des rivières n'est de toute façon pas si grave qu'on le prétend puisque la blessure que nous avons infligé à la nature s'est tout naturellement accompagnée de son remède. En effet, nos usines de retraitement des eaux ne sont-elles pas nées pour contrer ces pollutions, précisément ? En ce cas où est le problème ? De quoi nous plaignons-nous ? N'avons-nous pas de l'eau pure à la sortie de ces centres de retraitements des eaux ? N'est-ce pas là un réel progrès ? Nous sommes étrangement -et de manière parfaitement stupide et irrationnelle- plus prompts à nous désoler de voir couler l'eau sale en amont de nos usines que nous réjouir à la voir jaillir, claire, en aval... Nous grossissons de façon outrancière la boue initiale tout en occultant l'onde limpide qui en naît. Et pourtant, en cela l'homme a fait bien mieux que la nature : il l'a purifiée en un temps record. Là où la nature aurait mis des années à régénérer ses eaux polluées, l'homme avec son génie a été cent fois, mille fois plus vite !

     <o:p></o:p>

    Et puis qui se baigne encore dans les rivières ? Les plages depuis presque un siècle ont remporté les suffrages des vacanciers.


    Que prétend encore l'écologiste ?


    Que nos émanations carboniques vont étouffer le globe terrestre à petit feu, le réchauffer, le vider en partie de ses hôtes, jusqu'à changer les contours des côtes par l'effet de la fonte des glaces aux pôles... Rien que cela. Depuis la création de la terre aucune éruption volcanique n'est jamais parvenue à engendrer de tels bouleversements, encore moins à éradiquer la vie sur la planète. Sérieusement, quel est l'impact de l'action de deux milliards de pots d'échappement durant cinquante ans sur une planète dont le poids et le volume de l'atmosphère sont infiniment plus consistants que ces rejets de fourmi ? Cela n'équivaut même pas -du moins je le suppose- au dixième d'une seule éruption volcanique de type Vésuve en 79 de notre ère en terme de masse de matières "polluantes" !


    Que des espèces disparaissent, en quoi cela est-il catastrophique ? Depuis la création de la terre, des millions d'espèces sont apparues, puis ont disparu. De manière parfaitement naturelle, dans l'ordre normal des choses, à l'image de tout ce qui existe dans l'univers. Des espèces animales et végétales disparaissent de nos jours sous l'action de nos activités économiques, culturelles, gastronomiques, voire politiques. Je ne vois là que minuscules événements amplifiés par la subjectivité humaine. Des étoiles disparaissent également dans notre propre galaxie et partout ailleurs sous le simple effet du temps qui passe, sous l'action des atomes, bref sous le vent du destin... Telle est la loi des choses. Les écologistes n'échapperont pas à cette loi : eux aussi disparaîtront.


    Que ce soit sous le poids de nos activités économiques ou sous les nécessités bien plus féroces encore de la nature, tout change, disparaît. Espèces, montagnes, océans, astres, systèmes galactiques, rien n'est épargné par le grand ordre naturel. Pourquoi les ours et les loups échapperaient-ils à cette loi ? Et pourquoi ne pas inclure l'action humaine dans cet ordre naturel ? L'homme avec sa réflexion, ses choix, sa volonté, son action sur la matière, les saisons, l'ordre "naturel" des choses, n'est-il pas issu de la nature lui aussi ? N'en n'est-il pas d'ailleurs le chef-d'oeuvre ? En quoi les effets de l'action humaine sur la nature seraient-ils pervers ? La disparition du loup, du choléra, de la peste ou du moustique vecteur de la malaria seraient donc des malfaisances selon la logique écologiste ? La nature ne s'occupe-t-elle pas elle-même de faire disparaître des espèces, et par milliers encore ? Certes elle le fait à l'échelle géologique. On reproche à l'homme de le faire à son échelle. Fondamentalement, je ne vois aucune différence. Ni perversion. Il est vrai que la volonté de préserver les espèces est également dans l'ordre naturel des choses humaines, fait partie de notre pensée. Je ne suis pas contre la préservation des espèces. A condition de ne pas sombrer dans la folie consistant à s'ingénier à réintroduire un corps étranger dans un système déjà bien établi. On ne met pas de loups dans une bergerie, pas plus qu'on ne lâche des ours en pleine nature ! Et pourquoi pas la réintroduction des lions à l'orée des villages africains, des tigres tueurs autour les agglomérations du Bengale ?


    Entendons-nous : je ne fais nullement l'apologie de la pollution et de la destruction de la nature. Certes j'aimerais que la pollution n'existe pas sur notre planète, que les océans soient nets, les terres propres, les eaux claires. Qui ne le souhaiterait pas ? Simplement je prétends que nous avons fait de la pollution une sorte de quête du Graal moderne, un mythe idéologique et social fou, et donc par définition irrationnel, inutile, voire dangereux.


    La pollution de la planète est réelle et ses pires effets se font sentir actuellement, je l'admets. Les effets de cette pollution planétaire sont catastrophiques, il est vrai. Mais dans les têtes.


    Et rien que dans les têtes.

    764 – Les économes<o:p></o:p>

    Les deux époux s'échangent des banalités autour d'une soupe bien chaude. Une buée dense sort de leur bouche, trahissant la température glaciale de la demeure. Assis sur d'énormes sacs de bon bois de chauffage définitivement clos, ils devisent dans la maisonnée gelée, satisfaits de n'avoir pas succombé à la tentation du feu. Trop heureux de préserver leur immense stock de bois, ils mangent leur soupe, seule source de chaleur dans leur igloo. Un quart d'heure par jour, ils peuvent se réchauffer les doigts autour de leur bol vespéral, l'unique plaisir coûteux, le seul réconfort d'avares qu'ils se sont accordé. Le matin et le midi, c'est repas froids.<o:p></o:p>

    A force d'avoir économisé sur le feu des années durant en passant leurs hivers à tousser et à frissonner dans leur grotte de radins, ils ont accumulé une imposante réserve de bois. Que jamais ils ne se décident à entamer. D'hiver en hiver, ils repoussent l'échéance. Chaque année dès les premières gelées, c'est la grande question qui revient sous le toit pris par les glaces : "Va-t-on chauffer ou non ?"<o:p></o:p>

    Et chaque année, pris d'angoisse à l'idée de brûler leur bois, il se rendent à l'évidence : invariablement ils se disent que jusque là ils n'en sont pas morts, d'avoir passé l'hiver sans "gaspiller" leur précieux bois... Ils ajoutent que ce n'est pas parce que le bois de chauffage est gratuit (ils le ramassent en quantités quasi illimitée dans la forêt qui les entoure) qu'il faut le brûler pour un oui, pou un non... Avec eux tous les prétextes sont bons pour ne pas mettre des bûches dans la cuisinière. Et ça fait 34 ans que ça dure ! 34 hivers sans se chauffer.<o:p></o:p>

    En faisant durer au maximum la chaleur de la soupe autour de leurs mains, ils dissertent à l'infini sur l'opportunité de conserver leur bois. Il se disent que se serait tellement dommage, après 34 ans d'efforts, de rompre un cercle aussi vertueux... La seule idée de mourir sur un trésor de bois sec les rend chaque année un peu plus résolus.

    A chaque fois plus intransigeants que l'année précédente, ils préfèrent se serrer la ceinture, grelotter trois mois durant plutôt que commettre le sacrilège de brûler ne serait-qu'une bûche !
    <o:p></o:p>

    Pour leur soupe, du méchant, menu bois leur suffit. Et encore, ils trouvent que c'est trop.

    Courage ! se disent-ils, dans une vingtaine d'années on aura accumulé 50 ans de bois d'hiver.
    <o:p></o:p>

    Rien que l'idée d'économiser un demi siècle de bois de chauffage les galvanise. "C'est beau", se répètent-ils sans cesse pour unique justificatif à leur obsession d'économie.<o:p></o:p>

    765 – L’inégalité des sexes et des âges<o:p></o:p>

    Alors que l'homme avance en âge sans crainte, la noblesse au front, le port altier, le pas sûr, le regard sage et pénétrant, la femme que rongent les ans pénètre dans l'ombre de la vie avec des terreurs qui affligent sa face et l'enlaidissent davantage. Ses fards tardifs, loin de soigner le mal, accentuent sa décrépitude.<o:p></o:p>

    Tandis que l'homme se bonifie de décennie en décennie, la femelle qui déjà est altérée, déformée, gâtée par l'orgueil s'étiole au fil des saisons, vaincue par le temps, le simple temps qui passe. Les années sur l'homme ont des effets flatteurs, charmants, exquis. <o:p></o:p>

    Mais dégradent les dernières arrogances de la femme... Irrémédiablement. <o:p></o:p>

    L'homme avec le temps présente un miraculeux allongement et glorieux durcissement pénien, ses productions séminales s'avivent, son coeur bat avec sérénité, son esprit s'éclaircit comme un astre, ses pensées s'approfondissement tel un puits immense, il arbore une irrésistible grisaille dans les cheveux, ses sourires matures et virils ont des charmes fous qui séduisent même les tendrons. La femme du même âge au contraire devient repoussante : sa chair tombe, sa chevelure teinte est pleine d'indécence, sa face reflète la ruine.<o:p></o:p>

    Et sa bêtise s'enracine avec plus de vigueur dans les vanités déçues de sa féminilité dévastée.

    C'est la raison pour laquelle l'on voit toujours des jeunes créatures aux bras de vieux messieurs galants et jamais d'éphèbe courir après des vieillardes, sauf si elles sont fortunées, bien entendu.
    <o:p></o:p>

    766 - Neige de minuit<o:p></o:p>


    CONTE DE NOËL
    <o:p></o:p>


    En cette fin de journée du 24 décembre je quittai mon refuge de province et fonçai sur les petites routes de campagne en direction de la prochaine entrée d'autoroute menant vers la capitale. Comme tous les ans je partais assister à la messe de minuit à la cathédrale Notre Dame rejoindre mes pairs, gens distingués et importants de la scène parisienne. Je me faisais un devoir mondain de me mêler à cette assemblée hautaine en perpétuelle représentation. Il fallait qu'en belle société l'on me vît, que parmi les personnalités de mon espèce ma présence fût remarquée, applaudie.
    <o:p></o:p>


    Bref, imitant les notables de mon rang, le spectacle de ma vie ne devait jamais s'arrêter.

    Tout à ces pensées futiles, je roulais dans la nuit. Une neige fine et abondante se mit à tomber. Très vite la campagne blanchit et je dus bientôt ralentir. La chute de la poudreuse redoubla d'intensité. Je ne reconnus pas ma route, fis demi tour, faillis choir avec mon véhicule dans le fossé avant de m'engager dans une fausse direction... Egaré en pleine campagne à trois cents kilomètres de Paris, seul dans ce paysage glacé, âpre et magnifique, loin des lumières et du tapage de la cité, imperceptiblement je sentis naître en moi une immense lassitude pour cette existence superficielle que depuis toujours je menais.
    <o:p></o:p>


    La roue de ma berline dérapa, puis s'enlisa dans l'écume. Bloqué au milieu de nulle part, je décidai de rejoindre à pied la première habitation venue pour y demander de l'aide. Une humble lumière attira mon regard. Elle émanait de l'église d'un hameau sans nom. J'entrais dans ce refuge, réconforté à l'idée d'y trouver secours et chaleur. Là, je fus saisi par un spectacle à la fois misérable et grandiose : à la lueur de quelques cierges cinq ou six fidèles aux crânes gris et aux épaules voûtées priaient avec ferveur avec le curé, et de cette rustique assistance s'élevait un chant. Le choeur chantait faux tout en grasseyant avec force... Devant cette scène navrante et sublime d'un autre siècle, j'oubliais tout : la voiture embourbée, les amis qui m'attendaient à Paris, mes devoirs mondains... On ne fit guère attention à ma présence. En me réchauffant les mains, je demeurai au fond de l'église à observer discrètement ces chanteurs maladroits et touchants.
    <o:p></o:p>

    Puis le chant prit des allures plus solennelles : un enfant dont je n'avais même pas remarqué la silhouette -si bien enfouie parmi ces vestes sombres et ces fronts ridés- mêla sa voix juvénile au morne concert. Sa voix cristalline domina peu à peu celles des vieillards qui l'une après l'autre finirent par se taire. Le chant solo du jeune garçon résonna dans la semi-clarté de l'église, pur. L'expérience de la Beauté me figea. De temps à autre on pouvait entendre dehors quelque rafale de vent faire trembler un vitrail. Certes l'enfant à la voix d'ange ne semblait pas maîtriser parfaitement les règles élémentaires de la prosodie, mais qu'importe, c'est son âme qui chantait. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Submergé par des sentiments inédits et suprêmes, j'assistai jusqu'au bout à cette messe des pauvres.<o:p></o:p>


    Paris et ses séductions frelatées, Paris et ses feux mensongers, Paris et ses hôtes vaniteux n'existaient plus : j'étais aux anges sous ce clocher sans fard. Asile de la piété simple et sincère, aux antipodes des ors de la capitale festive, on chantait faux près de cet autel, mais on chantait avec coeur.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Je passai la veillée de Noël dans l'église de ce hameau perdu dont j'ai oublié le nom, la plus belle de toutes mes nuits de Noël, en compagnie de ces âmes vives.<o:p></o:p>


    Après la messe un veilleur m'aida à sortir mon véhicule de son ornière, si bien que je rejoignis tardivement la capitale, définitivement désillusionné sur ses artifices vides de sens et de beauté.
    <o:p></o:p>


    C'était il y a plus de trente ans.
    <o:p></o:p>


    Certain de n'avoir pas rêvé, pendant longtemps j'ai essayé de retourner dans ce hameau, passant et repassant par tous les chemins possibles mais jamais, jamais je n'ai pu retrouver ce lieu qui depuis plus de trente ans me hante. Depuis, chaque soir du 24 décembre une mystérieuse nostalgie me gagne lorsque je me remémore ces vieillards, cet enfant, cette messe de Noël sous la nuée nivéenne, au milieu de nulle part, étrange et belle.
    <o:p></o:p>


    767 - Réactions étranges lors de licenciements économiques
    <o:p></o:p>


    Pendant les informations télévisées on voit souvent des reportages au cours desquels des ouvriers se font licencier de leur usine. Ils sont toujours graves, en colère ou hébétés. Certains pleurent.
    <o:p></o:p>


    Je n'ai jamais compris leur affliction. Pourquoi se mettent-ils donc dans un état pareil devant une si heureuse nouvelle ? Il y en a même qui se suicident. Sont-ils devenus fous ?
    <o:p></o:p>


    Non vraiment je ne les comprends pas. Moi à leur place je serais HEUREUX de me faire licencier de la sorte. Heureux. Enfin la liberté ! Avec quel bonheur je tirerais un trait définitif sur l'usine qui pendant tant d'années m'aurait aliéné, abruti, empêché de vivre ! Je me sentirais des ailes. Eux, non.
    <o:p></o:p>


    Un licenciement, n'est-ce pas une heureuse nouvelle pour un ouvrier ? N'est-ce pas la promesse d'une existence débarrassée de chaînes héritées parfois de plusieurs générations ? Et d'ailleurs pourquoi montre-t-on toujours du doigt les "méchants licencieurs" ? Quel mal y a-t-il à licencier des travailleurs ? Non seulement licencier un ouvrier c'est donner la liberté à un oiseau qui, de toute sa vie, n'a connu que la cage et qui, depuis le nid, a subi l'enfermement mental pour raisons strictement économiques, mais en plus c'est lui accorder un consistant pécule pour un nouveau départ ! En effet, les patrons qui licencient rendent leur liberté et leur dignité à ces hommes en leur octroyant en plus des indemnités de licenciement.
    <o:p></o:p>


    Et, eux, ils pleurent, enragent, désespèrent, se suicident.
    <o:p></o:p>


    Comble du bonheur, comme si cela ne suffisait pas ils ont, en outre, le droit de toucher des allocations de chômage pour vivre pendant des années sans devoir aller travailler loin de chez eux en affrontant le froid matinal et la pluie du soir. Alors qu'ils ont trente, quarante, cinquante ans, ils peuvent enfin pour la première fois de leur vie se lever le matin sans se soucier d'aller gagner leur pitance dans des endroits sales, bruyants, dangereux... Et ils ne sont pas contents !
    <o:p></o:p>


    Ce n'est pas tout : certains parmi eux qui avaient misé sur leur usine-providence pour recevoir pendant trente-sept ans un salaire mensuel qui devait surtout servir à rembourser leur ignoble maison Phénix s'étaient déjà endettés avant même leur licenciement, parce qu'en plus de leur maison Phénix ils avaient eu d'autres envies : grands écrans plats, grosses voitures "comme-celle-du-patron". Mis au chômage, ils pourront faire une demande d'aide pour sur-endettement et ainsi soit abandonner leurs rêves ineptes et coûteux de minables, soit les faire payer à l'État.
    <o:p></o:p>


    Personnellement, avec le peu d'expérience professionnelle que j'ai accumulée dans ma longue carrière d'esthète, les meilleurs moments vécus sur mes lieux de travail n'étaient pas quand on me donnait ma paye, non pas quand j'écoutais avec mon coutumier dédain les inepties des collègues parlant de leur voiture ou de leurs points-retraites, pas même quand je me restaurais à la cantine, non... Les meilleurs moments vécus sur mes lieux de travail étaient ces instants cruciaux où l'on m'annonçait mon "licenciement" en raison d'inaptitude, d'incompétence ou de désintérêt pour mon poste.
    <o:p></o:p>


    A chaque fois c'était, pour moi, un immense soulagement. Une inexprimable sensation de liberté retrouvée. Un sentiment de bien-être extrême, comme une respiration libératrice, un poids énorme que l'on me retirait. A chaque fois qu'un patron m'annonçait que je devais cesser de travailler pour son entreprise, je me sentais renaître, voler, aimer, vivre !
    <o:p></o:p>


    Et encore, on ne m'a jamais accordé le moindre dédommagement lors de ces sorties forcées du circuit professionnel. J'étais heureux, pourtant.
    <o:p></o:p>


    Comment se fait-il que ces ouvriers pleurent et vont même jusqu'à se suicider sous prétexte qu'ils ne reverront plus jamais leur usine alors qu'ils ont tout avantage à la quitter ?

    En fait c'est moi qui dois me tromper... Ce n'est pas possible, ils ne peuvent pas être malheureux parce qu'on les a licenciés de leur usine. Je dois me tromper...
    <o:p></o:p>

    Je crois plutôt qu'ils pleurent de joie et se pendent par amour.<o:p></o:p>


    768 - Ce siècle de minables
    <o:p></o:p>


    J'observe depuis un certain nombre d'années un phénomène qui ne cesse de s'amplifier dans la publicité télévisée, laquelle est le reflet le plus direct de la société, l'écho cru et éloquent de la France moyenne, le révélateur fidèle et durable des aspirations du tout-venant : les "héros" masculins en quête de bonheur fromager, bancaire, cosmétique ou automobile sont tous des incarnations stéréotypées du pauvre type, du citoyen minable, du mâle médiocre.
    <o:p></o:p>


    Le consommateur de base est censé s'identifier farouchement à ces représentants de la gent masculine sur la voie de la déchéance. Et ça marche ! Le minus fondamental se sent rassuré en voyant à travers des spots publicitaires d'autres minus primaires de son espèce. Les publicistes l'ont bien compris : il ne faut pas heurter l'acheteur, il faut le caresser dans le sens de sa bedaine, le conforter dans sa petitesse afin qu'il se sente à l'aise avec ses pairs, et même, comble de la perversité consumériste, qu'il soit fier de son insignifiance !
    <o:p></o:p>


    Ainsi les films publicitaires télévisés sont peuplés de petits Sancho en quête de chaussettes, de piètres Dupont béats d'admiration devant leur cuvette de WC, de frileux épargnants avec des charentaises dans le coeur, d'imbéciles pères de famille hilares face à leur écran plasma...
    <o:p></o:p>


    L'offense faite à homme, l'indignité avec laquelle il est représenté dans ces publicités sont tellement quotidiennes et si bien entrées dans les moeurs que nul ne s'en offusque. L'homme à travers la publicité est devenu un âne, pitoyable client-pantin des grandes enseignes, un crétin heureux de son sort, un abruti total, un parfait vermisseau sans pensée, sans gloire, sans destin, sans plus rien de ce qui fait sa grandeur de bipède éclairé. Depuis ce miroir contemporain que constitue la publicité, l'homme n'est plus qu'une pauvre chandelle morte. Pire : l'indolent réceptacle de la vulgarité du siècle.
    <o:p></o:p>


    Bref, la publicité -qui tire tout vers le bas- pour fonctionner aujourd'hui et tourner à plein régime a de plus en plus recours au procédé miracle consistant à mettre en scène les figures variées et navrantes de l'universel pauvre type.
    <o:p></o:p>


    Ce qui est éminemment dans l'air du temps.

     <o:p></o:p>

    769 - 11 septembre 2001 : le règne du mensonge<o:p></o:p>


    A la lumière des faits il est incontestable pour qui a un minimum de sens critique que les attentats terroristes du 11 septembre 2001 sont le fait du gouvernement américain. Démoniaque opération de manipulation psychologique des foules à l'échelle mondiale ! L'état américain n'a pas hésité à sacrifier 3000 de ses citoyens pour tromper, émouvoir puis rallier à sa cause le reste du monde et ainsi pouvoir continuer à exercer "légalement" son hégémonie planétaire à travers invasions, agressions et pillages de pays pétroliers.


    Celui qui après avoir pris connaissance des enquêtes de journalistes indépendants (et même des contre-enquêtes menées par les journalistes à la botte du gouvernement américain censées ridiculiser la version alternative) adhère toujours à la version officielle en dépit des évidences, celui-là par son coupable et volontaire aveuglement se fait le complice des crimes du gouvernement américain.
    <o:p></o:p>


    Face à l'énormité de la version officielle qui entre autres fables prétend que deux tours de 400 mètres de hauteur constituées de béton armé et d'acier ignifugés se sont non seulement écroulées mais pulvérisées en 10 secondes sous l'impulsion d'une pichenette, je suis aujourd'hui définitivement convaincu de l'entière responsabilité du gouvernement américain dans les attentats du 11 septembre 2001 perpétrés sur son propre sol... Cela n'est plus discutable : les preuves allant dans ce sens abondent, autant que les incohérences et invraisemblances de la thèse officielle. Le mensonge, le crime, l'ignominie sont les armes sataniques de ce gouvernement qui n'est en fait qu'une insidieuse dictature déguisée en démocratie, la plus dangereuse au monde car détentrice du feu nucléaire qu'elle n'a d'ailleurs pas hésité à expérimenter par deux fois en 1945.
    <o:p></o:p>


    Bref, aujourd'hui JE SAIS que les USA sont aux mains de grands criminels. Le gouvernement américain est l'instigateur des attentats du 11 septembre 2001. Les naïfs qui adhèrent à la version gouvernementale sont les victimes du règne du mensonge qui prévaut sur ce monde façonné (avec subtilité ou brutalité selon les circonstances) depuis 1945 par la "secte yankee" et sa volonté agressive de suprématie martiale, idéologique, commerciale et culturelle.
    <o:p></o:p>


    Les crédules d'aujourd'hui qui font confiance au gouvernement américain font preuve de la même inconscience, du même aveuglement que les béats et amorphes citoyens de 1933 qui de l'autre côté du Rhin affichaient une foi inébranlable en leur gouvernement.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    770 - Rue de Pologne<o:p></o:p>


    Il y avait cette rue -rue de Pologne-, terne, droite, anonyme, léthargique.
    <o:p></o:p>


    Mortelle.

    Il était né dans cette rue et sa vie ressemblait à un dimanche qui ne finissait jamais, un jour d'ennui qui durait depuis vingt, trente, quarante ans. Eté comme hiver la rue s'assoupissait, se rétrécissait, s'aplatissait, stagnait dans un continuel, désespérant soupir. Il connaissait par coeur les maisons sans goût, les jardinets sans joie et les habitants sans relief de "sa" rue où jamais rien ne se passait, à part la pluie de mars et les échos de la télévision des voisins les samedis de juin. Enfer indolent qui lui ôtait les ailes ou bien paradis névrotique qui le rassurait, comment pouvait-il songer à quitter cette matrice médiocre ?


    Cette rue, seul horizon de ce prisonnier sans désir condamné à y mourir, il l'avait en lui. Quitter ce cordon ombilical, c'était voir s'écrouler le monde sous ses pieds.


    Célibataire sans histoire entouré d'une famille bienveillante mais sans  consistance   -voire insignifiante-, citoyen transparent aux convictions modérées -et à vrai dire sans conviction du tout-, homme stable bien intégré dans son travail, bref moineau sans plume édifié dans une routine parfaitement huilée, son existence se résumait en un mot : torpeur. On pouvait ajouter : tristesse.
    <o:p></o:p>


    Et puis un jour... L'apparition !
    <o:p></o:p>


    Une femme.
    <o:p></o:p>


    Une femme dans "sa" rue. Pas une femme comme les autres femmes habitant la rue, pas une de ces ombres si reconnaissables, épouses ou ménagères, mères ou travailleuses à la vie simple et aux aspirations limitées qu'il avait vu vieillir sous leurs tabliers non, pas une de ces femmes sans visage, invisibles. Lui avait vu un fantôme, un ange, un démon, une déesse, la lumière, l'inconnu, le souffre, le ciel... Enfin une femme, une femme belle, désirable, mystérieuse. La première qu'il voyait hors de son monde, loin de son éducation, aux antipodes de ses petitesses. Une femme...
    <o:p></o:p>


    Tout se déchira en lui : sa famille d'humbles ouvriers, son existence morne, son célibat apathique, et surtout, surtout "sa" rue qu'il se mit à détester de toutes ses forces pour la première fois de sa vie. Une femme. Qui aurait pu penser à un événement aussi prodigieux chez cet homme sans existence ? Une femme, c'était la fin du monde.
    <o:p></o:p>


    La fin de SON monde.
    <o:p></o:p>


    Il se mit à aimer. Pas comme il aimait son caniche, pas avec cette tendresse apprise, singée de dimanche en dimanche en compagnie de ses pairs, pas avec cette tendresse misérable de pauvre vieillard qu'il a toujours été depuis sa naissance, non.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il aima comme un astre. Il aima avec une dignité nouvelle qui le rendait homme, mâle, grand, beau, fort, radieux, Homme enfin.<o:p></o:p>


    Il aima cette apparition au point de la rechercher au-delà des bornes de "sa" rue. Ainsi à quarante ans le mort-né tira un trait passionnel sur la rue de Pologne, quitta sa famille de séniles, quitta son existence de minable et retrouva la passante au regard de flamme. Il goûta à la pierre, goûta au sang, se délecta des fruits amers de la vérité, bu à satiété l'eau de mer et se noya dans un étang de soleil.
    <o:p></o:p>


    Bref il expérimenta la vie, la vraie. Elle n'aima point cet oiseau à l'essor tardif toutefois, ce qui limitait ses choix entre le suicide et le retour à la rue de Pologne... Il opta pour l'entrée dans les ordres.
    <o:p></o:p>


    Il avait quitté rue, famille et travail pour connaître les affres du coeur en proie aux passions les plus chères de l'homme et se retrouvait crucifié sous la bure que désormais il portait pour la gloire de l'Amour, cause pour laquelle il avait décidé de dédier le reste de ses jours.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    771 - Vue perçante sur mon psychiatre<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Stupéfaction mais également heureuse nouvelle ! <o:p></o:p>


    Ce matin mon psychiatre m'a annoncé, à la onzième consultation, que je présentais des "troubles importants du comportement" induits par un "culte de la personnalité", troubles m'interdisant de subvenir par mes propres moyens à mes besoins matériels et qu'en vertu de ce fait il était légitime que je fasse une demande de prise en charge médicale à cent pour cent pour maladie de longue durée.
    <o:p></o:p>


    Ce qui signifie que je viens de franchir avec succès la première étape importante dans mon édification personnelle et, indirectement, dans celle de mes frères humains enchaînés à leurs misères sociales et spirituelles. Ils pourront peut-être bénéficier d'une plus grande liberté d'action de ma part grâce à la reconnaissance officielle de mon statut de "sauveur de foules abruties", ou plus modestement de "bel esprit oeuvrant à son niveau pour le salut de la masse". Certes ce que je viens de qualifier en termes glorieux, les psychiatres nomment cela plus sobrement et plus imbécilement "maladie".
    <o:p></o:p>


    Peu importent les mots.
    <o:p></o:p>


    La prochaine étape consistera -théoriquement- à percevoir une pension pour "invalidité", donc de mon point de vue à recevoir un salaire pour asséner à longueur de temps la vérité salvatrice à mes semblables. En d'autres termes je serai payé pour éclairer le monde de mes lumières izarriennes. Payé par ceux-là mêmes qui cotisent afin que moi, sujet marginal demeuré sain et qu'ils estiment néanmoins "malade", je bénéficie de la sécurité matérielle me permettant d'agir de manière bénéfique, sans souci du lendemain, sur leur esprit infirme.
    <o:p></o:p>


    Noble mission !
    <o:p></o:p>


    Autrement dit les handicapés de la pensée qui travaillent dans cette société -"handicapés" à cause précisément de leur investissement exagéré dans leur vie professionnelle (que je pourrais aussi appeler "assujettissement au siècle") qui nécessairement borne leur vue à des considérations strictement matérielles, les rend aveugles aux hauteurs que je m'efforce de leur désigner- cotiseront pour que je puisse percevoir un salaire de "malade", salaire me conférant une liberté individuelle et sociale accrue et surtout une légitimité supplémentaire pour les aider à se réveiller, à s'élever, voire pour les rudoyer s'il le faut en cas d'insensibilité, de surdité et de cécité importantes.
    <o:p></o:p>


    Ce que dans mon cas mon psychiatre nommerait "aide financière au malade que je suis", moi j'appelle cela "salaire de bel esprit destiné à éduquer mes frères cotisants qui pataugent dans l'abrutissement ambiant".
    <o:p></o:p>


    Finalement le monde n'est pas si mal fait que cela.
    <o:p></o:p>


    P.S.

    J'inclus partiellement mon psychiatre dans la catégorie des "pataugeurs".
    <o:p></o:p>


    +++++++

    J'ajoute trois réponses que j'ai faites à certaines personnes ayant réagi à l'article ci-dessus :
    <o:p></o:p>


    1 - Certains auraient honte d'avouer une telle tare. Moi je suis FIER d'apprendre aux gens normaux que j'ai des chances de toucher un "salaire" pour ma "démence" et le trompette d'ailleurs sans retenue. Pour moi ce serait le signe d'une réelle réussite : le triomphe de l'esprit individuel sur la bêtise du siècle.
    <o:p></o:p>


    2 - Ceux qui ne saisissent ni la portée ni l'éclat de mes mots me taxent de déséquilibré. Les beaux esprits qui savent discerner mes trésors izarriens me considèrent comme leur égal, voire leur supérieur. Ce qui est le cas pour certains d’entre vous. En reconnaissant que je les dépasse d'une tête, ces admirateurs de ma personne nous prouvent leur très haute intelligence.
    <o:p></o:p>


    Bref, seuls les beaux esprits se délectent de mon verbe. Les autres, ceux qui méprisent mon égocentrisme qu'ils assimilent à une stérile autosatisfaction, mes positions justes qu'ils qualifient sottement d'extrémistes, ma hauteur de vue qu'ils pensent chimérique, irréaliste, oiseuse, ceux-là ne voient en moi qu'un être inutile qui ne travaille pas, ne produit rien de palpable, ne rapporte aucun salaire. Leur vue reptilienne se borne à ce genre de considération "alimentaire". Et c'est très humain, je les comprends au même titre que je comprends les grognements des porcs pataugeant dans leurs excréments.
    <o:p></o:p>


    Mon psychiatre pour en revenir à lui, je le laisse faire son travail de psychiatre.
    <o:p></o:p>


    De deux choses l'une :
    <o:p></o:p>


    - Ou la psychiatrie est un art suprême consistant à débusquer les travers et tares humains, et selon cette psychiatrie je suis réellement malade.
    <o:p></o:p>


    - Ou cette discipline médicale comporte une part d'approximation, d'imposture, voire de franche hérésie, et ma « maladie » avec ses aspects si brillants est enviable.
    <o:p></o:p>


    Dans les deux cas je suis là pour éprouver la sagacité de mon psychiatre. L'enjeu n'est pas inconsidéré puisqu'il s'agira de m'attribuer ou de me refuser une pension d'invalidité, financée par le grand club des travailleurs qui selon moi sont les plus malades dans cette affaire (mais ce n'est là que mon point de vue "de l'autre côté de la barrière"...)
    <o:p></o:p>


    A noter qu'il y a deux siècles, avec ma particule et ma pensée, le roy m'aurait gratifié d'une pension à vie en plus de quelques autres privilèges pour "éclat d'esprit" et "hauteur de vue au service de ses frères humains". De nos jours les beaux esprits de mon espèce sont considérés comme des déséquilibrés. Cela dit il y a tout de même une justice en ce qui concerne les oiseaux d'envergure dont je suis la plus belle incarnation puisque la pension qui m'aurait été attribuée il y a deux siècles par le bon roy change simplement de nom dans notre société : aujourd'hui elle est appelée "AAH" (Allocation Adulte Handicapé).
    <o:p></o:p>

    3 - Je ne joue nullement le malade. Je n'aime pas la tricherie en ce domaine. Je suis RELLEMENT malade, du moins selon les critères actuels de la société.<o:p></o:p>


    Vous semblez ne pas avoir compris mon texte. Mon psychiatre a vraiment diagnostiqué des "troubles importants du comportement" chez moi. Je lui ai répondu que ce qu'il nommait "troubles importants du comportement", j'appelais cela "hauteur de vue". Il a acquiescé, ajoutant que j'étais libre de nommer cela comme je voulais. Il a également prétendu que cela semblait d'ailleurs constituer mon équilibre et qu'en vertu de ce fait il n'y avait pas lieu de me rapprocher de la norme, mon état ne présentant aucune inquiétude. Il me permettait juste de faire une demande de prise en charge médicale à cent pour cent. C'est un droit, non un privilège, aussi vais-je faire exercer ce droit, pour le bien de tous.
    <o:p></o:p>


    Si une pension d'invalidité m'échoit, en la dépensant chez mon boulanger, chez le pompiste ou chez mon professeur d'équitation, par mes efforts consuméristes je participerai à leur personnel essor. En faisant tourner la roue économique j'aurai mon utilité parmi les hommes, tout en me faisant plaisir.
    <o:p></o:p>


    Ce qui est très moral.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    772 - La bêtise canine<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    On prétend que les chiens sont des animaux très intelligents. <o:p></o:p>


    Moi je les trouve stupides.
    <o:p></o:p>


    Quelle plus grande offense à l'intelligence, en effet, qu'un chien qui aboie bêtement pendant des heures pour un oui, pour un non ?
    <o:p></o:p>


    Et leurs maîtres qui ajoutent leurs propres cris de roturiers pour essayer de faire taire ces furies sur pattes, que c'est pitoyable !
    <o:p></o:p>


    Aucun chien au monde ne sait faire la distinction, pourtant très élémentaire, entre un facteur et un cambrioleur : aux deux il réserve sa morsure sans objet. Ou bien au contraire, à l'invité et au voleur il fait le même accueil caressant, habitué à sauter au cou de tout ce qui entre chez le maître. Ou à poursuivre loin dans la rue de sa hargne stérile ce qui en sort : homme, chat, vélo, papier dans le vent... Quand il n'affiche pas une olympienne indifférence pour l'humanité et toute la création, le gros toutou placide qui ne sert à rien et qui mange comme quatre !
    <o:p></o:p>


    Le chat est subtil, le chien épais. Le félin grimpe aux arbres, file sur les gouttières, côtoie les sommets, l'aboyeur rase le caniveau. Le mistigri sent bon la plume, la paille et l'aventure, le fils de Cerbère pue à faire vomir.
    <o:p></o:p>


    L'hôte des belles gens est distingué, discret, élégant, mystérieux, le gardien de maison de la plèbe est grossier, bruyant, trivial, sans surprise.
    <o:p></o:p>


    Les chiens ne me semblent faits que pour aboyer, mordre, chier sur les trottoirs.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Et, accessoirement, pour mesurer la bêtise, l'abrutissement ou la sénilité de leurs maîtres selon leur poids, leur race ou leurs taux d'aboiements.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    773 - La vie<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La vie c'est une humeur qui naît de l'air, de l'or qui n'a l'air de rien, une heure qui n'est pas leurre.<o:p></o:p>


    Miracle qui ne se nie, ni ne meurt, point qui demeure, plus léger qu'un mirage et pourtant plus grand que tout, telle est la vie. Indéfinissable dans le dictionnaire.
    <o:p></o:p>


    La vie c'est une racine qui plonge dans la lumière, s'abreuve d'infini, se nourrit de rien, se contente de l'Univers entier, et plus encore. La vie n'exige que l'impossible, laissant les miettes aux rêveurs.
    <o:p></o:p>


    La vie est un songe quotidien, une vérité dure comme un sommeil, un soleil imbibé de pluie, une pierre qui s'évapore, une neige sans fond, une flamme qui sort du lot. La vie c'est un crâne qui rit, l'amour qui pleure, l'eau qui réfléchit, le ciel en suspens... Mais surtout, un mystère à notre porte : l'éther sur terre, la matière qui déborde d'idées.

    La vie frappe l'esprit, caresse la peau, cogne les fesses. Et ne cesse d'étourdir les têtes...

    La vie ça fait aussi être, ça fait naître et ça fait paître. La vie est gratuite mais valant tout et n'importe quoi elle ne vaut plus rien puisqu'elle est égale à la poussière, aux astres, aux vers et au vent... C'est dire combien la vie nous est d'autant plus utile qu'elle ne sert à rien du tout, et plus on s'en sert, plus on en a envie. Et plus on la veut, moins elle est utile.
    <o:p></o:p>


    Et moins elle est utile, plus on l'aime, la vie.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    774 - La Beauté universelle<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    J'aime la beauté. La beauté innée des choses.


    Beauté des astres, beauté de l'Homme, beauté des éléments. De tous les éléments : des plus éclatants aux plus humbles. Même le fumier m'élève. Tout est mystère, grandeur, divine ingéniosité. Je regarde les choses avec hauteur et je vois leur lumière. Gloire de l'atome inextinguible, de la matière organisée, des êtres vivants... La beauté universelle se révèle à peu d'hommes. Par delà la sensibilité individuelle de chacun, l'araignée immonde pourtant est pure merveille. Merveille est la bactérie dont on ignore si elle vit, si elle végète. Merveille, le brin d'herbe côtoyant le chêne et qui l'égale en profondeur.


    La particule de sable inerte est aussi énigmatique que la dynamique synapse humaine. A l'échelle de la Création tout se vaut, tout est égal car l'univers entier est un permanent, immense, insatiable miracle.


    La sphère, la flamme, l'éther, le souffle, la pensée, les chiffres, les impalpables principes : les formes de la beauté se manifestent dans toutes les directions de l'Univers. Et au-delà.


    Le monde est gouverné depuis des hauteurs qui ne se mesurent pas : ses lois sont puisées dans l'infini, ses inventions inspirées par une folie sans limite. Ce qui nous semble simple est impénétrable. Le moindre atome nous dépasse et cependant l'Univers est à nos pieds.


    En effet, l'Homme n'est-il pas le fruit pensant de cet Univers ? Par la seule pensée nous appréhendons le Tout, en un éclair. Avec quelques synapses nous intégrons le monde et tout ce qu'il contient, et ne contient pas. Une étincelle dans la tête, une immatérielle lueur capable d'englober la Création, notre pensée y compris.


    Lorsqu'on est conscient de cela, comment ne pas s'émerveiller devant le vermisseau, l'azur, la vache, l'hydrogène, l'onde, le cri de l'autruche, le temps, la cendre, le vol de la mouche ?

     <o:p></o:p>

    775 - L'effet bière<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La sève féconde me caresse le gosier, embrase mon âme, met de l'artifice dans mon coeur qui se noie, se noie...<o:p></o:p>


    De mous éclairs d'ivresse traversent ma conscience. La bière est un fluide cosmique, la pisse des étoiles, le sel de l'esprit, l'eau des dieux.
    <o:p></o:p>


    Je nage en plein bonheur, buvant à lentes gorgées le vin jaune de l'orge. Le soleil qui me coule dans la gorge, c'est l'or de l'esthète, le chant de la muse : le breuvage doré me confère de la plume et me donne des ailes.
    <o:p></o:p>


    Sous l'onction olympienne - flamme liquide qui m'imprègne et me chauffe - je m'élève en délectable direction, volant vers des champs de mots pleins de rimes sages et de prose folle.
    <o:p></o:p>


    Ici l'herbe devient verve. Là, le verbe est vin et le vers est bleu.
    <o:p></o:p>


    Et le verre, jaune. Toujours.
    <o:p></o:p>


    Quant au rêve, il est de mise.
    <o:p></o:p>


    La bière, ce miel qui pique, cette lumière qui se boit, cette idée divine dont on a fait une essence est une encre céleste avec laquelle j'écris ces mots.
    <o:p></o:p>


    Buvez-les vous aussi, mes mots. Ils vous donneront des pensées légères et des vues profondes.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    776 - Prise de bière<o:p></o:p>


    Un verre de bière m'attend.


    En portant à mes lèvres l'ampoule brune, il me semble descendre dans un fût au bois séculaire. Les vapeurs délicieusement rances imprègneront bientôt mon cerveau...


    Tandis que les bulles amères et sucrées se dissolvent dans ma gorge, l'onde qui imbibe mes voies nobles s'évapore mollement dans mon âme. A la dixième gorgée, des astres se présentent à moi avec des politesses d'un autre siècle. Je les vois, ils me tournent autour en me faisant des signes empreints de majesté. Leur danse hypnotique m'entraîne vers des hauteurs soudaines : mes pas deviennent des sauts et je vole.


    Mes ailes débordent de mon verre et je me noie dans l'air. Et je ris d'un rien. Et je me fous de tout.

    Alors que la bière coule en moi, je monte aux étoiles, m'en prends aux dieux romains, grecs, latins, enfin je veux parler de ces drôles de rois qui gouvernent les buveurs, et je descends des escaliers galactiques, me prends les pieds dans un tapis de brume, tombe dans un tas de chimères.


    Je me relève, perds l'équilibre, retombe dans mes nues, la semelle pénétrée de joie, le coeur humecté d'éther. Le houblon parfume mon ciel. Sa voûte ouatée est ambrée, chaude, généreuse. Je ne monte plus, je flotte.


    Le temps de trois autres gorgées.


    Puis lentement je glisse, je succombe, je sombre, je m'endors, je rêve.


    Non, je ne rêve pas. Je suis ailleurs. On me parle, je balbutie. En fait je ne sais plus.


    Je dois être en train de picorer des constellations, de faire sonner quelque clocher ou de courir je ne sais quel gibier fabuleux. Bref, je suis saoul, je suis plein, je suis rond.


    Fier d'être mort... Non, mort de bière. Enfin je veux dire livré de bière, rire de mort. Ou à peu près cela... Quelque chose comme ivre de mort, fier de vivre.


    Ou peut-être mis en bière.

     <o:p></o:p>

    777 - Buvez !<o:p></o:p>


    Le vin vaut bien vingt dieux, deux ou trois faux pas et quelques jurons !
    <o:p></o:p>


    Buvez car la vigne n'est pas mauvaise pour le coeur assoiffé. Buvez, des lutins dorés vous descendront dans le gosier. Buvez surtout de peur de vous noyer dans une eau qui nécessairement sera plate.
    <o:p></o:p>


    Buvez, humains. Buvez, chiens que vous êtes ! Buvez, braves braillards ! Votre joie vous sanctifie, fait de vous des hommes. L'ivresse est bonne, saine, féconde : elle délie les langues, rosit la sombre mélancolie, rallume les âmes. Et inspire toutes les natures.

    Le breuvage alcoolique bonifie les caractères, allège les idées et adoucit même les crapules. Ce qui fait tourner les têtes fait monter les âmes.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il n'y a que les fous qui chantent sous l'eau de pluie.<o:p></o:p>


    Et vous les abstinents buvez plus que les autres car en vérité je vous le dis, le salut de votre gorge asséchée est dans la bière, le petit rosé et l'eau-de-vie.
    <o:p></o:p>


    On prétend que le vin rend méchant, sot, imprudent. Fadaises ! Les corrompus, les ânes, les écervelés, ce sont les buveurs de lait ! Ces mesquins ne connaissent pas l'or de l'esprit. Méprisant les hauteurs éthyliques, ils ne sont jamais dans le secret des dieux de la bouteille. Ce bonheur à portée de lèvres, ils le boudent pour un oui, pour un non. Et ils meurent un jour. Sans feu, sans joie, sans bruit.
    <o:p></o:p>

    Imbibés d'eau. <o:p></o:p>


    Et ils font un petit plouf ! Et ils appellent cela "dignité"...
    <o:p></o:p>


    Tandis que le buveur, hydraté avec l'onde dorée, brune ou verte, meurt à voix haute, la tête la première, le souffle vif, le coeur battant.
    <o:p></o:p>


    Et fait un magnifique plongeon.

     <o:p></o:p>

    778 – Jean-Louis Costes<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Je ne connais Costes que par échos, bribes d'interviews, rumeurs. Je n'ai pas lu ses oeuvres littéraires. J'ai juste aperçu des extraits de ses "opéras" outrageants... Je ne me suis jamais penché sérieusement sur ses productions artistiques, cependant je sens chez lui certaines profondeurs propres au mystique. Profondeurs qui ne sont pas nécessairement hauteurs... N'importe ! Chez lui il y a une consistance, une énergie qui sans être tout à fait sacrée n'a rien de profane pour autant. Disons qu'il serait sur la voie, en chemin vers l'éblouissement. Certes moi non plus je n'aime pas du tout son côté glauque, scatologique ou prétendu tel, enfin toutes ses outrances répugnantes, mais après tout je me dis que cette apparente ordure est secondaire. Peu importe l'odeur de fumier qui se dégage de ses oeuvres, finalement je ne le trouve pas si choquant que cela tant que je ne m'arrête pas à mes premières impressions, superficielles. Ses tableaux scéniques, aussi misérables et décadents puissent-ils paraître ne sont que les supports trompeurs et anecdotiques -et peut-être même maladroits- de ce qui brûle en lui. L'essentiel chez lui, me semble-t-il, n'est pas dans cette esthétique dégénérée. L'important, c'est cette flamme qui l'habite. Ce feu qui le porte toutes ailes déployées là où peu d'entre nous accepteraient de poser ne serait-ce que le bout de la semelle. <o:p></o:p>


    Avec Costes ne nous arrêtons surtout pas aux apparences. Le personnage mérite mieux que notre mépris mondain.
    <o:p></o:p>


    Derrière cette façade d'excréments, de scandale, je sens chez lui une pureté, un éclat, une beauté supérieure, non pas sottement esthétique mais plus universellement -et plus simplement- mystique. Son parcours fangeux me fait songer à un cheminement vers le divin. La merde n'empêche pas la lumière. Il n'y a que les froids, hautains et frileux contradicteurs aux fronts délicats, aux dentelles fines et aux pensées molles qui font les dégoûtés-révoltés devant Costes. Face à lui ils font les caniches de salon. Ils parlent de lui depuis leur hauteur de petits insectes secs et dignes, bien propres sur eux, ne daignant baisser leur vue ni la lever au-delà de leur horizon lustré. Attitude bornée, confortable et lâche que j'adoptais moi aussi, au début. Mais Costes la bête, Costes l'ogre est aussi et surtout Costes l'Homme. L'Homme sous tous ses aspects : l'humanité totale, paradoxale, révoltante et glorieuse. Du bébé angélique au moribond crapuleux, de l'individu au collectif, de l'ordinaire au monstre, de l'insignifiant au génie, de l'insipide au vomitif, bref l'humanité de la terre, de notre terre, de notre temps, l'humanité de "notre monde". Et non l'humanité indolore, incolore, flasque, insensible et irresponsable de ces livres d'images bêtes que nous avons dans la tête.
    <o:p></o:p>


    L'astre et la pourriture, la fange et le cristal, la cendre et la chair, le sang et la fleur, tels sont les trésors flatteurs et dérangeants que porte en oui cet infréquentable champion de l'indicible.
    <o:p></o:p>


    Costes incarne magistralement et avec une insupportable sincérité les paradoxes odieux du monde et de l'homme, entre abîmes et sommets, entre "gouffres sans issue" et céleste essor. Là où nous fermons les yeux, il ouvre les siens. Nous détournons le regard de la mare humaine, il y plonge son âme. Parcours christique, cheminement rédempteur, explorations abyssales de l'âme... Costes n'est-il pas descendu dans nos enfers cachés pour mieux s'en extraire à présent que le fond a été atteint ?
    <o:p></o:p>


    Avec sous ses pieds ces tonnes d'engrais malodorant (qui n'est à mon sens que la simple illusion de celui qui n'a qu'une vue partielle des choses), que peut-on attendre d'autre de Costes qu'une montée fulgurante et extatique vers lui-même, doté depuis toujours de ce que je soupçonne être des ailes ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    779 - La société d'abrutissement<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En parcourant les centaines de chaînes de télévision accessibles grâce aux technologies numériques, on a un aperçu édifiant de l'état pitoyable des sociétés du monde occidental. <o:p></o:p>


    Même les sociétés orientales (que l'on aurait pu croire à l'abri des séductions superficielles) à force de singer nos travers et aberrations se corrompent dans les bassesses qui forment nos normes. A travers leurs chaînes de télévision elles offrent le même spectacle affligeant. Désormais Occident et Orient se ressemblent de plus en plus, le premier exerçant sur le second une imbécile influence. A travers la télévision -un des plus immédiats reflets de l'âme des sociétés citadines-, la vulgarité, la médiocrité, la bêtise, la laideur, l'insignifiance sont les ingrédients essentiels -on ne change pas une formule qui marche- pour l'assouvissement des masses. Les cruels jeux du cirque ont, il est vrai, été abandonnés depuis des siècles. A la place on a adopté la bêtise.
    <o:p></o:p>


    On s'est détourné du sang pour se vautrer dans la vomissure.
    <o:p></o:p>


    Certes, parmi ces centaines de chaînes de télévision diffusant des programmes tous semblables dans l'ineptie, l'inconsistance, voire la profonde débilité, il en existe de bonnes, voire d'excellentes.
    <o:p></o:p>


    Elles sont rares.
    <o:p></o:p>


    La grande majorité des chaînes européennes, asiatiques, africaines ne diffuse que du vent, de la lavasse et beaucoup de ronds de fumée, le tout emballé dans un "format-concept" plein de couleurs très vives agrémentées de rires hystériques et maints autres artifices crétinisants. Ne parlons même pas de l'Amérique du Nord : dans la course à la stérilité, il n'y a pas de plus grand champion.
    <o:p></o:p>


    Bref, ces télévisions déversent sur les populations moyennes -par définition faibles, malléables, peu exigeantes- ce que les spécialistes du marketing de masse (les mêmes qui semblent être à la tête de ces chaînes) nomment pudiquement du "divertissement".

    C'est qu'il s'agit de vendre de la lessive et du coca-cola à des millions d'abrutis qui s'ignorent, les mêmes hélas qui iront voter... Ou pire, qui seront élus maires de leurs villages !

    Dans ce monde frelaté, repeint en rose et bleu par les gourous des causes mercantiles qui ont élargi leurs nuisances jusque dans le domaine public (agressions publicitaires sur la voie publique), tout est spectacle, même la laideur.
    <o:p></o:p>


    Surtout la laideur.
    <o:p></o:p>


    Le rire à but vénal, la consommation superflue, l'exploitation mentale des moins lucides, le viol intellectuel des plus vulnérables, l'infantilisation de tous, la culture intensive du divertissement forment ce que j'appelle une société de total abrutissement.

    La nôtre.

     <o:p></o:p>

    780 - Les sites payants de rencontres, mirages pour abrutis<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    MATCH.COM, pour prendre ce seul exemple, fait partie des grands sites payants de rencontres dont les membres sont représentatifs de tout ce que le WEB peut compter de minables de base et autres petits mâles inconsistants capables de débourser une vingtaine d'euros -voire beaucoup plus selon le degré de leur imbécillité ou la profondeur de leur bêtise- pour s'offrir de pâles illusions d'aventures donjuanesques...<o:p></o:p>


    Ces minus qui s'inscrivent par milliers ont vraiment l'air de croire aux boniments de ces invisibles marchands de vent... Sinon ils ne paieraient pas pour s'inscrire sur ces sites, c'est l'évidence même. La preuve par le paiement de leur ineptie, voire de leur misère psychologique ! D'ailleurs ils s'imaginent naïvement que parce qu'ils payent, ils auront droit à une de ces poupées irréelles, plus ou moins numériquement retouchées, postées à l'entrée de ces sites pour appâter le gogo.
    <o:p></o:p>


    Sous prétexte que ces pigeons engraissés de partout (depuis les artères jusqu'au coeur en passant par la cervelle) ont pris l'option payante leur offrant divers avantages et promesses tous frelatées, ils sont persuadés qu'ils auront plus de chance que les non-inscrits de rencontrer une de ces déesses vulgaires qui les font tellement rêver tout au long des jours ordinaires de leur existence de minables.

    Ces créatures crapuleuses parfaitement stéréotypées et au sourire frauduleux, toutes faites de toc et de faux serments, sont des Graal informatiques à la hauteur de leurs rêves de petits mâles bedonnants. Ils y croient tellement à ces sourires fabriqués, ils sont si certains qu'une de ces bombes virtuelles leur tombera potentiellement sous la souris dès que leur inscription "privilégiée" sera validée qu'ils n'hésitent pas à payer cette inscription, et au prix fort...
    <o:p></o:p>


    Qu'ont-ils dans la tête ces anti-séducteurs, ces pitoyables crétins qui pensent pouvoir s'acheter des liaisons et même d'idéales histoires d'amour grâce à leur carte de crédit ? Et même qui se persuadent que leur chance de pouvoir compter fleurette à de dociles écervelées toujours promptes aux délices de la chair sera proportionnelle à la somme qu'ils se seront fait débiter en ligne ?
    <o:p></o:p>


    Les vrais gagnants de ces arnaques légales sont comme toujours les créateurs de ces sites payants qui ont, il faut au moins leur reconnaître cette prouesse, l'art de faire croire au mâle moyen plus ou moins insignifiant que d'insatiables femelles à la toilette clinquante (et aux charmes douteux, du point de vue de l'esthète) vont se jeter dans ses bras après une ou deux conversations insipides sur les forums de ces sites à péage...
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    781 - L’androgyne<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Son charme indécis en effraie certains. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il fascine, scandalise, éveille des passions inédites, provoque d'hypocrites répulsions, fait se détourner les regards ou au contraire les attire. Et déclenche aussi des rires.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    On déteste ce qu'il a d'ambigu, chérit ce qu'il a de différent. Paradoxal, fantasmagorique et pourtant semblable à tous, il inspire les plus délicates nuances de l'amour.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ou de la haine.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Sa beauté suspecte intrigue, inquiète, enflamme : l'essentiel chez lui, il faut le lire entre les lignes. Son visage est une grêle vernale, un rocher aux angles lisses, une plaisanterie pleine de gravité. Sa mâchoire est carrée, son front dur, son corps viril. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ses sourires de femme font toute la différence.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Douteux, énigmatique, presque maléfique, l'androgyne est un ange entre l'enfer et le Ciel : les uns vacillent sous son ombre, les autres s'élèvent sous ses feux. Il charme les brutes, irrite les esthètes, corrompt les chastes, converti les débauchés. Ami de la vertu, il est entouré de curés pédérastes, d'épouses aussi dépravées qu'épanouies et de mystiques éphèbes. Est-il vierge ? Est-il sodomite ? Seule certitude : son âme est intacte. Ni mâle ni femelle, elle plane au-dessus des hommes et des femmes, ne s'attachant qu'au principe supérieur de l'amour, flamme qu'il semble toucher de son aile.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Partagé entre le soleil et la lune, tiraillé entre Mars et Vénus, l'androgyne à la voix de pastel est dans le secret des sexes. Entre le Cosmos et la fleur des champs, quelle différence ? Ses traits reflètent ce que vous êtes, ce que je suis, l'autre, nous, eux. Tous. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Rassemblant ce qui est séparé, identifiable et confus, alliant le noir et le blanc, à la fois différent et commun, le plus grand mystère de l'androgyne c'est qu'il donne un visage trouble à l'universel.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    782 - L'étable des morts-vivants<o:p></o:p>

    (Texte biographique.) <o:p></o:p>


    Midi sonne dans la salle à manger de l'hospice.
    <o:p></o:p>


    Le centre est spécialisé dans le "traitement" de la vieillesse défaillante. Pour dire la vérité, c'est tout simplement l'antichambre de la mort. On est loin des refuges dorés pour vieillards fortunés. Ici on accompagne les grabataires, pour certains démunis. Ou presque.
    <o:p></o:p>


    C'est l'heure du déjeuner, midi sonne disions-nous.
    <o:p></o:p>


    Moi, jeune stagiaire de vingt-cinq ans qui découvre sur le tas le métier d'auxiliaire de vie, j'observe. Je suis nouveau, inexpérimenté, curieux. Resté à distance dans un angle de la vaste salle à manger de l'hospice, j'observe la scène qui -je ne le sais pas encore à cet instant- me marquera profondément pour le reste de mes jours.
    <o:p></o:p>


    Le spectacle qui est en train de se dérouler sous mes yeux est pour moi seul : le reste du personnel soignant, que je suppose habitué à la chose ou tout simplement bien trop pris dans son labeur pour prêter attention à ce genre de vision subtile et fulgurante, me semble parfaitement étranger à ce que je considère encore aujourd'hui comme la plus impressionnante "pièce de théâtre grandeur nature" à laquelle j'ai pu assister de toute ma vie. Les soignants font d'ailleurs eux-mêmes partie intégrante du tableau.
    <o:p></o:p>


    Je suis donc le seul pour qui la scène se joue. A l'insu de tous.
    <o:p></o:p>


    Lentement, progressivement, la scène apparemment anodine se construit, s'élabore pour prendre bientôt des allures magistrales, dantesques, quasi bibliques. Et ce n'est plus un simple fait du quotidien que je vois, ce n'est plus une scène banale, insignifiante qui s'offre à ma vue...
    <o:p></o:p>


    C'est un drame. C'est une toile de Caravage. C'est une leçon de vie et de mort.
    <o:p></o:p>


    Effaré, ému, subjugué, incrédule, découvrant un aspect inconnu de l'existence humaine, je reste dans mon coin à observer.
    <o:p></o:p>


    Voilà ce que je vois :
    <o:p></o:p>


    Comme surgit de nulle part, au son de la cloche une troupe claudicante de petits vieux décharnés s'avance avec mollesse, désespoir, infinie lenteur vers les tables... Un sombre, funèbre, sépulcral cortège de vieillards en "expédition alimentaire".
    <o:p></o:p>


    Certains cheminent affaissés dans leur fauteuil roulant d'un autre âge, poussés par des infirmiers ou secondés par leurs compagnons d'infortune eux-mêmes invalides, d'autres -avec ou sans béquilles- arrivent au bras d'un infirmier. Rares sont ceux qui marchent sans aucune aide. Tous sont voûtés, sinistres, saisis de stupeur.
    <o:p></o:p>


    Que le chemin est long pour aller se restaurer !
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Vue cauchemardesque sur le monde de la vieillesse ! Des visages à faire peur, des corps usés, un rythme au ralenti extrême. Une marche solennelle et pitoyable de centenaires avec leurs petits pas de reptiles ridés... Une procession de morts-vivants convergeant vers les assiettes fumantes... (L'image, effroyable, romantique, cruelle mais aussi profondément humaniste restera à jamais gravée en moi.) <o:p></o:p>


    Le tout dans un silence de mort.
    <o:p></o:p>


    C'est cela le plus impressionnant, c'est le silence. Ce silence -terrible, effrayant- qui n'est que l'écho atténué du Silence qui bientôt viendra refermer les yeux de ces tortues ternes et tristes qui se meuvent avec une mortelle léthargie.
    <o:p></o:p>


    Fantômes hors du temps, oubliés du reste du monde, ces êtres font partie d'une autre réalité, tragique, universelle, où l'ombre de la mort recouvre plus de la moitié de leur face. Et qui fait qu'ils deviennent invisibles à notre monde.
    <o:p></o:p>


    Et comme je suis le seul à les voir, ces êtres devenus invisibles au monde, je continue de les observer au fond du réfectoire, fasciné, muet, interdit.
    <o:p></o:p>


    Ces ruines de chair et épaves d'esprit ignorent qu'en retrait dans un coin de la salle une jeune âme émotive mais lucide qui a toute sa vie d'homme à faire les regarde se traîner lamentablement vers leur destin finissant, enregistre l'instant pour toujours...
    <o:p></o:p>


    Comment pourrais-je, en effet, oublier cette marche cérémonieuse et misérable, pittoresque et macabre de gérontes boiteux et accablés vers un repas sans joie ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    783 - Les silhouettes<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les hommes sont des silhouettes qui traversent les siècles, des ombres animées sur l'immuable fond cosmique.<o:p></o:p>



    Les humains avec leur destinée individuelle deviennent d'anonymes insectes quand, assis à côté du philosophe, on les observe depuis les hauteurs du Théâtre. C'est bien connu, la prise de distance donne de l'acuité.
    <o:p></o:p>


    Ainsi François Dupont, parisien cinquantenaire inconnu du XIXème siècle avec ses humbles drames et ses petites gloires, avec ses "petits blancs" dominicaux et ses pot-au-feu du mardi n'est plus qu'une ombre parmi les milliards d'autres enfouies sous la terre, recouvertes par le temps, perdues, oubliées des vivants. Ce François Dupont est le passant sans visage, la personne sans nom aperçue avec des milliers d'autres sur telle ou telle pellicule de film tournée au début du XXième siècle.
    <o:p></o:p>


    Sur ces vieux films datant des années 1900 où apparaissent des scènes de rues, les passants aux traits indistincts apparaissent tous identiques sur la toile de fond. Vainement je tente de les identifier, de leur donner un nom, d'imaginer leur destin individuel... Et je me rends compte que ces silhouettes uniformes, ces têtes d'une autre époque reproduites sur le même modèle, ces milliers de moustaches sur ces visages tous semblables, c'est moi, c'est vous, c'est nous.
    <o:p></o:p>


    Nous nous croyons "mieux" (c'est à dire plus individualisés) que ces anonymes qui traversent la pellicule et dont les tombes, pour la plupart, ne sont plus que pierres effondrées aux épitaphes érodées au fond de nos vieux cimetières, et pourtant nous aussi nous sommes des ombres, nous aussi nous sommes les insignifiants anonymes des observateurs de demain en dépit de nos vanités de "gavés de technologie", de nos certitudes clinquantes et imbéciles d'internautes moyens. Éblouis par nos écrans, nous nous croyons à l'abri de l'Ombre...
    <o:p></o:p>


    Nous sommes tous des François Dupont.
    <o:p></o:p>


    Tous des silhouettes furtives dans la grande, inaltérable, immémoriale arène cosmique.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    784 - L’homme vieillit comme un chêne<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Comme je l'ai déjà écrit à maintes reprises, de manière générale, aux abords de la cinquantaine la femme devient sexuellement, esthétiquement et socialement repoussante, aux abords de la soixantaine, crapuleuse voire franchement répugnante, passée cet âge elle est invisible, insignifiante. Quand elle n'est pas purement et simplement méprisable, pour peu que sa laideur croissante n'entraîne la bêtise et la méchanceté.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il m'en avait fallu du courage pour écrire les âpres vérités qui fâchent ! <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C'est pourquoi aujourd'hui je vais m'attarder avec sérénité sur l'homme vieillissant. Un sujet qui m'est cher : je sais que ces vérités-là ne chagrineront point les lecteurs. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C'est à partir de cinquante ans que le mâle entre dans l'âge d'or de son existence, ce qui coïncide exactement avec l'âge de l'entrée de la femme dans sa déchéance. A partir de la cinquantaine plus l'homme vieillit, plus il rayonne. Et plus il rayonne, plus il s'élève, s'approfondit, s'allège, s'éclaircit. C'est bien connu, l'homme embellit avec les ans. Que l'on me pardonne cette banalité, mais elle est si vraie, si belle et si juste que l'on a tendance à l'oublier. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    En bien des points le cinquantenaire est préféré à ses cadets. Le soixantenaire plaît aux jeunes femmes. La barbe argentée de soixante-dix ans séduit l'âme verte. Le vieillard qui n'a plus d'âge, quant à lui, agrée aux dieux. Plus l'homme avance en âge plus il charme, impressionne, fascine. Chez lui le nombre d'années fait la loi, les qualités, la séduction. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'homme avec les années devient seigneur, prince, roi. Et d'un regard foudroie une femme.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'âge rend l'homme meilleur, volontaire, viril, plus vivant. L'intelligence qui s'enracine en lui ennoblit sa face. Ses rides sont belles, ses claudications solennelles, ses allures graves et supérieures. Et quand il rit, le patriarche a la femme à ses pieds. N'importe quelle femme car enfin, répétons-le, l'homme vieux est beau, fort, instruit, irrésistible. C'est pourquoi l'homme ne doit pas craindre la vieillesse. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dieu a fait naître la femme belle, mais a dégradé son éclat en la faisant vieillir. C'est le modèle floral.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Tandis que, sur le modèle de l'arbre, il a mis plein de grâces dans les rides de l'homme.

     <o:p></o:p>

    785 - La soumission naturelle de la femme<o:p></o:p>


    La femme naît soumise. Son destin est d'être enchaînée à la virile autorité. Malheureusement la société a perverti la femme, avec la complicité du mâle dévirilisé.

    Notre monde occidental obsédé d'égalité et de modernité nie bêtement ce principe naturel. Ainsi la femme dénaturée se croit libre sous prétexte qu'elle vote, conduit, boit, fume, jure, crache... Or la vraie liberté de la femme est de se contenir sous la coupe de l'homme. La femme n'est véritablement femme que lorsqu'elle ne sort pas de son rôle, qu'elle demeure sur le trône où l'a placée sa naissance : à mi hauteur entre le mâle et la casserole.
    <o:p></o:p>


    Quoi de plus détestable, de plus vulgaire qu'une femme qui ignore les préceptes les plus élémentaires du savoir-vivre et qui se rebelle contre les lois cosmiques ? Une femme de classe sait se taire, se placer dans l'ombre pour laisser la lumière éclairer son maître. La femme digne de ce nom aime faire valoir son seigneur. Je sais bien que, à l'heure où tout le monde trouve normal que la femme moderne -que j'appellerais volontiers "dégénérée"- cherche à humilier l'homme au lieu de lui faire honneur, mon propos semblera insupportable...
    <o:p></o:p>


    La société est à ce point corrompue par la dictature de la vulgarité féminine, par l'hystérie générale faite autour de l'égalité contre nature des sexes, que prétendre que la femme doit élever l'homme et non l'écraser, le célébrer et non le maudire, le servir et non l'opprimer passe pour un crime aux yeux de la plupart des gens !
    <o:p></o:p>


    La femme de par la volonté céleste, terrestre, cosmique et même atomique est soumise à l'homme de la même façon que la lune est soumise à l'attraction de la Terre.

    Toutes les femmes sont soumises.
    <o:p></o:p>


    Beaucoup l'ignorent tant notre société frileuse, molle, éprise de nivellement envers les êtres (qu'elle appelle "égalité") a formaté leur cervelle dans le sens du sexuellement faux. Certaines se croient autonomes, insoumises, libres parce qu'elles gagnent leur vie seules, vivent en solitaire, ont remplacé la présence souveraine et magistrale de l'homme par un vulgaire salaire. Voire son phallus par une prothèse en plastique qu'ont réussi à leur vendre des professionnels du marketing exploitant le filon de la "femme libre". Bref, loin de l'autorité de leurs seigneurs et maîtres, les "femmes libres" mènent des existences vides qu'elles meublent avec de la vanité.
    <o:p></o:p>


    Elles ont beau arborer des apparences de liberté triomphante, dans le secret de leur âme elles restent des femmes, fondamentalement. Même si elles l'ignorent, s'en défendent, se rebellent. Le mensonge social ne résiste pas devant la force, l'éclat, l'évidence de la Nature qui dicte à la femme ses lois justes, belles, vraies.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Il suffit juste que la femme cesse d'alimenter son sot orgueil, renonce à adopter les modèles artificiels de cette société pour que la nature sur elle reprenne ses droits et que tout aille pour le mieux dans le plus ordonné des mondes.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    786 - La contamination des sexes<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le commerce charnel de mes contemporains est à l'image de cette société d'impuissants chimiquement assistés, d'homosexuels pleurnichards et de mâles culturellement castrés : incolore.<o:p></o:p>


    Le romantisme citadin parfaitement niaiseux d'influence médiatico-cinématographico-publicitaire a corrompu les rapports amoureux de millions de couples moralement avachis. Jusque dans l'intimité des hyménées, au fond des secrètes alcôves cette idée frelatée de l'amour -fabriquée de toutes pièces par les marchands de lessive et également colportée par Hollywood- s'est imposée dans notre civilisation d'eunuques.
    <o:p></o:p>


    La soupe aux navets est devenue la norme.
    <o:p></o:p>


    Les Vénus redoutables, amantes originelles, hôtes superbes et vaillantes de l'Olympe ont disparu. Cette société de castrats frileux a fait de la femme une ménagère, une écervelée éprise de "partage amoureux", une poire aspirant à des "moments sublimes", une idéaliste d'opérette en quête de niaiseries érotico-égalitaires et de contacts protégés, d'échanges hygiéniques...
    <o:p></o:p>


    Le mâle quant à lui est devenu un coquet. Un douillet. Un scrupuleux à l'écoute des "revendications féminines". Bref, un coquelet épilé qui sent le parfum de la crête à la plume finale. Le prince charmant ne pique pas, ne transpire pas, ne crache pas. Mais pleure. Bien entendu il sera émasculé, depuis le cerveau jusqu'aux ongles des pieds qu'il aura, éventuellement, finement oint de vernis.
    <o:p></o:p>


    Notre société a inculqué à ses membres ramollis une image parfaitement dénaturée de l'amour et du plaisir. Il en ressort une culture érotique polluée par le bavardage publicitaire et médiatique se manifestant par une sorte de mélasse relationnelle insipide où humanisme de salon et pratiques lénifiantes se côtoient pour un résultat "politiquement édulcoré". Ce qui fait que les vrais mâles sont entourés de dindes aseptisées pleines de chimères "romantico-lessivières" dans la tête, la mentalité pervertie par les "contes de comdom" et les histoires d'égalité des sexes, de féminisme, de partage, de respect, de tendresse...
    <o:p></o:p>


    Egalité des sexes, partage, respect, tendresse : principes élémentaires de la relation amoureuse, prétendront les efféminés.
    <o:p></o:p>


    Faut-il que tonne plus fort la voix virile de la vérité, qu'elle couvre le sifflet de leur hérésie, qu'elle les fasse trembler, ces moineaux, ces vaincus-nés ? Le vrai mâle, celui dont on n'a pas encore bagué les doigts de pieds, lui prétend que ce sont là des moeurs intimes à la sauce urbaine, pitoyables. Des bêtises inconsistantes issues de cervelles de poulets. Des sornettes inventées par des esprits châtrés contaminés par la publicité, le cinéma et les médias !
    <o:p></o:p>


    Edulcorants hollywoodiens alliés aux antiseptiques cérébraux, ainsi est composée la soupe aux navets évoquée plus haut.
    <o:p></o:p>


    Cette conception de l'amour totalement indigente -aux antipodes de la flamme charnelle ardente- initiée par les vendeurs de fromage blanc et de poudre à laver est devenue le lieu commun de l'homme et de la femme d'aujourd'hui. Comment s'étonner après si des femelles élevées aux "idées chimiques" et qui ont par conséquent grandi avec des habitudes contre leur nature dans le culte de l'insignifiance amoureuse, non contentes de rêver stérilement de "partage", de "moments sublimes" comme elles disent si sottement, réclament concrètement ce genre d'imbécillités quand un mâle, un vrai, daigne honorer leur petitesse congénitale ?
    <o:p></o:p>


    Ces dindes farcies de balivernes inodores, pétries d'idéal conjugal standard déclarent avec un air éthéré de circonstance que le sexe est sacré, que le plaisir des sens est un temple, que l'accouplement humain a une dimension quasi religieuse !
    <o:p></o:p>


    La vérité, c'est que ce sont les vendeurs de Coca-Cola de Hollywood qui ont sacralisé le sexe afin de mieux vendre leur jus ! Ils auraient pu sacraliser les betteraves à sucre, les roues de brouettes, les tuyaux d'échappement des tracteurs ou les orteils des eunuques sénégalais, mais ils ont choisi le sexe car c'est ce qui fait le mieux vendre.
    <o:p></o:p>


    C'est même un blasphème que de sacraliser ainsi le sexe car c'est l'esprit qui devrait être sacralisé et non les instincts de reproduction ! Nous avons été contaminés par les vendeurs de soupe. Ils nous ont inculqué leurs valeurs mercantiles outrancières au point que l'on s'est insidieusement mis à penser selon leurs normes. Ce qui est réellement sacré, c'est la pensée, l'esprit, la réflexion, l'âme et non le sexe. Si on accepte de sacraliser ainsi le sexe, pourquoi alors ne pas sacraliser le plaisir du manger, les nécessités de la défécation ou l'inanité du bavardage insipide ? Ce sont aussi des actes naturels à l'homme...
    <o:p></o:p>


    Après les bagnoles, les lessives, les pots de yaourt, ce sont les téléphones portables qui ont été "sexualisés" par les professionnels du marketing.
    <o:p></o:p>


    La femme est devenue un menu volatile et l'homme un gros mulet.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    787 - Différences fondamentales entre l'homme et la femme vieillissants

     <o:p></o:p>

    La femme est sotte, faible, hystérique, l'homme est grand, fort, sage.<o:p></o:p>


    La femme dépense, l'homme achète. La femme ignore, l'homme apprend. La femme est belle, l'homme pense.
    <o:p></o:p>



    Entre l'homme et la femme les différences s'accentuent encore plus lorsqu'ils prennent de l'âge. Tandis que l'une vieillit purement et simplement, l'autre s'ennoblit.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La femme avec l'âge blanchit, devient cendreuse, perd ce qui faisait, plus jeune, son principal intérêt : l'éclat. L'homme tout au contraire mûrit idéalement avec les ans, prend de la valeur en s'argentant. Lorsque la première entre dans la plus infâme décrépitude physique et mentale, le second devient un marbre, un socle, un mythe. L'homme se déifie pendant que la femme s'amenuise.<o:p></o:p>


    La femme est une poule d'eau, l'homme un lion.
    <o:p></o:p>


    De la tête aux pieds l'homme de grand âge est noblesse, hauteur, force. Il sourit comme un seigneur, mange avec des grâces célestes et viriles, détaché des choses vulgaires avec grande classe. Digne, beau, magistral, exquisément intemporel dans sa toge aux plis esthétiques (car le vieillard porte le linge blanc avec une naturelle élégance pleine de simplicité et d'authenticité), l'homme âgé impose le respect. Le mâle qui a vécu a le front antique, ses allures sont olympiennes, ses pensées profondes, radieuses... Et quand il parle, de ses lèvres marmoréennes sortent des sentences immortelles.
    <o:p></o:p>


    La vieillarde n'est que petitesse, mesquinerie, avarice, acrimonie, charogne hurlante, parfaite abjection, objet de répugnances et sujet de moqueries. Mais surtout elle est
    <o:p></o:p>

    l' image sordide, immonde de l'originelle beauté gâtée par le temps. La femme vieille incarne la marche inéluctable de Vénus vers les gouffres de Vulcain.<o:p></o:p>


    Le patriarche est auguste, la femelle devenue inféconde est grotesque, fielleuse, pitoyable.
    Les jeunes filles sont attirées par le noble centenaire au pas réfléchi et au regard clair. Mais quel éphèbe aurait l'idée de poser ne serait-ce qu'un demi regard sur une sorcière de soixante-dix, quatre-vingts ans ? La déchéance n'a jamais allumé aucune flamme. Mais la sagesse, la gravité, la majesté sont de mâles trésors que toutes les femmes -les belles encore plus que les autres- cherchent en secret.

    <o:p></o:p>

    Ce qui est encore le signe le plus certain de la valeur grandissante de l'homme qui prend racine dans le temps.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    788 - Le miracle de la Beauté<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La beauté me désarme, me subjugue, m'électrise.<o:p></o:p>


    Esthète avant tout, je fléchis d'extase devant la "lumière qui engendre la lumière", ce que nous appelons la Beauté.
    <o:p></o:p>


    Ce qui dépasse mon front est radieux, ce qui touche le ciel est rayonnant, ce qui met le feu à mon âme est éblouissant. La Beauté est bonne, juste, pure. La Beauté est bleue, blanche, translucide.
    <o:p></o:p>


    Invisible.

    Le firmament, un visage, une mare : le Beau fait pleurer l'Homme.
    <o:p></o:p>


    Toutes les femmes ne sont pas belles. Les nuits étoilées n'inspirent pas une flamme invariable. On voit aussi ce qui est laid dans la terre.
    <o:p></o:p>


    Mais dès qu'une femme est belle parmi les laiderons, qu'un astre chante dans le grand silence sidéral, que le clabaudage du crapaud fait l'herbe mystérieuse, l'esthète s'illumine et trouve la Création admirable : aussi bien le vermisseau dévorant la charogne que le marbre hellène, la cendre dans l'âtre du pauvre que l'artifice dans le palais du prince, l'être minuscule qui d'une particule d'eau fait son univers que la galaxie aux bras incommensurables.
    <o:p></o:p>


    Une seule étincelle de beauté suffit à tout enflammer dans le regard de l'esthète qui percevra le reste monde d'une nouvelle façon. Dès que brille le moindre grain de sable dans le regard de celui qui s'émerveille, dès que l'observateur éveillé voit des diamants dans une pincée de simple poussière, dès que l'être sensible perçoit l'essentiel, qu'il capte non avec l'oeil mais avec l'esprit cette "vibration supérieure" qui donne à la matière son relief, sa hauteur, son éclat, alors pour lui l'Univers entier prend le même aspect : il n'est plus qu'un réservoir de Beauté.
    <o:p></o:p>


    La Beauté est une voie vers l'infini, une vérité universelle, une preuve d'immortalité de tout ce qui vit car ce qui est beau procède d'un principe suprême, est issu d'une inextinguible source de lumière, et est fatalement d'inspiration divine. C'est pourquoi la Beauté est éternelle.
    <o:p></o:p>


    La Beauté, c'est un mouvement perpétuel transposé dans l'immatériel, un principe auto-créateur car, miraculeusement -à l'image du kaléidoscope aux combinaisons incalculables-, à l'infini le Beau engendre le Beau.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    789 - Tante Jeni<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Aujourd'hui dimanche, pour la jeune et joyeuse famille c'est jour de visite chez tante Jeni, vieille célibataire roumaine arriérée à la mentalité, aux moeurs et au corps définitivement rigides<o:p></o:p>


    La vieille parente porte avec mauvaise humeur ses soixante années de chasteté hargneuse. Elle reçoit avec ostensible retenue les bambins et leurs géniteurs qu'elle appelle d'ailleurs "géniteurs" afin de bien faire comprendre aux invités que son coeur est un glaçon en forme d'arête... Chez elle les embrassades familiales, c'est mi bise, mi gifle. Les enfants incarnant à ses yeux le "péché du plaisir conjugal", elle tire grand orgueil de son célibat qui a préservé ses flancs de toute "souillure" et ne manque jamais une occasion de rappeler la "pureté" de son hymen à sa nièce pleine de joie et de vie ayant enfanté trois fois... Ce qui pour tante Jeni équivaut à une triple damnation.

    Ce puits de haine, de bêtise et de sécheresse en chignon amuse beaucoup ses hôtes à la vérité ! Tante Jeni est laide, sotte, méchante, et c'est bien ce qui fait son prix. Qui d'ailleurs ignore les vices cachés de l'hypocrite ? Même les enfants savent les secrets de la vieille chèvre. Après la messe du dimanche, combien de fois l'a-t-on vu s'attarder sur la statue de Saint Sébastien, reluquant d'un oeil pervers ce corps lascif percé de flèches, allant jusqu'à baiser avec fausse ferveur les pieds du plâtre ? Même le curé qui n'a jamais été dupe de sa piété frelatée observe son manège, encore plus amusé que les autres.
    <o:p></o:p>


    Tante Jeni est, il est vrai, son ouaille la plus fidèle. Et la moins crédible. L'exemple type pour les autres de ce qu'il ne faut pas être. Cela dit son curé est miséricordieux, indulgent, charitable envers cette coche libidineuse déguisée en sainte icône.
    <o:p></o:p>


    Le plus drôle chez tante Jeni, c'est sa manie de nettoyer avec acharnement les poignées de portes de sa chaste et mortelle demeure une fois les invités partis... Tante Jeni, obsédée par le plaisir sexuel et ses mystères, suspecte sa nièce et son époux d'avoir copulé juste avant leur visite. Idée insupportable pour cette vieille carne acariâtre, ce qui justifie les réactions hygiéniques les plus extrêmes ! Jusqu'au grotesque, l'hypocrite ne craint pas de prouver le degré de sa "très grande pureté" en allant jusqu'à exhiber à qui veut les voir les chiffons artificiellement souillés ayant servi au nettoyage des poignées de portes après la visite de sa nièce et de sa  famille ! Elle pousse parfois le vice jusqu'à conserver les chiffons usagés pendant toute la semaine afin de les montrer à la nièce le dimanche suivant.
    <o:p></o:p>


    Alors, avec un air plein de dignité, toute triomphante, elle étale devant sa nièce les chiffons ayant servi à la désinfection des poignées de portes de sa maison de "femme honnête", tandis que mentalement elle profère les injures les plus immondes à l'adresse de la jeune mère qui silencieusement l'écoute avec un mélange de lassitude et de pitié amusée...
    <o:p></o:p>


    Tante Jeni est un trésor, sa nièce le sait. Un trésor de monstre humain échappé d'un roman pittoresque et improbable, lui-même issu d'un siècle qui n'a jamais existé... Tante Jeni n'est pas de ce monde.
    <o:p></o:p>


    Et c'est d'ailleurs pour cela qu'elle existe, la tante Jeni : parce qu'aucun romancier n'aurait pu concevoir ce personnage, s'il n'existait réellement.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    790 - Morphéose et Ophyngiée<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Morphéose était singulièrement belle, quoique infâme par le caractère. Eprise d'un verveux et indifférent éphèbe nommé Ophyngiée auquel elle prodiguait un amour étrange et désespéré, elle perdait son temps à essayer de le séduire.<o:p></o:p>


    Lui était égoïste et cruel, même si paradoxalement on lui trouvait des qualités humaines incontestables.
    <o:p></o:p>


    Bref, Ophyngiée recevait la flamme de Morphéose avec froideur, voire avec les plus féroces railleries selon qu'il avait mangé ou non à satiété la veille au soir ou selon la température qu'il faisait dans la région, tandis qu'à côté de cela il consacrait temps, énergie et argent à aider des orphelins en Espagne.
    <o:p></o:p>


    Morphéose se mourrait de langueur pendant que l'objet de ses feux se dévouait sans compter à ses oeuvres charitables. Un jour, lassée de la goujaterie de l'adonis au coeur ambigu l'amoureuse éconduite tenta le tout pour le tout : elle lui ouvrit son corsage sous le nez afin qu'il pût apprécier le prix de ses ardeurs, la profondeur de ses sentiments, la sincérité de ses vues.
    <o:p></o:p>


    Heurté par tant d'impudeur Ophyngiée répondit à cette provocation mammaire par une moue hautaine à peine forcée qui fit sur Morphéose un effet encore plus insupportable que son ordinaire indifférence.
    <o:p></o:p>


    Ils se marièrent cependant, eurent un seul enfant qu'il appelèrent sobrement François, vécurent une dizaine d'années sans histoire avant d'envisager une séparation. La perspective joyeuse d'un célibat retrouvé eut raison de leurs dernières réticences.

    <o:p></o:p>

    François fut abandonné aux bons soins d'une institution religieuse fort sévère, ce qui permit aux parents déçus de leur mariage de trouver une paix qu'ils avaient longtemps cherchée.<o:p></o:p>


    Morphéose profita de sa nouvelle liberté pour s'adonner à l'art de la couture et de la broderie. Ophyngiée quant à lui, n'ayant plus d'orphelins espagnols pour occuper son temps se tourna définitivement vers l'étude stérile des étoiles, n'ayant aucune compétence scientifique en ce domaine.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    791 - Le citoyen de base est un minable<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le socle de la société est composé d'hommes ordinaires sans histoires ayant des préoccupations à la hauteur de leurs pieds. <o:p></o:p>


    Minus de naissance, ils suivent l'ornière avec des espoirs "d'ascension bancaires", attendent pendant des années leurs promotions d'employés, de comptables, leurs augmentations de salaire de chauffeurs-routiers, leurs réductions d'impôts d'ouvriers spécialisés ou de patrons d'entreprises, aspirent à rembourser leurs maisons achetées à crédit, passent leur temps libre à s'engraisser le corps tout en se vidant l'esprit, sont contrariés -voire franchement énervés- par une rayure sur la portière de leur voiture, vivent avec des soucis d'assurés, meurent avec des rêves de retraite qui ne sortent jamais de leurs têtes. Chez eux la perspective de la retraite est comme un appendice mental, un mystère quasi génétique dont ils ne parviennent définitivement pas à faire abstraction. Ils appellent cela un "acquis social". Pour eux c'est sacré, la retraite. Tellement essentiel qu'ils passent leur existence à l'attendre.
    <o:p></o:p>


    Précisons que ces minables qui travaillent toute leur vie pour se constituer une retraite meurent souvent avant la retraite, ce qui prouve que la justice divine existe, au moins en ce qui concerne les abrutis.
    <o:p></o:p>


    Du berceau à la tombe ces citoyens ordinaires rasent le sol de leurs pensées triviales, caressant des chimères aussi volatiles que des gains de LOTO, aussi clinquantes, plates, vulgaires, superficielles que des écrans de télévision à plasma.
    <o:p></o:p>


    Pour eux les vacances sous les cocotiers représentent le sommet de la félicité. Ils sont fiers de leurs automobiles. Ils vont aux enterrements avec des lunettes noires, fêtent leur anniversaire tous les ans de leur vie, se promènent aux Champs-Elysées en famille, sont farouchement opposés à la chasse mais pas contre leur "steak" du midi. Bien entendu leurs habitudes alimentaires sont infâmes, grossières, voire ignobles. Mais eux ne voient rien, c'est le principal.
    <o:p></o:p>

    Leur morale se borne au code civil. Leur bonté est basée sur les arguments commerciaux des publicistes. Leur vue humaniste est réglée sur les fluctuations économiques. Les pieds bien sur terre, jamais ils ne décollent.<o:p></o:p>


    Il faut toutefois reconnaître leurs mérites : assoiffés de confort aussi bien mobilier qu'intellectuel, ils font d'excellents patriotes, de bons ouvriers, des pions dociles pour le marketing, la politique, la télévision.
    <o:p></o:p>


    Ce sont les citoyens de base. Ils sont gentils, aimables, parfois même assez courtois. Il n'empêche que ce sont des minus, des infirmes de l'esprit, des atrophiés de l'âme, des pauvres types pour qui la mort se résume à des préoccupations strictement funéraires : le choix du "prestataire de services", voilà ce qui compte pour eux.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    792 - Marie-Josette et Arthur<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Marie-Josette, célibataire dans la fleur de l'âge, n'a pas vraiment conscience d'être un authentique laideron. Du moins elle semble vouloir l'ignorer.<o:p></o:p>


    Ou pire : feindre de croire être une belle femme.
    <o:p></o:p>


    Certes elle arbore une grande chevelure blonde assez impressionnante qui la rend réellement séduisante vue de dos, certes elle a une large dentition bien carrée à faire enrager de jalousie une californienne de souche, certes elle se maquille avec goût et sa toilette est toujours luxueuse. Il n'empêche, Marie-Josette quand on la voit de face, avec ou sans fard, est ce qu'on peut appeler une femme laide.
    <o:p></o:p>


    Et même fort laide, pour être juste.
    <o:p></o:p>


    Ajoutons que son abyssale bêtise n'arrange rien au tableau déjà peu reluisant de sa personne physique.
    <o:p></o:p>


    Marie-Josette non contente de n'avoir point de poumons, ni de hanches, ni de flancs, ni de grâces, ne possède pas plus de cervelle. Bref, elle n'a rien de ce qui fait les charmes habituels d'une femme. Privée de l'essentiel, elle se rattrape sur le   superflu : Marie-Josette, en effet, affectionne singulièrement la compagnie du vent, la contemplation incessante de ses souliers vernis, s'enquérant auprès de son concierge des rumeurs colportées par les journaux mondains, bavardant à n'en plus finir avec sa boulangère sur tout et rien.
    <o:p></o:p>


    Un jour, sous l'empire d'une de ses furies utérines elle s'ingénia à chercher l'ivresse charnelle au-delà des bornes de sa réflexion et de ses moyens de séduction : elle fit des propositions libidineuses à un Apollon (nommé Arthur) deux fois moins âgé qu'elle et vingt fois plus attrayant.
    <o:p></o:p>


    L'inconcevable se produisit : l'éphèbe ne repoussa pas l'indigente, fit honneur à sa féminité absente, ne rechignant pas ensuite à s'afficher publiquement avec cette blonde chamelle au cerveau d'autruche.
    <o:p></o:p>



    Ils sont toujours ensemble, le prince charmant ayant été fidèle à sa Cunégonde écervelée. Ils n'ont pas eu d'enfants mais plein de critiques et se consolent de leur stérilité par des satisfactions égoïstes.
    <o:p></o:p>


    De quoi s'interroger sérieusement sur les mystères de l'amour...
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    793 - Lettre aux publicitaires<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La publicité ramollit la cervelle du citoyen moyen, et cela d'autant plus que des esprits dégénérés ont osé l'élever au rang de l'Art... Ce dernier point est pervers car oser élever les ritournelles et saynètes "lessivières" au rang de l'Art est un argument commercial mensonger supplémentaire (subtil et détourné) en faveur des yaourts, des chaussettes, des pneus de voitures et de leur glorification par ce procédé prétendument artistique.<o:p></o:p>


    A l'exemple de l'église de scientologie qui n'est devenue légalement une "église" que pour entrer dans un cadre fiscal plus avantageux mais aussi pour devenir plus respectable sur le plan moral. Avant d'obtenir son statut d'église, la scientologie était une vulgaire secte à but hautement lucratif. Aujourd'hui elle plume autant de pigeons qu'avant et avec la même énergie, sauf qu'elle le fait dans un cadre plus officiel, ce qui la met à l'abri des foudres de la loi.
    <o:p></o:p>


    Il en est de même en ce qui concerne la publicité : c'est une vaste opération de manipulation des esprits faibles à but strictement mercantile, une espèce de poison culturel qui de manière agressive s'étend sur le monde et dans les esprits depuis maintenant deux ou trois générations. La publicité est une machine tentaculaire destinée à fabriquer des abrutis assoiffés de coca-cola, et ce depuis des décennies. Voici une lettre destinée à des gens que bien des naïfs assimilent sottement à de "géniaux créatifs"...
    <o:p></o:p>


    Messieurs les créateurs,
    <o:p></o:p>


    Je vous qualifie de "créateurs" mais ce n'est pas ironique du tout. Vous êtes de très grands esprits, des gens utiles, des hommes libres.
    <o:p></o:p>


    Mieux : des "artistes".
    <o:p></o:p>


    L'art de prendre les êtres humains pour des minables, c'est un métier. Une vocation. Il faut être né avec du souffle dans la cervelle, je veux dire une chambre à air, bref avoir ça dans le sang, aimer faire du vent avec rien, ou plutôt aimer faire du rien avec du vent, l'air de rien.
    <o:p></o:p>


    L'engagement pour la cause publicitaire, ça s'apprend, ça se mérite. Je vous comprends... De tels efforts, ces études poussées, tant d'argent dépensé, ces belles énergies, toutes ces réflexions pour rendre bêtes et laids vos semblables, cela ne mérite-t-il pas d'immortelles statues en nouille ?
    <o:p></o:p>


    Vous êtes admirables messieurs les publicitaires.
    <o:p></o:p>


    Vous êtes indispensables surtout, vous qui embellissez les esprits sur papiers glacés, approfondissez les grandes questions du siècle plus blanc que blanc, habillez les abrutis (mais attention je parle des vrais abrutis-maisons, ceux qui rigolent et même qui semblent se pâmer sexuellement quand on les filme avec leur pot de yaourt), dénudez les têtes, vous qui savez mieux que quiconque ce qu'il faut mâcher, vous qui calculez au gramme près combien de légumes il faut manger quotidiennement pour ne pas que l'on devienne obèse, vous qui connaissez les secrets millénaires des ânes, des vaches et des petits pois, vous qui débitez des vérités fluides comme du plasma au son de violons numériques, vous qui décrétez que le sang menstruel de nos femelles aseptisées est bleu... Sans vous, avec quoi meublerait-on nos écrans, que lirait-on dans nos journaux, que penserions-nous dans nos pauvres têtes du matin au soir ?
    <o:p></o:p>


    Et surtout, que mangerions-nous ? Des patates ? Tous les jours des patates ! Ce serait l'enfer sans vous, messieurs les publicitaires. Pardon, messieurs les "artistes".
    <o:p></o:p>


    Merci de nous éclairer. Grâce à vous on mange cinq fruits et légumes par jour. Sur vos conseils on sait comment faire pour devenir intelligents, propres, bien chaussés, bien lavés, bien nourris, ipodés, protégés. Même nos cheveux brillent.
    <o:p></o:p>


    Vos vérités nous rendent beaux, bons, bien vêtus et même immortels. Les morts sont des ringards : ils ne vous écoutent pas les pauvres !
    <o:p></o:p>


    Avec les shampoings qui font luire nos trésors capillaires, nous les vivants on a des idées nouvelles sous le crâne. Vous nous avez sauvés, messieurs les "artistes" !
    <o:p></o:p>


    Votre merde a l'apparence de la merde, l'odeur de la merde, le goût de merde.
    <o:p></o:p>


    Et c'est effectivement de la merde.
    <o:p></o:p>


    Mais vous la vendez au prix de l'or, alors là vraiment je vous dis chapeau les "artistes" !
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    794 – L’éclair originel<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A présent je sais.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Je sais sa puissance, sa violence, sa force, ses profondeurs, son radieux mystère.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Et son infinie légèreté.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    C'est une énigme visible à l'oeil nu, un principe immatériel plus essentiel que la pensée, plus limpide que l'air, plus solide que le roc, plus durable que le temps. C'est une étincelle susceptible d'embraser une chambre, un champ, le globe terrestre, la galaxie, l'Univers : une intangible mais infaillible preuve de vie. C'est une onde qui fait rentrer le ver dans sa fange, sortir l'imbécile de son antre, frémir les ruisseaux, trembler les vivants, danser les morts, vibrer le monde entier.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Cette flamme voyageuse purement cosmique, quasi éthérique, certainement divine, miraculeuse, fragile, inextinguible, insaisissable, éternelle, magistrale, aussi éblouissante que dérisoire qui de l'atome à l'étoile fait disparaître toute zone d'ombre porte un nom.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Pour désigner cette essence universelle que l'on explique approximativement avec de savantes formules mathématiques, qui s'échappe toujours de nos éprouvettes pour fuir vers l'infini et qui pour cette raison précisément donne du prix à nos jours et une base inébranlable à nos certitudes, constatations ou théories scientifiques, religieuses, humaines, pour désigner cette chose née d'ailleurs, on prononce un mot humain, nécessairement humain.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    LUMIERE.<o:p></o:p>

    795 - Richesses et misères du travail<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Le travail peut être aussi bien être une aliénation qu'une libération si on tient compte des diverses sensibilités collectives et individuelles des personnes qui s'y adonnent.<o:p></o:p>


    Pour la plupart des personnes le travail (dans le sens du travail rémunéré pratiqué hors de chez soi à raison de huit heures par jour, bref ce qu'on nomme le "système") est non seulement un moyen commode, ordinaire d'obtenir honnêtement, régulièrement et légalement des ressources, mais constitue également un équilibre vital tant sur le plan psychologique que physique.
    <o:p></o:p>


    Que cela soit par choix, par nécessité ou par atavisme peu importe, le fait est là : pour cette partie de l'humanité le travail est une libération, un privilège, et sera même vécu comme une distraction.
    <o:p></o:p>


    Pour d'autres il sera une aliénation. Évidemment tout dépendra des circonstances socio-économiques, du contexte où se pratiquera le travail ainsi que de l'état d'esprit, de la culture, de la sensibilité de chaque individu. Cela dit le travail du "système" n'est qu'une forme consensuelle, traditionnelle du travail en général. Mais l'écrivain, le poète, voire même le joueur de tiercé professionnel travaillent eux aussi, sauf que la forme est différente.
    <o:p></o:p>


    Le plaisir pour chacun d'eux est le même, rien ne diffère dans le fond. Que ce soit le labeur de l'ouvrier qui trouve son bonheur dans son usine ou le travail d'écriture de l'écrivain qui vit tous les jours son "paradis intellectuel" à travers ses pages noircies, le travail quand il est accepté comme un mode de vie épanouissant prend nécessairement une dimension positive.
    <o:p></o:p>


    Ouvrier, paysan, poète, PDG : dans tous les cas le travail fournira à celui qui s'y adonne avec coeur de glorieuses satisfactions. Il formera les muscles du premier, donnera une qualité de la vie au second, agitera les neurones du troisième, contribuera à l'assise socio-culturelle du dernier, chacun selon ses qualités dominantes. Bref le travail rend heureux socialement et/ou individuellement ceux qui s'y adonnent avec conviction : épanouissement physique et social pour le manuel, satisfaction matérielle l'artisan, enrichissement bancaire pour le commercial, jouissance cérébrale pour l'intellectuel, bienfaits culturels pour l'artiste...
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Dans l'idéal tout le monde trouve son compte dans le travail tel qu'il est défini selon les critères pédagogiques de notre époque, qu'il soit professionnel ou privé.<o:p></o:p>


    En ce sens le travail, qu'il soit effectué sous une forme privée ou professionnelle, rémunérée ou non est utile et structurant pour la personnalité du travailleur, épanouissant pour lui car accepté et vécu comme tel. Entre l'homme qui passe ses journées dans son usine et celui qui la passe au bord de la plage, quelle différence dans le fond ? N'est-ce pas plutôt la manière de vivre les activités qui en font leur valeur, leur saveur ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Bien vivre une journée à l'usine n'est-il pas préférable que mal vivre une journée à la plage ? S'il y a des gens qui sont heureux de travailler dans le "système", pourquoi vouloir à tout prix leur ôter ce plaisir ? Ils sont utiles tant à ceux qui travaillent qu'à ceux qui ne travaillent pas. Personnellement je m'ennuie très vite sur une plage. Une heure à ne rien faire étendu sur une plage est un maximum pour moi. J'imagine mal un ouvrier passer ses journées à ne rien faire après 40 ans d'usine. Même moi qui n'ai jamais travaillé je m'y ennuie au bout d'une heure...<o:p></o:p>


    Je prône certes la libération de l'homme par rapport au travail, mais exclusivement pour ceux qui y trouvent avantage. D'ailleurs le travail ainsi supprimé dans les usines où l'on aura mis des robots à la place des hommes sera de toute façon remplacé par un autre, plus ludique certes mais le fond ne changera pas : l'homme s'adonnera à des activités distrayantes quoi qu'il en soit.
    <o:p></o:p>


    Pourquoi ne pas admettre que l'ouvrier moyen considère son travail à l'usine comme une immense distraction permettant de meubler son existence, de donner un sens à sa vie entière, voire à sa descendance ?
    <o:p></o:p>


    L'activité de l'ouvrier que l'on aura remplacé par le robot dans l'usine ne sera de toute façon que déplacée, mais non supprimée car enfin il faut bien faire quelque chose de ses journées. Quand bien même cette activité nouvelle serait ludique, l'ouvrier sera-t-il heureux pour autant de se retrouver à faire du ski, du tir à l'arc, des siestes, des activités artistiques ou des promenades pédestres toute ses journées ? Il se pourrait bien qu'il regrette son usine...
    <o:p></o:p>


    Donc, prudence. Ne nous hâtons pas d'imaginer de belles théories en ce domaine. L'homme est bien plus complexe -et paradoxalement plus simple-, mais aussi plus imprévisible que ce qu'on pourrait croire. La théorie c'est bien, mais la pratique nous montre souvent que l'homme n'est pas toujours fait pour ce qu'on croit et nos belles idées n'ont plus de poids face à la réalité, laquelle est parfois beaucoup plus simple.
    <o:p></o:p>


    Ainsi on ne peut pas vraiment juger de ce qui fera le bonheur des autres. Moi je ne juge plus celui qui travaille et qui aime ça. Je demande en retour à ce que l'on ne me juge pas sur ma situation par rapport au travail professionnel, qui pour la plupart des travailleurs habitués à leur mode de vie sera considérée comme une calamité (mais qui à mes yeux est un immense privilège).
    <o:p></o:p>


    Ma situation me convient à moi, elle ne convient pas nécessairement au voisin. Nous sommes tous différents, c'est ce qui fait que les problèmes liés au travail ne sont pas applicables à tout le monde. Ainsi le travail remplacé par les machines peut être un progrès pour certains mais un non-sens pour d'autres. Je le répète, un travail bien vécu, épanouissant ne sera jamais considéré comme un travail. Et passer ses journées à faire des activités autres que des activités professionnelles ne sera pas nécessairement un gage de bonheur pour certains.
    <o:p></o:p>


    Après, que ce travail épanouissant soit rémunéré ou non, cela est un autre problème.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    796 - Lettre aux mineurs de fond<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    On vous appelle les "gueules noires" avec respect et admiration sous prétexte que vous vous encrassez la face du matin au soir comme de gros souillons à trente mètres sous terre ... Moi je vous nomme "têtes de cochons" car vous n'êtes que de sales pervers s'adonnant au travail de force, ce qui nécessairement vous fait puer la sueur comme des porcs !<o:p></o:p>


    Vous êtes des petits crasseux côtoyant de la naissance à la mort cette saleté de charbon que vous magnifiez bêtement comme si votre existence de "pataugeurs professionnels" représentait le summum de la félicité sociale, l'exemple de la réussite personnelle, le modèle du courage collectif alors qu'en vérité, incapables de vous extraire de votre fange atavique, vous ne cultivez que l'échec, la misère, la faiblesse, la lâcheté.
    <o:p></o:p>


    On vous appelle les "héros du quotidien", vous n'êtes que d'indicibles cancres de pères en fils pour qui la mine est la seule alternative à votre héréditaire paresse scolaire ! Et puis tout le monde sait bien que le pinard est votre seul réconfort, bande de poivrots à la peau noircie ! Et même si ce n'est pas vrai, on le croit. Ce qui suffit à vous déclasser aux yeux du monde.
    <o:p></o:p>


    Mais surtout cette puanteur qui se dégage de vos personnes.... Cette sempiternelle, satanée, écoeurante odeur de transpiration qui imprègne vos bleus de travail, n'avez-vous donc pas honte d'arborer de la sorte les larmes de vos corps éprouvés ? Indigents que vous êtes, au sortir de la mine n'avez-vous pas d'autre étendard à brandir que ces sourires austères sur vos visages sales, grossiers, burinés quand d'autres plus réfléchis, mieux éduqués et bien moins malpropres que vous affichent leur éclatante santé sous leurs coquets chapeaux de feutre ?
    <o:p></o:p>


    Décidément vous les "gueules noires", vous incommoderez toujours les esthètes de ma carrure...
    <o:p></o:p>


    Retournez donc au charbon puisque vous êtes assez bêtes pour vouloir continuer à creuser vos trous à rats de génération en génération !
    <o:p></o:p>


    Moi pendant ce temps, je vais maintenir bien au chaud mon précieux front de sybarite auprès des braises réconfortantes, régénérantes de ma cheminée à charbon.

    797 - Mangeurs de porcs<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les gens de nos contrées, accoutumés depuis des générations à ingérer quotidiennement de la chair porcine vivent sans le savoir dans l'ignominie alimentaire. Le cochon, symbole de la fange, bête certes sensible mais puante, "ogresque", répugnante, sinistrement offre depuis des siècles sa chair abjecte aux populations grossières qu'elle engraisse. <o:p></o:p>

    En outre la viande du porc ressemble beaucoup, paraît-il, à la chair humaine quant à son goût. Ne serait-ce que pour cette raison, l'on devrait bannir définitivement ce mets de nos tables, le honnir résolument. Malheureusement les siècles l'ont solidement établi sur le trône indigne de nos faveurs gastronomiques...<o:p></o:p>


    Consommer la viande de ce rose animal qui hurle à fendre le coeur quand on l'assassine est un double crime. Crime contre la créature "objetisée" jusque dans ses derniers viscères mis en bocaux, crime contre le bon goût. Préparer du porc au repas, se délecter de la chair de ce quasi double de nous-mêmes : réjouissances pour le vulgaire, moeurs infâmes aux yeux de l'esthète !
    <o:p></o:p>


    Ce qui semble ordinaire, anodin au commun peut être exceptionnellement haïssable pour le bel esprit.
    <o:p></o:p>


    Je considère les mangeurs de porcs comme des dégénérés qui s'ignorent, d'aimables sauvages, de civilisés anthropophages, de raffinés barbares qui, habitués à la puanteur de l'esprit populaire, ne la sentent plus.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    798 - Les souillards de la Toile<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    L'ordure remplit la Toile à vitesse quasi exponentielle.<o:p></o:p>


    Les pornocrates de tous poils se sont précipités dans le filon informatique pour s'enrichir en répandant leur fange. Il y a de tout parmi cette pègre : cela va des crapules les plus subtiles qui pour leur défense brandissent la caution esthétique jusqu'aux plus puantes agissant par pure vénalité en passant par les pires détraqués en liberté ayant perdu toute foi (mais quand même sans violer la loi des hommes, pour mieux durer...).
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Comble de l'iniquité : la loi les protège.<o:p></o:p>


    A partir du moment où ces êtres malfaisants souillant le NET -donc les esprits faibles- de leurs oeuvres mercantiles à caractère pornographique ne font rien qui soit hors la loi, cette dernière les tolère. Pire : en certains cas elle les aide.
    <o:p></o:p>


    D'ailleurs on peut se demander si le terme "pornographique" est encore valable en ce qui concerne certains excès... Ne faudrait-il pas plutôt parler d'immondices mentales ? "Pornographie" a encore une connotation trop culturelle pour qualifier ces aberrations croisées sur la Toile, voire imposées à l'internaute imprudent qui ne demande rien.
    <o:p></o:p>


    Ces faiseurs de vice honorablement secondés par des structures financières et juridiques tout ce qu'il y a de plus légales inventent n'importe quoi pour racoler le minable de base en quête d'avilissement. Aucun aspect de la morbidité de l'esprit humain ne les rebute, au contraire ils exploitent les pathologies libidineuses les plus inconcevables pour faire du fric. Tout est passé en revue, depuis les déviances les plus réalistes jusqu'à certaines aberrations purement imaginaires, le réel ne leur suffisant même plus pour alimenter leurs moulins à ordures.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Plus c'est répugnant, ignoble, choquant, moins ils semblent mettre de frein aux vomissures de leur esprits en pleine putréfaction morale.<o:p></o:p>


    Ne parlons même pas des victimes -essentiellement des femmes- de cette crapulocratie internautique qui, par appât du gain facile, faiblesse morale, détresse psychologique, misère sociale, pauvreté spirituelle ou simplement parce qu'elles sont forcées, fournissent à ces bandits la "matière première" à leur hideuse entreprise. Et cela bien entendu non seulement au prix de la santé physique, mentale de ces femmes, mais aussi de leur dignité.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Ce dont ces proxénètes -pour les appeler comme ils le méritent- n'ont que faire, rappelons-le.

    Ces lâches se cachant très souvent derrière des paravents professionnels parfaitement opaques, il est difficile de leur mettre la main dessus. Aussi, j'invite tous les esprits encore sains de la Toile à pourchasser informatiquement ces producteurs d'excréments en inondant leur BAL (pour ceux qui parviendront à les identifier)
    de ce présent texte, de la même manière qu'ils nous inondent de leurs déjections mercantilo-sexuelles.

    Pour retrouver la propreté originelle de la Toile, réagissons -même si ce n'est que symboliquement- contre les méfaits de cette canaille.
    <o:p></o:p>


    Puisse ce texte simple, accessible, sincère, être à l'origine d'une croisade efficace contre les souillards de la Toile !
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    799 - L’hystérie écologique<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Les savants autrefois étaient unanimes : la terre était plate, puis c'était le soleil qui lui tournait autour, ensuite (au dix-neuvième siècle, ce qui ne fait pas si longtemps) ces infaillibles érudits prétendaient que les souris naissaient spontanément dans les granges, les greniers, voire à partir de touffes de foin mélangées de bouts de chiffons.

    Ces illustres "barbes d'argent" fort doctement émettaient d'immortelles âneries que le reste de l'humanité -encore plus sotte et ignare que ces gourous parlant le latin- gobait sans broncher.
    <o:p></o:p>


    En médecine on a vu également des cohortes de pondeurs de sornettes.
    <o:p></o:p>


    Nos scientifiques contaminés par la pensée écologiste traînent eux aussi les hérésies de leur époque. Ils seront à leur tour raillés par leurs descendants qui les traiteront de naïfs.
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Nous ne constatons les effets de la pollution que dans les médias, pas dans le concret. Quant au réchauffement climatique, il est naturel selon moi. <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Jusqu'à maintenant je n'ai pas été une seule fois victime d'empoisonnement, d'asphyxie ou de je ne sais quels désagréments d'origine alimentaire, même quand je me rends dans des grande villes. Je ne connais aucun cas de maladie, de décès, d'infirmité dus à des ingestions de légumes cultivés sur nos terres prétendument empoisonnées, viciées, dénaturées.

     <o:p></o:p>

    En revanche comme tout le monde je connais bien des cas d'empoisonnements par baies sauvages, champignons vénéneux ou plantes médicinales mal dosées : la nature ne fait pas de cadeau aux citadins pétris de sensiblerie écologique !<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    A entendre les écologistes exaltés, la fin du monde est proche, les éléments vont se déchaîner pour détruire toutes les villes, les eaux recouvrir les continents, le feu tomber du ciel...<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Cessons d'alimenter la psychose mondiale ! En l'an 1000 l'on s'attendait à la fin des temps, certains voyaient des signes terribles dans les nues. Aujourd'hui on tremble devant le cataclysme écologique qui, jurent les adeptes de la "cause verte", est pour demain !<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    La planète, considérée comme un seul homme, est aussi capable de délirer environ une fois tous les millénaires...<o:p></o:p>


    Jeter un papier par terre ou dans une poubelle ne fait que déplacer le problème. Qui n'en est pas un d'ailleurs.
    <o:p></o:p>


    Brûler à petit feu le pétrole pour faire durer les réserves encore mille ans ou tout dépenser en quelques années sans aucune modération, à l'échelle géologique le résultat sera le même : zéro.
    <o:p></o:p>


    Une éruption volcanique moyenne rejette en une seule journée dans l'atmosphère l'équivalent de plusieurs années de "pollution" industrielle mondiale. Or les éruptions volcaniques sont constantes depuis l'origine de la Terre. Des milliards de tonnes de "déchets" naturels ont ainsi été rejetés dans notre atmosphère pour enrichir la planète ou bien faire fluctuer avec fruit sa température générale.
    <o:p></o:p>


    C'est surtout dans les têtes que l'économie d'énergie -donc la réduction de pollution- a des effets.
    <o:p></o:p>


    De même pourquoi s'alarmer de la disparition d'espèces ? Il est normal que des espèces disparaissent pour que d'autres apparaissent.
    C'est la loi de la vie depuis toujours. Et lorsque c'est l'homme en action (un pléonasme en fait : une des caractéristiques de l'homme n'est-elle pas d'agir sur son environnement ?) qui génère des disparitions d'espèces nuisibles ou dangereuses (l'ours des Pyrénées, le loup) ou qui combat ces espèces sans parvenir à les faire disparaître en dépit de son génie (les virus, les rats vecteurs de maladies, le ver solitaire, etc.), lorsque c'est l'homme disais-je qui est à l'origine de ces disparitions d'espèces, ne faut-il pas s'en réjouir au lieu de s'en chagriner ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Certes des espèces d'huîtres ou de végétaux utiles disparaissent, ce qui est regrettable pour la nature et aussi pour l'homme qui ne maîtrise pas toujours les effets de son activité. Mais en règle générale l'homme dans bien des domaines fait beaucoup mieux que simplement imiter la nature et ses lentes, laborieuses sélections dites "naturelles" : il la dépasse.<o:p></o:p>


    Il fait bien mieux que la nature en opérant, par exemple, des croisements de fruits pour faire naître de nouvelles espèces que la nature seule aurait été incapable de produire.

    La nature fait souvent les choses en petit, amer, immangeable et "avec plein d'épines". L'homme fait opulent, juteux, sucré et en "peau de pêche".
    <o:p></o:p>


    L'homme opère lui aussi des sélections non pas bêtement NATURELLES mais génialement HUMAINES.
    <o:p></o:p>


    C'est à dire dix millions de fois plus vite que ne le fait la nature. Et dix fois mieux.
    <o:p></o:p>


    Pour que la nature seule nous débarrassât des loups, il aurait fallu patienter passivement pendant des millénaires. Donc attendre que des centaines de milliers de troupeaux ovins de nos descendants se fassent dévorer "naturellement" (autant dire : avec l'assentiment des écologistes).
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    Laisser faire de la sorte la nature, c'est aussi une manière d'agir sur elle artificiellement. Ne pas agir sur les éléments quand on peut agir, c'est une façon d'agir par nature interposée. Laisser la nature s'approprier l'espace vital de l'homme, c'est faire comme si l'homme n'était pas présent sur la planète. Or il est présent.

    Un jardinier qui décide de laisser la nature s'occuper de son potager n'agit pas naturellement puisque lui le jardinier fait aussi partie de la nature au même titre que l'insecte sur ses pommes ou l'abeille dans ses fleurs. Dés lors que l'homme foule le sol de sa planète, il y a automatiquement pollution, si on entend par le terme "pollution" toute activité humaine qui se répercute de manière durable sur les éléments.

    L'hippopotame a aussi une action durable, définitive, irréversible sur son environnement, de même que l'autruche ou le ver de terre.
    <o:p></o:p>


    Alors pourquoi l'homme, ce roi des créatures, n'aurait-il pas le droit lui aussi de marquer le sol de son empreinte, le ciel de ses rêves, la lune du feu de ses  astronefs ?
    <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    800 - Olivier, cette âme<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    J'ai rencontré Olivier Delemme sur la Toile il y a deux ans. Il passait d'improbables annonces pour trouver l'âme jumelle, qu'il ne trouva jamais. Sa maladresse, sa grossièreté, son outrance m'avaient touché. Tout en me liant d'amitié avec cet oiseau tombé du nid, je l'étudiais. Et plus je l'étudiais, plus je m'étudiais MOI. Et à travers moi, d'une manière plus générale, les rouages secrets de l'âme humaine...<o:p></o:p>


    Explications et extraits de textes postés à son sujet sur un groupe de discutions littéraire (forumlitteraire@yahoogroupes.fr) :
    <o:p></o:p>


    En suivant Olivier jusque sur un site d'annonces de rencontres amoureuses, voici comment je me suis présenté :
    <o:p></o:p>


    OLIVIER, UN PASSIONNANT SUJET D'ETUDE
    <o:p></o:p>


    Je m'appelle RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA, je suis venu m'inscrire sur ce site de rencontres spécialement pour pouvoir suivre de près les pérégrinations informatiques de ce personnage improbable (et pourtant bien réel !) nommé OLIVIER. Je le connais depuis quelques mois (je l'avais rencontré par hasard sur la toile). Ses annonces m'avaient fait tellement rire que je me suis décidé à étudier sérieusement cette personne. Aujourd'hui nous sommes devenus amis, plus ou moins. Je l'aide à rédiger des annonces plus conformes, à parler aux femmes, à les séduire un tant soit peu... Son extrême maladresse en ce domaine le rend réellement touchant. Je suis un observateur, ce personnage me fascine par sa naïveté, sa brutalité, son ignorance, sa désinvolture et son immaturité. A la fois monstre de foire et profondément humain, cet OLIVIER est un cas. J'ai ri avec les autres de ses maladresses, mais je ne me suis pas contenté de rire, j'ai dans un second temps souhaité l'aider. Il est en effet trop facile de se moquer des gens et de les laisser ensuite dériver dans leur illusions... Je tente de lui apprendre à parler aux femmes, même si l'entreprise est encore loin, très loin d'aboutir. J'ai ri férocement de son annonce au début, comme la plupart d'entre vous, mais pensez-vous que l'hilarité stérile puisse aider un tel égaré à progresser dans la vie ? OLIVIER est une âme candide et grossière, un coeur sans nuance, un garçon taillé dans le roc sexuel et la guimauve amoureuse, une sorte d'exclus du monde des sentiments policés, parfaitement étranger aux intrigues des jeux amoureux. Ce garçon en détresse cherche une femme comme un enfant chercherait un gros gâteau : sans contrepartie, immédiatement, impérieusement, gratuitement et à sens unique. Il est fort bête, inutile de se le cacher, ce qui ajoute à la difficulté de l'entreprise d'éveil de sa conscience. Tenter de faire mûrir un fruit aussi vert est une affaire de longue haleine, fastidieuse qui demande patience, altruisme, ouverture d'esprit. Ce que je m'emploie à faire. Cet OLIVIER est mon rat de laboratoire en quelque sorte. Avec lui j'expérimente l'aventure humaine appliquée aux relations amoureuses.
    <o:p></o:p>


    ++++++

    Certes Olivier http://www.dailymotion.com/zachariedelemme n'est pas un interlocuteur facile.
    <o:p></o:p>


    Sombre, mauvais, gentil aussi -mais dans certaines limites-, borné, colérique, grossier et même parfois franchement abject, pour la plupart d'entre nous -pour ne pas dire pour nous tous- Olivier est l'incarnation même du Mal, de la Bêtise, ou de l'insignifiance, dans le meilleur des cas.
    <o:p></o:p>


    Bref, Olivier est un de ces hères informels et sans visage aux antipodes de nos belles et bourgeoises conceptions sur l'humain. L'exemple par excellence de ce que nous appelons avec tant d'orgueil une "piètre compagnie". Pathétique oiseau de son propre et morne monde fait de jours gris et de solitude, triste ombre apparue sur ce globe pour mieux s'y égarer dans d'insolubles brumes, Olivier est un citoyen invisible, un semblable qui n'existe pour personne, un être sans hauteur et sans défense, une voix qui n'a pas droit au chapitre.
    <o:p></o:p>

     
    A son sujet tout le monde est d'accord pour se moquer de lui, le mépriser, l'exclure. Sous des formes plus ou moins policées, plus ou moins aimables, plus ou moins hautaines, plus ou mois insidieuses... Et sous les prétextes les plus nobles : amour de l'intelligence, haine de la bêtise, mépris de la médiocrité, fuite vers les hauteurs, préférence pour la lumière...
    <o:p></o:p>


    Les mêmes se prétendent solidaires, fraternels, altruistes... Pas un ne prend la peine de se pencher sur lui !
    <o:p></o:p>


    Toutes les excuses étant bonnes pour le rejeter, le bannir, le traiter comme un "problème secondaire", lui Olivier, cet être humain, ce semblable, ce frère, ce mortel né sous le même soleil qui nous éclaire, qui se désagrègera sous la même terre qui nous ensevelira nous aussi, toutes les excuses étant bonnes, disais-je, pour faire de cet humain une sorte d'objet encombrant, il ne reste plus personne pour mettre en pratique les généreux idéaux que sont la fraternité, la solidarité, l'altruisme... Si bien défendus en théorie, si peu partagé dans la pratique !
    <o:p></o:p>


    Sa misère, personne ne l'appelle misère. Non, ce serait un mot trop beau pour Olivier, pensons-nous... L'indigence de Olivier, nous préférons l'appeler "sottise", "inintelligence", "saleté". C'est tellement plus confortable, plus rassurant, plus expéditif, et donc plus lâche, de voir de la simple bêtise là où il y a en réalité un océan de détresse, de vraie, d'authentique, de concrète, terrible, profonde détresse humaine.

    Qui s'est penché sur le berceau de Olivier ?
    <o:p></o:p>


    Personne.

    Absolument personne. Raciste, haineux, violent, bête : tels sont les reproches qu'on luit fait. Facile.
    <o:p></o:p>


    Trop facile. Je répète : qui s'est penché sur le berceau de Olivier ? Qui a daigné lui tendre la main, l'écouter non pas avec cordiale, froide, distante attention mais avec chaleur ? Qui lui a prodigué tendresse, amour, humanité, amitié, enfin toutes ces flammes chères à l'homme et qui le rendent meilleur, qui adoucissent les coeurs grossiers, affinent les âmes les plus épaisses ?
    <o:p></o:p>



    Que celui qui une fois, une seule fois, après avoir ri de ses travers et maladresses lui a ensuite tendu la main avec sincérité, avec coeur, avec humanité, sans hypocrisie, que celui-là, et que celui-là seulement se permette de lui reprocher ses noirceurs.
    <o:p></o:p>


    Olivier, je ne te jetterai pas la pierre, moi dont le coeur s'est tourné vers toi avec simplicité, sans fard ni vanité aucune. Olivier je te le dis en vérité, le royaume de l'Intelligence appartient aux être fraternels. Olivier, je te rétablirai dans ta dignité. Sous mon aile tu deviendras un astre.
    <o:p></o:p>


    Et sous ma lumière tu seras un homme.
    <o:p></o:p>


    Un homme, Olivier.
    <o:p></o:p>


    =======

    PRECISION :
    <o:p></o:p>


    A ceux qui seraient tentés de me reprocher de faire la "promotion humoristique" de Olivier Delemme : http://www.dailymotion.com/zachariedelemme (compte DAILYMOTION que nous partageons lui et moi).
    <o:p></o:p>


    Certes je me moque gentiment de ce léger malade mental. Je ne m'en cache pas. Mais il faut savoir que cette collaboration "imbécilo-esthétique" va plus loin que les simples apparences.
    <o:p></o:p>


    Car enfin il n'en demeure pas moins vrai que je suis la première personne qui s'est sincèrement intéressée à lui. Rejeté par tous, Olivier Delemme souffre depuis toujours d'exclusion, accentuée par sa surdité.
    <o:p></o:p>


    A la "charitable" indifférence de ceux qui le rejettent d'emblée sans chercher à le connaître, pensant avec fatuité tout savoir de lui au premier abord, j'oppose un authentique sentiment, non seulement de curiosité, mais aussi d'amitié pour ce pauvre diable sur qui nul n'a jamais pris la peine de se pencher avec pitié et fraternité. Olivier Delemme est le révélateur de nos manques, de nos faiblesses, de nos petites lâcheté humaines. Par sa simple existence il met à l'épreuve nos belles théories sur la fraternité, sur la compassion envers les plus faibles, les malchanceux...

    Sur mon chemin, jusqu'ici lorsque j'ai voulu présenter dans sa vérité Olivier Delemme, je n'ai trouvé que de nobles âmes pour le mépriser, le juger, voire le haïr. Face au concret, bizarrement tous les beaux sentiments chrétiens, humanistes, socialistes, communistes et même républicains s'écroulent !
    <o:p></o:p>


    C'est vrai que je joue férocement avec sa candeur. N'importe ! J'ai trouvé ce moyen pour communiquer intensément avec cet esseulé.
    <o:p></o:p>


    Je suis devenu son seul ami. Le seul. Le premier.
    <o:p></o:p>


    Une révolution affective pour lui.
    <o:p></o:p>


    A tous ceux qui me condamnent sous prétexte que sur le mode sarcastique je sors cet indigent de son mortel anonymat de pauvre diable qui n'a rien pour lui, que font-ils, eux ?
    <o:p></o:p>


    Rien.

    <o:p></o:p>

    Ils critiquent mes moqueries à l'endroit de Olivier Delemme, disent unanimement que je suis cruel, odieux avec lui... Tandis qu'eux, en adoptant une parfaite indifférence à l'égard de cet Olivier, sont persuadés d'être meilleurs que moi ! Or il n'y a pire arme psychologique que l'indifférence...<o:p></o:p>


    Je me moque de Olivier Delemme c'est vrai, en attendant moi je suis sa chaleur, son réconfort, son écoute. Son ami. Et je suis sincère. J'éprouve une réelle amitié pour ce crucifié de notre société que personne n'écoute, ne tente de comprendre, d'apprivoiser.

    <o:p></o:p>

    Toutes ces belles âmes prêtes à s'investir pour sauver des affamés à 10 000 kilomètres de là se défilent étrangement dès qu'il faut prêter un peu de temps aux plus humbles de notre société... Ces moralisateurs me répondront qu'ils n'ont pas le temps à perdre avec des imbéciles comme Olivier Delemme... Quel orgueil ! Quel mépris des faibles !<o:p></o:p>


    Hé bien moi j'ai du temps à consacrer à cette âme en ruine. Moi j'ai du temps à perdre avec ce miséreux. Moi j'ai du temps à consacrer aux plus petits, aux humbles, aux exclus.
    <o:p></o:p>


    Et j'ai même l'ambition de donner des ailes à ce lourdaud. Que dure notre collaboration humoristico-humaniste !
    <o:p></o:p>

     


    votre commentaire
  • 601 - Une miette de Réalité

    Un secret brûlant m'habite. Nommer cette flamme dont nul ne soupçonne l'existence est impossible. C'est un secret dont il m'est interdit de parler, par la force des choses : on ne prononce pas avec les mots de la terre ce qui ne se conçoit pas sur la terre. Au-delà des tremblements, plus fracassant que les tambours du coeur, hors mesure humaine, cette chose plus grande que toute chose n'est rien qu'un silence. Un simple, immense, inexplicable silence. Un murmure, une chandelle, un point. <o:p></o:p>

    Plus loin que l'inaudible, d'une infinie proximité, surpassant tout, le tonnerre intérieur ne peut être que muet. L'âme a aussi ses larmes : ni bornes, ni normes, ni formes. C'est une tempête folle, inouïe, extravagante. Un silence à faire éclater les pierres, à faire fondre le soleil, à faire hurler la glace. Une étincelle me hante, une particule me brûle, un souffle me désagrège.<o:p></o:p>

    Si je nomme ce mystère, je ne le nomme plus. Si je mets un nom dessus, il ne signifie plus rien. Si je le désigne, il n'est plus à portée de vue. Pourtant il est là, ici et si loin, tout près et inaccessible, partout et insaisissable. Les mots, les concepts, l'imagination ne peuvent le définir, l'appréhender, l'approcher : il englobe et dépasse les termes, la pensée, les cadres.<o:p></o:p>

    Ombre palpable et éther sidéral, brume claire et éclat abyssal, ténu comme un fétu de paille, aussi dense que le roc, présent et invisible, humble et glorieux, il se révèle à travers étoiles et grain de charbon, fontaines et goutte d'eau, parcelle et montagnes de sable, plaintes du vent et chant du brin d'herbe. <o:p></o:p>

    Un secret sans nom m'habite. N'importe quel mot, c'est lui. Où que la pensée aille, il n'y est pas. Échappant à toute logique, il est admis partout. Plus réel que la substance, c'est la prière du monde, la fumée des pierres, l'écho des choses.<o:p></o:p>

    Un éclair me pulvérise, une brise m'engloutit, un follet me dévore, un reflet me foudroie, m'anéantit, me transfigure. Ce mystère, ce secret, cette chose infinie que vous soupçonnez être Dieu, que je ne puis jamais nommer, que j'appelle par tous les mots, j'en reçois aujourd'hui l'infinitésimale saveur. Juste un fragment, rien qu'une poussière, une seule cendre. <o:p></o:p>

    Un atome qui m'unit à l'Univers.<o:p></o:p>

    602 - Vive le piratage des oeuvres !

    Inique, le projet de loi visant à interdire le téléchargement des oeuvres musicales sur le NET ! Dévoyés, prostitués, sans hauteur sont les artistes qui n'acceptent de diffuser leurs productions à destination des hommes de la terre, leurs semblables, qu'à la condition d'être payés avec de l'argent ! L'art, la musique, la poésie sont une nourriture universelle par excellence. Aucune considération d'ordre pécuniaire ne devrait limiter leur diffusion. Le simple fait de consacrer son temps libre ou sa vie entière à l'art et de le diffuser sans aucune restriction, de faire profiter à qui veut les savourer les fruits de son travail, devrait suffire au bonheur de l'artiste.<o:p></o:p>

    Ce qui tue la créativité, ça n'est pas le manque d'entrée d'argent. Au contraire, c'est avec le ventre vide que le poète chante le mieux. Le confort que permettent des revenus assurés et réguliers peut même être un frein à la création. Honte aux artistes qui exigent de l'argent en échange de l'étincelle divine ! On ne devrait pas commercialiser le souffle de l'esprit. Les artistes qui soutiennent ce projet de loi se mettent sur le même plan que les marchands de lessive. <o:p></o:p>

    Ces ingrats qui des muses ont reçu un cadeau merveilleux sans que rien ne leur soit demandé en contrepartie, ces simples mortels sur lesquels à la naissance se sont penchés les dieux avec une générosité, un désintéressement sublimes afin de les combler de dons sans rien leur réclamer en échange, ces petits hommes imbus de leur céleste élection osent exiger de leurs frères humains, pourtant égaux, hommes au même titre qu'eux, qu'il les payent pour la grâce tombée du Ciel ! Ils estiment que la manifestation de l'infini vaut tant d'argent, ils considèrent que leur don octroyé gratuitement par les anges présidant à l'Art se pèse sur la balance des lois du marché... <o:p></o:p>

    Notre société matérialiste, alimentaire, mercantile qui a commercialisé, mis en rayons, "code-barré" la pensée, le Beau, les plus hauts sentiments ne peut concevoir qu'un artiste compose, écrive, imagine pour l'amour de l'art, pour la gloire des étoiles, pour la beauté du geste... Nul besoin d'argent pour créer. Les artistes qui prétendent le contraire ne sont que des vendus, des menteurs, des traîtres, des bandits qui ont fricoté avec le "diable marketing". On peut, on doit chanter sans être payé en retour. L'inspiration ne devrait pas être conditionnée par des exigences d'ordre économique.<o:p></o:p>

    Les fruits de l'esprit appartiennent à tous, pauvres et fortunés. Les richesses de l'âme ne devraient pas être soumises aux lois du marché. L'universel, ce qui est issu des profondeurs de l'homme devrait voler de tête en tête, de coeur en coeur, et non passer de porte-monnaie en tiroir-caisse.<o:p></o:p>

    Seuls les supports devraient être soumis aux méandres du commerce, pas les oeuvres.<o:p></o:p>

    Le reste, ce sont de sordides affaires de comptables ayant perdu leur âme dans de vils calculs. Si les artistes veulent se payer une plume en or, une lyre sertie de diamants, une guitare étincelante de pierres précieuses, s'ils veulent manger à leur faim, qu'ils se soumettent aux mêmes rigueurs que les autres mortels : qu'ils aillent travailler à l'usine. Le talent ne confère aucun privilège à ces humains infatués de leur héritage divin. A ceux qui ici-bas veulent monnayer le legs olympien, je réponds que leur venue au monde n'a été soumise à aucun marché. Et que si les entités célestes ne demandent rien pour tous ces trésors offerts à leurs créatures humaines, les artistes devraient remercier le sort au lieu de se plaindre, et à plus forte raison ne pas faire commerce de ces présents. Il n'en sont que les dépositaires.<o:p></o:p>

    Je vous engage donc à piller mes oeuvres ici-même, à télécharger de la musique sur des sites gratuits et illégaux, à répandre la pensée des philosophes sans faire acheter leurs livres à votre auditoire, à chanter dans la rue les chansons que vous aurez entendues dans les écouteurs d'essai à la FNAC sans débourser un centime, et ce afin de faire partager gratuitement à un maximum de gens autour de vous les oeuvres de l'esprit que des pirates de l'âme, des vrais pirates ceux-là, veulent vous faire payer.<o:p></o:p>

    603 - De l'enclume à la plume

    Autrefois j'arpentais l'Avenue des Champs-Elysées entre février et avril, ma carriole pleine d'enclumes, en quête d'hypothétiques clients. Je hélais avec hauteur et courtoisie les passants, l'air excessivement guindé. Dépité de ne jamais rien vendre, j'attrapais parfois un touriste japonais ou allemand par le bras en lui montrant ma cargaison avec un regard complice plein de concupiscence. Rien n'y faisait. Mes enclumes n'intéressaient personne. Je changeais de quartier. Sous la Tour Eiffel je faisais du zèle auprès des groupes de visiteurs surpris. En vain. Alors il m'arrivait de pousser jusqu'à la cathédrale Notre-Dame où les touristes étaient plus disposés, pensais-je, à m'acheter un ou deux souvenirs. On me prenait en photo, beaucoup de gens étonnés ou amusés m'interrogeaient sur mon commerce. Et même il arrivait que l'on me chassât du parvis. Mais jamais on ne m'achetait d'enclumes.<o:p></o:p>

    Quatre saisons durant j'ai exercé ce métier ingrat, toujours entre février et avril, les seuls mois où je pouvais espérer gagner mon pain en vendant aux étrangers ces babioles. En quatre saisons de persévérance, je n'ai pas vendu une seule enclume. Las de ce métier de fou, je me suis fait rentier à vie. Depuis je vis légèrement ne me consacrant plus qu'à l'écriture, sans plus de soucis, mon stock d'enclumes au grenier.<o:p></o:p>

    604 - Les feux de mars

    Depuis trois jours mars répandait ses averses sur la ville. Glacées, mortelles. La grêle qui s'abattait contre les carreaux de la vieille fille produisait des bruits de tambour, entrecoupés de silences. L'obscurité à quatorze heure faisait l'effet d'un tombeau dans la pièce. L'horloge dans l'ombre ronronnait, exaspérante. Chose inattendue, cette atmosphère déprimante n'enchantait plus la pauvre âme aigrie. Ces pluies de mars lui rappelèrent de vieilles ambiances dominicales au goût haïssable de pot-au-feu. <o:p></o:p>

    Elle lâcha ses travaux de couture, ouvrit la fenêtre et, le visage fouetté par la bourrasque, défit son affreux chignon... Ses cheveux se délièrent. Ses traits ingrats s'effacèrent un instant sous l'onde qui oignit sa face. <o:p></o:p>

    Alors elle hurla longuement au ciel ses désirs immodestes et profonds de femme inassouvie.

    Lorsqu'elle referma la fenêtre, haletante, fébrile, elle était presque belle avec ses mèches humides, son front ruisselant de haine. Dans sa tête, un bouleversement venait de se produire. Sa vie allait changer, à quarante-trois ans. Elle toisait le portrait de la Sainte-Vierge suspendu au mur trop chaste de sa demeure trop propre, la rage au coeur. Elle fixait avec dégoût le crucifix en bois rapporté d'un pèlerinage crétinisant à Lourdes. Elle cracha même sur son missel aux coins usés par des années de fausse piété.
    <o:p></o:p>

    Pour la première fois de sa vie elle se mit à haïr de tout son coeur les bondieuseries qui lui avaient tenu compagnie depuis sa naissance. Le lendemain on la vit dans les rues de la ville subitement ensoleillée, arborant une toilette indécente, en quête d'ivresses lubriques. Bien qu'elle fût laide, elle se fit désirable avec des artifices coûteux, toute de dentelles et de furie libidineuse parée.<o:p></o:p>

    Cependant elle ne séduisit personne, pas même le Diable. Elle se retrouva seule le soir derrière ses petits carreaux, dépitée, plus laide que jamais. Les pluies mêlées de grêle étaient revenues. Elles redoublèrent. A nouveau les bruits de tambour contre les vitres, l'obscurité, la solitude... Le portrait de la Sainte-Vierge la regardait, toujours fixé au mur. Alors une pâle lueur réapparut dans les ténèbres de sa vie. La tendresse mielleuse qui se dégageait de ce regard en deux dimensions, de cette image parfaitement sulpicienne avait fini par reconquérir la dévoyée, décidément sensible aux éclats de pastel d'une religion faite pour les malheureuses de son espèce. <o:p></o:p>

    Touchée, définitivement convaincue, elle se résigna à reprendre le cours ordinaire de sa vie sans relief. Elle se remit à ses travaux de couture au rythme lancinant des tic-tac de la vieille pendule, son missel à portée de main. Les averses de mars martelaient de plus belle les carreaux. <o:p></o:p>

    Entre deux bourrasques la grêle qui fondait sur la vitre formait en s'écoulant de longues, lentes, silencieuses larmes de désespoir.<o:p></o:p>

    605 - Course vélocipède à Conlie

    Conlie, anodine bourgade du fin fond de la Sarthe est heureuse d'accueillir la douzième édition du tour du canton à vélo. Le magasin Super U, sponsor officiel de cette très attendue épreuve cycliste s'est paré pour l'occasion d'atours chatoyants. Les caissières arborent fièrement les couleurs de l'entreprise soutenant l'événement. Le directeur du supermarché a engagé les meilleurs animateurs du département. Le magasin restera exceptionnellement ouvert toute la journée. Réductions folles sur toute la gamme des produits de sport en rayon !<o:p></o:p>

    La fête promet d'être locale, l'ambiance résolument "kermesse".<o:p></o:p>

    C'est le départ ! Les jeunes imbéciles sur leur vélo suent, soufflent, pédalent. Dans le vide le plus total. Enfants de prolétaires, mangeurs de merguez-frites de pères en fils, les coureurs avec un grand U bleu dans le dos foncent vers leur destin minable et pathétique de futurs employés des usines de rillettes du coin. Avec leurs aspirations tranquilles et bovines de clients de magasin Super U, ils ont l'air d'une file d'abrutis juchés sur d'inutiles machines à monter les côtes.<o:p></o:p>

    Passons sur les événements minuscules de cette journée mémorable qu'ont illuminée vingt feux de barbecues...<o:p></o:p>

    La fête a été un succès. Ni les saucisses ni l'accordéon n'ont manqué, n'est-ce pas l'essentiel ?<o:p></o:p>

    Dans leur sénilité future, gagnants et perdants se souviendront avec tremblements de leurs juvéniles exploits cyclistes... <o:p></o:p>

    Souhaitons bien d'autres journées de ce genre à ces passionnés de courses cyclistes.

    Conlinois étriqués, bande d'endimanchés, esprits épais aux moustaches drues, rieurs gras à la réflexion sommaire, hommes aux moeurs plébéiennes, aux goûts douteux, aux femmes vulgaires, aux enfants musculeux, je vous aime comme j'aime les clowns de cirque.
    <o:p></o:p>

    Avec une immense, hautaine, authentique pitié d'esthète.<o:p></o:p>

    606 - La vanité du COPYRIGHT

    La folie du COPYRIGHT qui se développe sur le NET est révélatrice de l'état d'esprit mercantile régnant dans le monde des amateurs de lettres. <o:p></o:p>

    Une pléthore de mauvais textes sont jalousement mis sous COPYRIGHT par leurs auteurs soucieux d'exclusivité. Ces auteurs-là se ridiculisent à jouer les écrivains protecteurs de leurs oeuvrettes maladroites... Qui songerait à piller ces montagnes de déjections encombrant le NET ? Mes textes à moi, qui sont bons dans leur majorité, excellents pour quelques-uns d'entre eux, mauvais dans la même proportion, sont totalement libres.<o:p></o:p>

    Le fait de COPYRIGHTER ses textes avec l'excuse que cela ne coûte que quelques euros ne signifie pas pour autant que ce sont de bons textes... Avant de mettre sous COPYRIGHT un texte, encore faut-il qu'il soit digne de cette "distinction"... Ces auteurs ont l'illusion d'être des plumes dignes de ce nom sous prétexte que leurs productions sont sous COPYRIGHT, comme les grands. Ils se donnent l'impression flatteuse que leurs textes sont nécessairement bons, puisque COPYRIGHTéS... Ou pire, ils s'imaginent même que leurs textes deviennent bons comme par magie, par la simple intercession du COPYRIGHT.<o:p></o:p>

    Ce filon exploité par des notaires avisés est d'autant plus prometteur qu'il est basé sur une source intarissable : la vanité humaine.<o:p></o:p>

    607 - L'étincelle humaine

    Elle monte vers les étoiles, descend jusque dans la fosse, suit la feuille au vent, se mêle à la boue des tranchées, aux feuilles des betteraves ou à la bave des limaces, nage en zones inconnues, palpite dans la glace, explose dans des jets pleins d'artifices et d'âpretés.<o:p></o:p>

    Elle est désespérée et monotone, douce et joyeuse, grave et brûlante, légère comme l'eau, aussi vitale que le souffle... C'est une flamme qui réconforte bien des misères, exacerbe les plus sages douleurs, sublime la moindre petite chose, pose n'importe quelle question.<o:p></o:p>

    Fraternelle, rageuse, bruyante ou délicate, elle s'adresse à l'infini, demande des comptes à l'invisible, interroge les hauteurs, s'étonne des profondeurs, donne le vertige au quotidien, rêve de gloire, se permet l'humilité. Futile ou essentielle, solennelle ou malicieuse, elle rit de la mort, croit à la rédemption des êtres, à l'immortalité des âmes, à la vérité des cacahouètes salées. Ou grillées.<o:p></o:p>

    Cette flamme sacrée, universelle, c'est une voix qui de toute éternité s'élève de la Terre.

    Et cette voix triste et éclatante, morne et pittoresque, pitoyable, admirable, fervente, inextinguible, et finalement toujours pathétique, c'est un cri.
    <o:p></o:p>

    C'est, de sa naissance à sa mort et pour les siècles des siècles, partout, sans fin, mystérieux, le chant nu de l'Homme.<o:p></o:p>

    608 - L'Art ridicule

    Quand un dévot évoque ses personnages bibliques favoris, il les conçoit nécessairement vêtus de toges impeccables, évoluant en permanence dans une gestuelle hautement symbolique et arborant en toutes circonstances des airs d'une dignité parfaitement caricaturale.<o:p></o:p>

    Imaginez qu'un de nos grands hommes d'Église actuels singe ces statues humaines aux attitudes stéréotypées... Même le plus étriqué des bigots le trouverait ridicule.<o:p></o:p>

    Dans le même ordre d'idées je trouve complètement ridicules les peintures mythologiques, bibliques (et parfois historiques) des musées.<o:p></o:p>

    Ces Diane bien en chair qui vont pieds-nus en pleine forêt avec dans leur dos des carquois d'opérette, ces satyres ricanants qui séduisent des nymphes évanescentes aux yeux systématiquement révulsés, ces pompeux embarquements pour Cythère, ces improbables parties de chasses olympiennes, ces interminables banquets célestes et autres festins éthéréens entre ailés constipés et mortels ravis (qui semblent eux aussi, avec leurs grands airs prétentieux, ne jamais condescendre à aller aux toilettes), ne font-ils pas passer leurs augustes auteurs pour de grands niais à l'imaginaire sclérosé, infantilisé, "imbecillisés" par les mythologues antiques ?<o:p></o:p>

    Ridicules sont les thèmes de ces peintres, de ces compositeurs, de ces écrivains décrivant avec un tel déploiement artistique ces mièvreries académiques... Par delà l'aspect strictement esthétique de ces oeuvres, je me demande comment des grands esprits ont-ils pu peindre avec tant de sérieux des scènes aussi benoîtes...

    Imaginez un seul instant Socrate dans sa baignoire en train de porter à ses lèvres, dans un geste solennel et précis, une large coupe finement ouvragée remplie de poison...
    <o:p></o:p>

    Il passerait pour un guignol complètement ringard, comiquement hirsute... Bref, un grand philosophe au poil blanchi absolument pas crédible. L'effet recherché serait raté. Ou plutôt réussi : ce pauvre fou trempant toge et barbe blanches dans une baignoire tout en buvant un breuvage infect inspirerait un immense éclat de rire planétaire, s'il s'exhibait ainsi devant nos actuels reporters... C'est ce même éclat de rire que m'inspirent les thèmes bibliques, mythologiques ou historiques si souvent représentés dans les oeuvres immortelles et rigides de nos musées.<o:p></o:p>

    609 - L'haleine solaire

    Je déteste le soleil épais, pesant, éblouissant des beaux jours. <o:p></o:p>

    Les pluies en mai m'enchantent, étrangement. Un ciel couvert de nuages peut réveiller en moi les ardeurs les plus molles mais les plus authentiques. La vie, la vie poétique, cotonneuse, indolente, je la sens sous l'onde de mai, qu'elle prenne la forme de crachin tiède ou de grand voile humide. Mes humeurs s'affolent avec une exquise lenteur lorsque entrent en scène les particules d'eau qui virevoltent dans les airs, s'immiscent sur les toits, humectent les feuilles. Sur la ville la pluie vernale apporte une fraîcheur aqueuse pleine de l'odeur des champs. L'atmosphère est ralentie, trouble, chargée de réminiscences.<o:p></o:p>

    J'aime ne voir au-dessus de ma tête qu'un immense manteau d'une blancheur uniforme.

    En juin le ciel entièrement couvert me donne une sensation d'éternité, de profondeur, mais aussi d'infinie légèreté. Les aubes de juin sans soleil me ravissent. A la lumière crue et directe de l'été je préfère la clarté douce et diffuse que filtre une barrière de brumes blanches.
    <o:p></o:p>

    En juillet je n'espère que l'éclat nivéen d'une lumière d'avril. Certains jours du mois estival la nue ne laisse passer aucun rayon, alors les champs de blé deviennent pâles comme si la Terre était devenue la Lune. <o:p></o:p>

    Août, je le préfère sous un vent doux et serein plutôt qu'embrasé par des tempêtes de lumière. Là, le monde m'apparaît sous son vrai jour : sans les artifices et superficialités communément inspirés par l'astre. <o:p></o:p>

    L'alchimie nuageuse provoque en moi un mystère de bien-être qui m'emporte loin en direction des espaces nébuleux, haut vers l'écume céleste.<o:p></o:p>

    Entre genèse des étoiles et éveil du bourgeon.<o:p></o:p>

    610 - L'iniquité du COPYRIGHT

    L'argent a engendré bien des phénomènes iniques, pervers, infâmes parmi lesquels le COPYRIGHT, véritable religion d'État de notre société matérialiste obsédée par le droit jusque dans les moindres détails de la vie quotidienne, et qui a fini par sacraliser au plus haut point les rapports économiques entre les hommes.

    Afin de "protéger" les auteurs contre l'exploitation de leurs textes, Beaumarchais qui fut à l'origine de cette aberration morale aux allures faussement philanthropiques a initié une révolution intellectuelle qui s'est érigée de plus en plus comme une tyrannie, soutenue par des textes de loi intransigeants. Le mensonge est devenu norme, à tel point que nul ne conteste aujourd'hui la folie intrinsèque du COPYRIGHT.
    <o:p></o:p>

    Précisément, le rôle de l'écrivain n'est-il pas d'émettre ses textes afin qu'ils soient "exploités", autrement dit lus, joués, pensés, appréciés ou détestés sans aucune restriction par ses frères humains et indépendamment des contingences matérielles réglant sa vie personnelle ? De quel droit l'auteur imposerait-il au monde ses oeuvres telles qu'ils les a conçues ? Chacun a la liberté inaliénable d'interpréter, d'auto-censurer partiellement ou entièrement, de réécrire mentalement, de reformuler, de corriger, de lire en diagonale et même de lire une ligne sur deux si cela lui chante les écrits d'un auteur. La loi sur les droits d'auteur n'est ni plus ni moins qu'un chantage exercé sur le lectorat par l'auteur, chantage dans lequel il fait intervenir des considérations financières indignes des hauteurs où en général il prétend élever son lectorat à travers sa plume... <o:p></o:p>

    Le rapport entre la protection des écrits d'un auteur et les nécessités domestiques ou même vitales comme le droit de manger à sa faim ne devrait jamais être fait. Cela peut certes sembler cruel et injuste mais la maladie qui frappe n'importe qui sur terre, n'est-elle pas injuste, cruelle ? Pour soigner un seul individu, a-t-on le droit de refuser les soins à des milliers d'autres ? De même un seul individu a-t-il le droit de céder son oeuvre à des milliers de gens socialement privilégiés sous la stricte condition qu'ils le payent pour les idées, les réflexions ou les charmes littéraires contenus dans cette oeuvre, et de la refuser catégoriquement à ceux qui n'ont pas les moyens de l'acheter ? Les droits d'auteur sont une atteinte profonde aux droits du lecteur.<o:p></o:p>

    Que l'auteur exige de pouvoir vivre de sa plume est son choix et sa stricte liberté, mais en aucun cas il ne devrait pour cela interdire aux plus pauvres de ne pas accéder à ses oeuvres. <o:p></o:p>

    "Propriété intellectuelle" : termes parfaitement antinomiques, inconciliables par définition, exprimant des principes complètement opposés... Tout ce qui appartient au domaine intellectuel bien au contraire est entièrement, définitivement, infiniment libre. Libre comme le sont la pensée, l'émotion, l'imaginaire, la poésie, l'amour et le vent. Par quelle incroyable corruption mentale l'esprit humain a-t-il pu se résoudre à mettre la pensée, l'imagination, l'Art, les battements du coeur en cage ?<o:p></o:p>

    L'homme s'est mis dans la tête des barreaux mentaux. La cause ? L'argent. Tout n'est qu'affaire d'argent, rien que d'argent. Où est l'équité dans le fait qu'un auteur soit rétribué selon la quantité d'ouvrages vendus et non pas, plus justement, selon la qualité de ses écrits ? Le critère même de rétribution de l'écrivain porte atteinte à l'esprit de justice. Pour une somme de travail équivalente, tel auteur sera payé cent fois plus qu'un autre. Son mérite ? Il aura su flatter les vils instincts d'un certain lectorat en lui proposant des histoires de fesses, tandis que tel autre auteur inspiré mais plus naïf aura chanté chastement les étoiles. Nulle part ailleurs que dans le domaine des droits d'auteur règne l'arbitraire.<o:p></o:p>

    Prendre en otage l'humanité entière juste pour protéger un auteur sous prétexte de défendre ses "droits" égoïstes est un authentique viol moral contre l'Homme. Ainsi seuls les lecteurs socialement privilégiés auraient le droit moral et légal de jouir des trésors culturels ? L'argent ne devrait jamais intervenir dans ces affaires-là. Au lieu de cela il est le principal facteur autour duquel toutes ces choses sordides et mesquines s'élaborent ! Il est même très souvent la seule justification, l'unique motivation, la première raison... La preuve : des auteurs n'écrivent que pour faire fonctionner le moulin à bénéfices, sans aucune exigence artistique. En admettant que la loi sur les droits d'auteur eût un fondement moral réel, qu'elle fût recevable que le plan intellectuel, alors elle perdrait dans ce contexte-ci tout son sens. Ces droits sont utilisés en ce cas comme un filon à exploiter, non comme une "protection" réelle de l'auteur.<o:p></o:p>

    Autoriser l'accès à l'oeuvre en échange d'argent (correspondant aux droits d'auteur) est une injustice fondamentale qui lèse d'abord et surtout l'humanité avant l'auteur lui-même. L'auteur, lien entre le ciel et la terre, entre les muses et les hommes, entre le sacré et le profane, et parfois plus simplement entre les communautés, devrait s'effacer avec une naturelle humilité qui le grandirait, au lieu de vendre son âme au prix du marché de l'édition. L'écrivain n'a aucun droit sur ses écrits à partir du moment où il accepte de les diffuser. Il ne pourra jamais interdire au lecteur d'interpréter ses écrits comme il l'entend. Le lecteur peut à sa guise déformer dans sa tête, son coeur et son âme les écrits d'un auteur sans que ce dernier ne puisse le lui interdire. Alors de quel droit l'auteur exigerait-il de n'être pas plagié, déformé, copié matériellement puisqu'il est possible de le faire mentalement ? <o:p></o:p>

    Attendons-nous à voir un jour une loi interdisant au lecteur de répéter oralement des phrases lues dans un livre... Aujourd'hui perspective aussi aberrante que de faire payer un droit de respirer l'air qui nous entoure, demain cette absurdité sera peut-être universellement admise au même titre que de nos jours est admise sans contestation la loi sur la "propriété intellectuelle". <o:p></o:p>

    Rappelons-nous toujours que l'esprit est d'essence divine, que la pensée comme l'air n'est la propriété de personne, pas plus que la Lune n'appartient aux astronautes ou que le pape n'a le monopole du soleil qui brille pour tous. <o:p></o:p>

    611 - Torpeur dominicale

    Le père Gaga mon voisin est content : aujourd'hui dimanche 14 mai c'est fête sur les quais du Mans. Exposition de peintures d'amateurs. Les bords de la Sarthe ont été joliment parés pour l'occasion : rubans colorés et fleurs éclatantes illuminent le quartier. Gais, fleuris, ensoleillés, et pour tout dire mortels, les quais n'ont jamais été aussi bien endeuillés de blanc. Des rapins sortis du fin fond de leur province étriquée exposent sans complexe leur caca pictural. Des groupes de crétins au pas alangui s'extasient à voix basse.<o:p></o:p>

    Me mêlant à la détestable assemblée, je décide de suivre le père Gaga dans son expédition de sénile.<o:p></o:p>

    Les poussettes sous le soleil éclatant que précèdent des géniteurs à la flamme amoureuse éteinte finissent par me dégoûter définitivement de l'honnête hyménée, mais ravissent quelques bonnes soeurs tout de noir vêtues.<o:p></o:p>

    Mon héros de voisin au cerveau ramollot, enchanté devant cet étalage interminable de mauvais goût (le quai est long), continue son chemin en réajustant de temps à autre sa casquette.<o:p></o:p>

    En passant à côté d'une croûte infâme, j'ai cru qu'il allait s'étrangler d'admiration. En fait il s'est étonné de la forme de la chaise sur laquelle était assis le "peinturluteur".

    Plus loin une vendeuse de gâteaux-maison lui a cédé un quartier de farine cuite à prix d'ami. Il était très content le père Gaga. Il faut dire qu'ils se connaissent depuis quarante ans tous les deux, étant du même quartier. Une complicité de quarante ans de propos météorologiques les unit. Castor et Pollux peuvent aller se rhabiller !
    <o:p></o:p>

    - Ha il fait-y beau aujourd'hui, n'est-ce pas ?<o:p></o:p>

    - Ha ça le Père Gaga pour faire beau, il fait beau, hein !<o:p></o:p>

    Affligé par ces sommets de nullité rassemblés sur ce seul quai, je n'ai pas eu la force de poursuivre jusqu'à son terme ma filature.<o:p></o:p>

    Je suis rentré, j'ai pris mon clavier et me suis confié méchamment à lui.<o:p></o:p>

    Ainsi est née cette pitoyable et édifiante histoire dominicale.<o:p></o:p>

    Que cette lamentable histoire serve de leçon à tous les pères Gaga de la terre.<o:p></o:p>

    612 - Albert Figuetorack

    Avec sa voix extrêmement stridente et ses propos complètement ineptes qu'il débite continuellement et sans raison valable, Albert Figuetorack (nom étrange inspirant d'emblée l'hilarité), déplaît à tous, homme et bêtes. <o:p></o:p>

    Il fait fuir tout le monde sans jamais se rendre compte que sa simple présence est une torture pour n'importe quelle créature sensée ou sensible, tant il importune avec ses incessants, insupportables discours à propos de tout et de rien. Ni les chats ni les chiens ne résistent aux notes suraiguës de son incroyable voix de fausset. Les humains encore moins, ses paroles étant parfaitement vides de sens, dénuées du moindre intérêt. Il ne profère que des insanités, rien que des sottises, des absurdités de toute sorte ou les pires banalités, ce qui est peut-être encore plus intolérable.<o:p></o:p>

    Abruti fini depuis toujours mais tout de même conscient d'avoir une cervelle infirme incapable d'exprimer la moindre chose intelligente, Albert Figuetorack se complaît dans sa situation. Patauger dans la médiocrité la plus totale semble être son idéal de vie. Il ne songe aucunement à tenter de se rattraper de quelque manière que ce soit. Au contraire, il n'aspire qu'à se "perfectionner" dans la nullité.

    Chose curieuse, il a éminemment conscience d'être un sot inouï mais ne s'aperçoit absolument pas que sa voix de flûte déréglée et ses infatigables paroles de sénile furieux agressent toute personne, tout animal à portée de voix. Même lorsqu'il est seul, à tous les moments de la journée il n'arrête pas le moulin à sornettes :
    <o:p></o:p>

    - Ha ! Y va faire du beau temps aujourd'hui, il va t'y faire le beau temps, le soleil qu'y va-t-y pas se laisser ennuager par les bancs ne nuages enblandimanchés de blantitudes anti-rectaliennes car du caca c'est pas blanc hein ? C'est les nuages qui sont-y blancs comme pas du caca de beurre blanc. Y va-t-y faire du beau temps aujourd'hui derrière les nuages blancs que le soleil y veut-y percer par un trou dans le ciel ?<o:p></o:p>

    Et ainsi de suite. A propos du temps qu'il fait mais aussi d'un caillou par terre, d'une touffe d'herbe, d'un courant d'air... A chaque instant, à toute occasion c'est-à-dire mille fois par jour et cela tous les jours de sa vie, Albert Figuetorack manifeste à qui veut l'entendre -et personne ne veut l'entendre pas même le plus fou des hommes- les épuisantes arabesques verbales de son esprit tordu.<o:p></o:p>

    A cinquante ans il n'a jamais connu de femme. Ce qui le rend fou de satisfaction, ivre d'une inexplicable joie... Chômeur à temps complet, parasite des institutions sociales et client-profiteur sans scrupule des oeuvres de bienfaisance de sa ville, il hante à longueur de temps les magasins alimentaires, quand il ne demeure pas devant sa télévision allumée en permanence. <o:p></o:p>

    Le pire dans cette histoire, c'est que je crois qu'Albert Figuetorack est réellement, authentiquement, incompréhensiblement heureux ainsi.<o:p></o:p>

    613 - La passion : le grand malentendu

    La "passion", quête contemporaine vaine, imbécile et aliénante est un filon récent inventé par les marchands de lessive. Ce terme est l'un des plus galvaudés de la langue française. D'autant plus vide de sens qu'il est prononcé dix fois par jour par les sots pour un oui ou pour un non. Passion de la moto, passion des timbres-postes, passion de l'amour... Tous les aspects de la vie quotidienne sont susceptibles d'être mis dans le cadre flatteur de la "passion", uniformisés par cette nouvelle norme de plus en plus stricte, impérieuse. Entrée en vigueur depuis quelques décennies, la passion est le refuge ultime de l'esprit vulgaire.<o:p></o:p>

    Victimes du discours dictatorial, les êtres les plus ordinaires, les plus médiocres, mais surtout certains beaux esprits incapables d'échapper à l'insidieuse oppression s'empressent de clamer à tous vents être nécessairement, totalement, impérativement "passionnés". Comme si ne pas l'être constituait la plus honteuse des tares...<o:p></o:p>

    Pas un pour railler cette mode risible de la "passion" et oser affirmer vouloir demeurer serein, loin des tourments frelatés de la "passion" telle qu'elle est définie, ressentie, espérée par l'ensemble des esprits contaminés. <o:p></o:p>

    La "vraie" passion d'ailleurs n'existe pas. Ou rarement.<o:p></o:p>

    Les professionnels de la publicité ont créé ce phénomène contemporain de la passion. Pour vendre des casseroles, des automobiles ou de la salade verte, ils ont fait pénétrer dans les esprits l'idée saugrenue mais efficace de la passion. La passion est associée à la femme d'une manière assez répandue, et à l'amour beaucoup plus généralement : les meilleurs arguments pour écouler la camelote des grands industriels inoculant leurs mensonges matérialistes à travers les différents organes de presse.<o:p></o:p>

    Tout comme le patriotisme a été sinon initié, du moins récupéré par les marchands de canon pour enrichir une poignée d'abjects empereurs de l'industrie lourde, la "passion" telle qu'elle est admise de nos jours est une forme dégénérée de sentiments élevés (et d'ailleurs assez obscurs à l'origine, étant donné la rareté et le caractère délétère, funeste de la passion véritable), qui fait des millions de victimes consentantes dans la société d'abrutis où nous vivons.<o:p></o:p>

    614 - L'éclat des blés

    Je marchais en direction des blés, le regard instinctivement attiré par l'azur. Juin chauffait la campagne, l'espace était rayonnant. Une colline devant moi rejoignait le ciel. Je la fixai tout en ralentissant légèrement le pas. Soudain un vent emporta mon esprit en direction de hauteurs inconnues. <o:p></o:p>

    Je fis un voyage extraordinaire, debout, pétrifié, les pieds bien posés sur le sol.<o:p></o:p>

    La tête ailleurs, je partis je ne sais où. Tout y brillait d'un éclat mystérieux. Un autre soleil pareil au soleil éclairait ce monde. Et je vis la colline, la même colline qui me faisait face. Mais avec une perception différente. La colline était vivante, je sentais en elle une essence vitale, une respiration intérieure. Elle échangeait des pensées supérieures avec l'azur qui lui aussi semblait imprégné de vie. Très vite je m'aperçus que toutes choses communiquaient avec l'ensemble du monde en se faisant passer entre elles un souffle universel plein de sagesse.<o:p></o:p>

    Les blés à côté de la colline formaient un choeur de millions de voix suaves, chaque tige ayant son chant propre, accordé avec tous les autres. La terre sous ces blés psalmodiait je ne sais quel étrange cantique. Le ciel avait pris un autre sens. Le bleu le définissait et je ne le nommais plus ciel mais le nommais Bleu. Les oiseaux dans les airs prenaient un prix infini. Créatures éternelles, rien ne pouvait les corrompre et leur vol se prolongeait dans des immensités sans fin.<o:p></o:p>

    Tout cela était à la fois tangible et impalpable, présent et invisible, proche et insaisissable.

    Je redescendis aussi vite en moi que j'en étais sorti. Je me retrouvai les pieds toujours bien ancrés sur le sol, me réadaptant à la lumière du soleil habituel, qui me parut terne.
    <o:p></o:p>

    Dubitatif, perplexe et à la fois parfaitement convaincu de la réalité suprême de cette curieuse, inexprimable expérience que je venais de vivre, j'avançai vers le champ de blés comme si je devais poursuivre ma flânerie.<o:p></o:p>

    Poussé par une puissante intuition, je tendis la main vers une gerbe de blés pour la saisir.<o:p></o:p>

    Un éclair illumina ma main et la rendit transparente un bref, très bref instant. Si bref que l'oeil de la mouche l'a déjà oublié et que le soleil en doute encore.<o:p></o:p>

    615 - Funèbres funérailles

    Le cercueil a été choisi noir, très noir. <o:p></o:p>

    Et même fort laid.<o:p></o:p>

    La cérémonie est plombée. Avec une perverse volonté de rendre l'ambiance la plus lourde possible, un grand portrait morbide du défunt pris juste après son trépas a été posé près du cercueil ouvert qui trône dans le salon empesé. Sur la photo comme dans le cercueil, les traits du décédé sont figés dans une grimace affreuse trahissant les indicibles tourments d'un moribond refusant de lâcher prise. On dirait qu'il a inspiré de l'air dans ses poumons en refusant de l'exhaler au moment "d'expirer", comme si à tout prix il s'était accroché à cette vie.<o:p></o:p>

    Une vieille tante aux traits macabres a été conviée. <o:p></o:p>

    Dans l'assemblée qui veille la dépouille planent des respirations phtisiques, des chuchotements graves, des bruits feutrés de vieilles chaises déplacées avec lenteur et dignité. Telles des présences déprimantes, encombrantes et fatales, de gros meubles austères en chêne font écho au cercueil. Silhouettes inquiétantes, de vieux chapeaux et de grands manteaux sombres passent, embaumant l'air d'odeurs âcres.<o:p></o:p>

    Stupeur générale : le cadavre pousse un râle lugubre à glacer les sangs ! Qui se termine par un ridicule gargouillement froid... C'est l'horrible vieille tante qui vient de poser sur le buste du macchabée un lourd, imposant crucifix, expulsant incidemment l'air vicié resté dans ses poumons.<o:p></o:p>

    Pas surprise du tout, l'espèce de fossoyeuse semble avoir l'habitude de ce genre de phénomène naturel. A croire que c'est dans ce but précis qu'elle a posé cet inutile fardeau sur le torse du mort, juste pour le faire "chanter"... Il faut reconnaître que le râle purement mécanique "involontairement" provoqué sur ce corps froid confère un réel prestige à la vieille tante sordide... N'est-ce pas pour ça qu'elle est venue ?<o:p></o:p>

    Les rituels d'usage que l'on a rendu les plus compliqués possibles, intentionnellement lents, parfaitement obsolètes, aussi pompeux qu'inutiles se sont prolongés jusqu'à la cérémonie religieuse, elle-même fort raide.<o:p></o:p>

    Direction le cimetière.<o:p></o:p>

    Pour mieux assombrir le tableau, les éléments s'associent aux événements : une pluie tenace à faire geler les os fait frissonner le cortège. Pour la plus grande satisfaction de la tante à la face de Camarde qui, contrairement aux autres, a prévu un parapluie.<o:p></o:p>

    La mise en terre s'éternise une heure durant sous la pluie. Discours oiseux à n'en plus finir, silences prolongés à répétitions, défilé des témoignages de fausse amitié, regrets hypocrites, hommages de circonstance chantés, versifiés, psalmodiés, caquetés, régurgités...<o:p></o:p>

    Enfin la dernière pelletée de terre est jetée sur le pauvre otage de ces manèges humains qui n'avait rien demandé.<o:p></o:p>

    Retour du cortège vers la demeure du défunt sous la pluie glacée pour y évoquer dans une atmosphère pesante à souhait les événements insignifiants de sa vie qui vient de s'achever avec d'ennuyeux, vains, mortels fastes...<o:p></o:p>

    C'est reparti pour des heures de lamentations stériles et d'interminables, complexes, obscurs rituels posthumes. <o:p></o:p>

    La vieille tante est aux anges.<o:p></o:p>

    616 - Lettre à l'amante envolée

    Christine,

    Aujourd’hui 10 juin 2006, je songe à vous avec fièvre et tendresse, insistance et mélancolie. Souvenir obsédant, vous êtes l’astre chartrain aux charmes blafards qui m’est resté cher, année après année.
    <o:p></o:p>

    Figure douce et violente, amère et suave de mon passé, vous incarnez Christine le trouble de mon âme en proie à ses blancs démons et oniriques éblouissements. Je vous aime toujours Christine. La flamme est la même. Le fruit odieux de vos entrailles chéries n’y a rien changé. Cela dit, je respecterai votre hyménée avec votre compagnon. Mes mots ne violeront pas cette intimité amoureuse et charnelle sur laquelle je n’ai aucun droit. Je sais trop la force du verbe pour en abuser. Moi-même victime de l’infamie d’un indélicat, touché en plein cœur par quelques mots illégitimes, je prends garde à ne pas offenser votre aimé qui pourrait à juste titre se sentir atteint par mes écrits.<o:p></o:p>

    Je placerai donc mon discours sur de chastes, olympiennes hauteurs, là où ordinairement l’homme vulgaire ne dirige jamais le regard. C’est depuis mon nuage idéal que je m’adresse à l’oiseau de grand vol que vous êtes. Ma voix aux échos azuréens rejoint votre aile pleine d’éclat : c’est dans le silence grandiose qui règne au-dessus des nues que je souhaite échanger avec vous des mots immortels, loin des pesanteurs et trivialités terrestres. Que nos voix résonnent, cristallines, dans cet espace éthéréen dédié aux œuvres des âmes supérieures ! <o:p></o:p>

    Laissez-moi vous dire mon Amour pour vous Christine. Amour lyrique, désincarné, quasi angélique. Amour pour un être accessible à mes sommets, un être qui comprend mes feux, aime mes étoiles, un être dont je sais la profondeur de vue, la délicatesse de cœur…<o:p></o:p>

    Par-delà ma simple personne écrivant en ce jour de juin à la chartraine exilée en terre du sud, c’est la Lyre qui parle à la Muse. <o:p></o:p>

    Christine, Christine, vous êtes le lien entre le luth et le Ciel, l’arc lumineux qui me relie à l’essentiel. Vous êtes mon salut poétique. Votre visage sans artifice est un marbre ambigu de grand prix.<o:p></o:p>

    Croisement étrange et fascinant du roc tangible et du divin immatériel, vos traits austères et doux, entre sculpture voluptueuse et stèle mortuaire, sont une merveille de beauté inédite que peint ma plume avec des couleurs graves et crues pour en mieux révéler l’éclat funèbre. <o:p></o:p>

    Cela suffirait déjà à votre humble gloire et à ma satisfaction d’esthète. Seulement, votre âme Christine est une cause qui me tourmente exquisément.<o:p></o:p>

    En vous je ne vois pas qu’une statue de choix, je vois également une lueur sacrée qui m’éclaire et me pénètre, avivant ma propre flamme originelle pour me rendre plus lumineux que je ne le suis.<o:p></o:p>

    En vous je vois un souffle à travers lequel je me reconnais. Vous et moi sommes une commune chandelle et, sur le plan poétique voire spirituel, nous brûlons d’Amour l’un pour l’autre.<o:p></o:p>

    617 - Le yaourt dans tous ses états

    Je hais les promoteurs de yaourts.<o:p></o:p>

    Ils s'ingénient à aromatiser leurs petits pots de "morve de vache" avec les idéaux les plus élevés, détournant toute raison supérieure au profil de ce qui sort du pis des bovidés. Il ne peuvent s'empêcher de convoquer les génies de la Voie Lactée ou je ne sais quels dieux des causes sacrées pour vendre leur lait caillé (qu'il soit nature ou parfumé aux fruits divers).<o:p></o:p>

    Certains en appellent à l'Amour Cosmique, d'autres à quelque mystérieuse fontaine de jouvence, les pires vous jurent par tous les diables du Marketing que si vous ingurgitez leur blanche émulsion, du jour au lendemain vous deviendrez beaux, intelligents, performants, centenaires, et même fortunés... La surenchère en ce domaine semble sans limite. A en croire ces messies du ferment lactique, le moindre pot de yaourt à la fraise est une véritable coupe de sang christique ! Un enjeu essentiel pour votre avenir, votre santé, votre salut sur Terre et dans le Ciel...

    A lui seul le yaourt est un condensé explosif de toutes les attentes matérialistes du monde occidental mais aussi, comble de l'ironie, le porte-parole des prétendues valeurs spirituelles renaissantes... Avalez un pot de yaourt, "à l'intérieur" vous deviendrez aussi purs que le linge des anges baignant dans leur monde de fromage blanc !
    <o:p></o:p>

    "A l'intérieur" : termes pour le moins ambigus qui disent bien ce qu'ils ne veulent pas dire...<o:p></o:p>

    Ils font "du bien à l'intérieur", leurs foutus yaourts... C'est bien là qu'est le problème, dans la façon de dire les choses. Ils font "du bien à l'intérieur", manière subtile de vous embobiner sur un terrain aussi glissant que juteux. Sous un même prétexte on réveille vos fonctions digestives les plus primaires en même temps que les fonctions sacrées de votre esprit, pour le prix modique d'un pot de yaourt à renouveler quotidiennement... Le rôle du yaourt est de vous alléger les intestins, de vous purger "de l'intérieur", de vous donner des ailes, un nouveau teint, un éclat neuf, bref de vous pourvoir d'une âme. La fibre spirituelle est sollicitée grâce aux propriétés spécifiques du fruit contenu dans les petits pots, précisément. Ajoutées aux yaourts, les fibres des fruits sondant vos viscères vous sauveront de la constipation, soyez-en certains ! De l'intestin grêle salutairement secoué, on passe directement au bien-être quasi spirituel du consommateur épanoui. Les deux outrances ainsi subtilement amenées se fondent l'une dans l'autre, comme le blanc sur le blanc, et au fond de son pot l'amateur de lait de ruminant caillé n'y voit que du bleu.<o:p></o:p>

    Maudit soit le petit pot de lait de vache fermenté, hostie du pauvre type, onction du minable, breuvage pieux du mystique intestinal !<o:p></o:p>

    618 - Misanthrope

    Les autres m'indisposent.<o:p></o:p>

    Je ne souffre pas la proximité de mon prochain. J'abhorre ce qui ne me ressemble pas, celui qui ne porte pas le même chapeau que moi, ceux qui ne mangent pas le foin servit dans mon écurie, l'humanité qui ne boit pas à la fontaine sise dans mon petit verger, et en définitive n'aime que moi-même.<o:p></o:p>

    Répondre "Bonjour" à un autre "Bonjour" étant pour moi un authentique supplice matinal, on me traite de mal élevé sous prétexte que je rends la politesse sous forme de hautain silence précédé d'un ou deux puissants crachats en direction de mes agresseurs. Incompris de tous, j'ai fini par adopter le port de gants roses et de dentelles blanches autour du cou accompagnés d'une discrète arrogance au bord des lèvres. J'ai remarqué que cela faisait médire encore plus, avivait des passions funestes à mon endroit...<o:p></o:p>

    Aux foules agitées qui me cherchent des noises avec leurs incompréhensibles allées et venues, aux passants pressés qui me frôlent dans la rue comme si je n'existais pas et dont les visages méconnus ne m'inspirent que méfiance, haine, dégoût, je préfère la douce, calme compagnie des tombes. Elles au moins me foutent la paix. Je fuis tout ce qui s'apparente à un bipède en mouvement. Je me venge des vivants en allant régulièrement narguer les morts dans les cimetières. <o:p></o:p>

    Lors de mes visites aux hôtes bien éduqués des nécropoles, qui pas une fois n'ont eu l'outrecuidance de m'importuner, je puis cracher sans entrave sur tous les Dupont que je croise. Décalcifiés depuis des lustres, débarrassés de tout orgueil mal placé, couverts de dalles, de stèles et de terre grasse, eux ne trouvent rien à redire à mes jets de salive.<o:p></o:p>

    J'en ai conclu que dans ce monde les hommes les plus fréquentables sont ceux qui se trouvent à six pieds sous mes semelles.<o:p></o:p>

    619 - Notre belle jeunesse

    Jeunesse, tu m'inspires de profonds remous intestinaux.<o:p></o:p>

    Imbécile, morveuse, crétine jeunesse de vingt ans, piètre, abrutie, écervelée jeunesse des préservatifs, des téléphones portables, des blogs illisibles, pauvre, vaine, misérable jeunesse issue des discothèques du samedi soir, sotte, creuse, insignifiante jeunesse des radios musicales débilo-énergisantes, l'idée même de ton ombre qui me frôle dans la rue provoque en moi des réflexes de haine non dissimulée.

    Hors de ma vue, petit produit humain rigoureusement formaté à la pensée de synthèse ! Dégage de mon horizon, veau hormoné accumulant vingt années de pures inepties sous ta casquette fluo de nabot dégénéré dûment piercé !
    <o:p></o:p>

    Blanc-bec de vingt piges, poulet industriel bagué de l'arcade sourcilière au prépuce, ne t'avise pas de me manquer de respect : j'ai le double de ton âge et dix fois le poids de ta cervelle atrophiée.<o:p></o:p>

    620 - L'archevêque est généreux avec sa bonne

    A la mort de sa vieille servante l'archevêque avait engagé une jeune bonne aux appas imposants. Elle astiquait les parquets à quatre pattes, offrant au vieil eunuque libidineux le spectacle immodeste de sa gorge palpitante. Devant ce tableau charmant le chaste animal se sentit une nouvelle vigueur. <o:p></o:p>

    Il sortit sa crosse, qui était assez raide, et la montra sans façon à sa servante qui s'étonna de ne la voir point courbée : <o:p></o:p>

    - Monseigneur, quel sacré gros bâton-à-couilles vous possédez ! Mais comme c'est étrange, il ne ressemble en rien à votre crosse de parade que vous exhibez à l'église lors de vos processions, moi qui pensais que les archevêques avaient en eux tout de courbé, de recroquevillé...<o:p></o:p>

     - Détrompez-vous ma bonne Suzon, ce bâton-là est droit comme la justice divine. Tenez, je vais vous montrer dans la pratique comme il est bien tendu. Approchez mon enfant. Je vais vous bénir au plus profond de vos entrailles, vous m'en direz des nouvelles.<o:p></o:p>

    - Ho ! Monsieur le curé, comme vous y allez ! En vérité il est bien vertical votre saucisson-à-burnes, c'est exact. Je le sens bien qui me le prouve au plus profond de mes tripes Monsieur le curé.<o:p></o:p>

    - Je ne suis pas curé, je suis archevêque.<o:p></o:p>

     - C'est exact Monseigneur, pardonnez-moi. C'est qu'il faut vous dire que si vous portez la mitre comme un authentique archevêque écouillé que vous êtes, il n'en demeure pas moins vrai que vous enfilez comme un sacré nom de Dieu de bougre de curé couillu.<o:p></o:p>

     - Ha ! ma bonne Suzon, j'enfile comme je peux ! A propos, avez-vous bien astiqué la salle de réception du presbytère ce matin ? C'est que j'ai un rendez-vous avec un émissaire du Vatican tantôt.<o:p></o:p>

    - Monseigneur, la salle de réception est propre comme un sou neuf. Dois-je y ajouter des fleurs ?<o:p></o:p>

    - Excellente idée ! Sentez-vous bien ma crosse au fond de votre tronc mon enfant ?<o:p></o:p>

    - Fort bien Monsieur le curé. Pardon ! Monseigneur... Vous pouvez me remplir la corbeille à présent.<o:p></o:p>

    - Allons-y pour les bonnes oeuvres donc. Je vais bien vous combler de dons par la fente. Au fait je paye en foutreuse monnaie.<o:p></o:p>

    - Pas de problème Monsieur le curé. En liquide ?<o:p></o:p>

    - Monseigneur vous dis-je ! Pas en liquide. En purée.<o:p></o:p>

    - Pardon, c'est plus fort que moi Monseigneur. Vous enfilez vraiment comme un curé vous savez... <o:p></o:p>

    Quelques heures après avoir fait oeuvre de charité envers sa bonne, l'Archevêque reçut avec une grande piété l'émissaire du Vatican. Aux dernières nouvelles l'infortunée Suzon a dû prendre du repos quelque temps afin de soigner une méchante vérole. <o:p></o:p>

    621 - Sainte bière

    Dans les bars j'aime de temps en temps aller faire pénitence, abstinence, et aussi renouveler mes voeux de chasteté. <o:p></o:p>

    La bière blonde est mon onction favorite.<o:p></o:p>

    Le breuvage doré me fait pousser des ailes blanches. Quand je bois et que je suis noir, j'ai des anges qui me pissent dans la tête. Dès que je me noie le gosier dans l'urée d'étoiles, je deviens capitaine du zinc. Alors je mets la barre à l'envers et voue le bar à l'enfer. Enfin je veux dire je fous le bar à l'envers et mets la barre aux fers, ou plutôt je mets le feu au verre et vouvoie tout le bar... Enfin je ne sais plus, mais ce qui est sûr c'est que je trinque aux bienheureux terriens qui ont atterris avec moi sur la planète BIERE.<o:p></o:p>

    Dans ce monde parfait plein d'écume exhalant le houblon, on balbutie en choeur, on prend le serveur à parti pour des histoires de mirages, on chante faux mais avec sincérité, on radote le plus sérieusement du monde sur la politique, les femmes, les hirondelles et les bulldozers. <o:p></o:p>

    Sainte bière, reine des flots sous pression, coulez pour nous qui n'avons que les dimanches pour vous rendre grâces, ayez pitié des assoiffés qui bavent d'envie en nous lorgnant aux terrasses des bars sans oser jamais en franchir le seuil. Mais soyez impitoyable envers les pauvres gens hydrophiles qui passent, indifférents à nos nuages sacrés ! Refusez-leur vos bienfaits. Votre or liquide les rendrait mauvais. Qu'ils meurent sans jamais recevoir une once de votre feu exquis dans la gorge ! Leur bière à eux, celle de leur dernière heure, elle sera faite de quatre planches. Notre salut à nous est au fond des chopes, nous le savons. Eux l'ignorent. Qui viendra faire tinter les verres devant leur tombe triste où l'eau ruissellera sans bulle, sans mousse, sans nulle amertume ?<o:p></o:p>

    Nous les pisseurs heureux, nous voyons jaillir des astres dans le regard des chiens, nous conversons en olympiennes compagnies, nous prenons les quincailliers pour des enfants de rois et les caissières du coin pour des bohémiennes. Avec un verre de plus, certains d'entre nous accèdent même au panthéon des bégayeurs et "hoqueteurs". Ils ont parfois des traits de génie.

    Ils chantent toujours aussi faux mais de leurs verres à pied de temps à autre sortent des vers en douze pieds, des rossignols de mots, des bulles de savant, des arcs-en-ciel éthyliques et de rondes étincelles qui dans leurs songes pleins de vertiges iront enrichir des constellations imaginaires.
    <o:p></o:p>

    622 - Tristes médiocres

    Gens de peu, esprits de rien, âmes pauvres, têtes vides, coeurs indigents, médiocres de toutes conditions, abrutis de toutes origines, tristes gens qui ne pensez pas plus haut que vos fronts mous, je vous destine ces mots durs. <o:p></o:p>

    Vous les méritez.<o:p></o:p>

    Je vous envoie à la face ces éclats de vérité, vous les ternes mortels qui n'avez jamais connu autre chose de mieux dans l'existence que vos petits dimanches aux bistrots, de plus sublime que vos fraternités syndicales, de plus brillant que vos horizons terrestres entre juillet et août. La mort vous inspire des réflexions d'épiciers, des sentiments de carreleurs, des terreurs de petits épargnants : vous ne vous souciez que de la validité de votre assurance-vie, des termes de votre contrat-obsèques, de la qualité matérielle de votre stèle bon-marché...<o:p></o:p>

    L'apothéose de votre vie se résume aux mensualités d'une longue, placide, stérile retraite.

    Vos plus chères aspirations de ruminants bipèdes se bornent à l'achat de quatre petits murs de parpaings entourés d'une petite haie taillée au millimètre avec un petit garage au sous-sol pour y ranger votre petite voiture. Un petit carré de bonheur pré-fabriqué que vantent vos prospectus (que vous lisez scrupuleusement !) afin d'y passer votre petite vie de petits vieux frileux. Votre littérature, c'est le magasin alimentaire de la zone industrielle à deux pas de vos quatre petits murs de parpaings-bonheur... Vos espérances de cotisants à la Sécurité Sociale, c'est de gagner au LOTO.
    <o:p></o:p>

    Vos autres idéaux, plus accessibles, c'est la niche du chien, la canne à pêche, l'héritage...

    La mort ne vous tourmente nullement : vous avez toutes les assurances qu'il faut pour ne plus vous en soucier... Vous voilà rassurés puisque vous avez pris vos précautions en cas de "malheur". La vie ne vous émerveille pas plus que ça : vous avez bien mieux que les forêts et les étoiles étant donné que vous êtes abonnés à la télévision par satellite... Votre paradis défile à heures fixes sur votre écran, aussi plat que votre existence.
    <o:p></o:p>

    Anonymes endormis, habitants sclérosés des villes sans nom, vous qui êtes satisfaits de vos destins indolores, vous les insignifiants, vous les citoyens sans histoire ni imagination, vous les automobilistes convaincus, vous les paresseux du coeur et de l'esprit, que ces mots salutaires ne vous épargnent surtout pas.<o:p></o:p>

    Qu'ils vous percutent en plein "bonheur" temporel où vous pataugez depuis votre naissance afin que la prochaine rayure sur votre voiture ou l'anniversaire de votre caniche deviennent des causes secondaires et que l'essentiel ne passe plus par le fil de votre antenne de télévision ou par les compartiments de votre réfrigérateur mais par les fibres éthériques de votre être définitivement éveillé. <o:p></o:p>

    En attendant ce jour je continue, inlassable, de vous répéter ces mots. <o:p></o:p>

    Vous qui avez lu ce texte avec irritation, vous qui n'avez pas supporté de me lire, vous qui vous êtes sentis agressés à travers ma plume : vous êtes précisément les tristes médiocres qu'avec férocité je viens de railler. <o:p></o:p>

    623 - L'éclat de la Vertu

    Je vous salue Vertu, pleine de hauteurs et d'âpretés. Je vous rends grâces chère, très chère Vertu douce comme une prière, aussi tranchante qu'un silex. Votre baiser est une plume, un duvet, un velours à la dureté d'un crucifix. <o:p></o:p>

    Hideuse vous êtes avec votre bosse sur le dos de la sainte, avec votre grimace ingrate sur le visage de la jeune fille, avec vos cheveux pouilleux sur le pauvre ! Mais belle vous devenez lorsque cette difformité, cette laideur, cette crasse s'évanouissent en votre nom...<o:p></o:p>

    Le vice devant vous a des allures de bête civilisée. Il est hautain, a des moeurs mondaines et ses mensonges sont exquisément sophistiqués. Le vice est intelligent, séduisant, plein d'artifices. Ses affronts sont subtils, élégants, spirituels... Il fait le pauvre, joue à l'humilité, se prend pour un philosophe... Le fourbe porte souvent mitres, fait la morale aux riches, défend la veuve et l'orphelin, donne l'exemple. Il se fait appeler "Monsieur le curé", "Professeur", ou bien "Sa Sainteté", "Son Altesse", "Monsieur le juge", "Madame le Député", "Maître", "Seigneur", "bienfaiteur" ou tout simplement "Monsieur"...<o:p></o:p>

    Le vice sait se cacher sous toutes les étoffes, de la plus grossière à la plus flatteuse. Il s'est vautré dans des fauteuils séculaires.<o:p></o:p>

    Vertu, toujours vous êtes restée debout. Sans fard, digne et intransigeante. L'innocence est votre force. Et la souffrance, la silencieuse, la patiente, la rédemptrice souffrance, votre gloire.<o:p></o:p>

    Vertu j'aime votre folie très juste : vous ne craignez pas de conspuer le pauvre, de bénir le riche ou de pardonner à l'assassin quand il le faut. Insensible aux apparences, étrangère aux modes, loin des moeurs du siècle, fidèle à votre seule loi, vous êtes l'alliée de la Vérité. Ce qui est au fond des coeurs vous importe, non ce qui est sur les têtes ou dans les mains. Aucun chapeau, nulle caresse ne vous touche. L'âme seule et ses secrets, voilà ce que vous voyez.<o:p></o:p>

    Mes contemporains vous crachent souvent à la face de peur d'être ridicule de ne pas le faire car en vérité ils ont honte de vous : vous êtes vierge, chaste, honnête, bonne, humble, sage, simple.<o:p></o:p>

    Ils vous crachent au visage. Moi je vous baise les pieds.<o:p></o:p>

    624 - Chute d'un Titan

    Ordinairement je ne m'intéresse nullement au jeu de balle au pied (football pour les puristes).<o:p></o:p>

    Le match du Mondial (du 9 juillet 2006) fut passionnant cependant. Des milliards d'humains regardaient dans la même direction : nos onze étoiles nationales projetées en orbite mythique devenaient quasi cosmiques. Parties pour la légende. <o:p></o:p>

    Ou la désintégration en plein vol.<o:p></o:p>

    Finalement la chute des héros français, rendue encore plus pathétique par les mines abattues et les pleurs rentrés, c'était encore plus beau que la gloire ! Jusqu'au dernier moment le suspens a fait frémir des milliards de gens. Magnifique spectacle planétaire ! La fin fut cruelle, tragique, poignante : nos demi-dieux sont tombés. <o:p></o:p>

    Voilà précisément ce qui a donné tout son éclat au match.<o:p></o:p>

    Sans cette chute vertigineuse, sans le coup de tête félon de Zidane, sans ces larmes finales mêlées à la sueur, quel intérêt aurait eu cette partie de jeux du cirque moderne avec Chirac trônant comme un empereur romain au-dessus de l'arène ? Il fallait que les onze astres s'éteignent avec fracas pour que le chaos soit beau.<o:p></o:p>

    Zidane sorti du terrain au dernier moment, quelle surprise ! L'apothéose, inattendue, théâtrale, terrible, fut à la hauteur de l'évènement. Les coeurs ont cogné, pleins de sanglots, les têtes ont tourné, pleines de rêves brisés... En un seul coup de ballon les onze sont passés du statut de héros à celui de perdants planétaires.

    C'est ça qui était magnifique.
    <o:p></o:p>

    625 - Etés meurtriers

    Le feu était dans le ciel.<o:p></o:p>

    Jamais le soleil n’avait été si oppressant, écrasant hommes et bêtes, campagnes et cités. L’astre avait des ardeurs inhabituelles. Ses rayons agressaient, brûlaient, blessaient.

    Tout mourait à petit feu sous son éclat.
    <o:p></o:p>

    Effrayante saison de fin du monde ! Hélios se faisait vieux... Il approchait les dix milliards d’années. L’Homme, toujours là, n'ignorait rien des mystères de la matière, ni de sa destinée. Les temps bibliques mille fois révolus, il était devenu sage, savant, puissant. Mais non invulnérable aux effets fatals de l’étoile qui s’embrasait.

    Les temps des temps étaient finissants. La fin des fins arrivait. Le ciel semblait sombrer dans un abîme sans nom. Pour parler de cette chose prodigieuse, des mots jamais émis furent prononcés, qui firent frémir l'Homme... Bien que devenu fabuleux et pénétré de sciences, l'Homme s'émouvait encore : la peur, l'irrationnel l'étreignaient comme un enfant. La fin des fins... L'effondrement du ciel et de la terre !
    <o:p></o:p>

    La Création vivait le premier été signant la lente agonie du brasier perpétuel, les prémices perceptibles de son extinction future qui devait avoir lieu vingt millions d’années plus tard.<o:p></o:p>

    Vingt millions d’autres étés à venir, de plus en plus chauds, de plus en plus longs, puis permanents, formeraient l’inéluctable processus qui réduirait la planète à un amas de cendres incandescentes.<o:p></o:p>

    La grande et complexe mécanique cosmique des éléments qui s’ébranlent sous un feu ultime pour renaître à la prochaine aube sidérale était engagée, implacable.<o:p></o:p>

    626 - Les mystères de Marie-Vertu

    Marie-Vertu, de son vrai nom Angeline Latour, était une vieille putain décatie et vérolée qui vivait dans sa modeste maison en plein coeur du village. Particulièrement corrompue par ses vices, elle arborait souvent avec fierté une casserole en aluminium sur la tête.<o:p></o:p>

    Très intelligente, très méchante et très laide, elle était également légèrement fêlée du ciboulot.<o:p></o:p>

    Marie-Vertu s'endimanchait pour un oui, mais jamais pour un non. Ses rares clients se comptaient sur les doigts d'une seule main : Monsieur le maire, Monsieur le curé et Monsieur le juge. Parfois le député, l'archevêque et le Directeur du Cabinet Ministériel passaient en coup de vent chez l'affreuse prostituée. On ignore pourquoi.<o:p></o:p>

    La vieillarde indécente aimait beaucoup passer des journées entières à trier des cailloux selon leurs formes et leurs couleurs car, comme nous venons de le préciser, bien qu'avantagée par un esprit fort vif, celui-ci cependant souffrait de quelque travers héréditaire.<o:p></o:p>

    Etait-elle chrétienne, ex-boxeuse, adepte modérée de la pêche à la ligne ? A part ses fréquentations flatteuses, on ne savait de cette vieille putain ridée que ce que racontaient les colporteurs de ragots. Ce qu'elle faisait sous son toit, nul ne pouvait en dire quoi que ce soit. On ne la voyait que dans sa cour pleine de vieux cageots disloqués en train de trier des tonnes de cailloux ou recevant les notables évoqués plus haut.<o:p></o:p>

    La nuit au travers de ses petits carreaux il n'y avait rien à voir étant donné que tout était éteint. La cheminée laissait échapper une fumée toute banale. Son courrier se limitait à des offres publicitaires tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Alors ? Alors Marie-Vertu cachait bien son jeu, tout simplement.<o:p></o:p>

    Par un frais soir de juin le Directeur du Cabinet Ministériel s'attarda chez elle au lieu de passer en coup de vent comme à son habitude. On le vit prendre congé de son hôte juste avant 23 heures, un foulard ocre au cou, un panier de vieux journaux à la main, un chapeau de papier sur la tête.<o:p></o:p>

    Le lendemain, il fut décidé d'augmenter considérablement les impôts locaux dans tout le canton.<o:p></o:p>

    627 - L'habit du mort

    L'homme est mort. <o:p></o:p>

    Pas rasé, bien coiffé, les chaussures du dimanche aux pieds, la moue hautaine, sa dépouille exhalant le formol, étendu dans son lit d'apparat, il attend.<o:p></o:p>

    On rajuste son col, on le salue, lui adresse des paroles solennelles. Depuis douze heures, il appartient au peuple mystérieux et intemporel des défunts. Depuis douze heures il est respectable, plein de dignité, définitivement constipé. <o:p></o:p>

    On fait semblant de ne pas voir la bosse sous ses mains croisées. L'appendice phallique figé dans son expression la plus éloquente, le mort émeut. De prudes veilleuses finissent par se dévouer pour dissimuler l'objet trop vaillant : un voile pieux est déposé sur la forme importune. <o:p></o:p>

    La turgescence profane n'ayant pas disparu pour autant, une vieille fille décatie se propose de couvrir le corps du trépassé d'un épais et luxueux linceul. Mais décidément indécent avec sa trompe rebelle, le cadavre est finalement conduit jusqu'à sa couche de marbre en grande tenue : paré de son suaire de dernière minute. On scelle le cercueil avec cette ample feuille de vigne cousue d'or et de soie.

    Au retour des funérailles, la vieille fille âgée émet des réflexions déplacées à propos des joues de l'inhumé, loin d'être glabres. Une pleureuse soucieuse d'économie est contrariée par la perte d'un tissu fait de fibres précieuses, emporté dans la tombe avec son hôte. Une âme dévote fait une remarque admirative au sujet des moeurs chrétiennes de celui que l'on vient de mettre en terre.

    Mais nul n'ose faire la moindre allusion à la bosse post mortem ayant gonflé immodestement sa braguette.
    <o:p></o:p>

    628 - La Dame Blanche

    Je l'ai vue cette fameuse passagère nocturne... <o:p></o:p>

    Comme beaucoup de gens, j'ai rencontré la Dame Blanche. C'était par une nuit d'été, alors que je me promenais seul dans la forêt de Mézières-sous-Lavardin dans la Sarthe. Elle me faisait face, le regard figé, immensément triste au milieu du chemin.<o:p></o:p>

    A y regarder de plus près le spectre était d'ailleurs blafard, gris, sombre plutôt que blanc... Je lui adressai la parole, effrayé par ma propre voix résonnant au coeur de la forêt, en pleine nuit, seul face à cette apparition lugubre...<o:p></o:p>

    - "Vous êtes la Dame Blanche, n'est-ce pas ?"<o:p></o:p>

    Silence.

    Je répétai ma question.
    <o:p></o:p>

    - "Vous êtes la Dame Blanche, oui ou non ?"<o:p></o:p>

    Toujours pas de réponse. Et cet étrange, oppressant silence qui remplissait la nuit... Je n'insistai pas. Il émanait de l'intruse un malaise infini qui rendait l'ambiance très inquiétante... Je lui fis un signe amical de la main tout en me forçant à sourire.<o:p></o:p>

    Sortant lentement de sa torpeur, elle répondit à mon geste. Alors m'apparurent des dents terrifiantes ! Un sourire de morte à faire claquer les os. Un sourire venu du plus profond de l'inconnu, un sourire vertigineux, maléfique et très doux à la fois qui voulait dire "Je suis la Tristesse, je suis la Douleur, je suis le Malheur, je suis le Désespoir".<o:p></o:p>

    Je me rendis compte qu'il n'y avait pas de prunelles dans son regard. En fait elle n'avait pas de regard. Les orbites vides, elle n'avait que deux trous noirs en guise d'yeux, et peu à peu c'est un crâne que je vis à la place de ce que je croyais être un visage aux traits indéfinis. Un crâne qui me souriait dans les ténèbres. La Dame Blanche s'approcha de moi. Le crâne plein de détresse m'adressa la parole. Je m'attendis à entendre une voix sépulcrale, horrible. Dans un sanglot très humain, familier et féminin ressemblant beaucoup à une voix d'adolescent, la morte me supplia de l'aider à rejoindre le monde supérieur. Accablée de tourments, elle errait sans but dans les lieux obscurs où l'avait jetée le sort. Incapable de rejoindre par elle-même les hauteurs désirées, elle demandait du secours aux vivants.<o:p></o:p>

    - Que puis-je faire pour vous, lui demandai-je ?<o:p></o:p>

    Toujours de sa voix d'enfant : <o:p></o:p>

    - Le mal que j'ai commis sur terre, répare-le car je suis prisonnière de mes actes, mes pensées négatives me submergent. Moi je ne peux plus, je suis morte et condamnée à errer jusqu'à ce qu'une âme charitable me sorte de là. Va, sois courageux, écoute-bien ce que je vais te demander de faire...<o:p></o:p>

    Je lui coupai aussitôt la parole :<o:p></o:p>

    - Je ne suis pas une âme charitable. Débrouillez-vous et foutez-moi la paix ! Chacun ses problèmes, assumez les vôtres, moi je ne vous dois rien. Je n'ai pas envie de jouer à la bonniche, pas même pour un fantôme. Personne ne pourra jamais rien faire à votre place là où vous êtes. Ne comptez que sur vous-même pour trouver la porte de sortie, je ne peux rien pour vous, dégagez ! Je ne suis pas une âme charitable vous dis-je...<o:p></o:p>

    J'espérais ainsi me débarrasser de l'importune tout en la faisant réagir sur son sort. Quelques mots expéditifs, durs mais salutaires : le seul service que je pusse lui rendre.<o:p></o:p>

    Encore plus attristée, la Dame Blanche se retira en silence avant de disparaître dans l'obscurité. <o:p></o:p>

    Inexplicablement, pendant trois jours j'entendis ses soupirs désespérés autour de moi, comme si j'étais témoin d'une lutte intérieure de la Dame Blanche avec elle-même, une lutte âpre, ultime, dantesque. Trois jours d'intenses échos en moi. Puis plus rien.<o:p></o:p>

    J'appris peu de temps après sous forme de songe étonnamment réaliste qu'une âme généreuse avait acquiescé à la demande de la pleureuse, la propulsant définitivement vers la Lumière.<o:p></o:p>

    Cette âme, c'était moi.<o:p></o:p>

    629 - Moi, Raphaël...

    Je m'appelle Raphaël, j'ai peur du noir, je suis plein de panache, j'habite le Mans.<o:p></o:p>

    Il paraît que je suis invivable mais je ne le crois pas. J'ai des amis, beaucoup d'amis. En fait c'est faux, je n'ai pas d'amis du tout vu que je n'ai que des ennemis. Peu de gens savent m'apprécier. Et ceux qui m'apprécient habitent loin du Mans... A Marseille, sur l'île de Ré ou à Istanbul. Ce qui n'est pas plus mal.<o:p></o:p>

    Je m'appelle Raphaël mais je préfère qu'on ne m'appelle pas autrement. Je suis humble, mon ego est peu développé, j'aime beaucoup TF1. Je suis très sociable surtout envers mes gros connards de voisins, mon abruti d'épicier qui me dit toujours "bonjour" et ce crétin de postier qui se trompe de boîtes aux lettres !<o:p></o:p>

    Je suis très attentionné à l'égard de mes semblables d'une manière générale. Je ne les raille jamais étant donné que, je le répète, je suis sociable. Le boucher-charcutier est mon meilleur ami. Sensible, raffiné, pas moustachu du tout, efféminé et amateur de grande littérature, végétarien convaincu, mon boucher-charcutier est un être d'exception. Nous parlons souvent philosophie et peinture ensemble.

    Sa femme quant à elle est plutôt versée dans les activités horticoles. Je lui fais lire des livres en latin et admirer les arts chinois.
    <o:p></o:p>

    Je m'appelle Raphaël, je suis manceau comme je viens de le dire, j'aime énormément les chiens, les bons gros toutous qui me lèchent le visage avec leur bonne grosse langue baveuse (langues canines qui ne me dégoûtent pas du tout), les bons gros toutous qui puent et qui aboient sans arrêt en plein dans mes zoreilles. J'aime beaucoup les enfants aussi. Les gentils petits enfants qui chient dans leur froc et braillent tout le temps dans mes petites noreilles très réceptives à ce genre de concert si doux... <o:p></o:p>

    Je n'ai jamais eu le désir de foutre une balle dans le crâne d'un gros toutou qui vient me lécher la main, jamais, je le jure sur la tête de mes chats. J'aime trop les gros chiens baveux. Surtout les méchants et aussi les qui puent fort le chien.<o:p></o:p>

    Les enfants, je les préfère petits, avec des couches qui se remplissent de merde au moment des repas. C'est très appétissant les petits enfants merdeux. Plus tard à quatre ans, qu'ils sont mignons ces petits quand en hiver ils ont de la morve au nez qui coule au-dessus des plats chauds sur la table familiale des honnêtes citoyens où je suis invité (on m'invite souvent dans les familles normales, ordinaires, tant je suis apprécié des gens moyens) !<o:p></o:p>

    Vraiment, les chiens et les mômes, quel pied !<o:p></o:p>

    Les femmes sont ma plus estimable compagnie, surtout les laides. Elles ont du coeur, celles à qui je joue de ma lyre grinçante ! Je puis déverser sur ces oiseaux sans éclat ma plus aimable musique ! Servir la cause perverse des esthètes de mon espèce est leur plus glorieuse revanche de laides... Les belles aiment moins se faire railler, aussi dois-je être encore plus odieux envers ces créatures qui finissent toujours par pleurer comme dans les bons films au cinéma où à la fin c'est le héros qui gagne pas. <o:p></o:p>

    Je m'appelle Raphaël, j'habite le Mans, les gros chiens sont mes meilleurs amis à quatre pattes, j'adore les enfants, je dîne souvent chez les gens sans histoire, le travail est ma religion et finalement j'aspire à devenir un anonyme, irréductible, définitif Monsieur Dupont.<o:p></o:p>

    630 - Lettre à Chirac

    Monsieur le Président de la République,<o:p></o:p>

    Citoyen éveillé et responsable de ce pays riche, puissant et influent que vous gouvernez, et par-delà ma simple citoyenneté française, âme consciente des tristes réalités accablant une grande partie de la planète loin de nos frontières préservées, je m'adresse à l'homme de pouvoir que vous êtes. <o:p></o:p>

    En vertu de mon droit inaliénable (et de mon devoir de citoyen éclairé) d'exercer liberté d'expression, énergie et intelligence aux services du bien public, du progrès social et humain, de la fraternité et de la justice universelles -valeurs suprêmes dont la France républicaine s'enorgueillit traditionnellement de manière très officielle lors de cérémonies magnifiques et coûteuses-, je vous rappelle simplement que l'on meurt encore de misère en 2006 dans ce monde censé être réglé par un humanisme occidental dominant, cher aux dirigeants des nations les plus nanties. <o:p></o:p>

    Humanisme pompeusement revendiqué par une poignée de pays s'appropriant d'autorité la presque totalité des richesses du globe pour les gaspiller à des fins de confort et de bien-être dont les excès indécents sont devenus la norme, même chez les plus pauvres de leurs chômeurs. Pays prétendument civilisés, exemplaires dont fait partie la France. Je constate que le cynisme, Monsieur le Président, est toujours du côté des plus forts qui ont l'immense avantage de pouvoir manger même quand ils n'ont pas faim, d'emmener leurs chiens chez le vétérinaire au moindre aboiement de travers, de s'offusquer que leur avion décolle avec un quart d'heure de retard... <o:p></o:p>

    Solidarité, altruisme, partage, justice : vains mots dont use et abuse notre république plus soucieuse de lustrer sa façade à coup de défilés militaires dispendieux et d'augmenter le niveau de vie de ses habitants toujours plus avides de confort, de vacances à la mer, de nouvelles chaînes de télévision, de matchs de football que de se serrer nationalement la ceinture avec héroïsme et pédagogie afin de mettre en pratique les valeurs les plus fondamentales qu'elle prétend défendre. <o:p></o:p>

    Partager les richesses Monsieur le Président, que dis-je partager, simplement ôter aux gavés que nous sommes une petite partie du surplus qui nous asphyxie afin d'en faire profiter les damnés qui n'ont pas eu l'heur de naître entre nos frontières dorées, partager les richesses disais-je, est-ce un objectif si inatteignable, si révolutionnaire, si impopulaire que cela dans un monde où, pour prendre un exemple étranger qui cette fois n'offensera pas votre fibre civique, il y a quarante ans un citoyen américain marchait sur la Lune au prix faramineux de millions de dollars pour chaque pas effectué, compte tenu des dépenses pharaoniques qu'exigea un tel programme spatial ? <o:p></o:p>

    Est-ce donc plus simple de faire sortir de nos usines républicaines canons, bombes et autres ingénieuses inventions martiales à la pointe de la technologie afin de répandre souffrances, misères, destructions pour des raisons qui Monsieur le Président, curieusement vous apparaissent toujours excellentes, pourvu que ces engins si utiles au bien de l'humanité soient vendus aux belligérants à des prix hautement patriotiques ? <o:p></o:p>

    Est-ce si insurmontable que ça de distribuer équitablement ces richesses qui nous étouffent, tellement encombrantes qu'elles débordent de nos poubelles ? Je ne parle pas politique ni grandes et complexes affaires économiques ici. Il est juste question de bon sens, de calcul basique, d'humanité élémentaire accessible même au plus borné des esprits. Pas de sentiments ni d'idéal, uniquement une réflexion froide, raisonnée, détachée, sommaire, confondante de simplicité : d'un côté on meurt d'excès, de l'autre on meurt de carences dans un monde où techniquement, matériellement il est possible de subvenir aux besoins vitaux de chaque individu, où qu'il se trouve sur la surface du globe.<o:p></o:p>


    Faut-il Monsieur le Président, être nécessairement bardé de diplômes, avoir fait des années d'études supérieures, sortir de l'ENA pour saisir cette effroyable réalité ?
    <o:p></o:p>

    Nous nous scandalisons à juste titre pour les conséquences funestes dans nos maisons de retraite d'un été virulent long de trois semaines. La catastrophe des pays les plus pauvres est quotidienne cependant, et pendant ce temps nous nous battons pour des chartes de qualité à propos de vacances, nous nous engageons pour des revalorisations de salaires, nous nous agitons pour le respect de normes européennes au sujet de la composition de nos crèmes solaires anti ultra-violet... Chaque jour de l'année les victimes de la faim sont cent fois plus nombreuses qu'un été de canicule en France. 365 jours par an, des êtres humains de tous âges meurent sous les regards certes apitoyés, compatissants, révoltés, mais parfaitement passifs de républiques très solennelles (dont la France), très dignes et très à cheval sur les principes sacrés de fraternité universelle, d'altruisme, de solidarité qu'elles incarnent...<o:p></o:p>

    Il est grand temps de dénoncer ce cirque Monsieur le Président. Les clowns ventrus du haut de leurs trônes compassés sont bien sinistres dans leur rôle de défenseurs des Droits de l'Homme... <o:p></o:p>

    Les premiers droits, qui consistent à manger à sa faim, à accéder aux soins et à l'éducation, ne sont-ils pas bafoués éhontément par ceux-là même qui sont censés les défendre bec et ongles, qui ont le pouvoir matériel, logistique, politique, humain de réparer la grande injustice alimentaire dont il se sont rendus coupables à travers le pillage historique, méthodique des richesses coloniales et qui ne font rien ou si peu ? Jamais la république du commerce des armes ne s'est aussi bien portée qu'aujourd'hui ! Nos usines à canons tournent à plein régime, l'Europe engraisse, l'Afrique crève, que demande le peuple ? <o:p></o:p>

    Encore plus de beaux défilés militaires, encore plus de feux d'artifice, encore plus de congés payés.<o:p></o:p>

    Vous me pardonnerez d'avoir succombé à l'emploi d'expressions triviales afin de vous exprimer ce que je crois être l'essentiel en tant que citoyen français. En des circonstances particulières, un langage virulent sied mieux qu'un autre, plus formel, moins éloquent. J'ai eu le courage Monsieur le Président de faire mon devoir de citoyen français, même si cette lettre est surtout symbolique.<o:p></o:p>

    A vous de faire preuve de courage dans votre rôle de chef d'Etat d'un des pays les plus riches, et paraît-il, les plus vertueux de la planète.<o:p></o:p>

    Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à ma parfaite considération.<o:p></o:p>

    631 - Le lait de Junon

    " Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. " PASCAL<o:p></o:p>

    Cent mille aubes se lèvent sur cent mille humanités dans un coin de notre galaxie. Cent mille autres feux couchants illuminent inutilement cent mille mondes morts, ailleurs dans les profondeurs de la Voie Lactée. Je viens de parler de deux-cent mille planètes et je n'ai parlé que d'une infime partie de ce que contient la Voie Lactée. <o:p></o:p>

    La Voie Lactée, poudre blanche dispersée dans la nuit cosmique où est incluse une particule insignifiante, le Soleil…<o:p></o:p>

    Notre Soleil, étincelle quelconque noyée dans la multitude des feux stellaires formant l'écume sidérale... Invisible dans la masse globale, imperceptible à l'échelle galactique, grain de sable dans le désert, tête d'épingle dans l'océan, l'astre qui nous éclaire se fond parmi les myriades de soleils anonymes composant cette poussière en fusion que l'on nomme "galaxie".<o:p></o:p>

    Une galaxie... Des paysages par centaines de milliards, une diversité incalculable de terres, des horizons à n'en plus finir, mais surtout des milliards de milliards d'hommes, pourquoi pas ? Ces chiffres paraissent exagérés aux yeux des lecteurs incrédules, bornés par leur clocher qu'ils prennent pour le centre de l'Univers ? Ils sont pourtant à revoir à la hausse ces chiffres prodigieux, sans cesse, tant que reculera l'horizon cosmique devant la puissance de nos télescopes. Il y a quatre siècles, nul n'osait imaginer l'Amérique. Nous qui voyons des merveilles dans l'immensité de notre galaxie, portion d'espace ridiculement étroite au regard du reste du cosmos, soyons moins sots que nos aïeux superstitieux : osons croire à l'infini. A l'heure du savoir, des découvertes en tous genres, l'inimaginable est à portée de vue. Alors levons les yeux, ou plutôt fermons-les et songeons à notre galaxie...<o:p></o:p>

    Partout, des étoiles. <o:p></o:p>

    Isolées, regroupées par deux, trois, par centaines, par millions ou par milliards, elles témoignent de l'inconcevable réalité. Dans leur sillage, une infinité de planètes. Des "planètes Terre" par milliers, par millions, par milliards. Des globes bleus, des sphères vertes, des disques blancs, des boules grises... <o:p></o:p>

    Perdus dans le vide comme des points sans attaches ou bien rassemblés en îles diffuses aux dimensions vertigineuses, en brumes aux étendues incommensurables, les hôtes célestes sont éparpillés de mille manières différentes et cependant unis dans cette grande structure appelée Voie Lactée. <o:p></o:p>

    Issu de la nuit des temps, le peuple des étoiles couve son mystère dans le silence galactique.<o:p></o:p>

    632 - Les abattoirs industriels

    Imaginez une usine où des humains anonymes aux corps calibrés seraient égorgés puis démembrés méthodiquement par une machine implacable réglée pour tourner à plein régime... Impeccablement alignés, les corps dépecés en diverses parties sortiraient dans des barquettes sous cellophane à destination de la grande distribution. C'est le sort de millions d'animaux de boucherie. Vous me direz, les animaux de boucherie ne sont pas des humains et la comparaison est par conséquent exagérée, déplacée, saugrenue. On ne peut donc pas comparer humains et animaux de boucherie, penserez-vous.<o:p></o:p>

    Justement si. Et moi je compare. <o:p></o:p>

    A la place des animaux d'élevage, je mets délibérément des humains dans mon exemple, et ce pour mieux faire ressortir l'ignominie d'une chose que l'habitude nous a rendue banale. L'horreur des abattoirs, pourtant bien réelle, ne nous apparaît pas spontanément. Depuis toujours nous avons vu nos parents, grands-parents, maîtres d'école, voisins, amis se régaler des produits carnés issus des abattoirs. Enfants, on nous déposait même avec amour des tranches de jambon sur notre pain...<o:p></o:p>

    Tant et si bien que par la magie du couvert, dans les esprits affectueusement conditionnés ou simplement sous les palais sensibles aux causes gastronomiques, la tranche de jambon a toujours été -ou est devenue au fil des habitudes- un objet intrinsèque séparé de la sinistre réalité à laquelle il est tragiquement rattaché. Comme si cette chose rose et parfumée qui a toujours la même forme poussait sur des arbres en toute innocence...<o:p></o:p>

    Du cadavre rendu joli grâce à un emballage soigné, des tranches de mort préparées avec professionnalisme par des bouchers fiers de leur travail, de leur corporation, des pièces de honte que certifient des logos officiels garantissant leur qualité, des morceaux d'authentiques agonies, des côtelettes de souffrances, de la chair engraissée à la rentabilité, des êtres doués de sensibilité que l'on a traité de la naissance à la mort comme de la marchandise, des animaux transformés en produits standard, voilà ce que nous mangeons ! <o:p></o:p>

    La viande, c'est ça.<o:p></o:p>

    Il y a en outre un mythe très vulgaire tournant autour des mets carnés justifiant les appétits "ogresques" des plus primaires d'entre nous : la viande rendrait fort, beau, intelligent.<o:p></o:p>

    La bêtise et l'insensibilité de ces mangeurs de viande convaincus sont telles qu'ils méritent toute notre pitié.<o:p></o:p>

    633 - La vieille Albertine

    Vierge, stupide, économe, la vieille Albertine aimait égorger les chats du village. Pieuse comme un poux, aussi fière que les cloches de l'église, plus moche que sa cousine Berthe, Albertine en bonne vieillarde vicieuse qu'elle était ne s'adonnait aux délices interdits des délits mineurs qu'en présence de ses avocats importés d'Israël qu'elle dégustait avec beaucoup d'huile, ce qui avait la fâcheuse tendance à la faire baver.<o:p></o:p>

    A 78 ans bien sonnés, la bigote indigne convoitait les faveurs nauséeuses de son curé, un écouillé édenté qui avait des airs de serin persifleur. Cela dit l'homme d'église trépassa juste avant qu'Albertine ne succombât à ses passions malsaines. A ses funérailles, elle alla se faire cuire une grosse plâtrée de carottes. A neuf heures du soir, sa marmite pleine de choses étranges et indéterminées déborda de telle manière qu'on l'accusa de sorcellerie.<o:p></o:p>

    Elle fut jugée démente mais elle démentit sans aucune vigueur pour sa défense. Ses habituels avocats avalés, elle alla cette fois-ci se faire cuire un coco. Bref, pendant les trente ans qui suivirent l'affaire de la marmite, Albertine égorgea irrégulièrement les félins du voisinage. Parfois un par mois, parfois trois ou quatre tous les semestres. <o:p></o:p>

    Jusqu'à aujourd'hui où, alors qu'elle est âgée de 108 ans et qu'enfin vient de mourir son petit-fils, elle a fait une demande afin de bénéficier de son héritage. Elle est aussi alerte qu'une limace sur une feuille de laitue, mais cela ne l'empêche pas d'être sotte, méchante, cupide.<o:p></o:p>

    Depuis que j'ai emménagé à proximité de la vieille Albertine, je ne laisse plus sortir mes deux chats. Comme les autres au village, j'attends qu'elle crève.<o:p></o:p>

    A 108 ans elle est capable de tout, même de nous enterrer tous.<o:p></o:p>

    634 - La bêtise ordinaire des gens bien intentionnés

    La bêtise, la simple, banale, quotidienne, terrible sottise des honnêtes gens de mon quartier m'est particulièrement insupportable. <o:p></o:p>

    Ainsi dans la tête de ces imbéciles moyens les humbles citoyens vers lesquels convergent soudainement les projecteurs de l'actualité sous prétexte qu'ils sont encore plus bêtes que la moyenne de leurs congénères de par l'exercice original ou intensif de leur profession (tel un charcutier recevant une médaille pour services rendus à la cause carnée), deviennent des héros élevés à la dignité d'un article dans le canard local.<o:p></o:p>

    De simples victimes de leur condition sociale, ils passent du jour au lendemain au statut élogieux et immortel de héros par le simple fait de l'importance médiatique donnée à l'événement... <o:p></o:p>

    Décidément, les gens de mon quartier sont mes pires ennemis. Surtout cette Madame Dumou, brave ménagère cinquantenaire d'aspect à la fois insignifiant et caricatural avec son cabas plein de poireaux qui dépassent, avec sa pensée lisse, inoffensive, révélatrice de la mollesse ambiante de la masse dominante qui lui ressemble... Madame Dumou, femme du peuple sans histoire, bonne, honnête, émotive, "bien comme il faut", propre sur elle est en fait un véritable terroriste de la pensée. D'une extrême dangerosité. L'adversaire irréductible de tout bel esprit épris de hauteurs. <o:p></o:p>

    Ennemie jurée des idées brillantes, élevée dans le culte de la médiocrité et du pot-au-feu du dimanche, Madame Dumou à la base ne croit qu'aux vérités potagères contenues dans son cabas. Depuis les profondeurs vertigineuses de son vénérable réceptacle à légumes qu'elle trimbale d'épiceries en superettes, n'importe quel Dupont sous le soleil de sa télévision allumée en permanence peut, pour un oui ou pour un non, devenir un messie. <o:p></o:p>

    Quand je croise Madame Dumou dans la rue, armé de mon sourire lénifiant, je prends bien garde à toujours lui adresser mes plus conventionnelles salutations en ne laissant jamais rien paraître de ma véritable nature : elle ne sait pas que j'appartiens à la secte honnie des beaux esprits. <o:p></o:p>

    635 - Châtier les laides

    Un jour un interlocuteur de belle espèce me fit remarquer qu'un esthète digne de ce nom ne devait jamais s'abaisser à souffleter une femme, si sotte qu'elle fût.<o:p></o:p>

    Certes. J'ajouterais que les femelles beautés, même les très méchantes, ont tous les droits et qu'en aucune façon ces créatures vénéneuses ne méritent de recevoir à la face le gant d'un sybarite, si haut perché sur son pommeau qu'il soit. Je ne conteste pas un instant cette remarquable vérité. <o:p></o:p>

    Mais les laides, les filles de l'ombre, les non élues vouées à la déchéance esthétique, les femmes enfin qui n'ont pas eu l'heur de naître sous l'aile de Vénus, ont-elles donc aux yeux du bel esprit quelque prix ? Je ne pense pas. Les laides femmes ne sont-elles pas méchantes par définition ? Une femme laide ne peut être bonne. Et quand même elle serait bonne, comment sans beauté aucune pourrait-elle se faire aimer d'un homme de rang ? <o:p></o:p>

    Et si la beauté qui s'allie à la corruption a encore quelque douceur, quelque éclat sous nos regards pleins de raffinement et d'indulgence, en revanche la laideur associée à la scélératesse ne mérite-elle pas notre plus profond mépris ainsi que les châtiments les plus sévères du simple fait que chez ces enfants de vipères nés de la fange rien ne pourra jamais nous séduire, nous les beaux sangs ?<o:p></o:p>

    Je ne puis me résoudre à accorder à la laideur le moindre des droits octroyés aux descendantes d'Aphrodite. Ce serait faire offense au goût que de ne pas gifler le visage ingrat de celle qui voudrait usurper à la beauté sa couronne. Non, les laiderons ne méritent pas notre pardon. Leur existence-même en ce monde formant une permanente injure à la beauté, aucune pitié ne doit amoindrir leur douleur d'être ce qu'elles sont.<o:p></o:p>

    Les belles femmes, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, stupides ou brillantes pourront toujours arguer de cette cause supérieure qui les caractérise, la beauté, pour se faire pardonner leurs défauts. Ce qui ne sera jamais le cas des laides. <o:p></o:p>

    Cet ultime argument qui ne fait qu'exacerber leur disgrâce légitime définitivement les soufflets qu'avec morgue et cruauté nous leur destinons.<o:p></o:p>

    636 - Ivresse d'esthète

    Comment décrire le plaisir subtil et fulgurant de l'esthète que je suis lorsque volontairement je me frotte aux béotiens et me fais passer pour l'un des leurs dans le dessein d'éprouver le vertige de mes propres hauteurs ? <o:p></o:p>

    J'affectionne singulièrement la proximité du vulgaire, j'aime le côtoyer avec cette manière sévère et cynique qui est la marque des esprits supérieurs. Le plaisir suprême consiste à me mettre à la portée du premier rustre venu et à me faire passer pour un grossier de sa condition sans rien laisser paraître de ma supériorité. Pour cela je dois me faire violence et masquer cet air hautain inné qui me caractérise. <o:p></o:p>

    Sorte de gants blancs de l'esprit, de hauts-de-forme de l'âme naturels aux belles gens, les allures dédaigneuses de la race noble sont des signes de qualité insupportables à la roture.<o:p></o:p>

    En certaines circonstances les sangs rares de mon espèce évitent de laisser parler le naturel. <o:p></o:p>

    Ainsi, pour passer vraiment inaperçu dans ces bars j'adopte les us odieux de mon entourage. Quand parfois à l'heure vespérale dans un de ces établissements plébéiens j'ingurgite quelque breuvage enivrant, je fais mine d'apprécier l'infâme musique de fond issue du juke-box alors qu'en réalité je ne souffre que les quatuors de Beethoven... <o:p></o:p>

    Mon regard croise celui du patron, des clients... Faussement uni à cette assemblée de minables qui pataugent dans leur médiocrité quotidienne, je lève mon verre avec eux aux causes les plus inepte : à la santé de Bébert, à la prochaine baisse des impôts locaux, à l'ouverture de la supérette du coin de la rue... Ennemi de la moindre finesse de pensée, le cercle se referme un peu plus autour du gros rouge. A partir de cet instant, tout est possible. Par exemple, un des éthyliques dans un éclair de stupidité hautement prévisible se lamente, inconsolable, sur le sort de son chien malade puis sans transition cause allègrement météorologie, femmes, automobiles... Au second verre, solennel comme une statue de plâtre, le regard lointain et mystérieux, il se met à débiter des banalités mécaniques au sujet des roues de son vélo, allant jusqu'à invoquer le dieu Michelin avec dans la voix de sincères tremblements d'admiration pour le concepteur de la chambre à air.<o:p></o:p>

    En choeur, tous approuvent.<o:p></o:p>

    Et moi, depuis mes sphères divines que mes compagnons de beuverie sont incapables de concevoir, je surenchéris.<o:p></o:p>

    Mes propos, d'une insignifiance abyssale mais clamés sur un ton plein d'une fureur feinte mi-alcoolique mi-crapuleuse, les flattent et les rassurent jusqu'au fond de leur coeur prompt à battre à la moindre sollicitation "bistrotière", tout en berçant exquisément leurs viscères imbibés de vile piquette... En quelques crachats d'ivrogne je deviens leur grand amiral de zinc, à la vie à la mort.<o:p></o:p>

    Je ressors du bar deux fois ivre. Ivre de bière fine et ivre de jubilation cynique. <o:p></o:p>

    Le plaisir de la boisson, associé au plaisir de l'esprit, est ainsi décuplé.<o:p></o:p>

    637 - Le naïf

    Ils m'appellent "le naïf" en riant parce que j'aime les étoiles plus que leurs babioles d'or et de feutre fin. Avec mes rêves doux et étranges, je passe pour un idiot, un sot sans le sou, un enfant de bohème, un pauvre imbécile sans avenir. <o:p></o:p>

    Je donne du prix aux songes, au firmament, à l'Amour. Ils se croient meilleurs et indispensables sous prétexte que leur trésor à eux tient dans un coffre, que le mien tient dans la tête.<o:p></o:p>

    J'ai des scrupules, de la dignité, plein de noblesse : on me dit faible, stupide, sans ambition. Indifférent à leurs modes vestimentaires, à leurs vanités intellectuelles, je ne jure que par la Poésie. Cela ne vaut rien sous leurs chapeaux bien taillés, aussi se permettent-ils de cracher sur ma face éclatante de bonté. La vertu les fait exploser de rire. Leurs vices ne me touchent cependant pas : je plane loin au-dessus de leurs noires certitudes. Mon regard se perd dans le zénith. Eux, me reprochent de ne pas aimer l'argent, l'artifice, le profit, d'être inutile avec mes visions lunaires. <o:p></o:p>

    Ils m'appellent "l'idéaliste" avec un air supérieur parce qu'ils ont une assurance-vie, une voiture puissante, une situation, un coeur dur, et que moi je n'aspire qu'à rejoindre les astres, ne crois qu'en mes hauteurs, n'aime que ce qui est grand, beau, immortel.<o:p></o:p>

    Moi le "naïf", "l'imbécile", "l'idiot", le "pauvre type", quand je les salue avec mon sourire tendre et niais, leurs rires gras redoublent et ma face blanchit encore un peu plus. <o:p></o:p>

    Ils m'appellent "le naïf" avec mépris, les poches pleines, le coeur vide, car depuis longtemps ils ont oublié les sons purs et glorieux de mon vrai nom.<o:p></o:p>

    638 - Bonheur tranquille au village

    Du haut du clocher où il admire le paysage, le bedeau maudit le curé dont il entrevoit la silhouette dans une ruelle. Ombre furtive et sinistre qui contraste avec l'atmosphère joyeuse du village... L'été est éclatant, l'horizon s'étend devant lui, à perte de vue. Il respire l'air avec gaîté, enivré par les senteurs de flore et d 'azur. Son regard se noie avec délices dans les brumes chaudes qui déforment les étendues incertaines dans le lointain. En bas il voit toujours le prêtre. Plus loin la Fanchon coupe de l'herbe.<o:p></o:p>

    Quittons les hauteurs de l'épieur, assistons de plus près à l'ouvrage de Fanchon... Elle est laide, fortunée, héritière de plus beau domaine de la paroisse. Un vélo passe près d'elle. C'est le bûcheron. Une brute sournoise passionnément éprise de gnôle. Aimé de Suzanne, dites "Suzie la putain" selon les mauvaises langues, il affectionne plus la compagnie des arbres que celle de sa "Suzie". Son point fort : ses poings. Il cogne. Hommes et femmes. Il est respecté dans le village.

    Revenons à l'abbé. Fin, racé, sévère, c'est un homme d'esprit. Un océan le sépare de ses ouailles. Le coeur pur, pétri de noblesse, il a cependant une fâcheuse tendance à aimer plus que chaleureusement la fille du fermier Claude, jolie plante de 22 ans aux appas inexistants. Le fermier Claude est un gentil boeuf avare et travailleur, sobre, peu causant mais plein d'affection pour ses amis. Un brave type.
    <o:p></o:p>

    Mais la cloche sonne à l'école communale. C'est la récréation. Les enfants sont excités : un mendiant longe le mur de l'institution. Il reçoit quelques cailloux sur le dos sans broncher. Sourd, il n'entend pas les moqueries de certains enfants plus cruels ou plus délurés que d'autres.<o:p></o:p>

    Les fermières sont à leurs ouvrages ou bien flânent. Ça souffle, maugrée, bavarde sous les toits de chaumes, dans les chemins creux, au fond des poulaillers.

    La vieille Bergerette, aussi féroce qu'à l'accoutumée et un peu dérangée, vient de menacer de mort par trépanation précipitée le fils de l'épicier âgé de cinq ans, échappé de la cour de récréation. Le saint homme en soutane qui la croise tente de l'apaiser et ne récolte que des injures qui choquent même le bedeau, toujours embusqué dans son observatoire en compagnie des cloches.
    <o:p></o:p>

    Midi. Certaines cuisines empestent, d'autres exhalent d'exquises promesses potagères... Le maire vient gronder avec bonhomie la vieille méchante. Cette dernière répond par un coup de canne qui aurait pu être mortel à l'élu, tandis que des canards mêlent leurs cris aux plaintes des ânes.<o:p></o:p>

    Ainsi en va-t-il des affaires quotidiennes, tragiques et insignifiantes de ce village sans nom, que nous appellerons cependant "Trifouillis-les-Hirondelles".<o:p></o:p>

    639 - L'imposture des toges

    Quand on met en scène sur des planches (ou sur la pellicule cinématographique) la Bible, Napoléon, Charlemagne, de Gaule ou Colomb, on ennoblit nécessairement la réalité.<o:p></o:p>

    Le théâtre avec sa gestuelle, ses codes, sa gestion artistique de l'espace, du mouvement, de même que les tableaux de maîtres avec leurs spécificités picturales, ne sont pas le reflet "à la lettre" de la réalité. La réalité est plus décevante, triviale, ordinaire dans la forme. En termes visuels, "scéniques" et verbaux le réel est moins éclatant : rois, princes ou messies ne prennent JAMAIS des airs solennels et compassés tel qu'on se l'imagine, même quand ils communiquent des paroles immortelles... Et ce qu'ils disent avec des mots de marbre, si tant est qu'ils les prononcent vraiment ces fameux mots aux échos inextinguibles qu'on leur attribue, ils ne les clament JAMAIS avec cette diction parfaite, étudiée, "professionnelle" que nous miment avec grandiloquence les gens de théâtre ou ainsi que le suggèrent les livres enluminés. <o:p></o:p>

    La prétention d'un certain théâtre, la pompe des ouvrages pieux, l'artifice des tableaux, la gravité des statues, bref le mensonge esthétique, la fantaisie académique des arts en général, ont depuis des siècles façonné notre imaginaire de telle sorte qu'on ne peut plus concevoir ces illustres personnages historiques QUE dans des postures stéréotypées, caricaturales, quasi mythologiques, même quand ils sont représentés en train de faire des choses ordinaires de la vie quotidienne. Alors qu'en réalité ces personnages faisaient caca eux aussi, et joliment encore, aussi éthérés soient leurs regards dans les tableaux religieux et artistiques exécutés à travers les siècles. Nos grands peintres, sans grande imagination, se sont singés mutuellement avec leurs tableaux aux compositions scéniques irréalistes, invraisemblables, franchement improbables pour mieux ancrer en nous cet imaginaire de "Disneyland pour adultes cultivés".<o:p></o:p>

    Les grands personnages pouvaient être pris d'une quinte de toux en plein discours "historique". Ils pouvaient ne posséder aucun talent oratoire et s'emmêler les pinceaux en émettant ces mots sculptés dans l'airain qu'on leur prête, mots parfois ponctués de ratés, voire de lapsus, et même couverts par d'incongrus gargouillements d'estomac... Eux aussi. Pourquoi les grands personnages historiques auraient-ils spécialement le don oratoire, le don théâtral, le don de conteur pour parler aux foules, à leurs généraux, à la postérité ?<o:p></o:p>

    L'art a conditionné nos esprits de manière si éclatante qu'à la place d'hommes accessibles à la défécation l'on s'est mis à concevoir des demi-dieux toujours vêtus de toges, qui faisaient à tout bout de champs des effets de manches (profitant de ce qu'ils étaient vêtus de toges justement, le costume-cravate se prêtant moins à ce genre d'exercice), à croire en des sortes de supers pantins solennels 24 heures sur 24 qui ne se prenaient jamais les pieds dans le tapis, graves du matin au soir même quand ils dormaient... <o:p></o:p>

    La farce des immortels sketchs gréco-latins, romano-chrétiens, gallo-romantiques, charlemagno-romanesques dure depuis des siècles, le temps lustrant l'Histoire. Ce qui n'arrange rien.<o:p></o:p>

    Voilà pourquoi je dis que les toges, les statues et les panthéons aux lignes savantes sont des impostures.<o:p></o:p>

    640 - Rimbaud pot-au-feu

    Comment pourrais-je croire en Rimbaud, alors qu'on l'évoque avec des vapeurs d'éther dans la bouche, des ronds de fumée dans la tête, de gros lapins rouges dans le chapeau ? Un personnage inspirant des clichés aussi indigents est trop suspect... Moi quand je parle d'Arthur, il me sort de la bouche des postillons, de la tête des idées vagues, du chapeau rien du tout.<o:p></o:p>

    Je ne crois pas en ces grandeurs scolaires inculquées par la superstition républicaine. Les "poteaux de couleurs", les "peaux rouges criards" et autres "haleurs" sont de pures sottises d'érudits. Certes bien tournées dans la forme, mais écrites pour le vent des envolées vides et cependant lues avec d'imbéciles frémissements dans la voix. Révélateur de la triste capacité de l'esprit humain à se laisser faussement bercer par des sornettes, Rimbaud est le symbole de l'embrigadement des masses crédules et ignorantes dans une sensibilité poétique frelatée, artificielle, relayée par de doctes cornichons de l'Académie à qui nul n'oserait tenir tête.<o:p></o:p>

    Moi je prétends que Rimbaud est un médiocre voyant et que ses disciples sont de bêlantes andouilles.<o:p></o:p>

    Parce que l'Enseignement National a inclus dans son programme ces pompeuses, indigestes carottes diarrhéiques censées incarner l'aboutissement de la Beauté verveuse et métrique (au lieu de dispenser en priorité à ces populations scolaires de bonnes grosses patates poétiques bien substantielles ou d'exquises salades lyriques pleines de légèreté, plus propres à contenter leurs véritables aspirations juvéniles), des générations de rebelles à la carotène enrégimentés par leurs professeurs de lettres font semblant d'apprécier le mets orange.

    Le clou Rimbaldesque est à ce point enfoncé dans ces crânes ramollis que cracher sur le plat officiel est perçu comme un acte quasi criminel.
    <o:p></o:p>

    Je ne doute pas que j'aurai toujours sur le dos ces hordes de contaminés de la "pensée universitaire" pour me reprocher ma dissidence déplacée, à leurs yeux inacceptable... En effet, dans ce système bien huilé où l'esprit se nourrit de certitudes institutionnelles, on ne s'oppose pas ainsi au Dieu Rimbaud. Rimbaud, on ne le discute pas : ou on le vénère, ou on n'est rien qu'un pauvre épicier de province inaccessible aux hauteurs zénithales...<o:p></o:p>

    Au fait, qui parlait de rébellion poétique ?<o:p></o:p>

    641 - Terroriste

    J'ai vu le jour sous l'empire de Misère, dans les quartiers des damnés de Calcutta.

    Certains disent de moi en riant, incrédules, que je suis une caricature, un cliché éculé, mais moi je sais bien que je suis un homme de chair et de lumière, fier et ravagé, plein de rêves et de douleur.
    <o:p></o:p>

    Elevé entre ciel et caniveau avec les herbes sauvages, la faim m'a poussé au crime. La geôle a fini d'endurcir mon coeur qui je crois était fait pour l'amour. Chien galeux parmi les loups, j'erre sur la terre des hommes, en quête de vengeance et de justice car les loups ont fait de moi un autre loup. Plus laid, plus libre, plus féroce, plus affamé. <o:p></o:p>

    Plus fort.<o:p></o:p>

    Ma force justement, je la puise dans le désespoir, n'attendant déjà plus rien alors que commence et s'achève ma vie.<o:p></o:p>

    Je souhaite la mort des riches, la victoire de l'arbitraire, la suprématie de l'altruisme universel et oeuvre de tout coeur pour le malheur de mes ennemis. Je porte en moi la haine la plus noire mais aussi un amour infini : la haine innée du pauvre pour le nanti, l'amour sans fin du déshérité pour son Dieu absent. Sans loi ni jours heureux, je conçois des guerres sans terme. Mais, n'étant qu'un gueux, je tue à mains nues, vole à pleines dents, pleure sans larmes.<o:p></o:p>

    A présent je meurs de mes crimes, meurs de votre indifférence, meurs de faim. Vous m'appelez TERRORISTE parce que vous avez peur, parce que vous êtes riches, parce que vous êtes du bon côté de la barrière. <o:p></o:p>

    Avec votre belle conscience de repus.<o:p></o:p>

    Vous m'appelez TERRORISTE et moi je vous appelle COUPABLES.<o:p></o:p>

    642 - La faiblesse de l'esthète

    Christine,

    Je ne vous oublie pas, amante. Je pense encore à toi, Christine mon cher, très cher Amour. Toi mon Amour littéraire, mon amour de plume, mon amour chartrain, mon amour oui, mon amour, mon Amour… Vous l’épistolière qui vous enracinez dans le temps par votre silence-même, je pense à vous sous la pluie de fin d’été qui tombe au Vieux-Mans. Christine, vous me charmiez avec vos traits sans grâce, jadis… J’aimais me perdre longuement dans les profondeurs de votre visage sévère, à travers votre photo. Vos lettres lucides et romanesques vous rendaient belle. Vous étiez mon amour impossible, triste et sans éclat. Presque comique. Vous l’objet sans valeur, moi l’esthète paradoxal… Je voulais conquérir cette face faite pour les amours cruelles et nobles, cyniques et sincères. En imagination je caressais votre visage, baisais vos lèvres, essuyais vos larmes… Et le songe était beau.
    <o:p></o:p>

    Christine, vous êtes belle et sombre, ingrate et charmante, triste et désirable. Hélas ! La maternité semble avoir apporté quelque imbécile rayon de lumière sur votre front, aimé autrefois pour son voile de mélancolie. Fragile, sans attrait et cependant touchante, vous incarniez l’idéal poétique, entre rose et pissenlit, cristal et caillou. Je rêvais de pâles conquêtes, de blêmes amours, de lunaires créatures aux sourires énigmatiques et funèbres, et vous étiez là, hibou onirique planant dans la nuit de mon imaginaire fantasque et dolent… Oiseau étrange aux ailes silencieuses, vous m’ensorceliez Christine avec vos yeux doux, avec vos mots durs, avec vos rires comme des sanglots.<o:p></o:p>

    Comment pourrais-je oublier vos élans timides et livresques, tendres et    chagrins ? Vous m’aimiez à votre façon, et moi de même. Vous avec désenchantement et masochisme, moi avec égoïsme et férocité. Vous étiez lugubre, j’étais mondain. Cependant la Poésie présidait à cet hyménée supérieur. Là fut son salut. Les dieux de l’Art et des Lettres ont souscrit à cette union épistolaire. Aujourd’hui, alors qu’il pleut tristement sur la cité, j’éprouve quelque sincère tendresse pour vous Christine.<o:p></o:p>

    Je baise aimablement votre front hier voué à mes sarcasmes d’Amant immodeste. Je vous aime non plus seulement du bout hautain et séduisant de ma plume, mais aussi avec mon pauvre, simple, dépouillé cœur de mortel.<o:p></o:p>

    643 - Les imbécillités du NET

    Lorsque l'internaute de base entreprend sur le NET une démarche de communication (présentation personnelle, étalage de ses états d'âmes, journal improvisé), que ce soit à travers l'écrit ou l'image, spontanément, systématiquement il le fait sur le mode humoristique. Avec plus ou moins de réussite. Tout le monde veut faire rire. Très peu y parviennent. Souvent le résultat est médiocre, voire franchement navrant.<o:p></o:p>

    Tous ces apprentis-clowns cybernétiques se croient irrésistibles. Certains parodient sans aucun talent des chanteurs à la mode, d'autres s'agitent ainsi que des guignols insipides, de plus hardis bavent même comme des chameaux...<o:p></o:p>

    Tout ça pour quoi ? Pour quel résultat ? Ces pitoyables tentatives de se rehausser, de se faire aimer, applaudir à travers la dérision, la légèreté, la provocation n'atteignent pas le premier échelon de l'humour digne de ce nom, celui qui touche l'honnête homme, le bel esprit. Pataugeant lamentablement dans leur mélasse de nullités humoristiques, incapables de prendre la moindre distance sur leurs affligeantes pitreries, ces internautes si pressés de ne pas se prendre au sérieux, si prompts à vouloir se rendre légers, spirituels, aimables, ratent totalement leur cible. <o:p></o:p>

    Et se montrent consternants.<o:p></o:p>

    L'exercice humoristique est si difficile, si périlleux pour le cyber-quidam que le mieux serait qu'il ait la force, l'intelligence de ne pas succomber à l'appel traître de l'Araignée. Si la Toile mondiale est dense, facile d'accès et très flatteuse, elle n'en demeure pas moins un espace d'expression sans filet pour les naïfs qui ratent leur numéro.<o:p></o:p>

    Son aspect inoffensif est illusoire : la renommée d'un anonyme peut voler en éclats sur une seule prestation. Le ridicule est une arme d'autodestruction insoupçonnable.

    Ce n'est pas parce que l'outil informatique avec ses merveilleuses possibilités est à la portée de tous, que tous ont nécessairement des choses à dire, à montrer au reste du monde. Pour leur propre bien, le retrait de la scène informatique planétaire des postulants à "l'humour dupontesque" serait préférable à leurs gesticulations désespérées pour se faire une place au soleil décidément bien pâle de la gloire cybernétique.
    <o:p></o:p>

    644 - Le roi des avares

    Je connais un homme aux moeurs ahurissantes. Plus vieux que nature avec ses os saillants, aussi terne qu'une pelure de patate, ce singe acariâtre est d'une avarice extrême.<o:p></o:p>

    Lorsque je m'invite dans sa masure insalubre, même le contenu de sa gouttière est trop cher pour m'accueillir... Pas question de m'offrir un thé ! D'ailleurs avec quoi ferait-il bouillir son eau de pluie, attendu que le bois mort semble être son plus précieux trésor ? Il préfère s'excuser mille fois plutôt que de me céder une tasse de thé. D'ailleurs son thé est périmé et son eau de gouttière fangeuse, je ne l'ignore pas. Quand au sucre...<o:p></o:p>

    Rétif à l'électricité, il ne consomme que de la chandelle. Grand lecteur de journaux récupérés dans les poubelles, il est très au fait des actualités caduques. <o:p></o:p>

    Ça ne mange pas de pain. Effrayé par les nouvelles technologies et les moyens de communications révolutionnaires, il a trouvé une alternative peu onéreuse au téléphone portable, à l'ordinateur et à Internet : l'isolement.<o:p></o:p>

    Les amis ça coûte cher et c'est précisément pour cette raison qu'il déteste en avoir. Aussi, pour tenter de le sortir de sa solitude économique, dois-je rendre visite contre son gré à ce farouche exilé du monde de la consommation. En échange de son thé imbuvable qu'il me refuse systématiquement, j'apporte des oranges à ce prisonnier volontaire. Je crains, bien à tort, qu'il ne tombe malade de privations. En fait cet ascète est un roc. Je converse longuement avec lui. Cela ne le dérange guère de causer et je crois même qu'il apprécie beaucoup, vu que les mots ça ne coûte rien. Mais dès qu'il s'agit de sortir un verre, une tasse, une allumette... Là il se braque, devient muet, se sent mal, semble prêt à trépasser. <o:p></o:p>

    La dépense est le point faible de ce chêne nourri de terre maigre.<o:p></o:p>

    Sa détermination à ne rien débourser est redoutable. Je le connais, il préfère frôler la Camarde plutôt que d'aller chez le médecin. Il a décrété ne jamais tomber malade, que la maladie c'était pour les riches, les mous pas musclés, les gens de la ville trop bien nourris, les frileux pas assez économes, les fous qui jettent leur argent par les fenêtres... Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas payer "l'impôt sur la bonne santé" comme il dit. <o:p></o:p>

    Ainsi s'est-il constitué de solides anticorps, par la force des choses.<o:p></o:p>

    Cet homme hors du commun aime singulièrement la nature : salades de pissenlits, champignons, pommes sauvages, marrons, soupes d'orties, fruits tombés et céréales opportunes de toutes sortes à portée de main, mûrs ou pourris, légalement appropriés ou astucieusement emparés, tels sont les composants de ses repas aigres et corsés. <o:p></o:p>

    Ainsi ce qui ne l'a point tué l'a-t-il rendu plus vif.<o:p></o:p>

    A quatre-vingt-neuf ans ce vieux hibou reclus et misanthrope, vrai châtaignier mûri sous l'abstinence, est l'homme qui finalement me fait le plus rire au monde tout en suscitant chez moi une réelle admiration. <o:p></o:p>

    Le roi des avares...<o:p></o:p>

    645 - La poésie des réacteurs

    Croiser ton regard dans les airs, chère Sandrine, à bord de cet avion en provenance du Caire et sur le point d'atterrir à Orly dans le bruit confus des aérofreins et le sifflement net des réacteurs en décélération (ces stridulations caractéristiques annonçant l'atterrissage d'un aéronef, vrombissements intenses perceptibles par les passagers seulement), croiser ton regard là‑haut dans ce doux bruissement des moteurs disais-je, fut un théâtre intense. Du vrai, du beau tragi-comique avec pour décor tout un paysage, un monde vu d'en haut qu'il fallait coûte que coûte rencontrer sans heurt, sous peine de mort. <o:p></o:p>

    Nous étions acteurs charnels, incarnés, vivants et dangereusement proches l'un à côté de l'autre, avec le sol qui grossissait à l'approche de l'aéroport, un monde plus réel que nous ne l'imaginions parce que nos tombes futures étaient en bas, non en l'air. Notre devenir était sous nos pieds, quoi qu'il fût advenu. Telles étaient mes pensées...<o:p></o:p>

    Tu m'apparaissais plus belle en plein drame, au seuil de la tourmente (à l'approche du sol je me préparais à mourir comme c'est le cas à chaque atterrissage) !<o:p></o:p>

    Et ces bruits aigus de réacteurs -magnifique mugissement de la mécanique apprivoisée-, ces bruits de puissance, de gueules hurlantes muselées, maîtrisées par la main humaine, ces bruits de réacteurs en décélération, olympienne clameur du fer gorgé de feu, cette haleine brûlante enfin que crachait la machine, c'était de la MUSIQUE. <o:p></o:p>

    Mieux : du Mozart.<o:p></o:p>

    Oui tu étais belle dans cette scène, parce que cette couverture qui te recouvrait, si légère, ténue, aurait pu devenir ton linceul. Tout devenait vertigineux depuis mon siège : le paysage défilant à ma droite, la perspective certes peu probable mais non impossible d'un écrasement en bas, tes yeux furtivement croisés à ma gauche.

    Et derrière mon masque serein, la tempête.
    <o:p></o:p>

    Bercé par le bruit des réacteurs évoquant le galop aérien de deux pégases, j'attendais le contact libérateur avec le sol, le frisson au ventre... Exquis tourbillons de la chair et de l'âme agitées par des causes suprêmes ! Amour et mal de l'air les secouaient... Sur le point de vomir, entre agonie et éblouissement, effroi et émerveillement, je m'en remettais aux ailes qu'une flamme faisait rugir. Dieu ! Quel concert que ces sifflements ! C'était pour moi l'appel du large, le cri de la liberté, le chant du ciel. <o:p></o:p>

    Enchanteurs sont ces engins volants qui décollent avec fureur dans un crachat de fumée et reviennent dociles, gémissants à l'atterrissage ! Ces aigles géants qui rasent les toits avec plein de majesté avant de se fondre dans l'azur sont semblables aux coeurs des hommes en proie à leurs plus chers tourments.<o:p></o:p>

    Sandrine, voyager à tes côtés lors de ce vol de retour fut la plus délicieuse épreuve de ma vie.<o:p></o:p>

    646 - Education religieuse

    L'abbé Boyer, à la tête d'un orphelinat de province depuis 1830, est un sadique-né redoutable qui mène son petit monde d'une main de fer.<o:p></o:p>

    Son plus grand plaisir est de broyer méthodiquement les petits êtres perdus confiés par l'Assistance Charitable de France.<o:p></o:p>

    D'une foi inébranlable, le bon abbé enseigne avec rigueur et droiture la piété la plus doctrinale. Les orphelins de son institution sont sa bête noire : il méprise ces enfants de démons de toute sa hauteur ogresque. 120 kilos de muscles et de haine à l'état brut s'acharnant sur les pupilles, cela entretient sa belle santé. Encouragé par ses supérieurs, loué par les dames de bonne société, dans les bonnes grâces du pape lui-même, l'abbé jouit d'une considération universelle.<o:p></o:p>

    Austère mais juste, le père Boyer ne flagelle ses petits orphelins que pour des motifs hautement moraux : pénitence religieuse, affermissement de la foi, élévation spirituelle. Ou des fautes graves : vol d'un morceau de pain, assoupissement à la prière du matin, récitation maladroite de la Bible en latin... Le bon père estime en effet qu'à huit ans tout enfant se doit d'être raisonnable et rompre définitivement avec les molles tendresses de l'âge candide. <o:p></o:p>

    - "A huit ans on est un homme, bon sang !", répète-t-il sans cesse à ses pensionnaires pleins d'ingratitude...<o:p></o:p>

    D'un caractère trempé, l'abbé ne supporte pas les plaintes des plus chétifs. D'ailleurs la seule vue de ces êtres débiles le met généralement hors de lui. Alors lorsqu'en plus ces derniers se plaignent, il explose le Père... Mais heureusement jamais à bout de ressources, il fait taire les récalcitrants avec des procédés qui ont fait leurs preuves : privations de nourriture, de sommeil, corvées et prières, marches nocturnes forcées pieds nus avec fardeaux, etc. Des années à observer ses protégés, à expérimenter sur eux les idées pédagogiques les plus ingénieuses lui ont apporté les bases d'un enseignement sans faille. On ne la lui fait pas à l'abbé. Autodidacte, il connaît les méthodes pour mâter ces graines de vice...

    Petit Pierre est sorti de l'institution religieuse à l'âge de 21 ans avec une formation de commis agricole, après 13 ans passés sous la protection de l'abbé. Aujourd'hui il travaille comme vacher dans une ferme. Payé en pain frais, bon lait crémeux de vache, litière de paille, solitude et rosée matinale, il mange presque à sa faim. Bref, il est heureux.
    <o:p></o:p>

    Gloire à l'abbé Boyer, sévère mais juste !<o:p></o:p>

    647 - L'âme de l'amant

    Christine,

    Vous avez raison : je me perds dans des batailles stériles et mes conquêtes ont le prix dérisoire des émotions fugaces, des satisfactions vaniteuses, des plaisirs sans lendemain. Pitoyable, je ne suis qu’un Casanova des causes éphémères.
    <o:p></o:p>

    Puisque mon plumage trop léger n’agrée point à votre cœur si exigeant, je ferai en sorte de devenir un phénix digne de votre nom. Vous deviendrez l’hôte privilégié de ce cloître d’honnêteté nommé Raphaël.<o:p></o:p>

    Je me ferai amant austère pour vous mieux plaire. Avec des paroles chastes, dévotieuses, voire âpres. Je veux gagner votre âme et non plus votre simple coeur de femme. Offrez-moi non plus votre infernal hymen mais votre front décent, que je le baise avec respect, pudeur et sérénité. Qu'entre nous règnent les lois majeures de la vertu : je n’aspire plus qu’à un blanc hyménée.<o:p></o:p>

    Elevez-moi à votre hauteur que je puisse admirer de près votre couronne et lui rendre grâce. Cheminons sur les voies droites, nettes et claires d’un amour débarrassé de ses terrestres souillures. Faisons triompher poésie, pureté, beauté. Dans cette admirable affaire l’esprit est souverain, tandis que la chair n’est que corruption, laideur et diableries… La grande aventure de l’authentique amour commence là où se rompt le joug de la passion impure. L’amant libéré des charnelles séductions peut alors s’offrir sans artifice à l’être aimé. <o:p></o:p>

    C’est une fusion des âmes qui s’opère, et exclusivement des âmes. <o:p></o:p>

    Oublions nos corps, cher amour. Soyons des anges, sachons aimer avec élévation, sachons aimer comme on aime si rarement en cette époque de moeurs immodestes. Ne regardez pas mes vieux péchés mais l’éclat neuf de mon âme livrée aux feux de la pudeur.<o:p></o:p>

    Je porte la croix de la Vertu qui me mène jusqu’aux deux cierges de vos prunelles posées sur mes larmes sanctifiées : je vous dédie mes plaies futures et vous conjure de m’aimer avec autant de folie désincarnée que de raison séculière.<o:p></o:p>

    648 - Face effacée

    Christine,

    Ce trouble que vous me causez avec vos yeux globuleux, votre sourire absent et votre air d'affligée, cette humeur abyssale qui baigne mon être et dont vous êtes la source, cet état d’ivresse où vous m’avez mis et qui vous honore tellement, c’est l’or de mon âme qui s'allège, la gloire de mon temps perdu à vous désirer, le salut de mes jours dédiés à votre nom, la raison froide de mes rêves ardents, le sang blanc de mes heures qui passent.
    <o:p></o:p>

    Je vous aime comme j’aimerais une cathédrale.<o:p></o:p>

    Vous êtes un chérubin Christine, et je ne suis pas ce diable que vous imaginez. Je vous aime avec dans la tête un choeur gothique et des ailes romanes, et je chante cet amour onirique en dormant. <o:p></o:p>

    Vous êtes le rêve plus étrange de ma vie.<o:p></o:p>

    Vous êtes belle à cause de votre laideur. Mais vous n’êtes point laide : vous êtes une pierre, un vitrail, une flèche. Et moi je suis cet éclat qui vous manquait. Je vous aime comme un démon qui s’est fait Amour. Chartres m’a béni et vous m’avez maudit, tandis que j’ai prié.<o:p></o:p>

    Prié Christine…<o:p></o:p>

    Puis l’astre s’est levé, l’ange est apparu.<o:p></o:p>

    649 - La mort

    Lorsque claquera la Porte, s'ouvrira le grand show cosmique. <o:p></o:p>

    Effrayant, inouï ou intime et serein selon l'imagination, les craintes ou les espérances de chacun, le passage ne sera finalement qu'une formalité. <o:p></o:p>

    Au-delà de la pourriture, la Lumière. <o:p></o:p>

    L'atroce, l'immonde, l'épouvantable pourriture est l'ultime illusion à chasser, le dernier piège à éviter, la suprême insignifiance à mépriser. Une fois le cadavre sous la stèle, le spectacle doit continuer. Après les horizons bornés du temps, l'Éternité. Qui n'est rien d'autre que l'affranchissement de la conscience d'un cadre physique, matériel, la libération de l'esprit des limites d'une durée linéaire.<o:p></o:p>

    La mort est une aventure à vivre, une expérience unique à ne manquer sous aucun prétexte. La mort, voyez-vous c'est aussi l'humour.<o:p></o:p>

    Nos restes que dévore le ver et que corrompt la fange ne sont qu'inoffensives grimaces de la matière. Et le marbre recouvrant nos os, qu'un masque grotesque. Rien que des drôleries puantes. Pas de quoi élever des autels, et nul besoin non plus de les conserver dans des bocaux ou de les embaumer. Chaque destinée est un trésor autrement plus intéressant que ces puériles poteries funéraires. <o:p></o:p>

    Un homme qui meurt laisse tout derrière lui, c'est une banalité de le dire. Pourtant, la plupart des gens follement attachés à ce qui est périssable s'acharnent à accumuler passionnément des biens temporels. Peut-être à travers ces possessions ont-ils l'impression de prolonger, densifier leur existence... Châteaux et or, qui ne sont qu'assemblages d'atomes voués à de perpétuelles transformations et recyclages -même si c'est à l'échelle géologique-, châteaux et or disais-je contempleront du haut de leur immuable indifférence leurs maîtres lorsque ces derniers seront étendus au fond de leur cercueil. Envers ceux qui leur auront manifesté de chaleureuses affections, les objets se montreront bien ingrats à l'heure du grand départ...<o:p></o:p>

    Aussi, préférons un sage et relatif détachement à l'égard de la matière. S'enchaîner à ce fardeau de poussière, c'est s'embarquer pour le grand Ailleurs avec d'amers mirages. Le dépouillement matériel libère l'esprit, allège le coeur.<o:p></o:p>

    L'existence terrestre est l'apprentissage grandeur nature de l'Homme et sa dépouille en route pour le cimetière, le point limite entre deux extrêmes. Derrière, la misère. Devant, l'infini.<o:p></o:p>

    Nul ne connaît la mort, personne n'a jamais côtoyé le Mystère, aucun vivant ne peut dire un mot de ce qui se passe dans la tombe mais tous ont l'intuition d'un endroit sans limite. Même les plus sots, les plus noirs, les plus incrédules, les plus obtus, les plus lourds des esprits ont cette intuition.<o:p></o:p>

    La tombe n'étant que le promontoire de l'infini, répétons-le, le grand show doit continuer...<o:p></o:p>

    650 - La "Mère Vieille"

    On l'appelait ironiquement "la Mère Veille" (la mère qui veille), lorsqu'elle gémissait certaines nuits dans son fauteuil. <o:p></o:p>

    Ou plus méchamment "la Mère Vieille", à cause de ses rides hideuses.<o:p></o:p>

    La "Mère Vieille" était une de ces ombres décharnées issues de la fin du XIXième siècle qui ont traversé notre enfance et que plus tard nous évoquons avec une nostalgie mêlée d'horreur, nous la génération choyée née sous les ailes de l'opulence. Dans les années 1970, en effet, existaient encore de vraies reliques du siècle précédent -quasi centenaires- qui portaient en elles tout un monde révolu. Ces fossiles humains croupissaient dans les hospices : on pouvait les voir lors des sorties réglementaires aux abords de ces établissements de charité où ils avaient choisi -ou pas- de finir leurs jours.<o:p></o:p>

    Du plus loin que je me souvienne, ce fantôme continuellement agonisant dont j'ignorais d'ailleurs le véritable nom n'était qu'un pitoyable pantin de chair morte, une pauvre vieille femme sénile, une misérable rescapée de la tombe -laquelle semblait ne jamais parvenir à la happer parfaitement-, une morte-vivante oubliée du monde, reléguée dans un coin de l'hospice. Quand à cent ans et des poussières elle rendit l'âme, j'en avais dix. <o:p></o:p>

    Pour moi ce spectre catarrheux avait toujours été la "Mère Vieille" ou la "Mère Veille".

    Je me ressouvenais mollement de ce triste oiseau de mon enfance, l'autre soir avant de m'endormir. Dans mon demi-sommeil je me demandais dans quelles limbes avait bien pu échouer cet être plein de misère, trente ans après sa mort... Je m'endormis sur ces pensées.
    <o:p></o:p>

    C'est alors que je fis un songe étrange : je partais à la recherche de la "Mère Vieille".

    J'errais dans une nuit imaginaire pensant retrouver la vieille femme de mon enfance, quand un ange m'apparut. Je fus ébloui par son regard plein de force et de gloire. Son visage au sexe indéfini dégageait une noblesse inouïe. Il me demanda qui je cherchais aussi follement en plein rêve...
    <o:p></o:p>

    - Je cherche celle que l'on surnommait la "Mère Vieille" quand j'étais enfant. Qu'est devenue cette pauvre vieillarde malade dans l'autre monde ?<o:p></o:p>

    Éclatant dans son habit de lumière, l'ange me regardait toujours avec insistance, une flamme au front. Je répétai :<o:p></o:p>

    - Je cherche cet humain déshérité qu'on évoquait sans douceur jadis et que tout le monde a oublié aujourd'hui. Qu'est devenue cette pauvre âme ?<o:p></o:p>

    Sur ces mots l'ange dégagea un éclat de plus en plus intense.<o:p></o:p>

    Juste avant que je ne me réveille de ce songe troublant, dans un état de conscience suprême et fulgurant je saisis le sens et la profondeur de la réponse codée qu'il me fit :<o:p></o:p>

    - Je suis l'âme vermeille.<o:p></o:p>

    651 - Visite au Louvre

    Au Louvre deux mondes antinomiques se télescopent. Là-bas, l'Art -objet d'attention suprême, par essence affranchi des bornes de la médiocrité et de la pensée horizontale- nous est imposé à travers une structure policière ultra sécuritaire incompatible avec la Beauté censée incarner liberté de pensée, hauteur de vue, noblesse d'âme.<o:p></o:p>

    Caméras de surveillance innombrables captant tous les champs, violant tous les visages, badges à puces électroniques ostentatoires du personnel, cerbères armés aux allures agressives canalisant la foule, fouilles systématiques des sacs à l'entrée aux rayons X, tout cela finalement agresse l'esthète en quête de tranquillité et contribue à déshumaniser sa démarche voluptueuse. Le visiteur épris de hauteurs artistiques, dès qu'il passe le seuil du Louvre, a l'impression d'être l'hôte d'une geôle en or, infantilisé, obligé de marcher au pas dans les rangs, encadré "d'armoires" stressantes à l'oeil suspicieux, escorté par une véritable armada de systèmes électroniques et informatiques hyper sophistiqués... Voilà qui détériore les rapports humains ainsi que l'atmosphère de cet endroit dédié à la paix et au raffinement.<o:p></o:p>

    Ce régime totalitaire (d'inspiration policière et administrative parfaitement étriquée) à travers lequel sont accessibles les oeuvres n'incite pas les beaux esprits à la sérénité. En outre, en ces lieux hautains, prétentieux, l'on sent les effets infâmes de la vanité humaine : suprématie de l'argent, règne du luxe, dictature de l'apparence, promotion de l'intellectualisme creux, port du foulard Hermès, mépris de l'authentique esthète vêtu sans éclat mais hanté par le Beau... Aux antipodes des musées de province encore pleins de charme, de simplicité, d'humanité, voire de jovialité.<o:p></o:p>

    Au Louvre hauteur de vue artistique et réalités sécuritaires brutales sont indissociables.

    Noblesse de l'homme et bassesse marchande vont également de pair sous la pyramide de verre : l'Art est prétexte à faire pipi pour un euro, à boire un verre d'eau pour 1 euro cinquante, à faire payer de banales cartes postales deux euros, à se déplacer dans les galeries avec un chapeau sur la tête à cinquante euros... En fait les toilettes sont bien sûr gratuites au Louvre, ainsi que les verres d'eau, et on n'est pas obligé de porter de la soie pour passer pour un honnête homme. On ne paye rien de tout cela.
    <o:p></o:p>

    Mais c'est tout comme.<o:p></o:p>

    Une fois passée l'entrée éprouvante de cette caserne et achevée la quête du ticket d'entrée délivré par des machines serviables parlant un anglais international parfait, la chose la plus vulgaire à laquelle on peut assister au Louvre, ce sont ces éternels groupes de japonais abrutis au dernier degré qui dans un silence solennel se pressent les uns sur les autres, fiévreux, pour mitrailler... Est-il besoin de le préciser ? La Joconde et la Vénus de Milo.<o:p></o:p>

    Ce qui m'amène à penser que décidément l'Art n'est pas seulement un facteur d'élévation individuelle, il est aussi le révélateur de la suprême bêtise des masses.<o:p></o:p>

    652 - Rock'n'imbécile

    Depuis mon plus jeune âge j'ai toujours considéré le rock comme une musique primaire, ridicule, immature et bête conçue pour des auditeurs eux-mêmes primaires, ridicules, immatures et bêtes. Une musique propre à abrutir les foules dociles. Avec le temps, l'expérience, la sagesse, mon opinion s'est confortée dans ce sens.<o:p></o:p>

    La culture rock, puissant vecteur d'abêtissement des masses juvéniles, incarne le niveau zéro de l'intelligence, de la beauté, de l'élévation des coeurs, de l'éclairement des consciences. Violence, laideur, vulgarité, régression caractérisent cette musique de "singes contorsionnés", "d'ânes bêlants", de "perroquets hirsutes", même sous ses formes en apparence les plus inoffensives. Les messages traditionnels de cette musique sont des plus primaires, archaïques, voire franchement imbéciles : baisons, cognons, crachons, détruisons, haïssons (je caricature sciemment, quoi que la réalité puisse être bien pire..)<o:p></o:p>

    La sotte frénésie avec laquelle les foules en transe agitent le chef autour de leurs idoles bestialement grimées, le regard plein de ténèbres, un éclair infernal au front, la fureur aux entrailles, la guitare électrique en guise de phallus, sorte de sceptre hurleur défiant le Ciel, m'inspire les plus tristes sentiments. Mais aussi des réactions hilares...<o:p></o:p>

    Comment peut-on se laisser fasciner, manipuler, influencer, conditionner, endoctriner par cette musique tribale -pour ne pas dire infernale- issue des tréfonds du cervelet humain, déréglant sens, pensée, sentiments, exacerbant noirceurs de l'âme, corrompant tympans et sens de la modération, dénaturant l'homme en le faisant pantin simiesque ou chien aboyeur, détournant à son compte le sacré, inversant les valeurs fondamentales les plus nobles ? <o:p></o:p>

    J'ai toujours été frappé par l'apparence grotesque des chanteurs de rock. Avec leurs accoutrements ridicules ils sont bien les seuls à ne pas rire de leurs excès... Quant à leurs moeurs et excentricités, qu'elles soient simplement scéniques ou réellement adoptées, je ne vois qu'outrages, déviances, démence. <o:p></o:p>

    Rien de bien, ni de beau, ni de noble, ni de constructif.<o:p></o:p>

    Pour prendre l'exemple le plus anodin, le moins agressif, les Beatles, dieux vivants, ne sont à mes yeux que des ânes chantants. Certes ils chantent juste, connaissent les règles savantes de la musique, sont mondialement célèbres, mais ils ne font que de la musique rock en attendant, genre bête et crétin considéré à tort comme majeur. Le rock n'est à mes yeux ni plus ni moins qu'une musique inférieure, outrancière, voire bestiale et ouvertement destructrice, une musique de sinistres hystériques et de doux imbéciles à laquelle on a décerné des notes de noblesses.<o:p></o:p>

    Car enfin le reste, la déification des stars, les concerts historiques, les millions d'adeptes embrassant la cause, c'est juste la folie des hommes. <o:p></o:p>

    Ou leur bêtise.<o:p></o:p>

    653 - Eloge de l'insignifiance

    (En signe de protestation constructive aux vaniteux qui me reprochent une certaine "insignifiance", je leur propose ce texte qui glorifie ce qu'ils désignent subjectivement comme une tare. Pourquoi décréter sottement que l'insignifiance est une triste chose alors qu'elle fait partie de l'Homme, qu'elle participe aussi de sa grandeur, précisément parce qu'elle est humaine et qu'elle souligne la riche réalité des êtres multi facettes que nous sommes ?)<o:p></o:p>

    L'insignifiance libère le mortel du poids de l'existence. Elle affranchit celui qui s'y adonne des lourdeurs de son époque, des vanités de sa condition, des devoirs mondains.

    Se complaire dans le RIEN, le PEU, le DERISOIRE, c'est s'élever dans sa propre estime plus que dans celle des autres. C'est se regarder en face avec courage au lieu d'adresser à autrui ces sourires en forme de grimaces.
    <o:p></o:p>

    Exister à travers ragots, médiocrités, pitreries pitoyables, c'est renoncer à la mascarade officielle consistant à résonner plus fort que le clocher. Moi je me sens exister dans mes petitesses, petit à petit, détail après détail, instant après instant. Je ne rate aucune virgule dans le grand livre des phrases creuses et des mots vides de mon existence : je savoure les effets infinis du vent émis...<o:p></o:p>

    Le VENTEMI... Mot vide de sens qui coule comme une eau claire ! Le VENTEMI... Les EFFETINFINI du VENTEMI... Ça passe et ça fait passer des trains de vapeur, ça laisse des traits de fumée, des trous de brume, des traces de rosée. Ce rien avec lequel je remplis tout. Ce rien dont je fais le monde. Ce rien qui meuble et ma chambre et l'air, et ce texte et ma pensée. <o:p></o:p>

    Certains agitent l'air et appellent ça de la poésie. Moi j'appelle leur poésie du rien. Mais du vrai rien : du rien du tout.<o:p></o:p>

    Passe-temps vicieux des sans coeur qui se croient pleins d'amour pour le verbe, trop souvent la poésie leur fait croire à des merveilles en toc. Ils y croient dur comme fer, allant jusqu'à écrire à l'encre de Chine leurs mots immortels... Qui meurent sur place, sitôt séchés dans leur sillon de papier.<o:p></o:p>

    L'écran plat où s'affichent leurs états d'âmes oiseux, en connexion avec la planète entière, leur donne l'illusion de la profondeur. Serais-je le seul à ne pas me prendre au sérieux ? <o:p></o:p>

    C'est leurs regards lointains qui les rendent ridicules, ceux-là qui se prennent pour des plus que des "rien-du-tout"... Incapables de se voir posés sur leurs deux pieds, ils préfèrent voiler leur réalité avec de flatteuses fumées. Alors ils se donnent des pseudonymes effarants, des allures hallucinées... Ils s'imaginent des destins, des histoires, des mystères... Ils se conçoivent avec des artifices, singent les princes, portent d'étranges chapeaux... <o:p></o:p>

    Et après cela ils ont l'audace de me reprocher mon insignifiance dénuée d'atours, mon vide mis à nu, mon vent sans voile ! C'est que tous à travers leurs délires d'importance ont oublié l'essentiel : l'homme est un aussi fétu, un feu, un pantin.<o:p></o:p>

    Tout de paille.<o:p></o:p>

    654 - Un message de l'au-delà

    (Message mystérieux apparu sur mon écran d'ordinateur avant l'ouverture du système Windows, sur fond d'écran bleu)<o:p></o:p>

    Du séjour de ceux que vous appelez "les morts" je vous envoie ce message, moi qui fais partie maintenant de l'humanité à jamais ensevelie sous la tombe. J'appartiens désormais à l'immensité "dormante".<o:p></o:p>

    Votre monde captera les éclairs de ma pensée et selon que vous serez ouverts, insensibles, indifférents ou bien perplexes, vous croirez à un prodige, à un artifice, une illusion, à une aberration des lois naturelles, à un dérèglement de votre esprit, mais tout est simple, tout est clair depuis les hauteurs de l'au-delà. Proche du Mystère où à ma guise je peux faire agir les invisibles forces, je laisse tomber jusqu'à vous un infime rai de la Lumière. <o:p></o:p>

    Ne soyez pas effrayés par ces images qui apparaîtront au gré de vos songes, par ces annonces qui miraculeusement s'inscriront aussi bien sur la pierre, vos fronts et vos écrans que le sable des plages qu'effacera aussitôt l'écume... Qu'ils soient durables ou éphémères, écrits sur l'onde ou le granit, limpides ou codés, prenez ces signes comme les témoignages sûrs de ceux qui du haut de leur demeure suprême voient l'essentiel et, investis d'un pouvoir supérieur, envoient ces mots sur terre à l'heure où l'Humanité est mûre pour les recevoir. <o:p></o:p>

    Ne perdez pas de temps à résoudre des mystères qui n'en sont pas quant à la forme et au comment, l'important est ce que disent les messages, non la mécanique immatérielle, imperceptible qui vous les fait parvenir. Croyez-moi tout est facile et beau pour l'esprit, une fois élancé à travers le tombeau.<o:p></o:p>

    Quand vous brûlez un cierge, allumez une cigarette, crachez le feu ou allumez simplement votre cheminée et que vous voyez la flamme monter en forme d'oiseau, quand plus tard dans le ciel devant vous l'oiseau tourne pour former un cercle, quand aux hasards de vos lectures, de vos rêveries, de vos occupations domestiques ce cercle chemine et devient un zéro et lorsque finalement au gré de vos allées et venues sous le soleil de la réflexion le zéro vous suggère l'infini, et que ce mystère aux apparences anodines vous le voyez se graver sous vos yeux à travers un rond de fumée étonnant, un nuage qui s'arrondit ou un tourbillon de poussière furtif mais chargé de sens créant un cône dans l'air et dévoilant un astre sur le sol, c'est moi qui écrit, moi qui avec ma plume céleste vous dit combien l'aventure est fantastique !<o:p></o:p>

    Quand il vous semble que le vent vous adresse des mots humains, quand le sort vous fait des clins d'oeil inouïs, quand vos chemins vous mènent là ou vos pas ne vous auraient jamais menés, quand vous partez vers de sombres certitudes et que parvenez à de radieux impossibles, quand vous choisissez la nuit et que le jour vous éclaire, quand vous jetez un caillou et que vous recevez une étoile, un être omniscient est là qui vous parle, vous tend la main, un être qui hante les grandeurs cosmiques comme les moindres détails du quotidien, que vous voyez de mille façons différentes, toujours subtiles. <o:p></o:p>

    Et moi depuis mes sommets éclatants, plus vivant que vous ne le pensez, confirmant l'existence de cet être qui depuis toujours vous destine ses lueurs divines (que vous ne percevez pas nécessairement), je trace l'indicible réalité dans la matière pour mieux vous convaincre de ma glorieuse immatérialité. <o:p></o:p>

    Ni fantôme, spectre ou ombre, derrière la fosse où s'est achevé mon apprentissage terrestre, je suis VIVANT.<o:p></o:p>

    655 - Théâtre amoureux

    Christine,

    Votre silence me pèse, chère exilée, estimable morte, précieuse stèle. Avec votre visage fait pour charmer les peintres maudits et les poètes désespérés, vous êtes un tombeau gracieux et tendre, une porte ouverte sur des amours éternelles, sombres et exquisément morbides…
    <o:p></o:p>

    Je songe à vous dans le secret des jours qui passent, indolents. On me croit vide, insoucieux, léger… Je suis hanté par un amour étrange et beau dédié à cette statue éloignée que vous êtes… Vous la lointaine amante, idéale conception poétique, pietà aux traits élégiaques, bohémienne au front onirique, vous incarnez les hauteurs non académiques mais sincères de mon âme sensible aux causes suprêmes. <o:p></o:p>

    Les sommets inédits où j’ai accédé, porté par vos ailes funèbres, rejoignent les flèches du vaisseau chartrain. Mon olympe de marbre et de lumière, d’ombre et de gloire est situé à l’exacte intersection de l’amour et de la laideur, de la souffrance et de la beauté, de l’éblouissement et du vertige. Entre la fosse et l’infini.

    Sur le chemin des étoiles.
    <o:p></o:p>

    Chartres n’est qu’un prétexte, le symbole de ma quête esthétique et spirituelle : un trésor à portée de vue, la première marche vers l’horizon cosmique. Et vous Christine, vous représentez l’idéal de cet infatigable sybarite que je suis à la poursuite d’un mystère d’âpre beauté dépassant nos ordinaires conceptions temporelles. Voilà à mes yeux ce que vous êtes : un idéal. <o:p></o:p>

    Quasi christique. <o:p></o:p>

    656 - La mère Chapogne

    La mère Chapogne, t'es vieille comme une peau de momie, t'es sale, tu chiques et t'es complètement arriérée dans ton trou de province avec tes poules ! T'es qu'une affreuse sorcière du Diable, avaricieuse, méchante, teigneuse comme c'est pas possible, voleuse d'eau de pluie, rôdeuse des mares, « rapiéceteuse » de chaises, médisante comme une vipère, mais je t'aime bien quand même. Tu portes le même chapeau rapiécé depuis quarante sept ans, t'es jamais sortie de ton village depuis que tu y es née il y a quatre-vingt quatre ans, tu sais pas lire, t'aime pas les gens, tu nourris les rats de ta maison, mais ça empêche pas que t'as du charme la vieille. <o:p></o:p>

    T'entends la Chapogne ? Je t'aime bien moi, vieille chouette ! D'ailleurs t'en as une de tête de chouette, tu sais. Une vraie tête d'oiseau de malheur. Tu sens bon le foin et les bois la vieille. J'aime te voir revenir de la forêt, t'entendre râler toute seule avec tes fagots sur le dos. Tu mets du pittoresque dans la campagne. Tu es la compagne des corbeaux, une silhouette mauvaise sous la Lune, un chat-huant dans la nuit. <o:p></o:p>

    Tu parles patois et tu supportes pas les parisiens avec leurs manières. T'as raison la Chapogne. Des comme toi, y en a plus dans la campagne. T'es la dernière des ramasseuses de fagots. T'as pas l'électricité dans ton taudis, mais en hiver ta cheminée avec le feu qui chante dedans, elle chauffe jusqu'au fond des âmes. T'as du caractère la Chapogne. Avec ta canne noircie à la braise t'as remis plus d'un garde-champêtre à sa place dans ta carrière de voleuse de bois mort ! <o:p></o:p>

    Quand ça sera le jour où qu'y faudra te mettre dans le trou, avec ou sans le curé, promis j'irai cracher sur ta tombe comme y feront tous les autres au village qui t'ont jamais aimée. Mais moi je te garderai dans mon coeur comme la plus chère de toutes les chamelles de vieille fumure que la terre ait jamais portée ! T'es une vraie caillasse de vieille carne, la vieille ! Ha oui je t'aime bien la Chapogne. Même que t'es pas prête de crever, pas vrai ? C'est que t'es en pleine forme et que t'as encore sacrément envie de nous faire goûter à ta canne, hein la vieille ? Allez, le Bon Dieu y te donnera bien encore vingt ans avant d'aller t'envoyer bouffer du pissenlit par la racine. Le temps de bien emmerder encore toute une génération au village. <o:p></o:p>

    657 - L'élite des journalistes

    Les journalistes de l'Express, du Nouvel Observateur et du Point, qu'ils écrivent sur la politique, la culture ou l'économie ne sont jamais sérieux. <o:p></o:p>

    Je veux dire qu'ils sont peu réalistes. Le monde parisien d'où ils analysent le monde, leurs articles traités avec froideur et érudition depuis leurs bureaux feutrés, leurs allures "journalistiques", leurs affaires impérieuses, leur pensée aseptisée où toute considération locale, quotidienne, familière est bannie, tout cela fait croire que ces gens pressés sont dépourvus d'intestins et qu'ils ne vont par conséquent jamais aux toilettes.<o:p></o:p>

    Ils parlent d'Israël, de Chirac ou de l'Europe comme si leur vie n'avait de sens qu'à travers ces agitations "éclatantes". Comment prendre au sérieux de tels articles qui laissent sous-entendre que leurs auteurs sont des êtres "importantissimes" ne pouvant se passer de pondre des cocos aussi impératifs ?<o:p></o:p>

    Le journalisme a son élite, elle travaille chez l'Express, chez le Point et chez le Nouvel Observateur. Dans ces bureaux illustres où se croisent scribouillards et fronts télégéniques très actifs et très conscients de leur irremplaçabilité, côtoyant tous des hommes haut perchés, pardon ! haut placés, on doit se persuader que dans un tel contexte un cabinet de toilette n'a pas sa place.<o:p></o:p>

    Il est vrai qu'un journaliste de chez l'Express, Le point ou le Nouvel Observateur, ça ne chie que des papiers. <o:p></o:p>

    658 - Pourquoi je méprise les Napoléon

    L'ambitieux tyran a pour dessein de satisfaire son criminel ego. Il se croit grand alors qu'il est petit. En effet, lorsqu'il soulève des armées de paisibles jardiniers pour servir sa cause, il casse des oeufs pour ne faire aucune omelette... Il dérange des montagnes pour ses lubies mesquines.<o:p></o:p>

    L'empereur qui a des vues sur le monde sacrifie la vie de milliers d'individus dont pour certains les vues et l'intelligence englobent et dépassent ses petites réalités de despote. La force de l'empereur, c'est précisément qu'il a pour lui la force. Mais rien de plus. Les vues d'un Napoléon sont uniquement politiques, géographiques, historiques. Les vues de tel ou tel soldat enrôlé de force par ce Napoléon vont parfois bien au-delà de celles pour lesquelles il donne sa vie. <o:p></o:p>

    Lorsqu'un grand mathématicien, quelque beau philosophe, un chercheur ou un penseur quelconque pris dans l'étau de l'histoire se retrouve en train d'agoniser sur un champ de bataille napoléonien alors que dans sa tête se sont formées, inconnues du monde, des conceptions bien plus éclatantes, autrement plus élevées, plus durables et consistantes que les considérations temporelles et politiques d'un Napoléon postulant aux palmes militaires, l'absurdité des conquêtes impériales n'en est que plus intolérable. Un empire politique constitué sur les ruines de tels esprits, apolitiques eux, ressemble à une partie d'échecs ubuesque. C'est un château de pierre que l'on détruit pour le remplacer par un palais de sable.<o:p></o:p>

    De même certains politiciens voudraient faire nôtres leurs ambitions... Ils aimeraient que nous embrassions nous aussi la cause qu'ils défendent. Ce serait dans certains cas un bien grand gâchis que de détourner de leurs voies de beaux esprits, de rétrécir leur vue incluant des horizons plus vastes que le champ politique !<o:p></o:p>

    Sur la balance de l'esprit, quel intérêt à vouloir dominer le monde lorsque dans les rangs des soldats enrôlés pour la cause, un esprit dépasse ne serait-ce que d'un pouce les lauriers posés sur la tête de celui au nom de qui ces rangs ont été formés ? Mauvais calcul. Les Napoléon ont des vues brèves, tandis que la plupart de leurs victimes ont des vues de grande portée. Le déséquilibre est là. <o:p></o:p>

    Ubu a pour lui la force. Quant à la bêtise, c'est sa loi.<o:p></o:p>

    659 - Terrorisme étatique

    Certes les chefs d'états des pays les plus riches du monde qui s'étaient réunis au G8 de Londres arboraient des mines affligées tout à fait de circonstance devant les événements sanglants de la capitale britannique. J'ai attentivement écouté les brèves interventions officielles de Bush et de Poutine qui condamnent à raison le terrorisme.

    Tous deux pourtant pratiquent le terrorisme d'état, professionnel, légalisé et qui plus est, à l'échelle industrielle, terrorisme pudiquement appelé "gestion de crise" ou bien "opération de maintien de l'ordre". Le premier, en Irak. L'autre, en Tchétchénie. Tous deux assassinant, massacrant sans état d'âme un peuple, en tout cas s'attaquant à des populations civiles sans défense. Viols, destructions, enlèvements, tortures et assassinats en Tchétchénie. Meurtres de civils (femmes et enfants) en Irak, là encore pudiquement appelés "dégâts collatéraux". Sans compter que pour défendre sa cause pétrolière Bush n'hésite pas à exposer une catégorie de son propre peuple à la mort en envoyant des jeunes soldats yankees au casse-pipe.
    <o:p></o:p>

    (Poutine quant à lui, entre autres crimes à son actif, laisse mourir les jeunes hôtes d'un sous-marin accidenté -le Koursk-, en refusant l'aide des pays voisins pour une question de pure fierté nationale, affaire révélatrice de l'état d'esprit des têtes couronnées de ce monde qui condamnent le terrorisme islamique mais qui jouent aux échecs avec la vie de leurs hommes).<o:p></o:p>

    Trente sept mort dans le métro londonien, le bilan est terrible. Mais combien plus terrible est le résultat du terrorisme étatique, lorsqu'on compte plus de mille morts, rien que dans les rangs de l'armée US... Combien de milliers d'autres morts anonymes en Irak et en Tchétchénie à mettre sur le dos de ces deux dirigeant évoqués, si prompts à s'émouvoir devant les victimes "civilisées" du métro londonien ? <o:p></o:p>

    Les deux plus grands terroristes du monde que sont Bush et Poutine ont la chance d'avoir pour eux la loi, le pouvoir, ils peuvent en toute impunité perpétrer leurs méfaits à l'encontre des populations civiles, confortablement assis sur leur trône.

    Tous les terroristes sont à condamner, aussi bien ceux qui oeuvrent "au noir" dans le métro que ceux qui sont déclarés. Aussi bien ceux qui le pratiquent illégalement que ceux qui le font de manière professionnelle et dûment encadrée par la loi.
    <o:p></o:p>

    660 - Débilités cacaotées

    Victimes des clichés éculés d'un érotisme des plus poussifs, pour la saint-Valentin des gogos rigolards, bêtes et forcément méchants vont s'acheter au prix fort des mets au cacao dans des magasins spécialisés pour fêter dignement un des jours les plus commerciaux de l'année. Des mâles dopés au viagra vont se prendre pour de légendaires et d'irrésistibles Casanova sous prétexte qu'ils laperont la peau de leur femelle hormonée recouverte de crème de cacao, cet accessoire anodin étant bien évidemment vendu à prix d'or...<o:p></o:p>

    Aux pigeons en mal de jeux érotiques innovants, persuadés d'être plein d'imagination et de fantaisie, on peut vendre n'importe quoi à des prix luxueux : préservatifs à l'odeur de vanille, lubrifiants parfumés à la fraise, peinture au cacao... Toutes les débilités imaginables sont commercialisables, pourvu qu'on les pare d'artifices pseudo-érotiques sensés contribuer à l'épanouissement sexuel des "citadins branchés". Pour peu qu'on flatte habilement leur vide cérébral et qu'on transforme leur imbécillité congénitale en valeur mercantile, les "pionniers sexuels" de nos villes se sentant valorisés par ces produits faits exprès pour eux ne rechignent pas à débourser un maximum d'argent pour satisfaire leur "richesse érotique".<o:p></o:p>

    Les sots existent, Dieu merci ! Grâce à eux des commerçants futés peuvent s'enrichir sans grands efforts. La société est bien faite : les produits les plus superflus, les plus idiots et les plus faciles à concevoir sont vendus aux prix les plus élevés à une certaine clientèle. Mais pas n'importe laquelle, non... Cette clientèle fait non seulement partie de celle dont les saillies sont les plus faciles à régler, déclencher, planifier par prospectus publicitaires interposés, mais c'est aussi la plus aisée. <o:p></o:p>

    Ainsi tout le monde est content, acheteurs comme vendeurs. La société est vraiment très, très bien faite.<o:p></o:p>

    661 - Le "JT"

    On l'appelle très sérieusement la "Grand-Messe du 20 heures". Ou plus sobrement, plus imbécilement le "JT". <o:p></o:p>

    Le "Jité" pour les abrutis encore plus dociles que les autres.<o:p></o:p>

    Comme le hamburger mondialisé, la "Grand-Messe du 20 heures" est le modèle type de l'émission de télévision consacrée aux nouvelles, le standard international de la diffusion neutre et conviviale de l'information, dans un style plus ou moins calqué sur l'officiel et sérieux -et tout aussi aliénant- "TIMES".<o:p></o:p>

    Bref, la "Grand-Messe du 20 heures" est censée être l'aboutissement de la "pensée" dans le domaine de la culture télévisuelle. <o:p></o:p>

    Au "JT", le summum de la vulgarité s'affiche en costume-cravate. Les termes mêmes "Grand-Messe du 20 heures" forment une atteinte au bon goût. Ces mots sous-entendent que le téléspectateur perverti par le matraquage médiatique ambiant adhère sans résistance à ces normes qu'on lui impose en douceur par costume-cravate et ton neutre interposés.<o:p></o:p>

    Les présentateurs de ces cérémonies triviales et ineptes (journalistes coupables d'abrutir les foules avec leur discours formaté devenu LA REFERENCE en matière de communication publique dans l'inconscient collectif) s'y font un nom, deviennent "célèbres" pour des millions d'esprits passifs et peu exigeants. Montrer sa tête au "Jité" suffit pour devenir un être cher dans le coeur de millions de téléspectateurs... Ces journalistes sont admirés comme des dieux, des acteurs de cinéma, des héros mythologiques même ! Leur mérite ? S'adresser chaque soir à la grande étable humaine captivée par la plus formidable machine à abrutir les foules qui ait jamais été inventée.<o:p></o:p>

    Ainsi Patrick Poivre d'Arvor, minable petit journaliste ni meilleur ni pire qu'un autre et écrivain parfaitement insipide, Hugo des concierges, insignifiant, affligeant de nullité littéraire, sans le moindre talent, fait figure de héros contemporain chez le téléspectateur moyen... Les présentateurs des prévisions météorologiques, sous prétexte que leur image est contenue entre les quatre coins carrés de l'écran dans lequel il s'agitent avec des sourires lénifiants, sont adulés comme des princes. Les journaux télévisés et tout le cirque qui tourne autour transforment n'importe quels petits journalistes de province en Albert Londres. <o:p></o:p>

    En apparence seulement. Dans la notoriété, mais certainement pas dans le talent.

    Faire du journal télévisé la référence contemporaine en matière d'information, l'utiliser comme voie officielle, traditionnelle par laquelle s'exprime le Président de la République, c'est oublier que nul n'est censé posséder cet instrument diabolique destiné à avilir les foules, à faire taire la pensée, à niveler les sensibilités dans le sens des intérêts commerciaux.
    <o:p></o:p>

    Nul n'est censé non plus prendre connaissance dans les détails ou dans les grandes lignes des faits menus et majeurs agitant ou apaisant la planète, nouvelles rapportées à travers des prismes officiels toujours déformants. Information moulée dans un cadre occidental, définitivement figée dans son traitement, sa priorité et sa diffusion par les écoles de journalisme et par conséquent triée, reformulée, tronquée, exagérée ou aseptisée. En bref, ciblée de manière arbitraire, subjective, partiale, par les journalistes à la solde de l'esprit médiatique dominant, loin, très loin de l'authentique journalisme à la Albert Londres.

    Savoir que la terre tourne avec son lot quotidien de douleurs et de merveilles devrait suffire à l'information définitive de l'honnête homme. Le reste, les présentateurs de journaux télévisés, n'est que vanité. Les journalistes affichant leur face compassée sont des têtes en trop, des pantins convaincus de leur utilité, juste un bruit inutile qui s'ajoute au permanent brouhaha planétaire qu'ils s'ingénient à répercuter d'abrutis en abrutis, inlassablement, médiocrement, pathologiquement.
    <o:p></o:p>

    662 - Aux pornocrates du NET et à leurs associés

    Courrier postal envoyé à la société CREANET au 36, rue du Chemin Vert à Paris (01 48 07 59 14).<o:p></o:p>

    Madame, Monsieur,<o:p></o:p>

    C’est avec l’intention d’agir énergiquement contre ce que vous représentez que je vous adresse ce courrier. Vous n’ignorez pas que des pornocrates de toutes espèces, de la plus commune à la moins avouable, font appel à vos services pour envoyer à d’honnêtes internautes qui n’ont rien demandé des propositions malsaines et suspectes à caractère pornographique. Ce qui contribue de manière éhontée à la pollution des moeurs autant que des boîtes à lettres informatiques.<o:p></o:p>

    Mon association (512 membres) a pour but de combattre légalement non seulement les pornocrates du WEB, mais également leurs acolytes commerciaux. Les marchands de ces pitoyables services et produits sexuels sont moralement assimilables à des proxénètes. Ces individus douteux sévissant toujours dans le lâche anonymat, à travers l’association nous nous adressons en priorité à leurs suppôts, qui eux restent accessibles et peuvent par conséquent recevoir publiquement les fruits terribles de notre ire. <o:p></o:p>

    Le premier moyen de pression à la portée du citoyen responsable qui souhaite lutter efficacement contre les nuisances de ces minables oeuvrant dans l’ombre est d’envoyer une lettre d’avertissement à ceux qui, comme vous, s’associent à leur détestable commerce. Si à l’issue de ce premier courrier vous refusez d’abandonner votre vile collaboration avec ces pornocrates, ce qui est légalement votre droit, moi et mon association agirons par d’autres moyens plus coercitifs. Sous toutes les formes légales à notre disposition. <o:p></o:p>

    Le but : faire cesser la pollution pornographique sur le WEB.<o:p></o:p>

    Ma proposition est fort simple, à prendre ou à laisser : cessez de travailler pour cette faune en col blanc. <o:p></o:p>

    Forte de 512 membres actifs dont une bonne partie est particulièrement déterminée, l’association (non violente et respectueuse des lois républicaines) a une réelle capacité de mobilisation citoyenne. Une couverture médiatique à la fois locale et nationale, ainsi que le soutien de quelques élus courageux et de personnalités faisant autorité dans la lutte contre la pornographie nous permettent des audaces magistrales. Très négatives en terme d’image pour les sociétés comme la vôtre qui travaillent à la solde des pornocrates.<o:p></o:p>

    Cela dit vous avez également tous les moyens légaux à votre disposition pour tenter de contrer notre action si vous estimez utile d’entreprendre cette riposte symbolique.

    Je vous remercie pour votre attention et en dépit de ce grave différend nous opposant, vous prie de croire, Madame, Monsieur, à ma parfaite considération.
    <o:p></o:p>

    663 - Tentatives d'explications sur l'origine des SPAMS

    Afin de s'enrichir sur la bêtise de ses semblables, pourquoi ne pas imiter les spameurs et vendre en ligne des trucs débiles, des bidules grotesques, des machins insensés qui ont tous la particularité d'être chers, stupides, parfaitement inutiles ?

    Vaseline au goût de réglisse-menthe, Viagra bleu, orange, à pois, Xanax à 8,5, poudre d'escampette fluo, aphrodisiaques magiques à base d'extraits de peaux de bananes, boules de cristal en plastique, développeurs de pénis, strings comestibles, balais à chiottes électriques, médailles protectrices irradiées par les ondes supra-atomiques de grands marabouts et autres débilités du même genre doivent se vendre comme des petits pains sur le grand marché du NET, vues les sollicitations commerciales reçues quotidiennement par l'internaute moyen. Pour recevoir tant de ces publicités délirantes dans nos boîtes aux lettres électroniques, le filon doit marcher. Sinon les spameurs auraient arrêté leur business depuis longtemps.
    <o:p></o:p>

    A mon avis une minorité d'acheteurs très naïfs mais aussi très fortunés doit à elle seule faire vivre ce vaste marché... Le problème, c'est que je me demande si de tels imbéciles existent vraiment sur cette planète... Comment en effet peut-on être à la fois riche et sot pour risquer des centaines voire des milliers d'euros dans des achats aussi improbables, étant donné que les gens riches sont également des gens intelligents dans la très grande majorité des cas ? En général pour gagner assez d'argent au point de pouvoir se permettre d'en jeter par les fenêtres, il faut avoir autre chose que du fromage blanc dans la cervelle... Boursiers, hommes d'affaires, banquiers, financiers, avocats renommés peuvent se permettre ce luxe. Or je doute sincèrement que ces sommités brillantes et aisées, aussi futiles, aussi superficielles soient-elles, succombent à de telles imbécillités.

    Alors qui sont ces acheteurs de développeur péniens ou de lunettes à rayons Z servant à regarder à travers vêtements de soie et murs de béton, prêts à débourser des centaines, des milliers d'euros pour ces objets de dingo-débilitos-arriérés ?
    <o:p></o:p>

    Mystère.

    Personnellement je ne connais personne qui lise en bavant d'envie ces publicités affligeantes. Il y a peut-être une autre explication : les spameurs seraient en fait des parieurs insensés, des gens fortunés et désoeuvrés, complètement déments (ou sous l'emprise de drogues bizarres), qui s'amuseraient à inonder les boîtes aux lettres électroniques du monde entier avec leurs sollicitations invraisemblables, perdant temps et argent à essayer de convaincre des smicards ou des étudiants à dépenser 500 euros pour voir apparaître leur arrière grand-mère décédée dans une boule de cristal dernier cri ou pour devenir d'irrésistibles séducteurs grâce à des gouttes d'un produit magique à faire pénétrer par les oreilles. Et c'est à celui qui obtiendra la première commande. Si tel est le cas, le manège risque de durer encore longtemps. A moins qu'une bonne âme se sacrifie pour faire cesser ce pari stupide en envoyant à un de ces spameurs un chèque de 850 euros contre l'achat d'une souris d'ordinateur verte distributrice de capotes anglaises parfumée et auto-rétractables ou qu'il tape directement le numéro de code secret de sa carte bancaire pour recevoir en échange du débit de 412 euros et dix-huit centimes un magnifique porte-clés incrusté de rubis en formes de poissons rouges qui clignote dans le noir...
    <o:p></o:p>

    Je ne vois pas d'autres explication au phénomène de spameurs.<o:p></o:p>

    664 - Nouvelle tentative d'explication aux SPAMS crétinisants

    Une question me taraude quant au phénomène des SPAMS crétinisants :<o:p></o:p>

    Quel être humain assez sot, véritablement atteint d'imbécillité profonde, répondrait aux diverses sollicitations commerciales douteuses toutes plus clinquantes et débiles les unes que les autres vantant les mérites de maintes pilules miracles ou de je ne sais quelle poudre de perlimpinpin fluorescente ?<o:p></o:p>

    Tel charlatan en ligne promet de doubler la taille pénienne en quelques semaines grâce à des pilules révolutionnaires vendues "seulement" 200 euros la boîte... Un autre marabout à la pointe de la communication télématique jure par tous les diables à qui veut l'entendre, témoignages bidons à l'appui gros comme des caricatures de publicités pour lessives, qu'il a percé le secret des dieux du hasard et est prêt à céder sa "machine à trouver les numéros gagnants du LOTO" moyennant la modique somme de quelques centaines d'euros...<o:p></o:p>

    Les spameurs sont-ils en fait de simples malades mentaux doués pour l'informatique et n'ayant rien à faire d'autre de leurs journées qui s'amusent depuis leur hôpital psychiatrique avec Internet ou bien au contraire sont-ce plus curieusement des professionnels de l'escroquerie en ligne parfaitement sains d'esprit (si l'on peut dire) qui émettent leurs propositions commerciales spécialement conçues pour des internautes à la fois malades mentaux et ayant un certain pouvoir d'achat qui s'ennuieraient dans leur chambre d'hôpital psychiatrique ayant accès à Internet ? Conditions improbables qui donne une idée de la foi et de la patience incroyables de ces SPAMEURS... Autrement dit ces SPAMS seraient-ils ciblés uniquement vers ces personnes mentalement déséquilibrées ? En ce cas, et ce serait une explication plausible, ces commerciaux répandraient dans des millions de directions différentes leurs SPAMS dans l'espoir qu'une infime partie soit lue par ces malades mentaux enfermés dans leur asile... En effet, seuls les déséquilibrés mentaux étant susceptibles de répondre à ce genre de proposition d'agrandissement pénien par ingestion de pilules miracles vendues à prix d'or ou de gain au LOTO par le truchement d'une machine fort onéreuse destinée à émettre des numéros gagnants, je ne vois pas d'explication plus rationnelle au phénomène des SPAMS débiles.

    Stratégie pour le moins aléatoire de la part de tous ces SPAMEURS, certes... Mais qui doit certainement finir par payer à la longue puisque les SPAMS débiles continuent de fleurir sur les autoroutes virtuelles.
    <o:p></o:p>

    Une solution existe pour stopper définitivement le phénomène et libérer le NET de l'encombrement "spamique" : couper la connexion Internet dans les chambres des aliénés. Quand les débiles mentaux à la fois assez riches et assez organisés pour commander et payer en ligne leurs pilules d'agrandissement phallique ou leurs machines révolutionnaires à gagner au LOTO ne pourront plus répondre aux SPAMEURS et ainsi entretenir le phénomène, ces derniers finiront par se lasser.<o:p></o:p>

    665 - Le SIDA, maladie de l'âme

    A mes éventuels détracteurs,<o:p></o:p>

    Faites l'effort inhabituel de ne pas détourner les yeux de ce texte, de le lire jusqu'au bout, aussi vomitif soit-il pour votre sensibilité allergique aux propos prenant des apparences trop vénéneuses. Ayez cet héroïsme qui n'est ni de droite ni de gauche mais qui est simplement vertical.<o:p></o:p>

    Certes je ne dis pas que je suis un être donnant aux premiers abords l'impression d'être bon et altruiste. Je dis simplement que j'ose émettre le fruit de mes réflexions, outrancières mais sincères. Je ne m'appelle pas Marcel Dupont, je m'appelle Raphaël Zacharie de Izarra. Je ne suis ni de droite ni de gauche, je suis Izarrien.

    J'ai conscience de déplaire avec ce texte sur le SIDA qui n'a cependant pas la prétention d'être l'émanation la plus pure de la "Vérité Universelle", mais plus modestement d'être l'écho sans compromis de ma réflexion que j'estime encore assez pertinente et saine pour pouvoir publiquement l'exprimer sans que j'aie à en rougir.


    POUR LE DROIT D'EMETTRE UNE PENSEE DIFFERENTE, QUI N'EST NI INTOLERANCE NI HOMOPHOBIE POUR AUTANT
    <o:p></o:p>

    Je ne me suis personnellement jamais senti concerné ni par le SIDA ni par les dangers de la drogue ni par les accidents de la route le samedi soir après minuit. <o:p></o:p>

    Le SIDA dans nos pays riches est inadmissible car nous sommes trop civilisés pour mourir d'autres maladies que celles, plus traditionnelles, produites par l'obésité, l'excès de confort, de viande, de corps gras, de léthargie physique, morale et mentale. Ces maladies cardiaques, spirituelles ou hépatiques contractées au cours d'une vie d'habitudes honnêtes d'occidental moyen sont beaucoup plus acceptables que l'exotique SIDA qui lui tue sournoisement depuis les toilettes de discothèques, depuis les sordides bakrooms, depuis les emblématiques ghettos de sodomites, et surtout depuis les soirées "amicales" entre étudiants... <o:p></o:p>

    Le SIDA a été le révélateur de nos bassesses, de nos moeurs d'occidentaux dégénérés. Avec cette maladie nos dépravations privées ont été mises sur la place publique.

    Je n'ai jamais donné le moindre sou pour aider à lutter contre le SIDA. Je n'en suis ni fier ni honteux. Je ne me sens personnellement pas concerné, voilà tout. On nous dit qu'il faut aider la recherche parce que cette maladie peut frapper n'importe lequel d'entre nous. C'est la raison que les organisateurs de soirées charitables avancent pour susciter le don des citoyens. Hé bien moi je ne me sens pas concerné à titre individuel, je ne donne par conséquent pas d'argent pour la recherche contre le SIDA puisque le critère mis en avant est l'identification de l'homme de la rue aux malades du SIDA.
    <o:p></o:p>

    Il se trouve que je ne suis pas un "homme de la rue". Mais un honnête homme, un bel esprit, une âme d'exception.<o:p></o:p>

    Ai-je encore le droit dans cette démocratie où la part belle est faite aux plus insignifiantes, aux plus éhontées minorités, de me différencier par mes qualités et non par ma médiocrité, comme c'est le cas chez mes contemporains soucieux d'être acceptés à travers leurs déchéances étalées sans pudeur ? Puis-je encore être ultra minoritaire dans mes hauteurs ? Ou aurait-il mieux valu que je sois un sodomite patenté pour être unanimement reconnu dans ma différence ? <o:p></o:p>

    A l'image des bougres fréquentant les bakrooms du Marais, de Carpentras ou de Trifouillis-les-Oies revendiquant leur droit à se donner du plaisir entre pédérastes, je revendique la beauté de mon esprit, la grandeur de mon âme, la qualité de mon être. Là où le vulgaire sodomite est applaudi pour son courage d'avouer avec une particulière fierté l'involontaire différence sexuelle héritée de par sa naissance, moi je suis hué, conspué, raillé, voire taxé de "facho" parce que j'ai l'audace de dire que par acquis, par choix j'aime la Vertu, la Beauté, la Lumière. Tolérance à deux vitesses : les dénaturés et obsédés sexuels innés sont dans notre société mieux admis, reconnus, applaudis que les défenseurs de valeurs plus éthéréennes guidés par l'éclat de leurs esprit et non par l'instinct de leur chair.<o:p></o:p>

    Paradoxe : lorsqu'une minorité revendique des bassesses, elles est saluée. Lorsque une majorité met en avant des valeurs traditionnelles, elle est dénigrée. Dans ce second cas, le plus grand nombre ne fait pas loi dans notre étrange démocratie de jouisseurs et de ruminants en tous genres... Moi qui croyais naïvement que la démocratie c'était la loi du plus grand nombre, à l'image du vote où les 51 pour cent de OUI avaient nécessairement raison face aux 49 pour cent de NON... Je constate que la démocratie n'est en fait pas la loi du plus grand nombre, ou à défaut la loi du plus vertueux, du plus éclairé, du plus sage, mais tout simplement la loi du plus sot, du plus lénifiant, du plus pervers. <o:p></o:p>

    Ou même, comble du comble, la loi du plus petit nombre.<o:p></o:p>

    Petit nombre de grandes et belles âmes, en compensation ? Non. De préférence une minorité de corrompus, de dévoyés, de petits esprits.<o:p></o:p>

    Ainsi de nos jours il est interdit d'être NORMAL et de le revendiquer avec fierté et soulagement. Le terme NORMAL est devenu politiquement incorrect. Pour prendre un exemple concret et quotidien, devant les handicapés physiques ou mentaux les bien-portants n'osent plus se définir eux-mêmes comme des gens NORMAUX. <o:p></o:p>

    Il y a peu de temps encore il fallait remplacer le mot NORMAL par le mot VALIDE, moins offensant pour le handicapé qui se sentait alors rejeté, déconsidéré, nié dans sa triste différence. Le terme VALIDE était pourtant édulcoré, hypocrite, frileux à souhait, bref socialement assez correct pour être accepté à la fois par les malades et les bien-portants, aussi décérébrés les uns que les autres... Mais cela n'a pas suffit pour endormir encore plus nos cervelles déjà bien ramollies. <o:p></o:p>

    La sottise a donc progressé d'un cran : le terme VALIDE, voyez-vous c'est déjà dépassé. Aujourd'hui même le mot VALIDE doit être pris avec des pincettes supplémentaires. Des pincettes pour prendre d'autres pincettes, en somme. <o:p></o:p>

    A présent il est beaucoup plus correct, lorsque l'on n'est atteint d'aucune tare physique ou mentale, de se définir en des termes de plus en plus "courtois" : les gens VALIDES d'hier sont devenus des gens "DITS VALIDES".<o:p></o:p>

    Quand s'arrêtera la bêtise ambiante ? Décidément, le SIDA est une vraie maladie de l'homme, une maladie dans tous les sens du terme.<o:p></o:p>

    Je ne fustige nullement les faiblesses humaines en elles-mêmes ici, compréhensibles, mais le vice consistant à glorifier les écarts de conduite, à les étaler publiquement sans pudeur comme si c'étaient des vertus. <o:p></o:p>

    L'essentiel de mon discours se résume à ceci : <o:p></o:p>

    Je reproche aux homosexuels de naissance de s'être donné la peine de naître pour revendiquer leur fierté d'être ce qu'ils sont, tandis que moi je suis fier d'être ce que je suis non par le simple fait de ma naissance, mais par l'effort de mon esprit. <o:p></o:p>

    En cela je revendique le droit d'être respecté pour mon choix de vie et non pour les tares ou privilèges iniques hérités à ma naissance.<o:p></o:p>

    Je ne fais que modestement illustrer le discours de Beaumarchais à travers son fameux Figaro reprochant à son maître d'être simplement né maître et d'en tirer vaine fierté, alors que lui se targuait d'avoir de l'esprit.<o:p></o:p>

    Je n'appréhende pas le SIDA en termes de châtiment divin ou avec des frémissements vengeurs dans ma plume comme certains de mes détracteurs seraient éventuellement tentés de le penser, mais plus modestement comme la banale conséquence du hasard et aussi des comportements inconscients des gens. Je ne dis pas que c'est bien ou que c'est mal, je dis que c'est ainsi. Je ne dis pas non plus que c'est bien fait pour les infectés, au contraire je les plains et ne souhaite que leur guérison. Le SIDA tue de manière inique, certes. Mais de tout temps vivre signifie être confronté à la mort, et ce tous les jours. Traverser la rue comporte un certain risque mortel, celui de se faire renverser par un véhicule. Motorisé ou non. La vie comporte un certain nombre de risques ayant pour conséquence de la perdre, et souvent fort bêtement.<o:p></o:p>

    Le SIDA fait mal à nos sociétés sur-protégées car soudain la mort y surgit dans toute sa crudité, se répandant par voie lubrique et non plus par voie gastronomique, suicidaire, routière, alcoolique ou hépatique. En outre c'est une maladie que nous partageons avec les pays pauvres. Le seul point commun funeste que nous ayons avec eux. C'est cela qui nous est si intolérable. Les épidémies étaient encore acceptables dés lors qu'elles étaient traditionnellement cantonnées aux pays sous-développés. De même nous tolérerions beaucoup moins la famine si elle sévissait en Europe.<o:p></o:p>

    Le Sida a également la particularité odieuse de révéler nos comportements inavouables et écarts extra-conjugaux. Ca n'est pas un reproche que je fais, juste un constat, dénué de jugement. Je n'ai pas l'intention d'ailleurs de juger. Je suis plein de compassion pour les malades. Cela ne doit pas m'interdire pour autant d'émettre un son de cloche personnel. Je ne dis pas que le discours ambiant sur le SIDA est bien ou mal. Il est honorable, estimable, respectable.<o:p></o:p>

    Simplement ça n'est pas mon discours.<o:p></o:p>

    J'exige que l'on tolère ma différence. L'on tolère bien, et de manière excessivement complaisante encore, la différence revendiquée, clamée, sur-proclamée des sodomites et autres licencieux de tous bords. Que les tenants d'opinions opposées aux miennes portent sans faillir leur fardeau de contradictions et de vin mêlé d'eau, je porte mon fagot de bois vert de mon côté.<o:p></o:p>

    Je ne suis ni homophobe ni intolérant, bien au contraire. Je suis juste Raphaël Zacharie de Izarra, et c'est ça que l'on me reproche surtout.<o:p></o:p>

    (J'ajoute à mon texte deux réponses faites à divers détracteurs me reprochant la virulence et l'irresponsabilité apparente de mes propos.)<o:p></o:p>

    1 - Je ne maudis personne dans ce texte : je ne fais qu'exposer non sans un réel courage mes idées à propos du matraquage sur les moyens de se protéger du SIDA. Je ne maudis pas, je médis à raison me semble-t-il, à propos du discours actuel sur le SIDA. Je dis pour résumer mon discours, que le SIDA est une épidémie qui ennuie notre société parce que le SIDA ça représente la mort, mais que les catastrophes humanitaires permanentes qui ravagent les pays pauvres à travers famines, guerres, misère, c'est le SIDA puissance 10. L'attention est monopolisée aujourd'hui par NOTRE SIDA à nous, occidentaux, parce que ça nous touche. Une épidémie issue du tiers monde a pénétré notre sanctuaire de nantis, c'est "l'avantage" du SIDA, hyper-médiatisé. La mort, on ne fait pas tant d'histoires quand elle fauche loin de nos frontières. Il n'y a jamais eu de campagne de mobilisation nationale ni même mondiale pour lutter contre ce SIDA puissance 10 que représentent l'injustice, la famine, la misère au-delà de nos frontières lustrées.<o:p></o:p>

    Le SIDA est surtout une épidémie de riches (diffusée en partie à cause de nos moeurs corrompues, ajouterais-je), non pas qu'il n'existe pas dans les pays pauvres, mais c'est parce qu'il a touché nos pays d'obèses insatiables qu'il a tant de succès sur le plan médiatique. Et non parce que c'est une maladie létale de grande ampleur, tout simplement. Si le SIDA était resté cantonné aux pays pauvres, croyez-vous que l'on ferait autant d'histoires à son sujet ? Nous aurions continué d'ignorer égoïstement ses victimes. Aujourd'hui si on les prend en compte dans notre sensibilité, c'est uniquement parce que le SIDA est chez nous. Les médias ont largement conditionné les esprits pour persuader la population entière que l'ennemi numéro 1 de l'humanité c'est le SIDA, alors que ces mêmes médias n'ont jamais mobilisé les esprits pour lutter contre des fléaux autrement plus funestes que le SIDA quant au nombre de victimes.<o:p></o:p>

    A l'image des attentats de New York, dès que l'occidental moyen peut s'identifier à des victimes (qui lui ressemblent donc), il estime que la mort des innocents est injuste. Tant que les victimes ne sont ni sous nos caméras de télévision ni sous nos latitudes de repus, elles demeurent abstraites. Voilà le sens de mon texte sur le SIDA. Je prétends que le SIDA, ou plutôt les ravages qu'il occasionne dans le monde, n'est pas le fléau qu'il faudrait éradiquer en priorité. Or dans les esprits occidentaux, il l'est. <o:p></o:p>

    SIDA, épidémie frappant à la porte des riches. Misère, épidémie invisible.<o:p></o:p>

    2 - Votre analyse fort peu éclairée, visiblement influencée par le discours médiatique crétinisant me laisse plutôt penser chez vous au désir d'une forme de censure qui ne dit pas son nom... Je dis que le SIDA est une maladie de nantis égoïstes.

    Le SIDA puissance 10 a toujours existé dans les pays pauvres. Ce SIDA se nomme INJUSTICE, MISERE, FAMINE. On ne s'émeut que par ce qui nous touche directement dans nos pays de repus. Je dénonce le matraquage indécent fait autour du SIDA pendant que des victimes d'un SIDA bien pire en terme quantitatif meurent en silence dans le monde. Je ne me suis jamais réjoui du malheur des uns ou des autres, qu'ils soient riches ou pauvres. Je dénonce simplement le caractère douteux, suspect de ce matraquage médiatique à propos du SIDA. Ce matraquage médiatique permet de révéler des vérités peu flatteuses en ce qui concerne notre égoïsme endémique.
    <o:p></o:p>

    Les vrais ennemis de la vérité, ce sont les médias qui conditionnent habilement les esprits de façon à diriger, voire annihiler la pensée de chacun et ainsi contribuer à fabriquer une pensée de masse conforme, lisse, mensongère. Le SIDA est une grande manipulation médiatique orchestrée par des nantis effrayés à l'idée de "crever en baisant". Il y a des problèmes bien plus urgent (aujourd'hui comme hier) que le SIDA dans le monde. La misère fait plus de victimes sur terre que le SIDA. Je ne nie pas que le SIDA est un fléau, je dis que s'il fallait éradiquer un fléau en ce monde en priorité, ce n'est pas au SIDA qu'il faudrait s'attaquer en premier mais à la MISERE qui tue bien plus cruellement, en plus grand nombre et ce depuis bien plus longtemps que le SIDA.<o:p></o:p>

    C'est l'aveuglement à propos de cette vérité que je dénonce. C'est l'indécence de la situation que je condamne. Le SIDA, comme les attentats de New York, n'émeut que les gens manipulés qui ne croient qu'aux images télévisées qu'ils voient. En dehors du SIDA, pour ces atrophiés du ciboulot qui se croient des humanistes, le reste du monde est une vaste face cachée.<o:p></o:p>

    666 - Faiblesse d'esprit

    Dix ans après ses funérailles, dans la presse François Mitterrand est passé d'intrigant douteux à "homme hors du commun", "personnage extraordinaire"... Les journalistes s'en donnent à coeur joie dans le concert de louanges et la mythification de l'homme Mitterrand. Extraordinaire François Mitterrand ? <o:p></o:p>

    Foutaise !<o:p></o:p>

    Mitterrand fut Président de la République française, c'est tout. Le reste n'est que légendes, embellissements, histoires revues, déformées à travers un prisme sentimental bien consensuel. C'est que les années apaisent bien des amertumes dans le coeur humain, et en une seule décennie les pires défauts du "cher disparu" se transforment en "qualités exceptionnelles"... Sous la baguette magique du temps, François Mitterrand, mortel semblable à tous les autres, est devenu une sorte de prince de la République, un génie énigmatique, une légende historique...

    Dix ans après sa mort, ses mensonges les plus pervers ne sont plus que finesses politiques et pouvoirs de séduction ! Sa mégalomanie pharaonique n'est plus aujourd'hui que l'oeuvre désintéressée d'un "visionnaire" ayant "le sens aigu de l'Histoire"... Le culte odieux de la personnalité qu'il a insidieusement développé tout au long de ses deux septennats, en 2006 s'est transformé miraculeusement en panache de monarque. Légitime effet de la fonction que cette soif de grandeur architecturale, pensent en choeur ses anciens détracteurs... C'est même le signe des grands, ça ne peut pas tromper, n'est-ce pas ?
    <o:p></o:p>

    Comme le discours change vite en dix ans ! <o:p></o:p>

    De manipulateur machiavélique Mitterrand est devenu une sorte de de Gaule sauveur du pays, une espèce de Saint-Louis rédempteur, un genre de Roi Soleil qui nous en met plein la vue ! En dix ans seulement, le vice a été fait vertu. Curieux retournement de veste d'une presse unanime... Hier vénéneux, aujourd'hui comestible, le champignon Mitterrand avec son écharpe et son chapeau est une silhouette fédératrice, un réceptacle à glorifications. La mite est devenue un mythe. Ironique effet du temps sur nos défunts dirigeants...<o:p></o:p>

    Destin extraordinaire que la vie de François Mitterrand à en croire le discours ambiant ? Je ne vois rien d'extraordinaire au destin de Mitterrand. La preuve : il est mort depuis dix ans. Lors de la commémoration du dixième anniversaire de sa mort on a pu voir Laurent Fabius se ridiculiser publiquement en portant chapeau et manteau à la Mitterrand... Le couvre-chef de Fabius porté à la Mitterrand, nouvel attribut des "princes de la République" ? Singerie pitoyable d'un clown de l'Énarque qui ose se prendre au sérieux ! Et tout ça pour servir la cause ambiante, pour être dans le bon ton. Le maître-mot de tous ces rendeurs d'hommage : ne surtout pas égratigner la fable ! Tous constatant que la légende a plutôt bien pris, dégonfler la mayonnaise passerait pour une faute de goût. Nécessairement impopulaire.<o:p></o:p>

    Mitterrand ne fut qu'un pauvre type comme nous tous, un homme ordinaire, un simple mortel, un médiocre comme nous le sommes tous sans aucune exception. Cessons de sacraliser nos semblables sous prétexte qu'ils portent un grand chapeau ou qu'ils ont le pouvoir de lever des armées en bougeant le petit doigt ! Empereurs, rois, esclaves, vagabonds, alcooliques, ouvriers d'usine, PDG, hommes à deux têtes, à trois pattes, mathématiciens, balayeurs de rues, génies ou dingos : tous dans le même sac ! Rien que des humains, de simples mortels, des êtres imparfaits, faillibles.<o:p></o:p>

    Les hommages médiatiques rendus à François Mitterrand ne sont qu'un vaste cirque, loin, très loin de la vérité, de l'âpre vérité politique dépouillée de ces flatteurs, mensongers artifices.<o:p></o:p>

    667 - Le vent des élections américaines

    Raillons la grande exhibition des prétendus journalistes de la télévision qui, sous prétexte d'élections américaines, se mettent en scène de manière parfaitement déplacée !<o:p></o:p>

    Ces journaleux sans talent gominés comme des figurants de grosses productions hollywoodiennes gonflent l'information à l'extrême jusque dans les moindres détails, allant jusqu'à faire des reportages sur le fonctionnement mécanique des urnes, puis se prostituent interminablement à la cause ainsi créée, blatérant à l'infini, conjecturant sans fin sur ce que nous saurons dans quelques heures. <o:p></o:p>

    Ne craignant pas le ridicule, ils vont même jusqu'à se rendre sur place à New York avec toutes leurs équipes pour mieux "informer" les français en disséquant les élections... Quel que soit le vainqueur, cela ne changera évidemment rien à la vie quotidienne des 60 millions de français, mais tous ces journaleux pénétrés de leur importance font comme si l'ordre de l'Univers dépendait de l'issue de ces élections. Ils ont tous l'air tellement convaincus qu'aux USA se déroule en ce moment LE phénomène du siècle et que chaque français ne doit rien ignorer des moindres événements qui s'y passent !<o:p></o:p>

    Ces héros infatigables de la presse se sentent investis d'une mission. Epris d'idéal journalistique, poussés par le devoir professionnel, ils se sentent redevables de discours, d'explications, de reportages envers les populations qu'ils informent. Et en plus ils ne cessent de mettre en avant leur éthique !<o:p></o:p>

    Il y a une énorme différence entre le vrai journalisme et le vulgaire matraquage de cervelles. N'est pas Albert Londres qui veut.<o:p></o:p>

    668 - TF1, chaîne des minus

    Sur TF1, les jeux les plus ineptes ont acquis leurs lettres de noblesse. Les candidats rêvant de canapés en cuir et de téléviseurs avec écran plasma géant n'éprouvent pas la moindre honte à exhiber leur médiocrité, leur nullité, leur inanité à la France entière. Du moins à la France des millions de têtes beuglantes qui leur ressemblent et qui bavent d'envie devant les trésors vulgaires qu'on propose de faire gagner aux "sympathiques candidats" hilares et fébriles qu'ils incarnent...

    Les présentateurs de chez TF1 sont des abrutisseurs de foules, de parfaits ratés qui prennent leur revanche en aliénant des millions de leurs semblables. Minables animateurs de quinzaines commerciales recyclés dans la présentation de jeux télévisés, marchands de lessive dans l'âme, ces incultes aux moeurs béotiennes sont pris pour des petits dieux par ceux qui religieusement les font apparaître sur leurs écrans avec cette crétine délectation qui est la marque de l'authentique petit esprit, espèce commune particulièrement détestable directement affiliée à la gent bovine quant aux étonnantes aptitudes ruminantes.
    <o:p></o:p>

    Le petit esprit est en général un français moyen, un citoyen de base sans exigence ni hauteur de vue qui vingt fois par jour mérite de recevoir de salutaires coups de bottines au cul de la part des belles gens de mon espèce qui ont l'heur d'arborer dentelles fines et particule.<o:p></o:p>

    A la différence de ces minus pleins de mollesse et d'aspirations mesquines que je raille sans remords, je répands venin hautain et idées brillantes pour m'opposer avec énergie aux bassesses lénifiantes que diffuse criminellement la chaîne commerciale TF1. Eux, les petits esprits aliénés à la propagande "lessivière" de TF1, ne sont capables que de sourire à ces vendeurs de poudre à laver qui leur font les yeux doux... Pauvres animaux d'élevage qu'ils sont devenus, misérables bestiaux humains engraissés dans l'étable TF1 ! Je leur crache au visage un fiel distingué et corrosif issu du fond de mon âme éclatante, et cela a pour effet d'accentuer leur sourires d'imbéciles... Ils sourient de sotte béatitude, persuadés que leur bave de bovidés aura raison de mes crocs salubres. Alors je les laisse baver, baver, baver jusqu'à ce que la morve de leur pensée les ramollisse encore plus, avant de les noyer jusqu'au cou.<o:p></o:p>

    Ils ne souriront plus quand, tout gorgés qu'ils seront de viscosités cavicornes, je viendrai leur asséner l'ultime et fracassante vérité qui dans un sursaut de dignité les rendra à leur humanité perdue :<o:p></o:p>

    "TF1 ayant fait de vous les réceptacles dociles et bêlants de mes mots les plus durs, permettez qu'en outre je déverse sur vos têtes cornues le contenu copieux et odoriférant des chiottes de la pensée que promeut votre chaîne favorite afin que dans une vision fulgurante et rédemptrice vous voyiez en vous non seulement de placides bovins avides de granulés télévisuels, mais également de pauvres pigeons aux ailes couvertes de votre propre merde, cette merde vôtre quotidiennement malaxée et régurgitée par TF1". <o:p></o:p>

    669 - Les larmes des nantis

    (Attentats du 11 septembre 2001 : un texte contre le discours officiel mensonger et le matraquage médiatique à sens unique.)<o:p></o:p>

    On parle souvent "d'horreur", de "barbarie" quand on évoque les attentats terroristes du 11 septembre 2001 contre les tours géantes du Word Trade Center à New York...<o:p></o:p>

    Ce serait vite oublier les raisons qui ont amené ces attentats, en tous cas la situation économico-politique de l'Amérique du Nord.<o:p></o:p>

    Sans approuver pour autant ces attentats meurtriers et très spectaculaires contre le symbole obscène du pays le plus opulent, le plus gaspilleur et le plus égoïste du monde, je comprends parfaitement la colère des terroristes et la joie des pays qui ont applaudi ces "horreurs" comme les médias occidentaux se plaisent à qualifier ces événements, sans s'embarrasser de nuances. Horreurs ? Certes. Mais alors comment qualifier l'embargo sur l'Irak qui a duré 10 ans et qui a tué à petit feu, loin de nos caméras larmoyantes, des centaines de milliers de gens, enfants compris dont les survivants sont devenus rachitiques faute de soins médicaux et de rations alimentaires ? Ces innocents-là, bien plus nombreux que les innocents de New York, avaient le tort d'être irakiens, il est vrai. Pendant que les enfants de l'Amérique du nord devenaient obèses, les enfants de l'Irak rendaient l'âme jour après jour.<o:p></o:p>

    Quelle honte de commémorer avec des splendeurs martiales dispendieuses les victimes des attentats du 11 septembre 2001 et de passer en même temps sous un criminel silence les centaines de milliers d'Irakiens victimes de la barbarie américaine !<o:p></o:p>

    Sachant que les 300 millions d'américains qui représentent 4 pour 100 de la population mondiale consomment 25 pour cent des richesses de la planète, une journée pour faire tourner les États-Unis d'Amérique coûte des milliers de morts dans les pays pauvres. Une journée ordinaire aux États-Unis d'Amérique se paye à l'autre bout de la planète par des milliers de gens spoliés, écrasés, exploités, tués... Soit directement par fait de guerre (comme en Irak), soit indirectement par pillages, monopoles économiques et injustices interposés. Pour qu'un américain moyen puisse vivre selon les critères de décence et de confort en vigueur sous ses latitudes, il lui faut marcher sur la tête de 10 personnes habitant dans les pays pauvres.<o:p></o:p>

    La véritable barbarie n'est pas dans l'écroulement fracassant des tours de New York mais dans la face cachée, insidieuse des choses. La vraie barbarie est dans l'obésité de l'Amérique. C'est son excès de richesses (formant une authentique pornographie alimentaire), son arrogance martiale, sa suprématie mondiale qui ont provoqué l'écroulement des tours. C'est à cette ignoble vérité en priorité que devraient s'éveiller les consciences à l'évocation des attentats du 11 septembre 2001. Je ne me laisserai pas embrigader dans le grand cirque mondial consistant à commémorer 3000 victimes nanties, en ignorant éhontément les millions d'autres victimes déshéritées causées par les USA.<o:p></o:p>

    670 - La République des plus forts

    France, pays des Droit de l'Homme ? En théorie. La France est aussi historiquement une république d'esclavagistes, d'exploiteurs, de pilleurs, de massacreurs de populations africaines.<o:p></o:p>

    Nos frontons solennels, nos infrastructures fiables, nos avenues pleines d'éclat, ne nous cachons pas la face, ont été érigés sur les crânes fêlés de ces Nègres trop bêtes que nous avons pressés comme des citrons jadis, à qui nous vendons aujourd'hui notre armement à profusion. Source principale de revenus des pays occidentaux, le commerce des armes est une bénédiction pour la France ayant elle aussi gagné sa part du gâteau. Notre pays civilisateur se place en tête du marché mondial pour la qualité de son feu... La France, pays des Droit de l'Homme, recommande aux belligérants du monde entier de s'étriper au prix français. Ceci est officiel, intégré, reconnu, applaudi. Fierté nationale, le commerce des armes a permis à la France de s'enrichir dans des proportions inespérées.

    Beaux esprits, coeurs nobles et âmes justes, ne croyez pas aux vérités officielles de la France. Plus on monte dans la "dignité de la fonction", plus le drapeau est paré d'atours précieux, plus le mensonge est éclatant.
    <o:p></o:p>

    Ne vous laissez jamais endormir par les discours pompeux, lisses, idéalisés de la République Française. Les plus nobles déclarations de cette république pleine d'or et de puissance sont là pour faire écran à ses noirceurs érigées en vertus. Ainsi le colonialisme, la croissance par le commerce des armes, les conquêtes au son du canon, bref les pires fripouilleries trouvent de belles justifications dans la bouche de Marianne, autre invention perverse et puérile du système afin de figer dans le marbre les foutaises de la République Française. Gravée dans la pierre noble, n'importe quelle sentence banale ou absurde prend des allures olympiennes. Cousues dans un tissu rare, toutes les couleurs deviennent vertueuses, patriotiques, idéales. Le moindre imbécile discipliné pour peu qu'il porte un chapeau tricolore, une grande écharpe auguste ou des médailles bien usinées peut faire passer ses mensonges pour des vérités.<o:p></o:p>

     Il y a un droit suprême au pays des Droits de l'Homme, comme dans tous les autres pays nantis : le droit du plus riche, du plus fort, du plus roublard.<o:p></o:p>

    671 - Les bienfaits du bagne

    Je viens d'avoir une idée lumineuse pour lutter contre la criminalité, la débauche et la petite et grande délinquance : rétablissons le bagne. <o:p></o:p>

    Les prisonniers ainsi devenus bagnards ne se morfondront plus stérilement au fond de leurs cellules et se rendront utiles à la société. Mieux : ils oeuvreront au dédommagement des victimes tout en éprouvant les rigueurs de la loi, ce qui leur fera encore mieux passer le goût du vice. Plus ils travailleraient à indemniser leurs victimes, plus tôt ils sortiraient. <o:p></o:p>

    Au lieu de cela nos prisons actuelles sont des écoles du crime qui amollissent les moeurs et coûtent à la collectivité. Le bagnard non seulement ne coûte rien à la société des honnêtes gens, mais en plus il rapporte puisqu'il travaille -dans tous les sens du terme- pour sa réhabilitation. <o:p></o:p>

    Les prisons, écoles du crime et de la paresse sont remplies de oisifs qui songent parfois à la vengeance. Le travail des délinquants leur serait salutaire. La prison brise, détruit, corrompt les êtres en leur faisant perdre leur temps et n'indemnise aucunement les victimes. Le travail au contraire éduque, redresse, forme, répare, rend leur dignité aux assassins et autres agresseurs.<o:p></o:p>

    Évidemment il y aura toujours des faux humanistes pour crier à la régression des moeurs, à la perte des acquis humanitaires... Et c'est ainsi que nos prisons débordent de criminels oisifs nourris, logés, blanchis aux frais de la princesse. Personnellement j'aimerais mieux savoir mon agresseur en train de travailler pour me dédommager plutôt que de le savoir enfermé à ne rien faire car dans les deux cas, agresseur et victime sortent perdants de cette triste affaire.<o:p></o:p>

    A bas les prisons ! Vive le bagne social !<o:p></o:p>

    672 - Notre jeunesse, notre non avenir

    Je me suis rendu compte avec bonheur qu'avec l'âge je devenais franchement intolérant, invivable, bien plus asocial qu'avant. Un bon signe de mâturité : plus ça va, moins j'ai de chance de devenir sénile (la sénilité engendrant nécessairement la mollesse de la pensée).<o:p></o:p>

    En effet, je ne supporte plus de voir des conneaux assis aux terrasses des cafés la cigarette au bec, une bière à la main. Tous des étudiants formatés, des chiots pré-abrutis par les radios qui les gavent d'imbécillités musicales, tous des "rebelles" élevés au lait tiède de la télé-réalité, tous des écervelés condomisés, pilulisés, abreuvés de jeux vidéos, de "cinéma tout public", de Mac-Donald...<o:p></o:p>

    Et ça veut faire la loi, ça ce permet de l'ouvrir, ça a des revendications juvéniles ! Et tout ça pour dire quoi ? Pour nous baver sur les semelles !<o:p></o:p>

    Je ne supporte plus la proximité de cette jeunesse fumeuse, buveuse, dépucelée, libérée, discothéquisée, ensystémisée jusqu'à la moelle.<o:p></o:p>

    Quel que soit le bar où j'entre, il y a toujours de ces troupeaux de jeunes étudiants ramollis qui empestent mon air avec leur satané tabac, qui polluent mon cadre de vie avec leur présence importune. Je voudrais que le patron du bar les jette dehors quand j'arrive, afin que je puisse boire un verre en paix. Je ne supporte pas leur vocabulaire, leurs moeurs, leurs aspirations. Tous semblables dans l'avachissement mental, tous des petits clones reproduits à des millions d'exemplaires, marqués aux fers indolores d'une industrie dévouée qui leur dicte quoi manger, quoi boire, quoi fumer, quoi faire. <o:p></o:p>

    Vrais veaux de batteries à peine sortis de la puberté et déjà traités à l'extasie, au hachich, au coca-cola, alcoolisés, médicamentés, sur-infectés mais sous-cultivés, petits lapins de laboratoire fabriqués, modelés, façonnés par les grandes marques, ces jeunes esclaves illettrés portent haut l'étendard de leur chère "liberté de pensée" ! C'est devenu des produits et ça croit penser ! Génération d'intoxiqués qui ne savent plus écrire le français correctement, ces fainéants d'étudiants infectent Internet avec leurs messages illisibles rédigés en texto. Et ça prétend aux études !<o:p></o:p>

    Mais ce que je supporte décidément de moins en moins chez eux, c'est leurs foutues cigarettes. Un jour je me vengerai. J'entrerai dans un bar, m'assiérai à côté d'eux. J'allumerai un cigare de ma composition, le plus infâme possible, écoeurant à souhait, et cette fumée-maison infecte à donner la chiasse au Diable, avec une délectation rancunière, lentement, impunément, effrontément, je la leur cracherai à la face !<o:p></o:p>

    673 - La mort de l'ourse Cannelle

    Un ours de plus ou de moins dans les Pyrénées, quelle importance au regard de l'écologie planétaire ? Le problème est plus dans les têtes conditionnées par l'air du temps, réglées sur des valeurs à la mode, que sur le terrain. Pendant un siècle la Terre a fort bien tourné sans les ours dans les Pyrénées. En quoi l'absence de ce prédateur a-t-elle empêché les gens et les autres animaux de vivre ? Au contraire, combien de vies humaines ont ainsi été épargnées dans les Pyrénées depuis la disparition de l'ours ? L'avantage de sa disparition est réel, tout comme est réel l'avantage de la disparition du loup de la totalité de notre territoire.

    Un siècle après la disparition de l'ours des Pyrénées l'Homme a voulu le réintroduire dans son ancien habitat. L'échec fut total. Selon certains, cet échec serait le prélude à une sorte de fin du monde, juste parce qu'une ourse n'a pas survécu à sa nouvelle condition d'animal sauvage... (Remarquons au passage que cette liberté d'artifice l'a tuée, alors que la cage l'aurait sauvée.) Bref, d'après les écologistes ce serait une catastrophe... Allez donc dire ça aux gens qui souffrent la faim dans les pays pauvres ! Soyons sérieux, et surtout faisons preuve de décence car les vraies catastrophes sont ailleurs en vérité.
    <o:p></o:p>

    Pendant un siècle il n'y a pas eu d'ours dans les Pyrénées. Où est-elle cette prétendue catastrophe longue de un siècle? Je ne suis pas anti-écologiste, bien au contraire. Seulement je défends les vraies causes écologiques sans me ranger aux côtés de ces parisiens épris de jolis sentiments par pure sensiblerie, qui pensent avec les fibres les plus légères de leur coeur citadin, incapables qu'ils sont d'analyser les situations sur le terrain. <o:p></o:p>

    Certaines bonne âmes se lamentent sur le sort de l'ourse Cannelle tuée par un chasseur de manière anecdotique, et qui plus est tombée proprement, nettement sous ses balles, mais je ne les entends nullement élever la voix concernant le sort des millions d'animaux que nous torturons industriellement, que nous massacrons sans aucune pitié dans les abattoirs, véritables camps d'exterminations pour volailles, ovins, porcins, bovins, lieux absolument indignes de gens civilisés ! Et tout ça au n